Les scientifiques sociaux contre la destruction du patrimoine : une intervention nécessaire et légitime

Par Evelyne Mesclier, directrice de l’Institut Français d’Études Andines

La Convention du Patrimoine mondial de l’UNESCO, signée en 1972, établit clairement un lien entre le patrimoine et les sciences. Ce lien apparaît à plusieurs reprises dans ses articles 1 et 2, qui stipulent qu’un site ou monument culturel ou naturel sera classé si sa “valeur universelle exceptionnelle” est reconnue “du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science”, “du point de vue historique, esthétique, ethnologique ou anthropologique”, ou encore “du point de vue de la science, de la conservation ou de la beauté naturelle”, selon les catégories concernées.

Aussi n’est-il pas anodin que, réunis lors des 70 ans de l’IFEA, en octobre 2018, des scientifiques représentant des disciplines diverses des sciences sociales et humaines et de l’archéologie aient signalé de façon appuyée les risques que le patrimoine encourt dans les pays où ils mènent leurs recherches. Ils ont évoqué la précarité des conditions de conservation des archives, la récurrence des vols dans les bibliothèques, les incendies dans des musées, des églises ou des quartiers historiques, la destruction des sites  archéologiques ou culturels par la croissance urbaine, certaines activités artisanales, et par de  “grands projets” de mines, barrages, autoroutes et aéroports. C’est, disent-ils, à la fois la mémoire de l’humanité et son avenir qui sont ainsi menacés.

Nombre de ces scientifiques s’engagent également dans le débat dans la presse et les réseaux sociaux pour tenter d’influencer les politiques publiques à propos de cas emblématiques de destruction annoncée du patrimoine. Sans reprendre les termes des échanges menés lors des 70 ans de l’IFEA, qui feront l’objet d’une publication, nous souhaitons ici souligner trois aspects : le patrimoine est fondamental pour l’innovation scientifique ; la vision des scientifiques est indispensable pour comprendre les enjeux du patrimoine ; elle l’est également pour saisir les avantages mais aussi les illusions des nouvelles technologies dans ce domaine. Ainsi, les scientifiques sont des lanceurs d’alerte indispensables et légitimes face aux menaces qui pèsent sur le patrimoine.

Le patrimoine est fondamental pour l’innovation scientifique

Les scientifiques ont pour mission principale de produire des hypothèses nouvelles afin de comprendre le monde. Leur travail consiste notamment à consulter un grand nombre de sources pour mettre en relation les faits et les interprétations. Cela leur permet de repenser la réalité d’une façon cohérente, riche, vraisemblable et utile aux sociétés.

C’est pourquoi les traces du passé lointain ou proche, encore accessibles à travers des objets, des monuments, des lieux, des témoins, des documents d’archives, sont pour eux essentielles. Il s’agit d’information provenant souvent du passé, mais qui sont indispensables pour avancer dans la compréhension actuelle du fonctionnement des sociétés et de leurs environnements. A ce titre, le patrimoine est indispensable à l’innovation scientifique.

De par leur activité, les scientifiques entretiennent donc un rapport privilégié avec le patrimoine. Les archives, les bibliothèques de recherche, les pierres taillées par les hommes et les femmes de la préhistoire, les restes archéologiques les plus modestes, les relations entre des pans de la société et des écosystèmes spécifiques, des architectures et des modes de vie, les multiples langues, représentations et savoirs élaborés au cours des siècles et dont les sociétés restent porteuses, passent largement inaperçus aux yeux du grand public. C’est au prix d’un travail souvent long et ardu que ces biens patrimoniaux se révèlent fondamentaux pour comprendre non seulement le passé, mais aussi le présent et les possibilités d’avenir.

La vision des scientifiques est fondamentale pour comprendre les enjeux du patrimoine

Les scientifiques ont une vision globale du patrimoine, du fait même de la nature de leur travail. Ainsi, les archives, si elles sont trop incomplètes, deviennent, sinon inutilisables, du moins peu révélatrices. Groupes humains et écosystèmes, habitants et ensembles architecturaux, font sens par les liens qu’ils entretiennent : lorsque ces liens sont rompus, il devient plus difficile d’en reconstituer les logiques. Les paysages ne sont ni seulement naturels ni seulement culturels : l’articulation des éléments physiques et des représentations font leur richesse. Et en cette Année internationale des Langues Autochtones, il faut rappeler que ce sont leurs locuteurs qui détiennent les clefs des systèmes de représentation qui sont associés aux langues.

Mais le rôle des scientifiques ne s’arrête pas à étudier les biens patrimoniaux. Pour certains d’entre eux, il consiste également à analyser les rapports de pouvoir et les intérêts particuliers qui président au sort de ces biens. Le patrimoine n’a en effet pas la même valeur et pas le même sens pour tous. “Toute circulation des biens patrimoniaux entre plusieurs sphères (familiales, bureaucratiques, nationales, internationales) donne lieu à une confrontation de représentations et d’objectifs s’accordant plus ou moins sur la valeur et le sens de l’objet de la transmission”[1].

Les archives, les musées et leurs usages patrimoniaux sont souvent nés lors du surgissement des États-Nations. Pour autant, les patrimoines peuvent se trouver affectés par des politiques publiques étroitement identitaires, nationalistes ou orientées en fonction d’intérêts particuliers, qui oblitèrent volontairement une partie du réel. Les éléments du patrimoine peuvent aussi se trouver découpés matériellement par des projets d’aménagement, comme lorsque des infrastructures nouvelles transforment à la fois les éléments physiques et les sociétés de manière brutale et sans retour. Les zonages peuvent parfois préserver des éléments privilégiés du patrimoine, mais aussi conduire à l’abandon des usages qu’en faisait la société. Les modifications rapides de paysages tendent à transformer  des territoires dignes de patrimonialisation en espaces banals et interchangeables.

