Présentation de livre « Écrits en quechua et société « serrana » en transformation : Pérou, 1920 – 1960 »

Le 25 juillet dernier, dans le cadre de la Foire Internationale du Livre de Lima 2019, l’IFEA a présenté sa publication : « Écrits en Quechua et société « serrana » en transformation (Pérou 1920 – 1960) » (IFEA et IEP, 2019) d’Alan Durston, professeur à l’Université de York (Canada).

La présentation était accompagnée des commentaires de Jefrey Gamarra de l’Université de San Cristobal de Huamanga (Ayacucho) et Cecilia Méndez de l’Université de Californie (Santa Barbara).

© K. Pacheco

L’ouvrage couvre la période entre 1920 et 1960 dans laquelle un boom littéraire en Quechua a eu lieu au Pérou, caractérisé par l’émergence de nouveaux genres – tels que le théâtre « costumbrista », dans lequel la vie rurale contemporaine a été dépeinte – et par une inspiration régionaliste. Les auteurs étaient bilingues et appartenaient à la classe professionnelle des centres urbains des montagnes du sud du Pérou comme Ayacucho et Cusco où l’utilisation du Quechua prédominait encore.

La publication examine les contextes et les fonctions de l’écriture quechua à l’époque des grandes transformations à travers trois études de cas : Moisés Cavero Cazo (Ayacucho), Andrés Alencastre (Cusco) et Teodoro Meneses Morales (Huanta). Qu’est-ce qui les a incités à écrire du théâtre, de la poésie et de la prose en quechua ? En examinant cette production et en la plaçant dans son contexte historique, l’ouvrage cherche à contribuer à l’historiographie sur les changements culturels dans les montagnes sud péruviennes modernes, ainsi qu’à faire partie d’études sur l’histoire du Quechua en tant que langue écrite.

Video de la présentation (espagnol)

Présentation du livre : Narra la independencia desde tu pueblo (Huacho)

« Narra la independencia desde tu pueblo. Huacho, Arequipa, Tarapacá » fut présenté en décembre dans la ville de Huacho. Cecilia Méndez (Université de Californie à Santa Barbara – UCSB) et Juan Carlos Estenssoro (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), tous deux historiens, étaient en charge des commentaires. Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA, Humberto Barba, maire de la province de Huaura et Luis Rosado, co-auteur participaient également à la présentation.

L’ouvrage, publié par l’Institut Français d’Etudes Andines – IFEA, l’Institut d’Etudes péruviens – IEP et le Centre de recherche sur l’Amérique latine coloniale – CRAEC de l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, est une compilation d’essais gagnants du concours Narra la independencia desde tu pueblo, tu provincia o tu ciudad réalisé en 2014. L’objectif était de créer un espace ouvert d’échanges, de débats et de critiques autour de l’Independence du Pérou, dans un contexte où il se commémore le bicentenaire.

Crédits photo: K. PACHECO

Pour rester dans l’esprit du concours, la publication vise à « deslimeñizar » ou décentraliser la commémoration du bicentenaire qui n’est plus considéré comme une date spécifique – le 28 juillet 1821 – mais est maintenant reconnu comme un processus de longue date qui a besoin de retrouver sa place dans la mémoire collective d’un point de vue régional et local.

En plus des trois essais gagnants: “Infieles al rey: El pueblo de San Bartolomé de Huacho durante el proceso de Independencia, 1812-1822”, de Luis Rosado Loarte (1er prix), “El cabildo de Arequipa en una coyuntura de crisis, 1809–1824” de Guido Riveros Taco (2eme prix) et “Tarapacá: una periferia virreinal en tiempos de independencias”, de Paulo Lanas Castillo (3eme prix), la publication fait écho du débat académique que le concours a généré.  L’article « Indépendances » de Martín Tanaka et les réponses des coordonnateurs du concours (Cecilia Méndez et Juan Carlos Estenssoro) sont inclus dans les annexes.

Crédits photo: K. PACHECO