Conférence de l’Université de tous les savoirs (UTLS) en Bolivie

Cinq conférences UTLS ont eu lieu en Bolivie en 2018. Ces évènements organisés dans le cadre des 70 ans de l’IFEA étaient l’occasion pour que de nombreux chercheurs américanistes en sciences sociales puissent débattre sur des thématiques telles que le « bien commun», patrimoine et territoire :

  • 5 septembre : « Le rôle de l’Etat dans la construction du patrimoine et du folklore » : participation de Richard Mujica, anthropologue CIDES UMSA, du collectif PachaKamani et de Miltón Eyzaguirre, doctorant à la UMSA.
  • 12 septembre : « Produits, gastronomiques et le bien commun » : participation de Ariel Titus, directeur général de Manq’a et Beatriz Rossells, docteure en Histoire. 
  • 19 septembre : « la justice et le bien commun » : participation de Marcos García-Tornel, chercheur CIS et d’Elise Gadea, candidate à docteur de l’IHEAL-CREDA et chercheuse associée à l’IFEA. 
  • 26 septembre : « Territoire et patrimoine « naturel » : participation de Carla Rodas, anthropologue spécialisée dans les études environnementales et de Freddy Villagómez, chercheur du CIPCA.
  • 12 novembre : «Le service de l’eau « en commun » par les acteurs du territoire, est-il possible et durable ? » : participation de Bernard de Gouvello (affaire Santa Cruz), Frank Poupeau et Claude Le Gouill (affaire La Paz) et Juan Cabrera (affaire Cochamba).

L’Université Mayor de San Andrés, l’Institut Français d’ Études Andines et l’Ambassade de France en Bolivie étaient les organisateurs de ces séries de conférences.

© E. Gadea (IFEA)
© E. Gadea (IFEA)

Feria Ricardo Palma Nº39

Como cada año el IFEA participó de la feria del libro Ricardo Palma, en donde dio a conocer sus últimas publicaciones. Esta edición se realizó del 26 de octubre al 11 de noviembre de 2018 y por primera vez después de muchos años tuvo como escenario al parque Kennedy de Miraflores. Aquí algunas imágenes de nuestro stand (© K. Pacheco)

Comme chaque année, l’IFEA a participé à foire du livre Ricardo Palma, l’occasion de présenter ses dernières publications. L’édition 2018 s’est effectuée du 26 octobre au 11 novembre 2018 dans le Parc Kennedy de Miraflores. Nous partageons à continuation quelques photos de notre stand  (© K. Pacheco)

Terres basses III: Journées d’Anthropologie, Histoire et Archéologie

Les journées d’Histoire, Anthropologie et Archéologie -Terres basses III se sont déroulées à Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie, les 7 et 8 novembre dernier. L’objectif était de promouvoir, afficher et diffuser les recherches académiques de la région.

Afin de réunir des intervenants de spécialités différentes travaillant sur une même région, des groupes ont été formés en fonction des différentes zones de travail :

  • Chaco (Bolivie, Paraguay et Argentine)
  • Amazonie bolivienne et les zones voisines (Pérou, Brésil)
  • Chiquitania (Bolivie et Brésil)
  • Mato Grosso (Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Rondonia)
  • frontière Bolivie-Brésil
  • interactions entre les hautes et les basses terres.

L’événement a été organisé par le Centre pour la recherche en Histoire et Anthropologie du Musée d’Histoire de l’Université Autonome Gabriel René Moreno de Santa Cruz, en collaboration avec l’Institut Français d’études Andines (IFEA), le Master en Histoire de l’Université Fédérale da Grande Dourados (MS, Brésil) et le groupe de recherche “Frontier West : puissance, économie et société » de l’Université de l’État du Mato Grosso (MT, Brésil).

