Les ravages du Covid-19 sur le patrimoine archéologique : perspectives péruviennes.

Par Catherine Lara, docteure en archéologie et chercheuse de l’IFEA à Lima.

Le Pérou compte au moins treize mille sites archéologiques. Cette visibilité du patrimoine archéologique l’a rendu incontournable dans le paysage social. C’est ainsi que les imaginaires et les discours identitaires de divers acteurs ont cherché à protéger ou, au contraire, à exploiter cette matérialité au cours du temps (Chamussy et al. 2010[1]). Celle-ci est également très fragile. Elle n’est peut-être pas la première chose à laquelle nous pensons lorsque de grandes crises éclatent, mais elle n’en paie pas moins les conséquences pour autant (parfois même lourdement). La pandémie de Covid-19 le démontre une fois de plus, comme nous l’illustrerons par la suite avec des exemples provenant du Pérou, mais qui sont également la réalité d’autres endroits du continent américain et du monde. Cette réalité tourne principalement autour de deux phénomènes : les atteintes au patrimoine et l’effondrement des moyens humains et économiques nécessaires à l’entretien des vestiges archéologiques.

Hausse des pillages et des invasions

Le pillage et les invasions de gisements archéologiques sont formellement interdits au Pérou, et sont durement sanctionnés par les lois du pays. Bien entendu, ces pratiques existent depuis longtemps. Cependant, elles semblent s’être intensifiées en raison de la crise du Covid-19.

Pour ne donner que quelques exemples, dans un article publié le 15 juin dernier, UN Diario révélait la plainte angoissée du maire de Portada de la Sierra (province de Pacasmayo), concernant la situation de la zone archéologique de Cerro Pitura. Depuis le début du confinement, celle-ci a été particulièrement touchée par une hausse notoire du pillage, qui a occasionné une destruction massive du secteur, entraînant la disparition d’objets de grande valeur[2]. Un autre cas a été reporté fin juin dernier en plein Cusco, où des fonctionnaires d’état ont surpris une bande de pilleurs en train de fouiller clandestinement dans une maison ancienne[3].

Les sites archéologiques « célèbres » ont également été touchés. C’est le cas de Chankillo (Áncash), patrimoine culturel de la nation. Début mai, des représentants du secteur culturel et de la police ont constaté l’installation illégale d’infrastructures agricoles au sein dela zone archéologique[4]. De son côté, Caral a subi de multiples invasions depuis fin avril[5]. En juin, le Ministère de la Culture a publié une note d’information sur les actions réalisées pour déloger les envahisseurs[6].

Suite à ces incidents, le Ministère de la Culture a pris des mesures afin d’inciter la population à dénoncer les atteintes au patrimoine, par le biais de la mise en place d’un décret législatif[7], ainsi que l’ouverture d’une ligne WhatsApp[8]. En conséquence, en mai, l’institution avait déjà reçu plus de 50 plaintes pour dégradations de sites archéologiques[9]. Il est fort probable que ces infractions patrimoniales soient en réalité bien plus nombreuses, en particulier sur des sites peu médiatiques ou situés dans des zones isolées.

Restes humains éparpillés par les pilleurs (désert de Sechura) / Photographie : C. Lara.

La hausse de ces atteintes au patrimoine occasionnées par la crise du Covid-19 pourrait s’expliquer par deux facteurs.

En premier lieu, face à la crise économique actuelle, la vente d’objets provenant d’excavations clandestines ou l’invasion de terres peuvent se présenter, pour certains, comme des sources alternatives de profits économiques. Dans le cas du pillage, le confinement a en outre coïncidé avec la Semaine Sainte, une période populairement considérée commepropice à la découverte d’objets archéologiques de valeur. Dans certaines zones archéologiques, les habitants considèrent qu’ils ont des droits légitimes sur l’exploitation d’objets précolombiens (Canghiari 2012[10]). Ceci nous renvoieau débat sur la diversité de perceptions existant autour de la notion de patrimoine, voire à la légitimité de ce concept. Un débat complexe que nous ne développerons pas ici, mais qui, sans aucun doute, doit être pris en compte dans le contexte actuel.