Les scientifiques sont de même historiquement porteurs d’une réflexion critique sur la domination des sciences par les Nords et sur l’importance des savoirs autochtones[2]. Cependant, ils analysent également les usages politiques qui peuvent être fait de l’altérité des savoirs, et n’ignorent pas que, comme celle des États-Nations, les logiques des acteurs locaux peuvent être identitaires, économiques voire extractivistes, clientélistes ou encore marqués par des oppositions politiques, comme dans le cas des mémoires des conflits. Par ailleurs, les populations locales, les enteprises privées, les États, les entités internationales n’affichent pas des positions homogènes et ne sont pas dénués de conflits d’intérêt en leur sein.

C’est aussi la tâche des scientifiques que d’analyser ces dynamiques et  d’alerter sur les pertes qu’entraînent pour le patrimoine les visions les plus réductrices, lesquelles sont souvent aussi les moins démocratiques, qu’elles éliminent ou ignorent les voix discordantes au nom du développement local, de la lutte nationale contre les impérialismes ou de toute autre idéologie.

Une mise en garde contre les illusions de la modernité numérique

La science, par nature, n’aboutit pas à des connaissances définitives mais à des interprétations successives. Les scientifiques intègrent dans leurs travaux la transmission des éléments de l’argumentation et de la preuve, qui pourront ainsi être réutilisées pour la validation ou la contestation de leurs conclusions, aussi bien par leurs contemporains que par les générations futures. Ils travaillent ainsi souvent aux côtés des professionnels de la conservation pour mettre en place des stratégies de préservation du patrimoine, qu’il s’agisse de documents, d’objets ou de sites.

Les outils numériques, notamment, ont transformé la transmission du patrimoine  en multipliant les possibilités d’enregistrement et d’exploration du contenu et de l’aspect des documents écrits, de la parole et de la musique, des objets, des paysages et des lieux. Ces outils permettent assurément de partager et de diffuser plus rapidement, plus démocratiquement et à plus longue distance une partie de l’information contenue dans les biens patrimoniaux. Ils peuvent permettre à des étudiants ou à des citoyens d’accéder à leur étude. En cas de catastrophe, ils pourront restituer l’apparence des biens patrimoniaux disparus.

Une grave illusion consiste cependant à attendre du numérique qu’il remplace les biens patrimoniaux eux-mêmes. D’une part, un enregistrement systématique de ces biens suppose un effort financier et en ressources humaines tel que les avancées sont longues et partielles. D’autre part, les enregistrements auront de l’avis de la plupart des spécialistes une durée de vie limitée à une cinquantaine d’années au plus : les formats évoluent en effet en permanence et la tâche consistant à transférer systématiquement les données sur de nouveaux supports ne pourra sans doute pas être effectuée par toutes les institutions et pour toutes les données. Enfin, et de façon peut-être encore plus importante, l’enregistrement n’est pas le bien patrimonial lui-même : il ne conserve qu’une petite partie de sa richesse.

Or il est difficile de savoir de quels éléments les scientifiques de demain auront besoin pour étayer leurs hypothèses et faire de nouvelles découvertes. Ainsi, aujourd’hui l’archéométrie suggère des analyses nouvelles pour lesquelles un accès direct et spécifique aux matériaux est requise. Dans le cas de sites complexes et combinant paysages culturels et naturels, l’enregistrement préserve une partie forcément très limitée de l’information, tant pour des usages scientifiques que pour le grand public : de toute évidence, parcourir un musée ou un ensemble de sites arquéologiques reste une expérience intellectuelle et sensorielle sans commune mesure avec la visualisation d’un film, même en trois dimensions.

Les scientifiques qui participent à la préservation du patrimoine transmettent donc unanimement un même message : se reposer sur la numérisation pour préserver le patrimoine crée un danger supplémentaire d’aller vers sa disparition.

Un rôle indispensable et légitime de lanceurs d’alerte

De par leur profession et ses implications, les scientifiques font partie des rares membres de la société à disposer d’une vision globale des enjeux du patrimoine, incluant la prise en compte des approches des autres acteurs tout comme la compréhension de la valeur des biens eux-mêmes et des ressources possibles pour les préserver. Ils sont de ce fait les plus sûrs représentants de l’intérêt général, et tout en même temps les mieux informés.

En tant qu’intellectuels dans la cité, la nécessité et la légitimité de leur rôle de lanceurs d’alerte ne peut leur être contestée. Les résultats de leur intervention dans le débat public dépendent quant à eux des efforts des décideurs et des citoyens pour saisir l’opportunité de reconsidérer sous un autre angle leurs décisions.


[1] Julien BONDAZ, Cyril ISNART et Anaïs LEBLON “Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine”. Civilisations vol. 61, no 1 – Au-delà du consensus patrimonial

[2] Pour une  approche des réflexions en cours dans les Science Studies (STS), voir David Dumoulin Kervran, Mina Kleiche-Dray et Mathieu Quet, « Les STS ont-elles un Sud ? Penser les sciences dans/avec les Suds ». Revue d’anthropologie des connaissances – 2017/3