Exposition sur un projet archéologique dans le désert de Sechura

L’exposition : « Sechura, le désert révélé aux archéologues » fut présentée au cours du mois d’octobre et de novembre au Musée National d’Archéologie, Anthropologie et Histoire du Pérou. Les photos – prises en juin 2017 – nous invitent à suivre le travail de l’équipe franco-péruvienne du Programme archéologique Désert de Sechura.

Situé à l’extrémité nord du Pérou, le désert de Sechura est le plus grand du pays avec près de 20 000 km2. Malgré des conditions difficiles, parfois vraiment hostiles, des groupes humains ont occupé cette région pendant 7000 ans. Le projet archéologique a cherché à comprendre le processus d’adaptation et d’acclimatation des êtres humains et des animaux à la côte péruvienne désertique dans la période pré-hispanique, dans le but de parvenir à une meilleure compréhension de la vie des anciens habitants de cette région aride qui est périodiquement soumis à des variations climatiques.

© C. Quinquis

Les photos exposées ont été prises quelques semaines après les inondations provoquées par le phénomène « El niño costero » qui a dévasté la côte péruvienne. L’exposition a permis de comprendre comment travaillent les chercheurs des différentes spécialités représentés : Archéologie, archéo-anthropologie funéraire, géomorphologie, archéo-botanique, zoo archéologie, céramologie.

L’exposition et le projet ont été effectués grâce à plusieurs institutions péruviennes et françaises, telles que : le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS Images, INSHS), Labex DynamiTe, le MEAE, l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), BGL archéologie, Nemo Corporations, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la Fondation Fyssen, l’Université Nationale de Trujillo (UNT), le laboratoire UMR 8096 Archéologie des Amériques ; le laboratoire Dupon Phidap (impression d’images).

© C. Quinquis

Convocatoria de becas 2019

Destinadas a beneficiar a estudiantes de maestría y doctorado e investigadores en ciencias sociales y humanas, las becas del Instituto Francés de Estudios Andinos, han contribuido al desarrollo de la investigación en la región andina desde su puesta en marcha en el año 1998.

El IFEA propone tres tipos de becas:

  • Las becas andinas dirigidas a investigadores pertenecientes a los países en los que el IFEA desarrolla sus actividades: Bolivia, Colombia, Ecuador y Perú. Se proponen dos tipos: el primero dirigido a investigadores confirmados (pertenecientes a una institución o que ejerzan la docencia) y el segundo para jóvenes investigadores (en último año de maestría o doctorado).
  • Las becas Aides à la mobilité con el fin de facilitar el desplazamiento para el trabajo de campo hacia la región andina de estudiantes franceses y/o europeos (a condición de que sean francófonos e inscritos en una universidad francesa)
  • La beca Carlos Brignardello, destinada a contribuir en la formación de jóvenes arqueólogos peruanos, franceses y/o europeos (a condición de que sean francófonos e inscritos en una universidad francesa). Esta beca nace para contribuir a perpetuar la memoria y las investigaciones de Carlos Brignardello benefactor del IFEA y apasionado de la Arqueología.

La convocatoria completa, los formularios para la postulación pueden consultarse en la página web del IFEA:  www.ifea.org.pe/convocatorias.

Para dudas o consultas particulares acudir al correo: bourses.ifea@gmail.com

 Fecha límite de postulación: 15 de enero de 2019

Café scientifique : « Les sociétés préhispaniques contre le désert »

La vie dans le désert requiert des grandes capacités d’adaptation, malgré cela les groupes humains ont occupé cet espace pendant plus de 10 000 ans. La problématique centrale du café scientifique du 20 novembre était de comprendre comment les êtres humains et les animaux des sociétés pré-hispaniques se sont adaptés aux conditions extrêmes telles que la sécheresse, le manque d’eau et une série de catastrophes climatiques de la région ?

Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Nicolas Goepfert (CNRS) / © K. Pacheco

Trois conférenciers ont participé à la discussion : Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris). S’intéressant à des périodes chronologiques différentes, de la période précéramique à la période Chimus, ils ont abordé différents types de sociétés et de vestiges archéologiques et ont cherché à expliquer la capacité de réaction des sociétés antiques aux changements climatiques. L’objectif étant de comprendre comment les sociétés ont utilisé leurs ressources dans les régions éloignées et ce qu’étaient les modalités d’élevage de camélidés à l’époque pré-hispanique.

Les cafés scientifiques sont organisés périodiquement par l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Ambassade de France au Pérou, avec le soutien de la librairie El Virrey.

Nicolas Goepfert (CNRS), Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) et Cecilia Mauricio (PUCP) / © K. Pacheco
Cecilia Mauricio (PUCP), Nicolas Goepfert (CNRS) et Elise Dufour (Musée d’Histoire Naturelle de Paris) / © K. Pacheco

Informalidad y ciudad en el Perú. Nuevos enfoques ¿Porque no es posible formalizar la informalidad?

Organizadores: Grupo de investigación Urbes-Lab de la UNI

Coordinadores: Grupo de trabajo Informalidades Urbanas del IFEA y el CIDAP

Fecha: Sábado 24 de noviembre de 2018, 4:30-7 p.m.

Lugar: Auditorio de la Fundación Telefónica, Avenida Arequipa 1155, piso 7, Lima 1, Lima

El ingreso al evento es gratuito, previa inscripción en el siguiente link: https://goo.gl/forms/oby2BF0TNfSdWCEb2

El día del evento también podrá inscribiste, recomendamos llegar a partir de las 4:00pm

Programa:
4:30-4:50 // Registro
4:50-5:00 // Apertura
5:00-5:30 // Ponencia. “Informalidad urbana en la era neoliberal ¿Una categoría en crisis?” / MSc. Diana Torres Obregón

5:30-6:30 // Comentarios de panelistas
Panelistas:
Prof. Dr. José Ignacio López Soria
Prof. Dr. Jesús Cosamalón
Dr. Jeremy Robert

Moderador:
Prof. Dr. Wiley Ludeña Urquizo

6:30-6:50 // Debate
6:50-7:00 // Cierre

Congrès international: Traditions républicaines : une singularité andine ?

Le congrès international “Traditions républicaines: une singularité andine?”, réalisé à l’occasion des 70 ans de l’IFEA, les 5 et 6 novembre 2018, à la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM), a été organisé par la Faculté en Sciences Sociales de la UNMSM, l’Ecole professionnelle d’Histoire de la UNMSM, le Centre Européen d’Etudes Républicaines, la Casa de Velázquez (programme “Républicanisme”), l’IFEA, l’Ambassade de France au Pérou et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Le comité scientifique était composé de Cristóbal Aljovín de Losada et de Georges Lomné. L’objectif était de penser, à la lumière des dernières avancées historiographiques, la singularité du républicanisme andin en comparaison avec la rupture moins forte qui s’est donnée dans les Caraïbes ou dans le Cône Sud, mais également avec les modèles républicains plus classiques de la zone atlantique.

Le premier jour a commencé avec les mots d’introduction du doyen de la UNMSM, de Monsieur l’Ambassadeur de France au Pérou, de la directrice de l’IFEA et des différents organisateurs du congrès. La première table intitulée « La république avant la République : avancées historiographiques » était constituée d’Olivier Christin (EPHE, CEDRE/PSL) et d’Arnault Skornicki (Paris-Ouest-Nanterre), modérée par José de la Puente Brunke (PUCP).

