Colloque « Le pastoralisme andin à l’époque préhispanique »

Le colloque « Le pastoralisme andine à l’époque préhispanique: approche interdisciplinaire et nouvelles perspectives » organisé  les 23 et 24 avril dernier, à l’Alliance Française de Lima (Miraflores), avait pour objectif de faire connaître la diversité – longtemps ignorée – des pratiques pastorales  de la période préhispanique et de documenter son adaptation à différents environnements, non seulement montagneux, mais aussi côtiers.

L’évènement a reuni des chercheurs experts en sciences humaines et sciences de l’environnement et de l’écologie: archéologues, zoo archéologues, biogéochimistes, paléoparasitologues, archeobotanistes, spécialistes de la laine et du textile, ainsi que des vétérinaires.  Ces experts venus de France, du Pérou, de Pologne, d’Argentine, du Chili, et des États-Unis ont partagé leurs recherches en abordant d’approches méthodologiques dans différentes zones culturelles du Pérou et du Centre-Sud des Andes (Argentine et Chili) sur la période préhistorique (précéramique ou archaïque) jusqu’à nos jours.

© K. Pacheco

C’était l’occasion de présenter les derniers résultats et les progrès des travaux réalisés sur la côte nord du Pérou dans le cadre du projet CAMELANDES : « Les sociétés préhispaniques face à leur environnement : variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andine (100-1470 après J.-C.) » . Ce projet de recherche (2016-2019), financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), il est concentré sur la documentation des pratiques d’élevage des camélidés domestiques dont les restes ont été trouvés dans les sites archéologiques côtiers, les restes datent du début de notre ère jusqu’à la conquête espagnole.

Nicolas Goepfert, responsable du projet CAMELANDES, a signalé que les réflexions menées dans le cadre de cet évènement devraient susciter l’intérêt et sensibiliser le public aux processus d’adaptation des êtres humains à leur environement et à la vulnérabilité des activités humaines  face aux tensions environnementaux, mettant en perspective les sociétés du passé avec celles du présent.

Visiter le Blog de l’ANR CAMELANDES

© K. Pacheco

Café scientifique : « Les sociétés préhispaniques contre le désert »

La vie dans le désert requiert des grandes capacités d’adaptation, malgré cela les groupes humains ont occupé cet espace pendant plus de 10 000 ans. La problématique centrale du café scientifique du 20 novembre était de comprendre comment les êtres humains et les animaux des sociétés pré-hispaniques se sont adaptés aux conditions extrêmes telles que la sécheresse, le manque d’eau et une série de catastrophes climatiques de la région ?

Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Nicolas Goepfert (CNRS) / © K. Pacheco

Trois conférenciers ont participé à la discussion : Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris). S’intéressant à des périodes chronologiques différentes, de la période précéramique à la période Chimus, ils ont abordé différents types de sociétés et de vestiges archéologiques et ont cherché à expliquer la capacité de réaction des sociétés antiques aux changements climatiques. L’objectif étant de comprendre comment les sociétés ont utilisé leurs ressources dans les régions éloignées et ce qu’étaient les modalités d’élevage de camélidés à l’époque pré-hispanique.

Les cafés scientifiques sont organisés périodiquement par l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Ambassade de France au Pérou, avec le soutien de la librairie El Virrey.

Nicolas Goepfert (CNRS), Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Cecilia Mauricio (PUCP) / © K. Pacheco
Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) / © K. Pacheco