Raconte l’indépendance depuis ton village, ton quartier ou ta ville

Par Juan Carlos Estenssoro, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Le projet Raconte l’indépendance depuis ton village, ton quartier ou ta ville poursuit sa mission d’encourager la participation des citoyens au processus de décentralisation et de démocratisation de la mémoire historique péruvienne. Dans sa nouvelle phase, qui a débuté en 2020, il a diversifié et élargi ses activités. En plus d’un deuxième appel à essais, il a construit un moteur de recherche pour faciliter l’accès aux sources, organisé des ateliers de formation pour renforcer les capacités de recherche, et promouvoir des débats publics et des activités universitaires.

Concours d’essais

Le deuxième concours de rédaction Raconte l’indépendance depuis ton village, ton quartier ou ta ville a été lancé le 23 août. Comme dans sa première version, ce concours favorise un changement de perspective, invitant à multiplier les points de vue dans le récit de l’indépendance afin de rendre possible un dialogue citoyen. Il cherche à faire entendre la voix d’historiens qui n’ont pas nécessairement une formation professionnelle ou un accès aux cercles académiques. Le règlement et les affiches ont été distribués en quechua et en espagnol et les participants sont encouragés à écrire dans leur langue maternelle, avec la possibilité de soumettre leurs essais dans l’une des langues indigènes parlées au Pérou. Le concours est également ouvert aux candidats des pays voisins, dont le processus d’indépendance était étroitement lié à celui du Pérou ou qui proposent des points de vue provenant de régions qui faisaient partie de l’ancienne vice-royauté à l’époque. Le concours laisse également les participants libres de définir les limites chronologiques qui leur semblent les plus appropriées au cadre local ou régional qu’ils ont choisi.

Lors de l’événement de lancement, animé par Javier Torres, les membres du comité d’organisation du projet ont expliqué les règles du concours et fait le point sur les activités complémentaires visant à garantir une participation efficace malgré la période de pandémie. Ils ont insisté sur la nécessité de multiplier les voix pour dépasser un récit centré sur Lima et sur la seule date du 28 juillet. En plus des chercheurs universitaires, le projet a compté avec la participation des membres des archives historiques régionales d’Ayacucho et de Puno. La diffusion ultérieure de l’événement a été rendue possible grâce au soutien de la radio et de la presse écrite, notamment la presse régionale. Parmi les médias qui ont collaboré, citons Caretas, La República Edición Sur, Radio Estación Wari et Radio Líder Cajamarca. Une série de courtes vidéos, diffusées sur les réseaux sociaux, assurent la promotion du concours grâce aux appels à participation des historiens Susana Aldana, Nelson Pereyra et Christine Hünefeldt, entre autres.

Appel à contributions © Projet Raconte l’histoire

L’appel à contributions a été lancé le 15 novembre et, à la demande générale, la date de clôture a été reportée au 15 janvier 2022. Les essais reçus jusqu’à présent montrent la participation de régions qui n’étaient pas représentées lors du premier appel, ce qui est en soi un pas en avant eu égard à nos objectifs.

Moteur de recherche : ressources numériques pour la recherche sur l’indépendance

Pour faciliter l’accès aux documents de première main en période de pandémie, un dépôt de sources documentaires a été créé à partir de matériel numérisé que le projet met gratuitement à disposition sur Internet. Le partenaire clé qui dirige ce travail est la Fondation Neogranadina, leader dans le développement des humanités numériques, spécialisée dans le sauvetage, la numérisation et la valorisation du patrimoine documentaire. Dans ce cadre, elle a créé un moteur de recherche qui consolide dans une seule base de données l’ensemble du corpus de la Collection documentaire de l’indépendance du Pérou, publiée à l’occasion des 150 ans de l’événement, entre 1971 et 1976, et numérisée par la Bibliothèque nationale du Pérou. Le matériel est décrit et, pour la première fois, séparé document par document, ce qui facilite la consultation, affine la recherche et améliore l’exploitation de ce matériel exceptionnel.

En septembre de cette année, le moteur de recherche a été mis à la disposition du public avec les documents qui avaient été saisis en ce moment. C’est grâce à la collaboration de volontaires, pour la plupart des étudiants de l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos et de l’University of California-Santa Barbara, que ce travail a pu être réalisé. Le Dr Juan Cobo, membre fondateur de Neogranadina, a formé les personnes intéressées à la bonne utilisation de cette plateforme numérique. Bientôt, tous les volumes de la Collection documentaire seront intégrés dans ce moteur de recherche et il sera possible d’enrichir cet outil en y incorporant d’autres collections d’importance similaire : des collaborations avec des archives régionales et d’autres efforts de numérisation antérieurs sont en cours.

