IN MEMORIAM PABLO MACERA

Escribe Gabriela Ramos, Cambridge University (UK)

Pablo Macera (1929-2020), uno de los más importantes intelectuales del Perú del siglo XX, fue una figura controversial. Pese a que tenía más de noventa años, su muerte sorprendió y motivó una multitud de comentarios sobre aspectos más que complicados de su vida, que se extendieron a juicios sobre el valor de su obra. Su vinculación con el fujimorismo, cuando era imposible ignorar sus crímenes, manchó su trayectoria de manera irremediable. Esto tal vez explique que algunas de las notas más elocuentes que se escribieron a raíz de su muerte, revelaron poco o ningún conocimiento sobre su aporte en el campo de la historia. Muchas reacciones y comentarios mostraron los sensibles ángulos de un dilema al que nos enfrentamos de vez en cuando: ¿se puede apreciar la obra de alguien que en la vida tomó decisiones no solo equivocadas, sino incluso condenables?

A través de sus escritos, su actuación en la universidad y sus opiniones a menudo provocadoras sobre la política y la historia del Perú, Macera fue una presencia notable durante varias décadas. Mientras que en la memoria ha quedado una que otra frase lapidaria sobre la sociedad peruana, recogida en alguna entrevista periodística, sus aportes a la investigación son bastante menos conocidos por el público. Macera dio a conocer algunas de sus más importantes investigaciones especialmente en revistas nacionales, varias de ellas editadas por la Universidad Nacional Mayor de San Marcos. Años después, entidades del Estado como el extinguido Instituto Nacional de Cultura y el Fondo Editorial del Congreso de la República publicaron compilaciones de esos trabajos. Cuando creó y se convirtió en director del Seminario de Historia Rural Andina en San Marcos, Macera optó durante años por publicar ensayos y especialmente fuentes documentales en formato muy precario y de circulación bastante limitada.

Parecería pues que Macera, aunque mantuvo durante mucho tiempo su interés por la historia y en cierta medida su actitud crítica y capacidad para iniciar y desarrollar de manera original diversos temas, fue cerrándose cada vez más al diálogo e intercambio de opiniones a través de canales que no estuviesen bajo su control. Aunque estas circunstancias por sí solas no explican el hecho de que su obra sea poco conocida y no haya sido bien ponderada al producirse su muerte, probablemente contribuyen a explicar la escasa difusión y comprensión de sus contribuciones a la historiografía.

Los inicios de su carrera fueron auspiciosos. Fue uno de los brillantes discípulos de Raúl Porras Barrenechea en San Marcos. A inicios de los años 1960, viajó a París con una beca de la UNESCO para seguir estudios de doctorado. Pasó parte considerable de su tiempo leyendo e investigando en bibliotecas y archivos, con el proyecto de escribir sobre múltiples temas de la relación entre Francia y el Perú. Se trazó un programa demasiado ambicioso y difícil de articular, que abarcaba desde las más tempranas impresiones sobre el Perú en la literatura francesa desde el siglo XVI hasta el siglo XIX, hasta la presencia de empresas y capitales franceses en el Perú moderno. El resultado de parte de estas investigaciones es el estudio titulado La imagen francesa del Perú (Lima, 1976), cuya introducción empieza característicamente con la frase: “Este libro nunca debió ser escrito…”. En actitud que con seguridad pertenece a una época muy distinta a la nuestra, Macera refirió en varios de sus ensayos las dudas y frustraciones que abrigaba sobre su propio trabajo. Puede ser que la desazón que sentía estimulara la prosa inquieta, plena de intuiciones y temas nuevos a explorar que caracterizan a los numerosos trabajos que publicó durante los años 1960, posiblemente su período más productivo. Sus estudios sobre la literatura, la cultura colonial y la educación se emparentaban con los de la generación que lo precedió, pero le dio al tratamiento de esos temas un giro más firmemente situado en un contexto social, expuesto en un estilo ágil y accesible. Pese a que exploró con solvencia los temas culturales y filosóficos sobre los que, pese a los años transcurridos, no tenemos aún críticas serias, su aporte más notable estuvo en la historia económica. Sus estudios de los documentos producidos por los administradores de las haciendas jesuitas abrieron campos que historiadores de las siguientes generaciones se animaron a explorar. La historia agraria, en la que se interesó para entender los mecanismos que regularon los regímenes laborales, las condiciones en que se condujo la producción del azúcar y el algodón, es un campo en el que también realizó algunas de sus contribuciones más originales. Entusiasta del arte que se producía en los pueblos andinos, recorrió especialmente el centro y el sur del país donde recogió ejemplos significativos, muchos de los cuales estaban a punto de desaparecer. Se interesó en las manifestaciones que solemos llamar artesanía, de la que formó una colección importante. Sus estudios sobre la pintura mural andina ampliaron considerablemente nuestros conocimientos sobre procesos culturales cuya investigación entraña grandes dificultades debido a la parquedad de los archivos.

Macera era conocido y apreciado por dedicar mucho de su tiempo a conversar con colegas y estudiantes.  Su cultura amplísima y su brillo intelectual lo hacían un interlocutor muy interesante. Si sus estudios agrupados bajo la rúbrica “teoría” en sus Trabajos de historia (Lima, 1977) parecen hoy caducos, sus Conversaciones con Jorge Basadre (Lima, 1974) son una buena muestra de su mente inquisitiva y disposición para entender las formas complejas y complicadas en que la historia del Perú se entrelazó con la vida intelectual del siglo XX. Su negativa a discutir las razones y consecuencias de la condenable opción política que tomó en el último tramo de su vida fue posiblemente la más elocuente admisión de una culpa irreparable.