En second lieu, les dénonciations d’activités de pillage ou d’invasions sont généralement réalisées par les habitants, par les fonctionnaires du secteur culturel ou par la police. Ainsi, la restriction de circulation décrétée par l’État d’urgence a laissé le champ libre aux contrevenants.

À travers la présence de professionnels et la participation des communautés, les projets de recherche archéologique sont également une façon de protéger les sites. Bien entendu, ces projets ont été suspendus pendant la période de confinement. L’incident survenu sur le site de Huacatón (province de Huaral, département de Lima) a généré une intense controverse au sein de la communauté archéologique du pays.

Avant le début du confinement, l’archéologue Peter van Dalen avait obtenu l’autorisation légale pour fouiller le site. Compte tenu des dangers imminents de destruction pesant sur celui-ci, suite à la déclaration d’État d’urgence à la mi-mars, le chercheur a pris l’initiative de poursuivre la fouille. Il a assuré que le Ministère de la Culture en avait connaissance et que les précautions sanitaires correspondantes avaient été prises pour garantir la sécurité du personnel[11].

Cependant, le Ministère de la Culture s’est déresponsabilisé des déclarations du chercheur. Début avril, il a suspendu la fouille suite à une opération policière, en argumentant que le projet constituait une infraction aux normes de confinement et avait mis l’équipe de travail en danger[12]. Environ un mois plus tard, un habitant a creusé illégalement un sentier de plus de 40 mètres de long à travers Macatón avec un engin de chantier, causant la destruction notoire des vestiges archéologiques du site[13].

Fragilisation des vestiges en raison du manque d’entretien et de financement

En raison du confinement obligatoire, les musées archéologiques ont dû fermer et réduire drastiquement les activités du personnel in situ[14]. Cette situation a affecté les vestiges mobiliers et immobiliers, qui demandent un entretien permanent. C’est le cas de la Huaca del Sol et de la Huaca de la Luna, dont les fresques polychromes ont subi des détériorations non négligeables pendant le confinement[15]. En plus des dépenses engendrées par les tâches d’entretien habituelles, de nouveaux investissements seront donc nécessaires pour réparer les dommages causés suite à la pandémie.

Détail d’une fresque de Huaca de la Luna / Photographie : C. Lara.

Tout comme le patrimoine archéologique occupe une place prépondérante dans l’activité touristique du Pérou, cette dernière contribue de manière notable au financement du secteur archéologique. La fermeture des musées due au confinement a causé des pertes économiques significatives de ce point de vue-là. Après la levée du confinement, des protocoles sanitaires ont été mis en place pour que les musées puissent rouvrir à partir du mois de juillet en garantissant la santé des visiteurs[16]. Mais cela a également un coût, en conséquence de quoi le Gouvernement Central a proposé une aide de 5,8 millions de dollars au secteur[17]. À Lambayeque, les musées Tumbas Reales et Sicán attendent de recevoir ces fonds pour pouvoir mettre en place les mesures sanitaires nécessairesau retour du public[18].

À Machu Picchu, la réouverture du site était initialement prévue pour le 1er juillet. Cependant, face au manque de budget pour renforcer et équiper le centre de santé voisin, les autorités ont décidé d’ajourner la reprise de l’activité touristique[19]. La nouvelle a des conséquences paradoxales. D’une part, elle est positive, dans la mesure où le Machu Picchu souffre de plus en plus de l’affluence croissante des visiteurs[20]. D’autre part, l’économie de la région dépend fortement de l’activité touristique liée au patrimoine archéologique[21], en conséquence de quoi l’ajournement de la réouverture des sites est décourageant. Les difficultés économiques subséquentes pourraient bien donner un argument de plus aux partisans de la construction (polémique) du nouvel aéroport de Cusco. Cette initiative lancée en 2017[22] a suscité d’intenses discussions entre ceux qui argumentent que ce projet apporterait une prospérité économique àtous les secteurs sociaux de la zone, et ceux qui, au contraire, soutiennent que cette construction est une menace pour la préservation du patrimoine naturel et culturel de la Vallée Sacrée, qui n’enrichira qu’une poignée d’individus.