Inauguration du congrès: Doyen de la UNMSM, Antoine Grassin (Ambassadeur de France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), Cristóbal Aljovín de l’UNMSM et Georges Lomné de l’U. Paris-Est Marne-la-Vallée (organisateurs du congrès) / © R. Perdomo

L’objectif était de comprendre les antécédents du républicanisme, tant à travers les imaginaires politiques que les pratiques, dans l’Ancien Régime, étudiant, entre autres, les premières formes de vote sous la monarchie française.La deuxième table intitulée « Les origines différenciées du républicanisme dans les Andes » était l’occasion de penser la pluralité des manifestations du républicanisme dans les Andes. David Velázquez (UNMSM), Georges Lomné (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et Sergio Mejía (Bogotá, Colombie) se sont exprimés sous la modération de Claudia Rosas (PUCP).

La deuxième journée du congrès s’est ouverte avec la table « Indigènes et République » afin d’analyser la diffusion du républicanisme au sein des indigènes, imprégnés de leurs traditions corporatives et menacés par l’avancée des haciendas. Daniel Morán (UNMSM) a modéré cette table qui était composée de Marilú Soux (Universidad de San Andrés), Pilar Mendieta (Universidad de San Andrés) et Nelson Pereyra (Universidad Nacional San Cristóbal de Huamanga). La dernière table ronde intitulée « Un républicanisme catholique ? » s’est intéressée aux cas équatorien et colombien de républiques catholiques mises en place en réponse à un libéralisme catholique. L’objectif était d’étudier les caractéristiques du conservatisme catholique et sa relation historique avec l’espace atlantique. Cristóbal Aljovín (UNMSM), Carlos Espinosa (Universidad San Francisco de Quito), Juan Carlos Ponce Lupú (UNMSM) et Jordi Canal (EHESS-CRH) se sont exprimés à ce sujet avec la modération d’Armas Asín (Universidad del Pacífico). Noemí Goldman de l’Universidad Nacional de Buenos Aires a clôturé les activités du congrès.

© R.Perdomo

Séminaire international sur les villes de l’avenir

Le séminaire international « Les enjeux du bien commun dans les villes du futur » a eu lieu en Equateur dans le cadre de la commémoration des 70 ans de l’IFEA. La première journée qui s’est déroulée à la FLACSO, siège de Quito, comptait trois tables rondes : « Hábitat-habitar », « Société, environnement et risques » et « technologies numériques ».

De nombreux chercheurs ont participé à ces journées tels que : Fabrice Escaffre (LISST-CIEU, France), Isarelis Pérez (FLACSO, Equateur), Alexandra Monterrubio (UAM,  Mexique), Aurélie Quentin (CNRS-IFEA, Colombie), Lucía Ruiz (FLACSO, Equateur), Antonio Romero (Grupo IGNEA – UNAL Colombie), Gustavo Durán (FLACSO, Equateur), Christof Göbbel (UAM, Mexique), Claudia Lopez-Rieux (LISST-CIEU, France), César Isaza Roldán (UPB,  Medellin), Natalia Novillo (CITEE FLACSO, Equateur) Jeremy Robert Peru (IFEA) Fabian Beethoven Zuleta (CEHAP-UNAL, Colombie) et Juan Fernandez (FLACSO, Ecuador).

Emmanuel Eveno, chercheur du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarité, Sociétés, Territoires et du Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines (LISST – CIEU), également professeur à l’Université de Toulouse 2, Jean Jaurès, a clôturé la journée avec la conférence magistrale intitulée : «Les mégadonnées urbaines, entre marchandisation et biens communs ».

Le séminaire fut organisé par la FLACSO Ecuador, son département des affaires publiques, la Délégation Régionale de Coopération pour l’Amérique du Sud, l’Ambassade de France en Equateur, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, l’Institut Français d’Etudes andines et le Programme régional France- Amérique Latine- Caraïbe.

Séminaire international sur les services urbains et le bien commun

Le séminaire « Services urbains et bien commun, des méthodes socio-territoriales et gouvernance renouvelée » s’est déroulé à Bogota en octobre dernier. L’objectif était d’analyser les défis liés à l’inclusion, au développement économique ou bien au manque de ressources environnementales et de comprendre si ces facteurs entraînent l’acceptation de nouvelles formes de services urbains (gestion de l’eau et gestion des déchets). Les intervenants se sont basés sur les expériences colombiennes et intentionnelles de chercheurs, d’experts et d’acteurs de la gestion de la ville.

