Journées d’étude : Les langues autochtones à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe

L’année 2019 est déclarée par l’Assemblée Générale des Nations Unies comme « Année internationale des langues autochtones » (International Year of Indigenous Languages, IYIL2019). Cette déclaration constitue un mécanisme de coopération créé dans le but de sensibiliser et de mobiliser les sociétés sur une question d’intérêt global.

Dans ce contexte, les journées « Langues autochtones dans et hors de la salle de classe : formes d’expression et de transmission » ont eu lieu à Quito les 4 et 5 avril, dans le but de remettre en question dans quelle mesure les actions prises par les institutions, sont les plus appropriées pour lutter contre la disparition des langues autochtones et l’autonomisation de leurs locuteurs ?

Les journées, qui se sont tenues à la FLACSO-Équateur, se sont déroulés avec la participation de conférenciers internationaux. La première session s’est concentrée sur le cas particulier du kichwa équatorien, montrant des formes d’expressivité typiques de ses différents dialectes, entre les Andes et l’Amazonie, parmi les oralités et écritures, parmi les règles de bonne parole conçues par les organisations et les institutions et l’art verbal typique des communautés.

Lors de la deuxième session, la discussion s’est élargie en intégrant une perspective comparative avec d’autres pays et d’autres langue. Lors de la troisième session, la parole a été donnée aux représentants des initiatives des communautés, afin de renforcer les formes alternatives de transmission à l’école, que ce soit par l’organisation politique, les médias ou l’art.

Cette réunion a donc été l’occasion de créer des liens entre les propositions de revitalisation des langues de différents domaines, et d’identifier davantage de personnes ayant un intérêt sérieux pour la recherche linguistique dans le cadre de futures collaborations.

L’événement coorganisé par la FLACSO-Équateur, l’Institut Français d’Études Andines et l’Université Internationale d’Équateur a permis de réfléchir sur les voies qui existent au-delà du politique conçu à partir des institutions.

© E. MESCLIER

Café scientifique sur le kichwa dans le discours politique

L’objectif de la conférence du 29 janvier dernier était de réfléchir sur les évolutions du Kichwa en Equateur et de comprendre son impact politique. L’anthropologue Sarah Dichy-Malherme de l’Université de la Rochelle était la conférencière invitée dans le cadre de ce Café scientifique organisé par l’IFEA et l’IRD. Lors de son exposé, elle a signalé comment, à partir de « La montée de l’Inti Raymi » (1990) jusqu’à la « Constitution de la Sumak kawsay » (2008), le Kichwa est venu à posséder un espace clé dans le discours politique équatorien. Ainsi, ces 30 dernières années, le recours au Kichwa symbolise un large éventail de postures liées, à la fois, à la rébellion contre l’ordre établi et à la recherche et la construction d’un nouvel ordre. Cela culmine avec l’arrivée du Kichwa sur la plus haute marche du système juridique d’Equateur, à travers le «Sumak Kawsay ».

Cet événement qui inaugurait « l’année internationale des langues autochtones » pour l’IFEA fut organisé avec le soutien de l’Alliance Française de Quito et de la Gallete.  

© . J-L. Le Pennec (Representante del IRD en Ecuador)