Conférence dédiée aux pratiques clandestines et le patrimoine

Emanuela Canghiari, anthropologue du Musée de Quai Branly – Jacques Chirac a participé aux « rendez-vous de l’IFEA » le 5 février 2019. Lors de sa conférence intitulée : « Pilleurs de tombes, faussaires et archéo trafiquants : un regard anthropologique sur le patrimoine à partir des pratiques clandestines » Emanuela Canghiari a abordé la question depuis un prisme particulier. Le trafic d’art précolombien offre un coup d’œil décentralisé sur le patrimoine culturel car il ne se concentre pas uniquement sur la valeur, mais aussi – et surtout -, sur les pratiques considérées comme clandestines (destruction, merchandising, fraude).

Emanuela Canghiari (Musée de Quai Branly – Jacques Chirac ) / © K. Pacheco

La présentation réalisée à l’Alliance Française de Lima, a été l’occasion de faire connaître le résultat de plusieurs années de travail ethnographique menées dans les régions d’Ancash et de La Libertad – Lambayeque, où la chercheuse a reconstruit le circuit illicite de l’art : depuis la production (le pillage) à la consommation (l’achat), par le biais de son échange, affichage et contrefaçon. La question a également été traitée dans sa dimension globale et historique depuis l’époque de la conquête jusqu’à nos jours.

L’archéo-trafic étant un des plus anciens marchés illicites, destructeurs et lucratifs du monde, la recherche de Mme Canghiari offre la possibilité de connaître cette réalité souterraine et difficile accès. La présentation a cherché à révéler la complexité de la question patrimoniale au Pérou, ses contradictions, ambiguïtés et son potentiel politique et économique. Les « Rendez-vous de l’IFEA » sont réalisés avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut de Recherche pour le Développement et l’Alliance Française de Lima.

© K. Pacheco