De manière générale, quoi qu’il arrive, l’effondrement du flux touristique (et par conséquent, des revenus engendrés par les musées) est inévitable pour deux raisons. En premier lieu, les protocoles sanitaires exigent naturellement des capacités d’accueil réduites[23]. En second lieu, malgré la levée du confinement, la pandémie se trouve en pleine expansion au Pérou, ce qui peut dissuader le tourisme interne. Enfin, l’ouverture des frontières internationales, pour l’instant prévue pour le mois d’octobre, implique que les touristes étrangers ne reviendraient qu’à la fin de l’année, ce qui nuit là encore fortement à l’économie des musées[24].

Affluence touristique à Huaca de la Luna / Photographie : C. Lara.

Bilan et perspectives

À l’instar d’autres phénomènes analysés depuis le début de la pandémie, ce qui a été exposé précédemment n’est pas nouveau. La crise du coronavirus n’a fait que mettre davantage en évidence et parfois exacerber des réalitéspréexistantes. Les situations compilées ici soulignent les dilemmes pouvant se présenter au moment de devoir définir des priorités entre la santé, l’économie, parfois la légalité, et dans ce cas précis, la culture.

L’aggravation de la crise économique sera sans doute une motivation pour les pilleurs et les envahisseurs. Il faut espérer qu’avec la levée du confinement, la plus grande circulation de personnes autours des espaces archéologiques décourage les atteintes au patrimoine. De même que dans d’autres endroits du monde, les musées ont profité du confinement pour se faire promouvoir activement sur internet. Ce type d’initiatives contribue aussi sans aucun doute à sensibiliser le public. La reprise des projets archéologiques permettra peut-être de les soutenir dans ce sens. Apparemment, cela peut encore prendre du temps d’un point de vue institutionnel, en particulier dans le contexte d’incertitude causé par la levée du confinement en pleine expansion de la pandémie. En ce qui concerne les recherches co-dirigées par des archéologues étrangers, face à l’inconnueexistant quant à la date d’ouverture des frontières internationales, la majeure partie d’entre elles ont été reportées à l’année prochaine.

En définitive, des temps très durs s’annoncent pour le patrimoine archéologique du Pérou et pour les divers professionnels qui gravitent autour de lui. Comme l’a souligné le collectif G.I. Sociedades Prehispánicas del Litoral – Yungas lors de la rencontre “Arqueología peruana en tiempos de pandemia: presente y futuro”[25], une bonne coordination entre tous les membres de la communauté archéologique, en lien avec les entités publiques, sera plus que jamais nécessaire afin de bien mettre en évidence la gravité de la situation et de trouver des solutions durables à long terme.


[1] Chamussy V., Goepfert N., Touchard A.  2011 « La pratique de la huaquería au Pérou : un patrimoine détruit à 90% ». In Halte au pillage !, G. Compagnon & J.-L. Le Quellec (éds.), pp.314-333. Éditions Errance, Paris.

[2] https://undiario.pe/2020/06/15/denuncian-invasiones-y-huaqueo-en-zona-arqueologica-de-cerro-pitura

[3] https://larepublica.pe/sociedad/2020/06/20/cusco-intervienen-a-13-huaqueros-en-una-casona-vieja-del-cercado-video-lrsd/

[4] https://andina.pe/agencia/noticia-alerta-sector-cultura-detecta-trabajos-no-autorizados-zona-arqueologica-chankillo-795557.aspx

[5] https://elperfil.pe/peru/lima/arqueologa-denuncia-invasion-en-ciudad-sagrada-de-caral?fbclid=IwAR2136_0z0LRWR1J46cGCxQ9C11FO3Gd14jMKp_NBODl2Fv5inagT1IB_2Y

[6] https://www.gob.pe/institucion/cultura/noticias/169223-desalojan-a-personas-que-invadieron-sitio-arqueologico-de-vichama-en-vegueta-huaura

[7] https://busquedas.elperuano.pe/normaslegales/decreto-legislativo-que-refuerza-acciones-y-establece-medida-decreto-legislativo-n-1467-1865717-1/

[8] https://andina.pe/agencia/noticia-ministerio-cultura-insta-a-poblacion-a-denunciar-invasion-o-dano-zonas-arqueologicas-795357.aspx