IN MEMORIAM PABLO MACERA

Par Gabriela Ramos, Cambridge University (UK)

Pablo Macera (1929-2020), l’un des intellectuels les plus importants du Pérou du XXe siècle, était une figure controversée. Bien qu’il eut plus de quatre-vingt-dix ans, sa mort a surpris et a suscité une multitude de commentaires sur des aspects plus que compliqués de sa vie, qui se sont étendus à des jugements sur la valeur de son travail. Son lien avec le « fujimorismo », quand il était impossible d’ignorer ses crimes, a irrémédiablement souillé sa trajectoire. Ceci peut expliquer que certaines des notes les plus éloquentes ayant été écrites à la suite de sa mort ont révélé peu, voire aucune connaissance sur sa contribution dans le domaine de l’histoire. De nombreuses réactions et commentaires ont montré les points sensibles d’un dilemme auquel nous sommes confrontés de temps en temps : pouvons-nous apprécier le travail de quelqu’un qui dans la vie a pris des décisions non seulement mauvaises, mais même condamnables ?

Grâce à ses écrits, à son rôle à l’université et à ses opinions souvent provocatrices sur la politique et l’histoire du Pérou, Macera a été une présence notable pendant plusieurs décennies. Tandis que la mémoire a gardé quelque phrase lapidaire sur la société péruvienne, récupérée dans une interview journalistique, ses contributions à la recherche sont un peu moins connues du public. Macera a dévoilé certaines de ses recherches les plus importantes, en particulier dans des revues nationales, dont plusieurs ont été publiées par l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos. Des années plus tard, des entités étatiques telles que l’Institut national de la culture et le Fond éditorial du Congrès de la République ont publié des compilations de ces œuvres. Lorsqu’il a créé et est devenu directeur du Séminaire d’histoire rurale des Andes à San Marcos, Macera a choisi pendant des années de publier des essais et surtout des sources documentaires dans un format très précaire et avec une diffusion assez limitée.

Il semblerait donc que Macera, bien qu’il ait longtemps maintenu son intérêt pour l’histoire et, dans une certaine mesure, son attitude critique et sa capacité à commencer et à développer de façon originale divers sujets, s’est de plus en plus fermé au dialogue et à l’échange de points de vue par des canaux n’étant pas sous son contrôle. Bien que ces circonstances à elles seules n’expliquent pas le fait que son travail soit peu connu et n’ait pas été correctement analysé à sa mort, elles contribuent probablement à expliquer la rare diffusion et compréhension de ses contributions à l’historiographie.

Les débuts de sa carrière ont été de bon augure. Il fut l’un des brillants disciples de Raúl Porras Barrenechea à San Marcos. Au début des années 1960, il s’est rendu à Paris grâce à une bourse de l’UNESCO pour poursuivre des études doctorales. Il a passé beaucoup de temps à lire et à faire des recherches dans les bibliothèques et les archives, avec le projet d’écrire sur de multiples aspects de la relation entre la France et le Pérou. Un programme trop ambitieux et difficile à articuler a été élaboré, allant des premières impressions sur le Pérou dans la littérature française du XVIe au XIXe siècle, à la présence d’entreprises et de capitaux français au Pérou moderne. Le résultat de certaines de ces recherches est l’étude intitulée L’image française du Pérou (Lima, 1976), dont l’introduction commence de manière caractéristique avec la phrase : « Ce livre n’aurait jamais dû être écrit … ». Dans une attitude qui appartient sûrement à une époque très différente de la nôtre, Macera a souligné dans plusieurs de ses essais les doutes et les frustrations qu’il avait au sujet de son propre travail. Il se peut que l’inquiétude qu’il ressentait ait stimulé la prose agitée, pleine d’intuitions et de nouveaux thèmes à explorer qui caractérisent les nombreuses œuvres qu’il a publiées au cours des années 1960, peut-être sa période la plus productive. Ses études sur la littérature, la culture coloniale et l’éducation étaient liées à celles de la génération précédente, mais Macera a donné au traitement de ces sujets un virage plus solidement situé dans un contexte social, exposé dans un style agile et accessible. Bien qu’il ait exploré avec sérieux les questions culturelles et philosophiques sur lesquelles, malgré le passage des années, nous n’avons pas encore de critiques sérieuses, sa contribution la plus remarquable a été dans l’histoire économique. Ses études sur les documents produits par les administrateurs des domaines jésuites ont ouvert des champs que les historiens des générations suivantes ont été encouragés à explorer. L’histoire agricole, dans laquelle il s’est intéressé à la compréhension des mécanismes qui régissaient les régimes de travail et des conditions dans lesquelles la production de sucre et de coton a été menée, est un domaine dans lequel il a également fait certaines de ses contributions les plus originales. Passionné de l’art produit dans les villages andins, il a fait le tour du centre et du sud du pays où il a recueilli des exemples significatifs, dont beaucoup étaient sur le point de disparaître. Il s’est intéressé aux manifestations que nous appelons souvent artisanat, à partir duquel il a formé une collection importante. Ses études sur la peinture murale andine ont considérablement élargi nos connaissances sur des processus culturels si peu documentés dans les archives que la recherche à leur sujet est forcément très difficile.

