Séminaire – Atelier « Eau : stratégies communautaires, justice hydrique et alimentation à Imbabura, Équateur »

Co-organisé par l’Université internationale de l’Équateur (UIDE), l’Université technique du Nord (UTN) et l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), avec le soutien de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), de l’Agence Française de développement (AFD) et l’Ambassade de France en Équateur, le 17 janvier à Ibarra (Équateur)

Le 17 janvier, l’IFEA a participé à un séminaire-atelier sur l’eau qu’il a organisé et réalisé, et qui s’est tenu dans la province d’Imbabura. Cet événement a été principalement animé par Emilie Dupuits, une chercheuse résidente de l’UIDE, et Lorena Toro de l’UTN. Environ 80 participants y ont assisté.

Au nom du vice-doyen administratif de l’UTN, José Revelo, le professeur Ruiz a souligné l’importance de la question de l’eau en Équateur, où la consommation est élevée. Il reprend l’expression « tragédie du non-commun » des auteurs Dardot et Laval, mais souligne qu’il existe aussi des expressions collectives positives. Lorena Toro a mentionné l’importance des conflits liés à l’eau et les défis à relever pour parvenir à la justice hydrique.

Anne-Gaël Bilhaut chercheuse associée à l’IFEA et responsable du pôle Équateur, ainsi que directrice générale de la recherche et des études supérieures à l’UIDE, a présenté l’événement en soulignant l’importance de la gouvernance de l’eau en Équateur. Évelyne Mesclier, directrice de l’Institut Français d’Études Andines, a partagé les réflexions sur l’eau comme « bien commun » : elle a souligné que l’eau ne signifie pas la même chose pour les entrepreneurs, qui parlent de « ressources hydriques », pour les scientifiques, qui analysent séparément les eaux de surface et souterraines, et pour les agriculteurs, qui la voient avant tout comme une source de vie.

Deux tables rondes ont suivi. La première, sur la « Conservation de l’eau, les activités productives et la gestion communautaire », a réuni le directeur de l’École de gestion de l’environnement de l’UIDE, Esteban Terneus, le spécialiste Wash à l’UNICEF Santiago Cahuasqui, et le président du Comité de l’Eau de Pesillo-Imbabura, Fernando de la Torre. Ils ont abordé divers aspects du problème de l’eau, allant des mesures d’évaluation de sa qualité et des droits de l’homme liés à cette ressource, aux organisations sociales impliquées dans sa gestion et les conflits liés à son articulation.

La deuxième table ronde portait sur l’« Alimentation durable, la justice hydrique et les stratégies communautaires ».  Juan Pablo Hidalgo, de l’Université centrale de l’Équateur, a montré que l’eau « coule dans le sens du pouvoir », c’est-à-dire, pour son cas d’étude, dans celui des entreprises de floriculture, au détriment de l’agriculture paysanne. Susan Poats, du Groupe Randi-Randi, a présenté une vaste enquête sur les problèmes environnementaux dans un bassin binational entre l’Équateur et la Colombie.

L’après-midi, pour la partie atelier de l’événement, les participants ont été divisés en sous-groupes pour discuter de trois sujets :

Emilie Dupuits (UIDE)

Un vaste débat a suivi les interventions et a réfléchi sur la façon dont les connaissances scientifiques et les préoccupations des citoyens pouvaient mieux s’articuler.

L’après-midi, pour la partie atelier de l’événement, les participants ont été divisés en sous-groupes pour discuter de trois sujets :

  • Production alimentaire par les petits producteurs, irrigation et justice hydrique.
  • L’eau potable, les partenariats public-communautaires et la démocratisation de l’eau.
  • Conservation de l’eau, territoires hydro-sociaux et alternatives éco-territoriales.

Cette expérience de réflexions de groupe a suscité un grand intérêt parmi les étudiants. Un espace de dialogue a été créé où des prises de positions politiques ont pu s’exprimer, allant de visions appelant à la diffusion de valeurs parmi les citoyens à des appels à une implication croissante et plus efficace des gouvernements nationaux et locaux.