[9] https://larepublica.pe/sociedad/2020/05/11/coronavirus-en-peru-ministerio-del-cultura-recibio-mas-de-50-denuncias-por-ataques-contra-zonas-arqueologicas-durante-estado-de-emergencia/?fbclid=IwAR1D_VTnPlsA5Pzru3ckoU5A5jsUDm2X_ZqkRVRwfEecDYyK50Rjs9HG4co

[10] Canghiari, E. 2012 « ¿Huaqueros? Lamentablemente no tenemos: legitimación y reivindicación en el saqueo de tumbas prehispánicas ». In Espacios, tradiciones y cambios en Conchucos, S. Venturoli ed., pp. 36-65. Progetto Archeologico Antropologico “Antonio Raimondi”, Bologne.

[11] https://limagris.com/un-ministerio-de-cultura-en-piloto-automatico-contra-el-arqueologo-pieter-van-dalen/

[12] https://www.radionacional.com.pe/noticias/regionales/ministerio-de-cultura-rechaza-excavaciones-en-sitio-arqueologico-cementerio-macaton-en-chancay

[13] https://www.gob.pe/institucion/cultura/noticias/151084-afectacion-en-un-area-del-sitio-arqueologico-cementerio-macaton-huaral

[14] https://www.gob.pe/institucion/cultura/noticias/169223-desalojan-a-personas-que-invadieron-sitio-arqueologico-de-vichama-en-vegueta-huaura

[15] https://rpp.pe/peru/la-libertad/trujillo-murales-de-la-huacas-del-sol-y-la-luna-en-peligro-por-falta-de-mantenimiento-noticia-1270335?fbclid=IwAR0k-ajDUqi6yP58TpPjXkY1JqHf9xQGuXxh3ryJqqsQdMUlOV2ZPpoA-UQ

[16] https://www.gob.pe/institucion/cultura/noticias/189357-ministerio-de-cultura-elabora-protocolo-de-salubridad-para-museos-y-sitios-arqueologicos-del-pais

[17] https://gestion.pe/peru/coronavirus-peru-reactivacion-economica-machu-picchu-afina-protocolos-para-volver-a-recibir-visitantes-en-julio-covid-19-nndc-noticia/

[18] https://larepublica.pe/sociedad/2020/06/30/lambayeque-museos-reabriran-puertas-tras-implementar-medidas-sanitarias-lrnd/

[19] https://larepublica.pe/sociedad/2020/06/20/machu-picchu-no-reabrira-sus-puertas-este-1-de-julio-cusco-reactivacion-turistica-lrsd/

[20] https://ojo-publico.com/1678/machu-picchu-descansa-obligado-por-la-pandemia

[21] https://larepublica.pe/sociedad/2020/06/27/cusco-machupicchu-devolvio-4-millones-de-soles-por-visitas-canceladas-durante-la-cuarentena-lrsd/

[22] http://www.rfi.fr/es/contenu/20190810-nuevo-aeropuerto-de-cusco-queda-bajo-la-mira-de-la-unesco

[23] https://www.infobae.com/america/agencias/2020/06/14/machu-picchu-limitara-visitantes-cuando-vuelva-a-abrir-sus-puertas-en-julio/

[24] https://mercadosyregiones.com/2020/06/18/cusco-120-000-personas-esperan-el-reinicio-del-turismo-en-la-region/

[25] https://www.facebook.com/GrupoYungas/videos/?ref=page_internal

Les autorités locales face au coronavirus : quelques leçons et idées pour le futur

Par Arthur Morenas, doctorant en sciencie polítique (Institut des Amériques)

Depuis une semaine, la municipalité de la province de Chincha a interdit l’accès aux halles, le principal marché de la ville, à toute personne résidant hors du district de Chincha Alta, capitale de la province. Depuis le début de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national, les autorités se voient confrontées au problème de l’agglomération de population dans le marché et ses alentours, ce qui génère des risques de contagion. Chincha, située à 3 heures au sud de la capitale Lima, est la seconde province la plus peuplée de la région d’Ica, avec 217 683 habitants. La majeure partie de sa population se concentre dans les districts côtiers de Chincha Alta (63 671), Pueblo Nuevo (61 078), Sunampe (27 496) et Grocio Prado (24 049). Si les districts de Chincha Alta et Pueblo Nuevo sont principalement urbains, les autres se dédient à d’importantes activités agricoles, de pêche et d’élevage de bétail. La province comprend, en outre, 3 districts situés dans la sierra (Chavín, San Juan de Yánac et San Pedro de Huacarpana), importants de par leur activité agricole et d’élevage, mais aussi minière.