Macera était connu et apprécié pour dédier beaucoup de son temps à la conversation avec ses collègues et ses étudiants. Sa vaste culture et sa brillante intelligence ont fait de lui un interlocuteur très intéressant. Si ses études regroupées sous la rubrique « théorie » dans son Ouvrage d’histoire (Lima, 1977) semblent aujourd’hui être caduques, ses Conversations avec Jorge Basadre (Lima, 1974) sont un bon exemple de son esprit curieux et de sa volonté de comprendre les manières complexes et compliquées dont l’histoire du Pérou était liée à la vie intellectuelle du XXe siècle. Son refus de discuter des raisons et des conséquences du choix politique répréhensible qu’il a fait dans la dernière partie de sa vie était sans doute l’aveu le plus éloquent d’une culpabilité irréparable.

Les 50 ans de la Réforme Agraire péruvienne et les activités de l’IFEA

par Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA

2019 a marqué les 50 ans des débuts de la réforme agraire radicale lancée par le gouvernement militaire de Juan Velasco Alvarado. Cette histoire pourtant déjà ancienne a suscité de vifs débats, dans la presse et dans les réseaux sociaux, autour de manifestations scientifiques et culturelles dont un des points d’orgue aura été la sortie du film « La revolución y la tierra », du réalisateur Gonzalo Benavente Secco, vu par des centaines de milliers de spectateurs. Parfois évaluée en dehors de son contexte historique, la réforme agraire est accusée par les uns d’avoir stoppé la modernisation de l’agriculture et provoqué un exode massif de paysans vers l’agglomération de Lima. D’autres, surtout parmi les plus jeunes, qui n’ont pas connu cette époque, voient en elle l’éradication du servage imposé aux Amérindiens à partir de la conquête et la reconnaissance de la diversité des cultures. La réalité est, comme pour tout événement de grande magnitude, beaucoup plus riche et beaucoup plus complexe. La réconciliation des points de vue n’est pas encore à l’ordre du jour : la réforme agraire a provoqué une rupture radicale et définitive dans l’histoire du Pérou. Ses conséquences économiques, sa capacité à démocratiser la société, à redessiner les territoires et à permettre le développement d’une agriculture paysanne approvisionnant une population urbaine en croissance accélérée, mais aussi son rôle dans les difficultés économiques des années 1980, ou encore ses relations avec le conflit interne meurtrier et son dénouement, sont encore discutés avec passion.

Pendant toute l’année 2019, les personnes qui ont pris part au processus de réforme agraire, en tant que leaders paysans, fonctionnaires publics, propriétaires terriens, observateurs, depuis leur expérience d’ingénieurs agronomes, de professeurs, d’intellectuels militants, ont échangé avec les chercheurs et étudiants qui tentent d’aborder la période et ses suites avec un recul critique.

Exposition de Velasco à la BNP, 2016 / © K. Pacheco (IFEA)

L’IFEA avait organisé avec ses partenaires, en 2016, une exposition, des conférences et des tables-rondes sur le régime militaire de Juan Velasco Alvarado.  En 2019, il a participé à plusieurs activités sur la réforme agraire. Il a notamment été présent, sous la forme d’un financement et d’une contribution scientifique, à la XVIIIe édition du Séminaire Permanent de Recherche Agraire, SEPIAXVIII, qui s’est tenu à Puno entre le 12 et le 15 août. Spécialiste des espaces ruraux, Évelyne Mesclier a contribué aux débats du thème 1, « À 50 ans de la réforme agraire : processus, effets, impacts et apprentissages »  avec une intervention dont le titre était  « Réforme agraire, construction des espaces et déplacement de la question démocratique ». Elle a également été invitée à participer au séminaire  « 50 ans de la réforme agraire péruvienne : nouvelles lectures et approches », organisé par la PUCP du 26 au 28 juin, où elle a présenté une conférence sous le titre « Réforme agraire et droit à la mobilité spatiale : une relation ambiguë ». Enfin, elle a été invitée par l’Université Nacional Agraria La Molina à intervenir lors de la présentation de la 2e édition du livre de Enrique Mayer, Cuentos feos de la reforma agraria peruana. Segunda edición ampliada y corregida (Lima: IEP).

Présentation du livre de Enrique Mayer – Universidad Nacional Agraria de La Molina

Par ailleurs l’IFEA publie en 2019 un ouvrage édité par P. Luna et F. Quiroz Chueca, Haciendas en el mundo andino. Siglos XVI-XX, avec la fondation Bustamante de la Puente.  Ce livre, basé sur des études de cas situées dans un ensemble couvrant une vaste région entre le nord de l’Argentine et le nord du Pérou, doit permettre de renouveler également la lecture de ce monde ni monolithique, ni immobile, qui a largement disparu avec les réformes agraires.

 

Haciendas en el mundo andino. Siglos XVI-XX, 2019 (IFEA & Fundación M.J Bustamante de la Fuente)

Exposición fotográfica de los Uru-Chipaya / Exposition photo des Uru-Chipaya

En octubre pasado el antropólogo y musicólogo Xavier Bellenger presentó ante el Presidente del Gobierno autónomo del Pueblo Uru-Chipaya y la comunidad en pleno la exposición fotográfica cultural “Pueblo Uru-Chipaya de la sombra a luz”, fruto de su trabajo de investigación y recuperación de la memoria iniciado hace 40 años.