Ateliers pour les citoyens et citoyennes

Suite au premier cycle d’ateliers qui s’est déroulé en avril et mai, un deuxième cycle de formation a été organisé les samedis du 11 septembre au 2 octobre sous le titre “Racontez l’indépendance de votre village… Et comment faire ? Des outils d’histoire participative pour les citoyens“. Cette nouvelle série d’ateliers visait à renforcer les compétences de recherche des participants potentiels au concours.

Les sujets abordés étaient liés à la collecte et au traitement des données, à l’élaboration d’un état de la question et d’un cadre conceptuel, à la définition des thèmes et des problématiques et à la manière de rédiger et de présenter les articles. Des citoyens de régions très différentes du Pérou et d’autres pays andins ont participé à ces ateliers, mais aussi de professions différentes, ce qui a enrichi le débat lors de ces réunions. En même temps, les sessions ont été diffusées en direct afin qu’un public plus large puisse participer avec ses questions et ils restent disponibles comme matériel d’auto-formation pour les personnes intéressées.

Débats publics et activités académiques

En collaboration avec le portail La Mula.pe, le projet a inauguré en juillet de cette année “L’indépendance en débat“, un espace de dialogue critique pour aborder le sujet de l’Indépendance et sa transcendance dans l’histoire du Pérou. Les débats ont eu lieu le deuxième lundi de chaque mois. Les six tables rondes prévues pour 2021 ont porté sur les sujets suivants : Indépendance : vérité ou fiction ; Bicentenaire ? Indépendance et communautés de l’Amazonie ; Femmes et indépendance ; Démolir Colomb… et Pizarro ? Indépendance, racisme et mémoire ; Indépendance de l’école ; et Indépendance combattue : révolution, guerre et État.

Dans ces espaces, les membres du comité organisateur du projet animent chaque débat avec des chercheurs externes ou des acteurs liés à l’élaboration de la mémoire historique, permettant au public d’interagir avec les intervenants par le biais de leurs questions. Ces entretiens sont diffusés en direct sur La Mula.pe et sur les réseaux sociaux du projet.

Le séminaire international “L’indépendance du sud du Pérou : un processus inter-régional” organisé par Paulo Lanas (Iquique) et la discussion “Identité et région. Héroïnes et héros réduits au silence” coordonné par Guido Chati (Ayacucho) poursuivent les débats et les rencontres académiques du projet.

Publications

La fin de l’année a vu la parution du volume d’essais Las independencias antes de la independencia. Miradas alternativas desde los pueblos (coédition IFEA-IEP) coordonné par J.C. Estenssoro et C. Méndez. Ce livre offre dans chacun de ses articles un point de vue alternatif à la vision traditionnelle d’une indépendance ancrée à Lima, tout en favorisant un débat sur les implications pour le présent de la construction de notre mémoire historique de l’indépendance. Une première présentation, commentée par Mónica Ricketts et Christine Hünefeldt, a eu lieu au Salon du livre d’Arequipa et une seconde, avec la participation de Manuel Burga, José Carlos Agüero et Susana Aldana, s’est tenue au Lugar de la Memoria, la Tolerancia y la Inclusión Social – LUM.

Raconte l’Indépendance s’est également efforcé de continuer à diffuser les travaux gagnants du premier concours par le biais de critiques, d’interviews et de podcasts.

***

Raconte l’Indépendance, dans son nouveau format, se définit comme un projet d’histoire citoyenne et participative. Parmi les nombreux collaborateurs et soutiens, il faut souligner l’effort et l’engagement, dans chacune de ses composantes, des étudiants volontaires et des jeunes historiens de l’Universidad National Mayor de San Marcos sans lesquels ces réalisations n’auraient pas été possibles, notamment le développement du moteur de recherche et les ateliers de formation.

Toutes les activités mentionnées ont été réalisées publiquement et gratuitement. Les enregistrements sont disponibles sur le site web du projet, sur ses réseaux sociaux, sur Facebook et sur la chaîne YouTube, pour consultation par toutes les parties intéressées.

Les partenaires organisateurs de Raconte l’Indépendance sont l’IFEA, l’Institut de Études Péruviens (IEP), le Centre de Recherche sur l’Amérique Espagnole Coloniale (CRAEC) de l’Université de la Sorbonne-Nouvelle, l’Université de Californie à Santa Barbara, l’École professionnelle d’histoire (Faculté des sciences sociales de l’Universidad National Mayor de San Marcos), la Fondation Neogranadina, les archives régionales d’Ayacucho et LaMula.pe.

Pages du projet :

http://www.univ-paris3.fr/narra-la-independencia-2021-2025-679503.kjsp?RH=1499433530649

https://www.facebook.com/profile.php?id=100063881770892