Des représentants des différents secteurs de la société ont participé au séminaire :

  • Mathieu Durand (Université de Le Mans, IFEA)
  • Irene Salenson (AFD)
  • Nohra Padilla (Association de recycleurs de Bogotá)
  • Pedro Ignacio Bernal (Université Externado de Colombia)
  • Nohra León Rodriguez (Institut de l’environnement)
  • Gesselle Ivon Angulo Cortes (Université Nationale de Colombia)
  • Pamela Escobar Jaramillo (Empresa Metropolitana de Aseo SAESP)
  • Caroline Tobon (Université Nationale de Colombie).

L’événement s’est tenu à l’Université nationale de Colombie (siège de Bogota) avec l’appui de l’Agence Française de développement (AFD), le département de géographie et la faculté des sciences humaines de l’Université Nationale de Colombie, l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) et le soutien de l’Institut des Amériques (IDA) et l’Université du Mans.

Séminaire international du Groupe de Travail Inégalités urbaines

Le séminaire international « Nouvelles inégalités urbaines en Amérique latine », fut organisé pour une deuxième année consécutive. Le thème de cette deuxième édition : Conflits, résistance, frontières et acteurs. Au-delà du questionnement théorique de la cause des inégalités entre les différents groupes socio-économiques et les différentes échelles territoriales, le but de l’événement était de repenser « le nouveau » de l’inégalité dans la région Amérique latine et les Caraïbes. Il s’agissait de déterminer les nouveaux acteurs émergeants et entrants dans le conflit et de soulever les problématiques auxquelles doivent faire face les chercheurs, les étudiants, les collectivités, les organisations non communautaires, etc…

L’événement fut organisé par le Groupe de Travail inégalités urbaines (CLACSO), l’Université du Chili, l’Université Alberto Hurtado, l’Université Diego Portales, la FLACSO-siège Equateur, l’Université Arturo Prat et le Centre d’études des conflits et la cohésion sociale (COES). Il a eu lieu à Santiago du Chili du 23 au 26 octobre. Il bénéficiait du soutien de nombreuses institutions telles que : la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), l’Université Externado de Colombie, le Centre de recherche de l’architecture et la ville (CIAC) de la PUCP, l’Institut Gino Germani de l’Université de Buenos Aires, l’Institut de recherche sociale de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) et le laboratoire d’études sur le droit à la ville (LaBcidade) de l’Université de São Paulo.

Exposición fotográfica de los Uru-Chipaya / Exposition photo des Uru-Chipaya

En octubre pasado el antropólogo y musicólogo Xavier Bellenger presentó ante el Presidente del Gobierno autónomo del Pueblo Uru-Chipaya y la comunidad en pleno la exposición fotográfica cultural “Pueblo Uru-Chipaya de la sombra a luz”, fruto de su trabajo de investigación y recuperación de la memoria iniciado hace 40 años.

La muestra, que recopilaba fotografías realizadas en 1978, se instaló en el museo permanente del Gobierno autónomo en la localidad de Santa Ana de Chipaya.  Para su inauguración, Bellenger estuvo acompañado de una delegación franco-boliviana liderada por el embajador de Francia en Bolivia, Denis Gaillard y la directora del Instituto Francés de Estudios Andinos, Evelyne Mesclier. Además de la exposición se presentó, también, ante los miembros de la comunidad Uru-Chipaya un disco con un compendio de cantos tradicionales de esta comunidad milenaria, grabados en la misma época y publicados recientemente gracias al IFEA.

En octobre dernier l’anthropologue et musicologue Xavier Bellenger s’est rendu dans la région Uru Chipaya pour remettre l’exposition culturelle « Le peuple Uru-Chipaya de l’ombre à la lumière » au président du Gouvernement Autonome du peuple Uru-Chipaya.