La muestra, que recopilaba fotografías realizadas en 1978, se instaló en el museo permanente del Gobierno autónomo en la localidad de Santa Ana de Chipaya.  Para su inauguración, Bellenger estuvo acompañado de una delegación franco-boliviana liderada por el embajador de Francia en Bolivia, Denis Gaillard y la directora del Instituto Francés de Estudios Andinos, Evelyne Mesclier. Además de la exposición se presentó, también, ante los miembros de la comunidad Uru-Chipaya un disco con un compendio de cantos tradicionales de esta comunidad milenaria, grabados en la misma época y publicados recientemente gracias al IFEA.

En octobre dernier l’anthropologue et musicologue Xavier Bellenger s’est rendu dans la région Uru Chipaya pour remettre l’exposition culturelle « Le peuple Uru-Chipaya de l’ombre à la lumière » au président du Gouvernement Autonome du peuple Uru-Chipaya.

L’exposition qui compile des photographies prises en 1978 a été installée dans le musée permanent du Gouvernement Autonome de la ville de Santa Ana de Chipaya. Cette œuvre de Xavier Bellenger, résultat de son travail de recherche et de récupération de la mémoire commencé il y a 40 ans, fut réalisée avec l’appui de l’Institut Français d’études Andines et de l’Ambassade de France en Bolivie. Ainsi, lors de l’inauguration, Xavier Bellenger a été accompagné d’une délégation franco-bolivienne, dirigée par l’Ambassadeur de France en Bolivie, Denis Gaillard et la Directrice de l’Institut Français d’Etudes Andines, Evelyne Mesclier. Un disque avec un recueil de chansons traditionnelles de cette communauté antique, enregistré à la même époque, publié récemment grâce à l’IFEA fut également présenté lors de l’exposition.

Palabras de Denis Gaillard (Embajador de Francia en Bolivia) / © L.Miramont
Palabras de Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
Momento de música y baile con la comunidad/ © L.Miramont
Patrick Riba (Consejero de cooperación y Acción Cultural de la Embajada de Francia en Bolivia), Xavier Bellenger (investigador, fotógrafo, etnomusicólogo), Representante de la Comunidad Uru-Chipaya, Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
© L.Miramont
Exposición fotográfica en la sala comunal/ © L.Miramont
© L.Miramont
© L.Miramont

Résultats des demandes d’Aides à la mobilité de l’IFEA

11 dossiers ont été reçus pour les aides qui seront attribuées au cours de l’année universitaire 2018-2019.

Une double évaluation, sollicitée auprès de deux experts extérieurs à l’IFEA, a été effectuée pour chaque dossier, à partir des critères suivants :

  • Intérêt intrinsèque du projet, qualité scientifique, originalité;
  • Intérêt pour l’IFEA et proximité de la thématique proposée avec les programmes de recherche actuels de l’IFEA (consultable sur notre site);
  • Compétences du candidat pour réaliser la recherche, conditions de réalisation y compris encadrement, faisabilité.

Sur la bas des résultats de ces évaluations, les décisions prises par la direction de l’IFEA sont d’attribuer :

5 mois de bourse à Clément Renault. Sujet de recherche : Chacun sa croix. Les Ashéninka de Dulce Gloria et l’évangélisme (Haut Yurua, Pérou)

5 mois de bourse à Mathilde Thon-Fourcade. Sujet de recherche : Décoloniser l’Etat bolivien : l’identité au cœur de la formation des agents d’Etat

3 mois de bourse à Sisa Calapi. Sujet de recherche : A Cotacachi sans y être. Pratiques musicales et dansées des communautés d’Imantag (Equateur)

Nos félicitations aux lauréats !

Resultados de las candidaturas de Aides à la mobilité del IFEA

11 postulaciones se recibieron para las ayudas que serán atribuidas en el transcurso del año universitario 2018-2019.

Una doble evaluación solicitada a dos expertos externos al IFEA, se efectuó para cada postulación, a partir de los siguientes criterios:

  • Interés intrínseco del proyecto, calidad científica, originalidad;
  • Interés para el IFEA y proximidad de la temática propuesta con los programas de investigación actuales del IFEA (consultable en nuestra página web);
  • Competencias del candidato(a) para realizar la investigación, condiciones de realización incluyendo supervisión, viabilidad.

Sobre la base de los resultados de estas evaluaciones, la dirección del IFEA decide atribuir:

5 meses de beca a Clément Renault. Tema de investigación: Cada quien su cruz. Los Asheninka de Dulce Gloria y el evangelismo (Haut Yurua, Pérou)

5 meses de beca a Mathilde Thon-Fourcade. Tema de investigación: Descolonizar el Estado boliviano: la identidad en el centro de la formación de agentes del Estado

3 meses de beca a Sisa Calapi. Tema de investigación: En Cotacachi, sin estar allí. Prácticas musicales y danzas de las comunidades de Imantag (Ecuador)

¡Felicitamos a los seleccionados!

Appel à communication :  Journée des Bolivianistes 2018

Suite au succès des deux précédentes Journées des Bolivianistes, qui se sont déroulées en 2016 et en 2017, le Centre de Recherches sur l’Action Locale (CERAL EA-3968), l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité ainsi que l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) ont le plaisir d’organiser la Journée des Bolivianistes 2018, qui se déroulera le jeudi 7 juin 2018 et aura pour thème :

« Quelles perspectives pour l’État plurinational de Bolivie ? »

Les propositions de communication, en espagnol ou en français, ne doivent pas faire plus de 4000 signes. Elles doivent être renvoyées avant le lundi 16 avril 2018 aux adresses mails suivantes : victor.audubert@univ-paris13.fr et jean-rene.garcia@academie-sciences.fr
Elles seront examinées par le comité scientifique, qui rendra sa décision début mai. Les
communications présentées durant cette journée d’étude pourront faire l’objet d’une publication.

