La pandémie du coronavirus : un nouveau défi social et culturel pour la Colombie.

Par Julie Massal, docteure en sciences politiques et chercheuse de l’IFEA à Bogota.

La pandémie du « coronavirus » est arrivée en Colombie dans des proportions encore modestes (avec près de 800 cas connus et 13 morts en date du 31 mars). La quarantaine a été déclarée depuis le 20 mars à Bogota et depuis le 25 au niveau national. Dans de nombreuses régions, il y a un couvre-feu dans des villages et des veredas[1]. Les mesures de protection s’accompagnent de quelques propositions d’aide plus spécifiques aux populations les plus vulnérables en raison du manque d’accès à l’eau et aux services basiques, dont les soins. Par exemple, à Bogota, les secteurs les plus pauvres recevront de l’aide sous forme de panier de vivres basiques et la suspension des factures de certains services publics (électricité, eau) a été annoncée. La reconnexion des usagers dont des services comme l’aqueduc avaient été suspendus faute de paiement, a été prévue. Mais dans des régions plus isolées, les conditions de pauvreté et le faible accès aux services basiques peuvent renforcer les effets négatifs de la pandémie parmi la population la moins protégée. Bien que les consignes de distanciation sociale, de gestes d’hygiène et de quarantaine aient été prises à l’échelle nationale, leurs effets ne seront pas les mêmes sur tout le territoire, affecté par de nombreuses inégalités sociales et par diverses formes de violence et de contrôle territorial de la part des acteurs armés, criminels et mafieux.

Le panorama politique est en effet contrasté : la violence contre les leaders sociaux ne connait pas de trêve, affectant de jeunes leaders et d’ex-combattants en processus de réinsertion dans plusieurs endroits du pays. À ceci s’ajoute la stigmatisation de certaines personnes suspectées de porter le virus. Cela est d’autant plus préoccupant quand cette stigmatisation est spécifiquement dirigée contre les leaders sociaux et en fait des cibles encore plus vulnérables, impliquant ainsi un plus grand danger pour eux. En effet, la pandémie a occasionné, dans de nombreuses régions, des restrictions à la mobilité encore plus strictes que d’habitude. Par conséquent, ces leaders ne peuvent s’échapper s’ils se trouvent menacés du fait de leurs agissements politiques, et le fait d’être une cible de stigmatisation peut diminuer le soutien qu’ils reçoivent des communautés, ce qui les expose davantage. Dans le même temps, les organismes internationaux et nationaux de contrôle et de supervision de la paix accèdent plus difficilement à ces régions.

Mais il y a également des signaux encourageants d’une mobilisation des instances de mise en oeuvre de la paix, particulièrement de la Commission de la Vérité qui a appelé les acteurs armés à cesser leurs activités. L’ELN, guérilla encore en activité, a annoncé le 30 mars le cessez-le-feu unilatéral pour un mois (du 1er au 30 avril), en tant que « geste humanitaire » dû à la pandémie, obéissant à l’appel du secrétaire général de l’ONU à cesser les conflits armés dans le monde entier. La Conférence Épiscopale et la Mission de vérification de l’ONU, qui surveille la mise en oeuvre de la paix, ont également appuyé cet appel. L’agenda de la paix aussi se modifie avec la pandémie. Dans un contexte d’exécution de la paix, même fragile, mais déterminée malgré les obstacles par une partie de la société colombienne, il s’agit là de signaux qui, sans les surévaluer, sont dignes d’attention et de suivi.

Dans la vie quotidienne, il y a également beaucoup de « petits changements », qui ne le sont peut-être pas tant que ça, et dont nous ne savons pas s’ils seront oubliés dès la fin de la quarantaine ou si leur effet sera plus durable. La distance sociale dans la queue du supermarché ou de l’épicerie, l’interdiction de l’embrassade, l’impossibilité de « boire un tintico », expression qui en Colombie est une métaphore de nombre de relations sociales, tant en amitié qu’en affaires ; le calme surprenant d’une ville bruyante et pleine de musique telle que Bogota…

Il y a une atmosphère distincte avec la disparition, tout du moins dans certains quartiers, des vendeurs ambulants qui proposent des cigarettes, des bonbons, une aromática[2], ou qui louent des « minutes » de téléphone portable au coin de la rue. Oui, la lente invisibilité de tout ce « monde de la rue » et des gens qui vivent de « rebusque », une espèce de « Système D » (comme nous le disons en France) ultra efficace, interpelle. Le rebusque est une manière de chercher à gagner sa vie, de toutes les façons qui soient, en vendant de tout et en tirant profit de toutes les opportunités, en recyclant un peu des pièces usagées et parfois avec beaucoup de créativité. Qu’adviendra-t-il de cette économie « informelle » mais si répandue, et qui donne une certaine forme à la vie quotidienne ? Ceci est un exemple parmi tant d’autres des changements quotidiens qu’a déjà occasionnés la pandémie de coronavirus en Colombie.

Comme dans d’autres parties du monde, les doutes et les inconnues sont prédominants, et la stupéfaction est sans fin face à tout ce qui reste en suspens, à ce que l’on pensait ne pas pouvoir arriver. Mais la pandémie n’aura pas les mêmes effets, en particulier parmi les populations les plus vulnérables, dans tout le pays, ni dans tous les pays, et elle n’a pas été affrontée partout de la même manière, comme le montre la diversité de situations en Amérique latine. Le défi pour penser tout ce qui va changer ou a déjà changé, dans la vie quotidienne, l’économie, les relations culturelles et sociales, la paix ou la politique, la ville ou la campagne, est immense. Et il faudra le faire en regardant ce qu’il se passe autour de nous, dans notre environnement proche, pour l’instant, dans le magasin ou dans le quartier. Ensuite, il faudra penser à la façond’étudier ce monde changeant et à la façon dont cette pandémie a changé notre relation au monde.


[1] N.D.T. : Division territoriale rurale d’une municipalité.

[2] N.D.T. : Tisane en Colombie.