Les 50 ans de la Réforme Agraire péruvienne et les activités de l’IFEA

par Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA

2019 a marqué les 50 ans des débuts de la réforme agraire radicale lancée par le gouvernement militaire de Juan Velasco Alvarado. Cette histoire pourtant déjà ancienne a suscité de vifs débats, dans la presse et dans les réseaux sociaux, autour de manifestations scientifiques et culturelles dont un des points d’orgue aura été la sortie du film « La revolución y la tierra », du réalisateur Gonzalo Benavente Secco, vu par des centaines de milliers de spectateurs. Parfois évaluée en dehors de son contexte historique, la réforme agraire est accusée par les uns d’avoir stoppé la modernisation de l’agriculture et provoqué un exode massif de paysans vers l’agglomération de Lima. D’autres, surtout parmi les plus jeunes, qui n’ont pas connu cette époque, voient en elle l’éradication du servage imposé aux Amérindiens à partir de la conquête et la reconnaissance de la diversité des cultures. La réalité est, comme pour tout événement de grande magnitude, beaucoup plus riche et beaucoup plus complexe. La réconciliation des points de vue n’est pas encore à l’ordre du jour : la réforme agraire a provoqué une rupture radicale et définitive dans l’histoire du Pérou. Ses conséquences économiques, sa capacité à démocratiser la société, à redessiner les territoires et à permettre le développement d’une agriculture paysanne approvisionnant une population urbaine en croissance accélérée, mais aussi son rôle dans les difficultés économiques des années 1980, ou encore ses relations avec le conflit interne meurtrier et son dénouement, sont encore discutés avec passion.

Pendant toute l’année 2019, les personnes qui ont pris part au processus de réforme agraire, en tant que leaders paysans, fonctionnaires publics, propriétaires terriens, observateurs, depuis leur expérience d’ingénieurs agronomes, de professeurs, d’intellectuels militants, ont échangé avec les chercheurs et étudiants qui tentent d’aborder la période et ses suites avec un recul critique.

Exposition de Velasco à la BNP, 2016 / © K. Pacheco (IFEA)

L’IFEA avait organisé avec ses partenaires, en 2016, une exposition, des conférences et des tables-rondes sur le régime militaire de Juan Velasco Alvarado.  En 2019, il a participé à plusieurs activités sur la réforme agraire. Il a notamment été présent, sous la forme d’un financement et d’une contribution scientifique, à la XVIIIe édition du Séminaire Permanent de Recherche Agraire, SEPIAXVIII, qui s’est tenu à Puno entre le 12 et le 15 août. Spécialiste des espaces ruraux, Évelyne Mesclier a contribué aux débats du thème 1, « À 50 ans de la réforme agraire : processus, effets, impacts et apprentissages »  avec une intervention dont le titre était  « Réforme agraire, construction des espaces et déplacement de la question démocratique ». Elle a également été invitée à participer au séminaire  « 50 ans de la réforme agraire péruvienne : nouvelles lectures et approches », organisé par la PUCP du 26 au 28 juin, où elle a présenté une conférence sous le titre « Réforme agraire et droit à la mobilité spatiale : une relation ambiguë ». Enfin, elle a été invitée par l’Université Nacional Agraria La Molina à intervenir lors de la présentation de la 2e édition du livre de Enrique Mayer, Cuentos feos de la reforma agraria peruana. Segunda edición ampliada y corregida (Lima: IEP).

Présentation du livre de Enrique Mayer – Universidad Nacional Agraria de La Molina

Par ailleurs l’IFEA publie en 2019 un ouvrage édité par P. Luna et F. Quiroz Chueca, Haciendas en el mundo andino. Siglos XVI-XX, avec la fondation Bustamante de la Puente.  Ce livre, basé sur des études de cas situées dans un ensemble couvrant une vaste région entre le nord de l’Argentine et le nord du Pérou, doit permettre de renouveler également la lecture de ce monde ni monolithique, ni immobile, qui a largement disparu avec les réformes agraires.

 

Haciendas en el mundo andino. Siglos XVI-XX, 2019 (IFEA & Fundación M.J Bustamante de la Fuente)