L’exposition qui compile des photographies prises en 1978 a été installée dans le musée permanent du Gouvernement Autonome de la ville de Santa Ana de Chipaya. Cette œuvre de Xavier Bellenger, résultat de son travail de recherche et de récupération de la mémoire commencé il y a 40 ans, fut réalisée avec l’appui de l’Institut Français d’études Andines et de l’Ambassade de France en Bolivie. Ainsi, lors de l’inauguration, Xavier Bellenger a été accompagné d’une délégation franco-bolivienne, dirigée par l’Ambassadeur de France en Bolivie, Denis Gaillard et la Directrice de l’Institut Français d’Etudes Andines, Evelyne Mesclier. Un disque avec un recueil de chansons traditionnelles de cette communauté antique, enregistré à la même époque, publié récemment grâce à l’IFEA fut également présenté lors de l’exposition.

Palabras de Denis Gaillard (Embajador de Francia en Bolivia) / © L.Miramont
Palabras de Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
Momento de música y baile con la comunidad/ © L.Miramont
Patrick Riba (Consejero de cooperación y Acción Cultural de la Embajada de Francia en Bolivia), Xavier Bellenger (investigador, fotógrafo, etnomusicólogo), Representante de la Comunidad Uru-Chipaya, Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
© L.Miramont
Exposición fotográfica en la sala comunal/ © L.Miramont
© L.Miramont
© L.Miramont

Les forêts comme réserve de vie

L’ANR AMAZ, le GDRI APOCAMO2 (CNRS), l’IFEA, le LAS (Collège de France/EHESS/CNRS), et le LESC-EREA (UPN/CNRS) ont organisé, le 26 octobre 2018 à Lima, une table ronde intitulée “Les forêts comme réserve de vie. Bien commun et droits indigènes à l’ère de l’anthropocène”. L’objectif était d’analyser les défis de la conservation pour la préservation de la biosphère de la planète et des droits indigènes.

Modérée par Florencia Tola (CONICET), la première présentation d’Alexandre Surrallés (EHESS-LAS), après avoir rappelé l’influence capitale de l’Homme sur la nature à l’ère de l’anthropocène, a questionné les responsabilités mutuelles dans la protection du bien commun qu’est l’Amazonie péruvienne, à l’heure de l’avancée inexorable du front pionnier qui atteint des territoires peuplés par des populations indigènes. Entre responsabilité globale, politiques publiques de l’état et participation indigène nécessaire pour la préservation de leur territoire, la gestion du bien commun amazonien semble devoir être partagée.

Alexandre Surrallés (College de France/ EHESS), Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) et Évelyne Mesclier (IFEA) / © K. Pacheco

La deuxième présentation de Danny Pinedo (UNMSM) a questionné les différentes définitions accordées au bien commun amazonien : si pour l’état il relève de l’intérêt national, pour les indigènes il n’est commun que pour les communautés locales, tandis que le monde académique tend à faire perdurer une définition économiciste du bien commun comme étant un bien doté d’une forte rivalité et une exclusivité faible. Il en découle la légitimation de la spoliation des ressources naturelles par l’état tandis que les indigènes tentent de résister face à ces politiques invasives. Oscar Espinosa (PUCP), a, dans un second temps, modéré la présentation de Philippe Erikson (Université Paris-Nanterre, LESC) sur les Chacobos et leur rapport à un territoire où leurs droits ont été violés mais qui demeure, pour leurs défunts, un lieu de joie et d’harmonie. En fin de matinée, Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) s’est penché sur le rapport au territoire des Tanimuca et des Macuna, entre demande de création d’un parc naturel protégé et discours mêlant changement climatique, anthropocène et post conflit réappropriés depuis leurs logiques propres.

