Débat sur l’informalité urbaine

L’occupation des terres, la production de logements et, en général, le développement des villes latino-américaines continuent de remettre en question les cadres de planification officielle et sont donc classés comme informels. Cependant, la définition de l’informel n’est ni évidente ni neutre : elle implique de discuter des relations entre le formel et l’informel, entre l’État et le marché, entre le public et le privé. C’est avec l’objectif de dépasser la stigmatisation de la périphérie populaire comme espace d’informalité et d’avancer vers une compréhension globale des transformations urbaines, que l’IFEA, avec le CIAC- PUCP et l’UNI ont organisé le séminaire international « Repenser l’informalité urbaine », qui a eu lieu les 14, 15 et 16 mai 2019. Cet événement a été soutenu par plusieurs groupes de recherche : le Groupe de travail de l’IFEA « Informalités urbaines », l’INCITU (PUCP) et le Urbes Lab (UNI).   

Le séminaire a proposé  différents espaces de discussion et d’échange, en particulier deux conférences : Pedro Abramo, docteur en économie (EHESS, France), professeur et chercheur de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (Brésil) :  « Informalité et marché dans la ville néolibérale », Aurélie Quentin, docteure de l’EHESS, professeure de géographie et d’urbanisme à l’Université Paris Nanterre, chercheuse de l’IFEA et associée à l’Université Nationale de Colombie à Medellin : « Penser l’informalité urbaine depuis des ensembles périphériques de logements sociaux ».

© K. Pacheco

Un Café Scientifique a également été organisé, intitulé : « L’informalité urbaine. Est-il possible de planifier les villes au Pérou ? ». Des points de vue scientifiques sur le sujet ont été présentés dans le but de générer un échange d’idées et d’opinions avec les participants, dans une atmosphère conviviale et accueillante. Les défis de l’urbanisme ont été abordés dans un scénario où les processus d’urbanisation sont pour la plupart informels. Augusto Mendoza, directeur de l’Institut Métropolitain de Planification de Lima, a présenté son avis sur ce défi à Lima. Ses travaux ont été mis en perspective par les deux chercheurs invités qui travaillent dans autres contextes : Aurélie Quentin, à Quito, à Medellin et en Afrique et Pedro Abramo, au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine.

© K. Pacheco

Café scientifique sur le kichwa dans le discours politique

L’objectif de la conférence du 29 janvier dernier était de réfléchir sur les évolutions du Kichwa en Equateur et de comprendre son impact politique. L’anthropologue Sarah Dichy-Malherme de l’Université de la Rochelle était la conférencière invitée dans le cadre de ce Café scientifique organisé par l’IFEA et l’IRD. Lors de son exposé, elle a signalé comment, à partir de « La montée de l’Inti Raymi » (1990) jusqu’à la « Constitution de la Sumak kawsay » (2008), le Kichwa est venu à posséder un espace clé dans le discours politique équatorien. Ainsi, ces 30 dernières années, le recours au Kichwa symbolise un large éventail de postures liées, à la fois, à la rébellion contre l’ordre établi et à la recherche et la construction d’un nouvel ordre. Cela culmine avec l’arrivée du Kichwa sur la plus haute marche du système juridique d’Equateur, à travers le «Sumak Kawsay ».

Cet événement qui inaugurait « l’année internationale des langues autochtones » pour l’IFEA fut organisé avec le soutien de l’Alliance Française de Quito et de la Gallete.  

© . J-L. Le Pennec (Representante del IRD en Ecuador)

Café scientifique : « Les sociétés préhispaniques contre le désert »

La vie dans le désert requiert des grandes capacités d’adaptation, malgré cela les groupes humains ont occupé cet espace pendant plus de 10 000 ans. La problématique centrale du café scientifique du 20 novembre était de comprendre comment les êtres humains et les animaux des sociétés pré-hispaniques se sont adaptés aux conditions extrêmes telles que la sécheresse, le manque d’eau et une série de catastrophes climatiques de la région ?

Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Nicolas Goepfert (CNRS) / © K. Pacheco

Trois conférenciers ont participé à la discussion : Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris). S’intéressant à des périodes chronologiques différentes, de la période précéramique à la période Chimus, ils ont abordé différents types de sociétés et de vestiges archéologiques et ont cherché à expliquer la capacité de réaction des sociétés antiques aux changements climatiques. L’objectif étant de comprendre comment les sociétés ont utilisé leurs ressources dans les régions éloignées et ce qu’étaient les modalités d’élevage de camélidés à l’époque pré-hispanique.

Les cafés scientifiques sont organisés périodiquement par l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Ambassade de France au Pérou, avec le soutien de la librairie El Virrey.

Nicolas Goepfert (CNRS), Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Cecilia Mauricio (PUCP) / © K. Pacheco
Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) / © K. Pacheco

Café scientifique « Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes »

Dans le cadre de la Journée Mondiale de l’environnement (5 Juin), le Café Scientifique n°13: “Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes” a été réalisé. Son objectif était de mettre en évidence le rôle du Droit comme outil au service de la protection de la planète, en évoquant à la fois les avancées récentes comme le projet de Pacte Mondial pour l’Environnement, l’Accord Escazú, mais aussi la Loi-cadre sur le changement climatique.

Crédits photo: K.PACHECO

De nombreux spécialistes et acteurs de divers secteurs ont participé à l’évènement, comme Ana Peña Doig, Directrice environnementale au Ministrère des Affaires Etrangères ; Pedro Solano, Directeur Exécutif de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA); Gabriela Ramírez Parco, Professeure du Département Académique de Droit de la PUCP et collaboratrice du INTE-PUCP; et Marco Chevarría Lazo, professeur de l’Escuela de Posgrado de l’Universidad Nacional San Antonio Abad del Cusco.

L’activité fut organisée par l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut Français de Recherche pour le Développement (IRD), l’Institut français d’Etudes Andines (IFEA), l’Agence Française de Développement (AFD) et la Librairie El Virrey, et a pu compter avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères du Pérou, de l’Institut des Sciences Naturelles, Territoires et Energies renouvelables de l’Université Catholique Pontificale du Pérou (INTE-PUCP), et de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA).

Crédits photo: K.PACHECO