Comité scientifique

Coordinateur :
– Jean-René Garcia (Vice-Doyen de l’UFR Droit, Sciences Politiques et Sociales de
l’Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité, Professeur des Universités associé en droit
public, HDR en droit, HDR en sciences politiques, HDR en philosophie).

Membres :
– Victor Audubert (Doctorant en droit public, Université Paris 13)
– Philippe Boulanger (Docteur en droit public)
– Nicolas Clinchamps (Maître de conférence-HDR en droit public, Université Paris 13)
– Christine Delfour (Professeur des universités en sciences politiques, Université ParisEst Marne-la-Vallée)
– Morgan Donot (Docteure en sciences politiques, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
– Renée Fregosi (Maître de conférence-HDR en sciences politiques, Université Paris 3
Sorbonne Nouvelle)
– Franck Laffaille (Professeur des universités en droit public, Université Paris 13)
– Diego Landivar (Docteur en sciences économiques, Université d’Auvergne)
– Jean-Jacques Ménuret (Maître de conférence en droit public, Université Paris 13)
– Antoine Pécoud (Professeur des universités en sociologie, Université Paris 13)
– Sebastián Urioste (Docteur en sciences politiques, IEP de Paris)
– Nelson Vallejo-Gomez (Docteur en philosophie, GRECOL-ALC, FMSH)
– Patrice Vermeren (Professeur des universités en philosophie, Université Paris 8)

Comité d’organisation
– Victor Audubert (Doctorant en droit public, Université Paris 13)
– Élise Gadea (Doctorante en anthropologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – IFEA)

Telecharger appel

Yápankam: las voces de la investigación en la Alta Amazonia ecuatoriana

Congreso Internacional de Antropología y Lingüística

Centro de Acopio de Sevilla Don Bosco (Morona Santiago, Ecuador)
del 19 al 21 de abril 2018

Este evento abierto a todos está organizado por Kar Atamaint, Anne-Gaël Bilhaut, Marcelino Chumpi, Grégory Deshoullière, la Comisión de Lengua y Saberes de la Nacionalidad Shuar y el Instituto de Idiomas, Ciencias y Saberes Ancestrales.

El principal objetivo de este evento es facilitar un espacio de encuentro y reflexión académica en el que universitarios, estudiosos y no estudiosos shuar y achuar puedan debatir y discutir lo que científicos sociales escribieron sobre la región y sus modos de vida. Iniciativa inédita en la región, este encuentro tiene también por objetivo servir de modelo de asociatividad científica para los otros pueblos nativos de la Amazonía y más allá.

Dentro de los invitados contamos con: Jaime Vargas, Santiago Utitiaj, Marlon Vargas, Philippe Descola, Anne-Christine Taylor, Carmen Martínez Novo, Maurizio Gnerre, etc. Se espera un público amplio (local, provincial, nacional como internacional).

Para mayores detalles acceder página oficial https://yapankam.wordpress.com/ y registrarse por el formulario aquí.

Appel à candidatures 2018

L’IFEA a clôturé ses appels à candidatures le 15 décembre 2018. Trois types de bourses, accordées à partir du premier trimestre de 2018, appuient la recherche en Archéologie et en Sciences humaines et sociales. Il s’agit :

  • des Bourses Andines ouvertes à des chercheurs ou étudiants provenant des pays où l’IFEA développe ses activités : Bolivie, Colombie, Équateur et Pérou
  • de la Bourse Brignardello ouverte aux archéologues péruviens, français ou européens inscrits en université française
  • des Aides à la mobilité destinées aux Français ou Européens inscrits dans des universités françaises dont le terrain de recherche se trouve dans les pays andins (Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou)

La liste de candidats sélectionnés sera publié dans la page web de l’IFEA.

 

Cycle « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes »

En Colombie, l’année 2017 a été l’occasion d’organiser le cycle de conférences « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes ». Ces nombreuses rencontres scientifiques internationales ont permis une réflexion sur l’histoire de la puissance coloniale et les formes de soumission, de libération et de résistance qui lui furent associées. Promus par la coopération bilatérale universitaire, ces événements ont contribué au dialogue entre linguistes et  historiens  français et colombiens.

La réflexion a cherché également à aborder l’historialisation des différentes articulations entre la  race, la classe et le genre, afin de comprendre quelles ont été les modalités de la négociation du pouvoir. De façon transversale, les rôles des femmes, les peuples autochtones, les afro-descendants, les métis et tous ceux considérés comme anormaux, ont été considérés pour pouvoir découvrir la spécificité de chaque processus inscrit dans un moment historique précis.

