Colloque “Territoire indigène en transformation”

Par Raphaël Colliaux  (IFEA)

Les 20 et 21 août derniers, s’est déroulé le colloque international intitulé : « Territoire indigène en transformation. Autodétermination et nouvelles formes de gouvernance en Amazonie ». L’objectif était de questionner la territorialité et les mouvements indigènes dans l’Amazonie péruvienne contemporaine. L’événement a investi deux espaces académiques emblématiques de Lima: la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP) et l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM).

Il s’est agi, durant ce colloque, d’esquisser un bilan de la question territoriale en Amazonie péruvienne, en portant une attention particulière au rôle des populations indigènes dans la gouvernance locale. Le 20 août à la PUCP, après l’inauguration d’Alejandro Diez Hurtado (Directeur du Départament de Sciences Sociales) et d’Evelyne Mesclier (Directrice de l’IFEA), a débuté la première table-ronde thématique, intitulée « Groupe ethnique, peuples indigènes, Nation indigène. Les transformations de la politique indigène dans sa relation avec l’État ». Dans ce cadre, ont été présentées les interventions d’Oscar Espinosa (PUCP), de Ketty Marcelo (ONAMIAP), de Teresita Antazú (AIDESEP-UNAY), de Gil Inoach (GTAW), de Thomas Moore (CEIPR), et finalement les commentaires de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS/IFEA). 

© R. Colliaux

La seconde table-ronde thématique, « Le territoire indigène et ses histoires. Perspectives critiques sur les stratégies de défense du territoire. Opportunités, limites et possibilités », a pu ensuite compter sur la participation d’Alberto Chirif, d’Alexandre Surrallés (CNRS/EHESS), de Beatriz Huertas Castillo (Rainforest Foundation Norway), de Patricia Urteaga (PUCP), de Richard Chase Smith (IBC), ainsi que sur les commentaires d’Oscar Espinosa (PUCP). Le débat a abordé les initiatives autochtones les plus récentes, comme celle du Gouvernement Territorial Autonome de la Nation Wampis (GTANW).

Le 21 août, la seconde journée de travail s’est déroulée à la UNMSM, après les mots de bienvenu de Pablo Sandoval (Directeur de l’École et Maîtrise d’Anthropologie). La troisième table-ronde de réflexion, « Les forêts et la conservation de l’environnement : quelle est la place des peuples indigènes ? », a ensuite débuté. Sont intervenus Zoila Aurora Cruz Burga (UNALM), Marco Arenas (SERNANP) et Ernesto Ráez Luna (UARM), qui furent commentés par Danny Pinedo (UNMSM).

Finalement, dans l’après-midi, un débat intitulé « Terres indigènes, développement des infrastructures et droits territoriaux. Inclusion, exclusion ou tout le contraire ? » a été ouvert. Dans le cadre de ce débat, ont participé Evelyne Mesclier (IFEA), Luis Hallazi Méndez (IBC), Roger Merino (U. del Pacífico), Diego Saavedra Celestino (DAR) et Mario Zuñiga Lossio (PUINAMUDT). Kathya Castillo Avenio (UNMSM) et Raphaël Colliaux (IFEA) ont assumé la modération des débats, en tentant en outre d’inclure le public à la discussion. Enfin, Danny Pinedo (UNMSM) a réalisé la conclusion générale des deux journées de travail. Il faut souligner la diversité des profils des intervenants, qui se distinguent par leurs trajectoires intellectuels et professionnelles propres – académiques, activistes, fonctionnaires, entre autres. Cette hétérogénéité a donné lieu à un échange de points de vue et de préoccupations qui a enrichi substantiellement les débats.  

L’événement s’est déroulé dans le cadre des activités du programme AMAZ « Configurations socio-spatiales, défis politique et débats ontologiques en Amazonie », projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR – France) et associé à l’Institut Français d’Études Andines (IFEA). Le comité d’organisation de l’événement était composé par Raphaël Colliaux (IFEA), Oscar Espinosa (PUCP), Danny Pinedo (UNMSM), Silvia Romio (PUCP/IFEA) et Alexandre Surrallés (EHESS/CNRS).

© K. Pacheco

Séminaire : Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques

L’IFEA, l’École d’Histoire de l’Université National Mayor de San Marcos (UNMSM) et le département du Master en Anthropologie et Anthropologie Visuelle de l’Université Catholique Pontificale du Pérou ont organisé, avec la coordination scientifique de Silvia Romio, un séminaire intitulé “Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques”, les 24 et 25 octobre 2018.

La première journée s’est déroulée à la « Casona » de la San Marcos, dans le centre historique de Lima. La journée a démarré avec des mots d’accueil de la part de Cristóbal Aljovín, directeur du département d’Histoire de la UNMSM, d’Antoine Grassin, ambassadeur du France au Pérou et d’Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.  