L’évènement a repris l’après-midi sous la modération de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) avec la présentation de Florencia Tola sur les tobas, peuple indigène du Chaco, dont le rapport au territoire, loin de se limiter à un bien commun à préserver pour l’avenir de l’humanité, est plutôt le lieu de rencontre de différentes interrelations, entre indigènes, état, ONG, propriétaires terriens et êtres non-humains, qui possèdent chacun leur vision du territoire, au sein desquelles les tobas s’inscrivent. Peter Larsen (Université de Ginevra, a insisté sur le rôle de l’écologie politique à l’ère de l’anthropocène, et l’importance tant de la cosmologie ancestrale comme par exemple de la promotion d’une politique alternative pour les forêts. Ces deux éléments permettent de comprendre et de repenser les relations entre êtres humains et nature.

Presentation de Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) / © K. Pacheco

Alexandre Surrallés a modéré les deux dernières présentations. La première, de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC), a questionné le concept de territoire, d’une part pensé par l’état comme un espace aux frontières intangibles, d’autre part conçu par les indigènes comme un espace ouvert en perpétuel changement. La notion de territoire de l’eau, assez invisibilisée, soulève de nombreuses interrogations, étant pour les familles yaguas un espace à la fois matériel comme spirituel, fait de cités submergées perçues comme le double des cités régionales. La seconde, d’Oscar Espinosa (PUCP), sur une possible « fin de la forêt », remet en question l’idée selon laquelle les indigènes percevraient leur environnement comme auto-suffisant, en insistant sur la progressive incorporation des dangers liés à la pollution ou le réchauffement climatique et la présence de plus en plus rare de certaines ressources naturelles, comme les poissons ou la faune sylvestre.

Séminaire : Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques

L’IFEA, l’École d’Histoire de l’Université National Mayor de San Marcos (UNMSM) et le département du Master en Anthropologie et Anthropologie Visuelle de l’Université Catholique Pontificale du Pérou ont organisé, avec la coordination scientifique de Silvia Romio, un séminaire intitulé “Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques”, les 24 et 25 octobre 2018.

La première journée s’est déroulée à la « Casona » de la San Marcos, dans le centre historique de Lima. La journée a démarré avec des mots d’accueil de la part de Cristóbal Aljovín, directeur du département d’Histoire de la UNMSM, d’Antoine Grassin, ambassadeur du France au Pérou et d’Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.  

Cristóbal Aljovín (UNMSM), Antoine Grassin ( Ambassadeur du France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et Silvia Romio (PUCP/IFEA) / © K. Pacheco

La première table, commentée par Guillermo Nugent (UNMSM), était intitulée « Mémoires, idéologies et lutte armée ». La première intervention concernant l’historicisation de la violence était celle de Pablo Sandoval (UNMSM). Celui-ci a analysé le rôle qu’ont eu les anthropologues de province dans l’émergence du projet intellectuel du Sentier Lumineux. Cette élite universitaire métisse a modifié progressivement ses cadres d’analyse de la réalité péruvienne entre les années 1950 et 1970, passant d’une étude indigéniste et culturaliste à des facteurs d’explication liés à la classe sociale et à la paysannerie, invisibilisant de manière croissante la question raciale. Ponciano Del Pino a proposé une étude du conflit dans son aspect quotidien, afin de comprendre comment les habitants ont pu construire leur vie au jour le jour dans des conditions si extrêmes et les liens contingents qu’ils ont tissé avec la guérilla et qui ont permis son extension, malgré une précarité institutionnelle et militaire que les FARC, par exemple, n’avaient pas. Carlos Camacho (Université Externado, Colombie) a exposé les différentes facettes attribuées au concept de “mémoire” dans le contexte colombien actuel, entre un Uribe usant le terme de “terrorisme” et un Santos parlant plutôt de “conflit armé interne”.