En bref, la dynamique qui existe entre les réalités locales et les aspects globaux, tels que la puissance coloniale, a été au centre de la réflexion de cet événement qui a été divisé en six cycles :

  • Premier cycle « Subjugation Coloniale » avec la Conférence « Race et temps : un défi » pour les historiens » de Jean-Frédéric Schaub (EHESS CRBC – Mondes américains) et des commentaires de Max s. Hering Torres (UNAL) et Marguerite Garrido (Université des Andes, Université Externado, Université d’Oxford)

  •  2éme cycle  « Illustration : entre l’égalité et le racisme »  avec la conférence « Orangs-outans et esclaves : limites de l’humanité dans le débat illustré», présentation de Silvia Sebastiani (CRH-EHESS, European University Institute) et les commentaires de Georges Lomné ( Université Paris-Est Marne-la – La – Vallée) et Max S. Hering Torres (UNAL).

  • Troisième cycle « L’esclavage et la liberté » avec la Conférence « Fuir,  payer ou se révolter : libération de l’esclavage dans les Amériques jusqu’à 1851 » présentation de Aline Helg (Université de Genève) et les commentaires de Marixa Lasso (UNAL).

  • Quatrième cycle : « Mémoire, colonialité et transmodernité », avec  «L’Europe des Caraïbes et la colonialité de la mémoire » conférence de Manuela Boatca (Université de Fribourg) et les commentaires de Santiago Castro-Gomez (Pontificia Université Javierana)

  • Cinquième cycle «  Multiculturalisme : émancipation ou assimilation ? », Conférence « Dérives du multiculturalisme en Colombie : utopies ethniques et promotion du marché patrimonial » de Marta Zambrano (UNAL) et les commentaires de Vince Curiel (UNAL)
  • Sixième cycle : « Expressions oraless et Littératures autochtones en Colombie. Vers une émancipation de l’écriture ? », avec la conférence « Oralités graphiques et visions cérébrales des textualités autochtones contemporaines » par Miguel Rocha Vivas (Pontificale Université Javeriana) et les commentaires de Laura Lema Silva.

Les rencontres ont été organisées conjointement par l’Institut des Amériques (IdA), l’Institut Français d’Études Andines, l’UNAL, l’Université Marne – la Vallée et GRECOL, dans le cadre de l’année France / Colombie saisons croises 2017.

Texte : IFEA – Colombie

Crédits photos :  Institut des Amériques, Pole andin Bogotá

Les nouveaux boursiers et leurs thèmes de recherche

Pendant le deuxième trimestre de l’année l’IFEA a reçu ses nouveaux boursiers (convocation 2017), qui ont initié leur recherches de terrain.

Nous avons reçu au siège administratif, lors de leur passage à Lima, à Katya Valladares Domínguez et Alicia Espinoza, gagnantes de la bourse Carlos Brignardello en Archéologie.

Katya Valladares (Photo: K. Pacheco)

Katya Valladares propose une recherche intitulée : “Exploration des identités sociales des individus chimú depuis une perspective bio archéologique sur le site archéologique de Chan Chan, Pérou”, dans le cadre d’un master en Bio archéologie de l’Université de Western Ontario, Canada ; et Alicia Espinoza est doctorante de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (UMR 8096) et étudie les : « Filiations culturelles et  contacts entre les groupes sociaux de la côte nord du Pérou à la Période Intermédiaire Ancienne (200 av. – 600 apr. J.-C.), Étude des traditions techniques de la production céramique des populations Virú-Gallinazo ». 

Par ailleurs, les boursiers andines: Gabriel Ramón Joffré, Martha Cecilia Ruiz Muriel et Gina Paola Rodríguez Montenegro (chercheurs confirmés) ; et Sara Milena Alayón Guevara et Patricio Alonso Alvarado Luna (jeunes chercheurs), ont aussi commencé leurs travaux de terrain.

Gabriel Ramón Joffré, Alicia Espinoza y Patricio Alvarado

Gabriel Ramón, professeur du département de Humanités de la PUCP  a pour sujet de recherche : « Les potiers itinérantes de Cuzcudén (San Pablo, Cajamarca): apprentissage, production et circulation céramique dans les Andes septentrionales péruviennes ». Martha Ruiz, chercheuse invitée de la FLACSO siège Equateur, et docteur en Sciences Sociales à l’Université Libre d’Amsterdam, réalise sa recherche sur le sujet:  “Femmes migrantes dans le commerce sexuel et frontières dans la région andine : au-delà de la criminalisation ». Gina Rodríguez est docteur en Sciences Sociales, chercheuse de l’Institut d’Études d’Amérique Latine et le Caraïbe (IEALC) et  de l’Institut de Recherche Gino Germani. Son thème de recherche est « Violence para-institutionnel, le conflit social et construction de l’État  au Pérou et Colombie (1980 – 2003) ».

Gina Paola Rodríguez Montenegro (Photo: K. Pacheco)

Patricio Alvarado, étudiant du master d’Histoire à la PUCP, étudie: « Le Haut-Pérou et la contre-révolution vice-royale : les effets politiques, militaires et territoriaux de la réincorporation du Haut-Pérou à la vice-royauté péruvienne, 1811-1826« ; et Milena Alayón, étudiante du master en géographie à l’Université Nationale de Colombie, prépare sa thèse : “Configurations territoriales du conflit armé dans la ville de Tumaco (Colombie)”.

Destinées au bénéfice des étudiants et chercheur(e)s des sciences humaines, sociales et sciences de la vie, les bourses de l’IFEA ont contribué au développement de la recherche à la région andine dès leur origine en 1998.