La concentration urbaine sur la côte, et particulièrement autour de Chincha Alta s’est révélée être problématique dans la gestion de la crise du Coronavirus. Les halles et leurs alentours (occupés par le commerce ambulant) sont habituellement des lieux de forte concentration de population. Les restrictions horaires et la limitation du commerce ambulant ayant empiré la situation, il a donc été nécessaire de limiter l’accès aux halles et de les décentraliser vers les principaux districts de la province. En effet, cette mesure a obligé les maires des districts à organiser des marchés locaux dans leurs circonscriptions respectives. Cette disposition nécessaire a cependant tardé à être mise en œuvre. Elle illustre le rôle spécifique des gouvernements régionaux et locaux dans la lutte contre le coronavirus, rôle qui ne devrait pas être réduit au seul don de vivres aux populations vulnérables.

Marché provisoire à la place d’armes du district Sunampe. Photo: A. Morenas

Les gouvernements locaux : de possibles acteurs pour rapprocher producteur et consommateur en temps de crise sanitaire ?

Dès le début de la crise et de l’état d’urgence au Pérou, la question de limiter au mieux les fortes concentrations de population dans les marchés et supermarchés a été centrale et parfois controversée, comme le montre la mesure visant à alterner les jours de courses entre hommes et femmes ou l’interdiction de faire les courses les jeudi et vendredi saints. Les décisions gouvernementales ont parfois été critiquées, mais le rôle que pouvaient (ou devraient) avoir les autorités locales et régionales a rarement été mentionné. Le transfert de fonds du gouvernement national vers les autorités régionales et locales pour acheter et donner des paniers de produits de première nécessité aux foyers les plus pauvres a donné à celles-ci un rôle « officiel » dans la gestion de la crise. Néanmoins, il faudrait également souligner une série de mesures qu’elles pourraient mettre en oeuvre, dans le but de contrôler les concentrations excessives de population à échelle locale. Dans la presse, une certaine emphase a été mise sur la décision de certains maires de districts de fermer leurs « frontières ». Bien que la décision de la municipalité de La Molina ait été la plus médiatisée, d’autres districts, tels que Pacasmayo o San Pedro de Lloc, l’ont également prise.

Cependant, peu de fois a été évoqué le rôle que peuvent jouer ces autorités pour réorganiser les circuits de ravitaillement, tenter de limiter les rassemblements de personnes dans les marchés et les supermarchés tout en rapprochant consommateur et producteur, et réduire les risques de contamination lors du transport des produits. Cette initiative a été nommée « du champ à la marmite » dans plusieurs districts de Chincha. En effet, les gouvernements locaux connaissent les habitants et producteurs de leurs districts respectifs mieux toute autre autorité gouvernementale ou étatique, et sont probablement les plus indiqués pour pouvoir réaliser cette tâche. Il convient de mentionner que ces initiatives ne peuvent pas être reproduites aussi facilement dans toutes les localités : la province de Chincha compte un nombre important de producteurs agricoles, avicoles et une forte activité de pêche, ce qui, évidemment, aide à organiser ces circuits locaux de ravitaillement. L’initiative de décentraliser les halles se révèle cependant nécessaire pour pouvoir affronter plus efficacement le thème de la forte concentration de population, et l’on pourrait, particulièrement en zone urbaine, penser à des mécanismes pour approvisionner les magasins et les petits commerces au même prix que les grands marchés, généralement plus économiques. Alors que le nombre excessif de districts a pu être critiqué par le passé, la crise actuelle rappelle l’importance de disposer de niveaux d’autorité suffisamment proches de la population pour pouvoir développer l’organisation locale, mais aussi de mécanismes de répartition des ressources entre les districts, afin que l’organisation locale ne soit pas synonyme de nouvelles inégalités entre district riches et pauvres.

