Confinamiento en Bogotá: entre el clasismo y la filantropía

Juan Pablo Aranguren-Romero, Profesor de la Universidad de los Andes, Becario del IFEA

Las muestras de solidaridad en la ciudad de Bogotá no cesan: hombres y mujeres organizados en colectivos o a título personal donan una parte de sus salarios, compran y envían mercados o transfieren dinero a través de plataformas digitales a personas de bajos recursos entre quienes se incluyen a veces sus propios amigos, a veces sus familiares con mayores necesidades, a veces solamente desconocidos. El esfuerzo en la mayoría de los casos es notable; donar una parte de un salario que por ahora sigue llegando a unos cuantos -a pesar de la esclavización del trabajo virtual- y ante la incertidumbre financiera, no es poco. Y aunque pudiésemos alegrarnos con el gesto, las historias de la ciudad de Bogotá no dejan de remarcar a una sociedad marcada por la desigualdad y la inequidad y por un rancio clasismo colonial.

Así, mientras la alcaldesa de la ciudad capital de Colombia, Claudia López, celebraba que a finales del mes de abril la campaña ‘Bogotá solidaria en Casa’ hubiese logrado recaudar alrededor de $52.000 millones de pesos (alrededor de 13 millones de dólares) a través de las donaciones de particulares y empresas privadas, al mismo tiempo cientos de familias exponían con agobio e impotencia un trapo rojo en sus ventanas. El trapo indicaba que, en ese hogar, se estaba aguantando hambre – probablemente desde mucho antes del aislamiento por la pandemia. El monto recaudado según lo reportado por el gobierno de la ciudad logra brindar atención, alimentos o subsidios para alrededor de 200.000 familias. Pero sin duda, este monto se acabará muy rápido y durará para que, durante un mes, una familia sobreviva con $260.000 pesos (65 dólares).

En un escenario como este se evidencia que no hay filantropía sostenible, pero tampoco hay políticas públicas que parezcan atender el problema. Celebramos la generosidad bogotana para tranquilizarnos sobre la ausencia de una política que garantice, ni siquiera un ingreso mínimo vital, por lo menos una canasta básica vital. ¿Nos regocijaremos igual con el altruismo capitalino en un par de meses cuando el monto recolectado ya no alcance? ¿Volveremos a ser solidarios mes a mes aun cuando el confinamiento por la pandemia finalice?

Muy probablemente no. Pues, para entonces, seguramente sentiremos que hemos cumplido nuestra cuota de solidaridad. Pero no estaremos dispuestos a ofrecer o compartir mucho más. La filantropía del mes pasado será la señal inequívoca del clasismo bogotano del futuro, el de siempre. Ese mismo que sostiene la obsesión de varios sectores capitalinos porque las empleadas de servicios generales puedan retornar rápidamente a su trabajo para no tener que seguirles pagando sin que asistan a trabajar. Ese sector bogotano al que le correspondió resignarse -no sin resistencia- a que dichas empleadas tengan unas condiciones laborales mínimas.

A veces llego a imaginar la voz de una mujer que con tono arrogante y acento cachaco (típicamente bogotano) le dice a su empleada: ‘mijita aquí te hemos ayudado mucho, es hora de que pongas de tu parte y trabajes en los días de tus vacaciones también, para compensar los días que no viniste’. Es nuestro clasismo disfrazado de valores morales y encubierto de emprendedurismo neoliberal: devolver un poco de generosidad, ponerse la camiseta, tener compromiso.

De allí a la vulneración de derechos fundamentales hay solo un paso. Nos lo mostró el caso de una empleada de vigilancia en un edificio de un sector de la clase media bogotana a quien se le impidió regresar a su hogar durante casi un mes (aduciendo razones de salubridad y prevención de contagios por el Covid-19) para que se encargara de la recepción de las entregas a domicilio y de abrir la puerta a los residentes. Secuestrada en un sótano, sometida a malos tratos, crueles y degradantes, enferma y hambrienta, mientras la asamblea de propietarios del edificio discutía si debía primar la seguridad o la esclavización de la empleada. Al mejor estilo bogotano, ganó la esclavización por abrumadora mayoría. 

Jugar a la futurología y definir si seremos mejores después del confinamiento me resulta, por lo menos, absurdo. Prefiero pensar que si no somos capaces de mirar el clasismo de nuestras relaciones cotidianas en Bogotá (y sin duda en toda Colombia), seguiremos celebrando la filantropía para encubrir la desigual distribución de la riqueza sin inmutarnos un poquito.  

Citas de l’IFEA en Colombie : Juan Pablo Aranguren

Le 14 novembre, Juan Pablo Aranguren Romero a dicté une conférence intitulée : « De la passion pour l’os à la douleur des autres : la gestion émotionnelle de la disparition forcée chez les professionnels de l’anthropologie médico-légale en Colombie », dans le cadre du cycle de RDVs de l’IFEA à Bogota.

Dans sa présentation, Juan Pablo, psychologue, historien, master et docteur en sciences sociales de la Faculté Latino-américaine des Sciences Sociales (FLACSO, Argentine) et boursier IFEA 2019, a cherché à analyser l’expérience intersubjective construite par des professionnels de l’anthropologie médico-légale autour de la disparition forcée en Colombie.

En partant du dialogue entre leur expertise technique, leurs connaissances et leurs pratiques, ils se déconstruisent et reconstruisent déconstruits en fonction de leur exposition à des contextes violents, à la douleur et à la souffrance des autres et à la manière dont ils gèrent cette expérience dans leur propre vie. Enfin, Juan Pablo a proposé de discuter des stratégies qu’ils utilisent pour faire face aux menaces de sécurité, de peur et de souffrance associées à la réalisation de leur travail.