 

ACCORD DE COOPERATION ENTRE L’IFEA ET LA UNSCH

Un accord de coopération a été signé le trois juillet entre l’IFEA et l’Université National de San Cristóbal de Huamanga (UNSCH) dans le cadre de la célébration du 340e anniversaire de cette institution. L’événement a eu lieu en présence de  M. Fabrice Mauriès, Ambassadeur de France au Pérou, Homero Ango Aguilar, recteur de l’Université et  Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.

L’accord a pour objectif de promouvoir les échanges scientifiques entre les chercheurs de l’IFEA qui développent des travaux dans la région d’Ayacucho, d’une part, et les professeurs et étudiant de l’UNSCH, d’autre part. Il s’agit également de faciliter la participation de membres de l’IFEA à la formation des étudiants, à travers des cycles de conférences ou des cours sur des thèmes spécifiques.

En plus de participer aux actes de commémoration pour l’anniversaire de l’UNSCH, la délégation française a pu visiter à Ayacucho le Sanctuaire de la Hoyada, accompagnées de représentants de l’Anfasep et de l’Equipe Péruvienne d’Anthropologie Légiste – EPAF, qui a reçu l’année dernière le Cinquième prix de droits humains  “Javier Pérez de Cuéllar”  en reconnaissance à sa contribution au travail de mémoire qui se construit au Pérou.

Evelyne Mesclier (IFEA) et Homero Ango Aguilar (UNSCH) Photo: Ambassade de France au Pérou

 

El IFEA inicia convocatoria de becas 2017

Destinadas a beneficiar a estudiantes e investigadores en ciencias humanas, sociales y ciencias de la vida, las becas del Instituto Francés de Estudios Andinos, han contribuido al desarrollo de la investigación en la región andina desde su puesta en marcha en el año 1998.

Con la finalidad de alcanzar a investigadores de orígenes y disciplinas diversas el IFEA propone este año tres tipos de becas:

  • Las becas andinas dirigidas a investigadores pertenecientes a los países en los que el IFEA desarrolla sus actividades: Bolivia, Colombia, Ecuador y Perú. Se proponen dos tipos: el primero dirigido a investigadores confirmados (pertenecientes a una institución o que ejerzan la docencia) y el segundo para jóvenes investigadores (en último año de maestría o doctorado).
  • Las becas Aides à la mobilité, con el fin de facilitar el desplazamiento para el trabajo de campo hacia la región andina de estudiantes franceses y/o europeos (a condición de que sean francófonos e inscritos en una universidad francesa)
  • La beca Carlos Brignardello, destinada a contribuir en la formación de jóvenes arqueólogos peruanos, franceses y/o europeos (a condición de que sean francófonos e inscritos en una universidad francesa). Esta beca nace para rendirle homenaje y con la voluntad de perpetuar la memoria y las investigaciones de Carlos Brignardello benefactor del IFEA y apasionado de la Arqueología.

La convocatoria completa, los formularios para la postulación pueden consultarse en la página web del IFEA:  www.ifea.org.pe/convocatoriasbecas1

becas2

 

 

El multiculturalismo boliviano y la invención de los indígenas tacana en el norte amazónico

PRESENTACIÓN DE LIBRO DE ENRIQUE HERRERA SARMIENTO*

 

 Fecha: martes 10 de mayocaratula-multiculturalismo-2015

Hora: 7 pm

Lugar: Sala de Cine de la Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595. Miraflores)

Editores: Instituto Francés de Estudios Andinos  – Plural Ediciones (Bolivia)

Comentarios a cargo de: Frederica Barclay (EQUIDAD, Centro de Políticas Públicas y Derechos Humanos) y Martín Tanaka (Pontificia Universidad Católica del Perú)

 

Con la publicación del  libro el autor pretende establecer un debate sobre la pertinencia de las políticas públicas dirigidas a las poblaciones indígenas. Si bien toma de referencia el caso boliviano, este sirve para discutir la consistencia conceptual de la categoría sociológica de etnicidad. Y es que esta categoría es la que sustenta una mirada particular sobre la realidad indígena que se ha convertido en hegemónica en los países de la región y es la que a su vez sostiene al tipo de políticas públicas mencionadas.

Algunas opiniones sobre la publicación: 

« La investigación de Enrique Herrera es una ventana necesaria para echar luz sobre los procesos de identificación étnica en Bolivia, desenmarañar sus hebras, entender sus desafíos y apreciar sus derivaciones. Su riqueza nos invita a continuar investigando. Por su maestría metodológica, se trata de un modelo de investigación científica que demuestra que, en sí, no existe el pasado ni los hechos que descubrir. Únicamente existen problemas, preguntas dirigidas a las huellas o a los testigos que permiten extraer, de los remanentes de las múltiples interacciones humanas y sus efectos, los elementos necesarios para una respuesta lo más explícita y satisfactoria posible, y aun así provisoria hasta que otra mejor la reemplace ».  Jean Pierre Lavaud- Sociólogo. Profesor emérito de la Universidad de Ciencias y Tecnologías de Lille, Lille 1, Francia. 