Cristóbal Aljovín (UNMSM), Antoine Grassin ( Ambassadeur du France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et Silvia Romio (PUCP/IFEA) / © K. Pacheco

La première table, commentée par Guillermo Nugent (UNMSM), était intitulée « Mémoires, idéologies et lutte armée ». La première intervention concernant l’historicisation de la violence était celle de Pablo Sandoval (UNMSM). Celui-ci a analysé le rôle qu’ont eu les anthropologues de province dans l’émergence du projet intellectuel du Sentier Lumineux. Cette élite universitaire métisse a modifié progressivement ses cadres d’analyse de la réalité péruvienne entre les années 1950 et 1970, passant d’une étude indigéniste et culturaliste à des facteurs d’explication liés à la classe sociale et à la paysannerie, invisibilisant de manière croissante la question raciale. Ponciano Del Pino a proposé une étude du conflit dans son aspect quotidien, afin de comprendre comment les habitants ont pu construire leur vie au jour le jour dans des conditions si extrêmes et les liens contingents qu’ils ont tissé avec la guérilla et qui ont permis son extension, malgré une précarité institutionnelle et militaire que les FARC, par exemple, n’avaient pas. Carlos Camacho (Université Externado, Colombie) a exposé les différentes facettes attribuées au concept de “mémoire” dans le contexte colombien actuel, entre un Uribe usant le terme de “terrorisme” et un Santos parlant plutôt de “conflit armé interne”.

La deuxième table intitulée « Mémoires d’ex-combattants, entre hégémonie et subalternité ? » était commentée par David Velasquez (UNMSM). Camille Boutron (IRSEM-IFEA) a commencé la discussion en présentant une étude comparative du discours des femmes dans la construction de la mémoire au Pérou et en Colombie. Elle démontre à la fois leur instrumentalisation pour construire la mémoire hégémonique, à travers l’usage de la repentance, tout en analysant l’ambiguïté du discours de nouvelles formes de subjectivation. Dynnik Asencios (Institut d’Études Péruviens) a analysé les mémoires construites depuis la prison entre 1992 et 2017. Puis Carla Granados a étudié les discours d’ex-combattants de la guerre contre-terroriste, souvent de jeunes analphabètes pauvres provenant d’Amazonie et des Andes et recrutés de force. Imprégnés d’un fort nationalisme militaire, leur discours patriotique, qui s’exprime particulièrement au sein d’associations auxquelles ils appartiennent, soutient que la guerre a été gagnée grâce à eux.

Guillermo Nugent (UNMSM), Pablo Sandoval (UNMSM) et Ponciano del Pino / © K. Pacheco

La troisième table intitulée « Corps, mots et mémoire. Les mécanismes de transformation sociale en contextes de post-conflit » fut commentée par Anne-Marie Losonczy (EPHE-EHESS-ICANH). Les intervenants étaient Marco Tobón (U de Campinas), Natalí Durand (Université Iberoamericaine Ciudad de Mexico) et Silvia Romio (PUCP-EHESS-IFEA). La journée s’est conclue sur une intervention d’Anne-Marie Losonczy commentée par Pablo Sandoval.

Si cette première journée s’était penchée sur des thématiques historiques et de de mémoires de groupes sociaux, la deuxième journée, qui s’est déroulée dans la Sala de Grados de Sciences Sociales de la PUCP, s’est intéressée à la Commission de la Vérité et à la relation qui pouvait être établie entre Art et Mémoire. La première table « Commission de la Vérité et condition de victime. Héritage et défis pour le post conflit », commentée par Felix Reátegui (IDEHPUCP), était composée de Diana Gómez (Universidad de los Andes), Valérie Robin (IFEA-Paris V), Oscar Espinosa (PUCP) et María Eugenia Ulfe (PUCP).

Finalement la dernière table de l’évènement « Anthropologie, art et mémoire. Regards et réflexions sur le processus de construction d’une mémoire visuelle », commentée par María Eugenia Ulfe (PUCP) et Mauricio Godoy (PUCP), était composée de Vanessa Romo (PUCP), Sébastien Jallade (RIDAP-IFEA), Fernando Valdivia (École du Cinéma Amazonien), José Balado (Docuperú) et María Isabel Torres (PUCP).

RDV de l’IFEA: Présentation de Silvia Romio

« Suivant le chemin ». La construction de l’identité  politique  des Awajún de l’Amazonie péruvienne  (1920-1980)

Dans le cadre des « Rendez-vous de l’IFEA », effectués avec l’appui de l’Ambassade de France au Pérou et l’IRD, Silvia Romio (EHESS, Paris) a présenté le 20 juin dernier une conférence à l’Alliance Française de Lima, pour un public nombreux qui a rempli la salle de Cinéma.  Silvia Romio est docteur en anthropologie par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales- EHESS, Paris. Son travail de thèse s’est centré sur les dynamiques sociopolitiques des associations indigènes à l’Amazonie péruvienne  (Région Amazonas, provinces de Bagua et Condorcanqui).

Dans une perspective multidisciplinaire, unifiant la recherche ethnographique et les études politiques, elle a présenté ses travaux sur la relation entre le « pensée indigène » et la notion du « politique », au cours de la première étape de présence missionnaire au Haut Marañon.

Les témoignages des acteurs politiques indigènes, les mémoires des anciens leaders et le souvenir des premières guerres de l’époque de l’éducation ont été les principaux outils pour saisir la signification symbolique et le sentir local d’un processus qui a conduit à la concrétion de figures telles que le professeur bilingue et le dirigeant indigène, ainsi qu’aux fondations des premières associations indigènes awajún.

Le débat qui a suivi la présentation, a questionné la valeur réelle de ces figures individuelles dans les communautés où l’Assemblée possède un pouvoir important, ainsi que la relation entre les dynamiques d’affrontement et de négociation.

Foto: K.Pacheco