La Cita qui s’est tenue à l’Alliance Française à Bogota (Centro)a été soutenue par le département de psychologie de l’Université des Andes où Juan Pablo Aranguren est professeur agrégé.

© Juan Pablo Aranguren

II Seminaire International : L’éthique de l’écoute

Le II Séminaire international “l’Ethique de l’Ecoute: Silences, rêves et spectres. Ecouter la disparition forcée » a eu lieu à l’Université des Andes le 5, 6 et 7 de novembre dernière et a été organisé par Juan Pablo Aranguren chercheur du Département de Psychologie de l’Université des Andes et lauréat d’une bourse « chercheur confirmé » 2019 de l’IFEA.

La rencontre a traité le thème de la disparition forcée, par le biais de divers regards : scientifiques (regards d’anthropologues et de psychologues) ; professionnels (anthropologues légistes, entités étatiques de recherche et de professionnels du suivi psycho-social des victimes) ; acteurs sociaux qui relatent la disparition (journalistes, chercheurs étudiant le suivi des victimes) et familles de disparus. Il s’est appuyé sur une dimension comparative Colombie-Pérou.

Les diverses facettes individuelles et collectives de la disparition forcée restent mal comprises et diversement perçues ou reconnues par les différents segments de la société, ce qui génère des incompréhensions entre acteurs publics de la recherche des disparus, médias, population en général et victimes. Les anthropologues étudient la nature du deuil individuel et social des familles de disparus et la façon d’améliorer la compréhension du phénomène et de ses implications collectives. Les psychologues tentent de mieux adapter les dispositifs d’écoute des victimes mais aussi des professionnels du suivi.

L’évènement a articulé différents espaces de réflexion scientifique, de témoignages et de débat.

  • Les conférences des deux chercheuses: Anne-Marie Losonczy (Ecole Pratique des Hautes Etudes) et Dorothée Delacroix (IHEAL-Paris Sorbonne Nouvelle), ont présenté une vision anthropologique de la relation des familles et communautés des disparus dans deux pays, la Colombie et le Pérou, affectés par des conflits civils prolongés et des taux élevés de disparitions forcées.
  • Les panels étaient composés de différents acteurs sociaux (organisations de victimes, journalistes), de représentants politiques (membres des instances d’Etat en lien avec la recherche de disparus et des Commissions de la Vérité au Pérou et en Colombie), de professionnels qui travaillent en lien avec la disparition, sur le plan médical, social ou juridique (anthropologues légistes), et de chercheurs qui travaillent avec des familles de disparus.
  • Enfin, les « conversatorios » (débats) avec des familles de victimes ou avec les acteurs de l’écoute psychosociale, ont permis d’aborder les diverses facettes sociales et personnelles du vécu des victimes, et des difficultés des professionnels chargés de leur apporter une aide psycho-sociale adéquate

 

Conference de Anne-Marie Losonczy / © E. Mesclier (IFEA)

Les conférences des deux chercheures françaises portaient sur les cas de la Colombie (région d’Antioquia) et du Pérou (région d’Apurimac). Elles ont abordé la façon dont les rituels et  les espaces oniriques permettent aux vivants de tisser des liens particuliers avec des personnes dont les assassins ont fait disparaître les corps. Elles ont aussi mis l’accent sur diverses formes d’incorporation des disparus à la vie des familles et des communautés, à travers des pratiques rituelles spécifiques, comme l’adoption de restes humains anonymes par des individus qui les choisissent et attendent des bienfaits en retour. Toutes deux ont ainsi souligné les différences de perception de la disparition, entre des acteurs étatiques ou légistes qui minimisent parfois le deuil, et les familles, qui établissent des liens, par le biais des rêves notamment, avec leurs disparus. Elles ont enfin mis en lumière les conséquences de l’impunité des tortionnaires sur le vécu des victimes.

Un aspect sur lequel le panel réunissant des anthropologues légistes, faisant état de leurs expériences, a permis d’apporter quelques précisions. Ceux-ci ont souligné notamment l’importance de ne pas générer de faux espoirs dans les procédures de recherche et d’identification, mais aussi de ne pas déclarer trop vite les disparus « morts » ou de ne pas contraindre les familles à l’abandon de la recherche des disparus. Les associations de victimes doivent batailler pour faire reconnaître les préjudices subis et l’ampleur du phénomène. De même, les mères ou tantes de disparus ont témoigné sur l’aide psychologique reçue, mettant en évidence les décalages avec certains professionnels de l’écoute dans la perception et compréhension du deuil lié à la disparition et à l’incertitude qui en découle. Les hommes étaient absents du panel de témoins ; certains chercheurs ont souligné que ceux-ci ont une plus grande difficulté à témoigner par la parole. Diverses formes artistiques pratiquées dans des contextes collectifs s’avèrent alors un support pertinent, comme la broderie ou la danse.

Les journalistes ont quant à eux fait état de leur réflexion sur leur façon d’aborder la disparition, dans un effort collectif pour passer d’un traitement sensationnaliste à une approche solidaire des victimes.

La disparition forcée, bien que définie comme un délit sur le plan juridique depuis 2000 en Colombie, reste un phénomène mal connu et souvent volontairement occulté ou minimisé par les gouvernements, ce qui rend la rencontre entre les familles et les instances de recherche parfois difficile. L’apport des études anthropologiques et psychologiques se révèle crucial, de ce point de vue, pour mieux comprendre la relation tissée entre les familles ou les communautés et leurs disparus et pour adapter de façon plus adéquate les dispositifs d’écoute et de soutien psycho-social.

La rencontre s’inscrit dans le fil des recherches menées par l’IFEA sur la violence, ses formes, ses mémoires et les réparations faites aux victimes, dans une perspective comparative notamment entre la Colombie et le Pérou.

© E. Mesclier (IFEA)