« Los resultados de esta investigación ejemplar de Enrique Herrera es una verdadera contribución a la sociología y a la antropología andina. Su contribución aparece a lo largo de la investigación en reflexiones críticas sobre una serie de nociones o conceptos importantes para entender la evolución de las sociedades andinas actuales, como la identidad, la etnicidad, el multiculturalismo, la territorialidad, etc. Esta investigación también es un aporte para la reflexión general sobre los fenómenos recientes de etnogénesis y de etnicización de las relaciones sociales en América Latina. Un tema central que sobresale es el de una antropología o sociología del Estado, el mismo que se constituye en uno de los principales actores de las dinámicas estudiadas. Al respecto, en muchos trabajos recientes sobre el papel del Estado en los países andinos, la idea que predomina es precisamente la de la ausencia del Estado. Enrique Herrera muestra, por el contrario, que el Estado boliviano está muy presente mediante su política multicultural, y que desempeña de hecho un papel fundamental en el proceso de construcción de una identidad tacana ».  Carmen Salazar-Soler – Antropóloga. Directora de Investigación del CNRS. Mondes Américains – Sociétés Circulations Pouvoirs (XVe-XXIe siècle) MASCIPO, Francia. 

« Este trabajo debe ser contextualizado no sólo en relación con la situación personal de Enrique Herrera cuya vida profesional gira en torno de los problemas del indigenismo y de la producción de etnicidad desde hace casi 20 años, sino también en relación con la situación en Bolivia, un país dominado por una ideología indianista, incluso en los círculos intelectuales. La posición científica de Enrique Herrera Sarmiento es también una posición política fuerte, densa y valiente en Bolivia. Se halla claramente enmarcada en la sociología de la etnicidad y de los movimientos sociales. La trayectoria de funcionario de Enrique Herrera es el tema de un corto capítulo reflexivo apasionante, pero también sirve de telón de fondo al conjunto de la investigación, que se confunde a menudo con la vida misma del autor, un hombre idealista y apasionado cuya total implicación en este proyecto se siente hasta la última línea de la conclusión, cuando lamenta que el multiculturalismo boliviano no pase de ser “un bello sueño en el papel ». Françoise Lestage-  Antropóloga. Directora del Centro de Estudios Mexicanos y Centro Americanos (CEMCA). Profesora de la Universidad París Diderot, Francia. 

« El libro presenta del modo más minucioso, ordenado y riguroso una problemática que ha sido trabajada con un alto apego a la teoría social. Es particularmente fino en el manejo de la teoría social relacionada con la problemática de la etnicidad. Es un aporte feliz y muy fecundo de un autor que ha tenido la paciencia y el rigor de leer la literatura teórica de etnicidad más relevante de las últimas tres décadas. Es un texto que impresiona por lo bien escrito que está, por lo bien pensado que está y por lo sumamente cuidadoso en el manejo de detalles del asunto que aborda: la problemática general del reconocimiento a la realidad de los pueblos indígenas y de los grupos étnicos en Bolivia a lo largo de las últimas 3 décadas. A pesar que estudia a los tacana, las reflexiones planteadas trascienden esta realidad. Es un libro políticamente muy importante ».  Ricargo Calla Ortega – Sociólogo y antropólogo. Coordinador de programas de postgrado de la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO) y ex – Ministro de Asuntos Indígenas y Pueblos Originarios, Bolivia. 

« Sin duda este libro generará un debate en torno a los derechos indígenas y a las identidades. Es y va ser controversial, va dar que hablar. El autor introduce una perspectiva de análisis innovadora, ya que rompe una serie de mitos y prejuicios en relación al tema indígena y a las políticas estatales que han pretendido reconocer derechos a este sector y han buscado la promoción de tales derechos. Estoy seguro que los debates que suscitará el particular abordaje de esta temática, creará dentro de las ciencias sociales, y de la antropología en particular, una puesta al día de ciertos temas. Además promoverá ciertos ajustes teóricos y políticos, especialmente, en lo que respecta a las demandas indígenas en Bolivia y en los países de la región ». José Antonio Quiroga Trigo- Filósofo. Director Ejecutivo de PLURAL Editores, Bolivia. 

* Enrique Herrera Sarmiento estudió antropología en la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP) y en la Universidad Mayor de San Andrés (UMSA) de Bolivia; obtuvo su doctorado en Sociología en la Universidad Paris 3 Sorbonne Nouvelle (Francia). Sus investigaciones académicas se centran en temas ligados con el manejo de recursos naturales, movilizaciones políticas y etnicidad entre grupos indígenas que habitan en la amplia región amazónica que comparten Perú y Bolivia. Actualmente ejerce la docencia en la PUCP y en la Universidad San Antonio de Abad del Cusco.

Présentation du documentaire «Archéologues »

Loin du regard romantique et réducteur du métier d’archéologue, ce documentaire révèle les multiples facettes du travail du chercheur : de la prospection de sites, leurs excavations et l’analyse du matériel, à la présentation des résultats de recherche lors de congrès. Le parallèle réalisé entre les scènes de fouilles archéologiques et les témoignages des plus grands noms de l’archéologie amazonienne offre une vision originale sur un métier qui fascine bien qu’il demeure méconnu. La majorité des documentaires archéologiques sont réalisés par une équipe qui passe quelques jours sur un site de fouilles et, parfois, dans un musée. Le résultat est une image souvent esthétique mais partielle de la recherche archéologique. Ce documentaire présente toutes les étapes de ce métier si particulier, en commençant par la recherche de lieux archéologiques jusqu’à la diffusion des données, en passant par les excavations, les enquêtes ethnologiques, l´étude du matériel, les conférences et sans oublier la vie quotidienne du chercheur.

Direction et Production: Stéphen Rostain & Álvaro Muriel
Scénario: Álvaro Muriel
Photographie: Stéphen Rostain & François “Coco” Laso
Montage: Christian Obando & Víctor Arregui
 
Invitation-documental