La crise du coronavirus met en lumière la problématique des « non-pauvres » vulnérables.

La connaissance que les autorités locales ont de leurs districts et provinces respectifs a été l’un des arguments principaux en faveur du transfert de fonds destiné à l’achat de produits de première nécessité. Il faut également mentionner que de nombreuses autorités locales n’ont pas attendu ce virement du gouvernement pour mettre en place, souvent avec de grandes entreprises locales, le don de poulets, par exemple, aux habitants de leurs districts (comme cela a été le cas dans plusieurs districts d’Ica). Nous ne souhaitons pas prendre ici part au débat sur la dimension souvent « politique » de ces remises (est-il nécéssaire que le maire en personne effectue les remises, et que l’équipe de communication de la municipalité diffuse l’événement en direct ?). En revanche, nous voulons souligner le fait que cette crise mette en lumière le problème des « non-pauvres » en situation de vulnérabilité, lesquels ont été exclus de nombreuses politiques publiques ces dernières décennies.

On a beaucoup parlé de la forteresse budgétaire péruvienne, qui permet au pays d’affronter plus dynamiquement la crise du coronavirus par rapport à d’autres pays de la région, voire du monde. Le remise de bons aux foyers les plus vulnérables a été, sans aucun doute, une étape importante pour aider des millions de familles en situation de pauvreté. L’extension des bons aux travailleurs indépendants, et le transfert de fonds pour remettre des paniers de première nécessité à échelle locale montre plutôt clairement la difficulté que rencontre l’État péruvien pour atteindre tous les pauvres dans un moment de crise exceptionnelle. Ces dernières décennies, les programmes sociaux se sont basés sur le principe de « focalisation » de la pauvreté, avec l’idée que les programmes sociaux parviennent aux personnes qui en ont réellement besoin : celles en situation de pauvreté et d’extrême-pauvreté. Cependant, comme le rappellent Javier Herrera et Angelo Cozzubo, « l’expansion de la couverture des programmes sociaux, en se focalisant uniquement sur la population en condition de pauvreté, a laissé les vulnérables sans attention, et ce encore plus en dessinant des politiques spécifiques destinées à diminuer la vulnérabilité (en particulier les mécanismes d’assurance-chômage, d’assurance pour la faillite des entreprises familiales, les conséquences de désastres naturels, l’accès au crédit formel, etc.) »[1]. Les vulnérables sont les personnes et les foyers étant sortis de la pauvreté, mais qui, par exemple, pour des motifs conjoncturels ou de santé, pourraient facilement y retomber. La difficulté pour l’État péruvien d’aider ces foyers en situation de vulnérabilité, lesquels représentaient 28,4% de la population en 2018[2], montre qu’encore bien peu a été fait pour identifier et mettre en oeuvre des politiques socio-économiques à caractère plus universel. D’une certaine façon, l’annonce faite le 28 juillet 2019 par le président Vizcarra à propos de l’universalisation du Assurance Intégrale de Santé[3] (SIS), auparavant adressé aux foyers les plus pauvres, va dans ce sens, bien qu’il nécessite une hausse importante du budget du secteur sanitaire. La situation met également en lumière le défi, pour les chercheurs en sciences sociales en général, de produire un savoir plus détaillé sur cette catégorie de « non-pauvres » étant encore dans une situation relativement précaire et fragile, ce qui implique de ne pas simplement se limiter aux enquêtes sur les conditions de vie et de pauvreté monétaire.


[1] Javier Herrera y Angelo Cozzubo, La Vulnerabilidad de los hogares a la pobreza en el Perú, 2004-2014, UMR DIAL 225, Université Paris Dauphine, Institut de Recherche pour le développement, Documento de Trabajo, n˚ 2018‑08, 2016 (traduction propre).

[2] https://larepublica.pe/sociedad/2020/03/28/coronavirus-en-peru-los-vulnerables-a-la-pandemia-covid-19/

[3] N.D.T : Seguro Integral de Salud.