La deuxième table intitulée « Mémoires d’ex-combattants, entre hégémonie et subalternité ? » était commentée par David Velasquez (UNMSM). Camille Boutron (IRSEM-IFEA) a commencé la discussion en présentant une étude comparative du discours des femmes dans la construction de la mémoire au Pérou et en Colombie. Elle démontre à la fois leur instrumentalisation pour construire la mémoire hégémonique, à travers l’usage de la repentance, tout en analysant l’ambiguïté du discours de nouvelles formes de subjectivation. Dynnik Asencios (Institut d’Études Péruviens) a analysé les mémoires construites depuis la prison entre 1992 et 2017. Puis Carla Granados a étudié les discours d’ex-combattants de la guerre contre-terroriste, souvent de jeunes analphabètes pauvres provenant d’Amazonie et des Andes et recrutés de force. Imprégnés d’un fort nationalisme militaire, leur discours patriotique, qui s’exprime particulièrement au sein d’associations auxquelles ils appartiennent, soutient que la guerre a été gagnée grâce à eux.

Guillermo Nugent (UNMSM), Pablo Sandoval (UNMSM) et Ponciano del Pino / © K. Pacheco

La troisième table intitulée « Corps, mots et mémoire. Les mécanismes de transformation sociale en contextes de post-conflit » fut commentée par Anne-Marie Losonczy (EPHE-EHESS-ICANH). Les intervenants étaient Marco Tobón (U de Campinas), Natalí Durand (Université Iberoamericaine Ciudad de Mexico) et Silvia Romio (PUCP-EHESS-IFEA). La journée s’est conclue sur une intervention d’Anne-Marie Losonczy commentée par Pablo Sandoval.

Si cette première journée s’était penchée sur des thématiques historiques et de de mémoires de groupes sociaux, la deuxième journée, qui s’est déroulée dans la Sala de Grados de Sciences Sociales de la PUCP, s’est intéressée à la Commission de la Vérité et à la relation qui pouvait être établie entre Art et Mémoire. La première table « Commission de la Vérité et condition de victime. Héritage et défis pour le post conflit », commentée par Felix Reátegui (IDEHPUCP), était composée de Diana Gómez (Universidad de los Andes), Valérie Robin (IFEA-Paris V), Oscar Espinosa (PUCP) et María Eugenia Ulfe (PUCP).

Finalement la dernière table de l’évènement « Anthropologie, art et mémoire. Regards et réflexions sur le processus de construction d’une mémoire visuelle », commentée par María Eugenia Ulfe (PUCP) et Mauricio Godoy (PUCP), était composée de Vanessa Romo (PUCP), Sébastien Jallade (RIDAP-IFEA), Fernando Valdivia (École du Cinéma Amazonien), José Balado (Docuperú) et María Isabel Torres (PUCP).

Convocatoria becas Legado Lelong en antropología social

FECHA LÍMITE : 15 DE NOVIEMBRE DEL 2018


Organizado por: El Instituto de Ciencias Humanas y Sociales (INSHS) del Centro Nacional de Investigaciones Científicas (CNRS).

Objetivo: Las becas del Legado Lelong para la antropología social se destinan a la financiación de “investigaciones antropológica sobre las culturas de la Amazonia peruana y áreas adyacentes”. Para el año 2018, el Instituto Ciencias Humanas y Sociales del CNRS lanza una convocatoria compuesta de 4 categorías de becas y ayudas:     

  • Categoría 1 – financiación de un contrato (CDS) de investigador de una duración máxima de    un año para un nivel de fin de doctorado o post-doctorado.
  • Categoría 2 –  financiación de gastos de trabajo de campo (doctorando, post-doctorando e investigador)
  • Categoría 3 –  financiación de estancias de jóvenes doctorandos o post-doctorandos extranjeros en un centro de investigación francés.
  • Categoría 4 – financiación de estancias de investigadores extranjeros en un centro de investigación francés.

Télécharger l’appel

Descargar convocatoria

Download call for Proposals