RDV de l’IFEA : Youssef Guenzoui

Dans le cadre des RDV de l’IFEA, Youssef Guenzoui, professeur de l’Université Paris 13, a présenté la conférence: “Un regard français sur les identités culturelles et les prérogatives des communautés au Pérou”, évènement qui s’est déroulé le 13 juin à l’Alliance française de Lima.

Lors de sa présentation, Guenzoui a analysé depuis une vision extérieure (française, européenne), l’impact de la reconnaissance des communautés natives et indigènes sur la construction politique péruvienne pour le système de justice, partant du cas spécifique des Rondas Campesinas de la région de Cajamarca et comparant le cas péruvien avec les demandes des collectivités françaises d’outre-mer, comme la Nouvelle-Calédonie.

Il a relevé la difficulté, tant en droit français comme péruvien, de trouver un équilibre entre d’une part la souveraineté de l’Etat et les prérogatives des communautés, et d’autre part entre les actions dérivées des coutumes et les droits humains.

Crédits photo: K. PACHECO

Café scientifique “Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes”

Dans le cadre de la Journée Mondiale de l’environnement (5 Juin), le Café Scientifique n°13: “Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes” a été réalisé. Son objectif était de mettre en évidence le rôle du Droit comme outil au service de la protection de la planète, en évoquant à la fois les avancées récentes comme le projet de Pacte Mondial pour l’Environnement, l’Accord Escazú, mais aussi la Loi-cadre sur le changement climatique.

Crédits photo: K.PACHECO

De nombreux spécialistes et acteurs de divers secteurs ont participé à l’évènement, comme Ana Peña Doig, Directrice environnementale au Ministrère des Affaires Etrangères ; Pedro Solano, Directeur Exécutif de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA); Gabriela Ramírez Parco, Professeure du Département Académique de Droit de la PUCP et collaboratrice du INTE-PUCP; et Marco Chevarría Lazo, professeur de l’Escuela de Posgrado de l’Universidad Nacional San Antonio Abad del Cusco.

L’activité fut organisée par l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut Français de Recherche pour le Développement (IRD), l’Institut français d’Etudes Andines (IFEA), l’Agence Française de Développement (AFD) et la Librairie El Virrey, et a pu compter avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères du Pérou, de l’Institut des Sciences Naturelles, Territoires et Energies renouvelables de l’Université Catholique Pontificale du Pérou (INTE-PUCP), et de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA).

Crédits photo: K.PACHECO

Journées des Jeunes Américanistes : “Violences dans les Amériques”

Les 21 et 22 Mai 2018 a eu lieu, à Mexico et à Madrid, la neuvième édition des Journées des Jeunes Américanistes, dont le thème central a été « Violence dans les Amériques ». Organisées par le Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines, la Casa de Velázquez et l’IFEA, avec l’appui de l’Institut des Amériques, l’Université Nationale d’Education à Distance et l’Institut Français d’Amérique Latine, les JJA sont un espace d’échange académique entre jeunes chercheurs d’Amérique Latine et d’Europe.

Les chercheurs de l’IFEA Lucie Miramont (Volontaire International) et Arthur Morenas (coordinateur du pôle à Lima de l’Institut des Amériques) se sont rendus à Mexico afin d’animer l’atelier méthodologique « Comment étudier les violences ? Echange d’expériences de recherche». Avec pour objectif de compléter les discussions thématiques, l’atelier a permis aux chercheurs de partager leurs expériences de recherche, particulièrement au sujet des défis rencontrés au moment de travailler en contexte de violence (physique mais aussi symbolique).

Article d’Arthur Morenas

Crédits photo: Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos

Crédits photo: Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos

 

Mémoires de violence et post-conflit dans des contextes périphériques

En avril dernier le séminaire “Mémoires de violence et post-conflit en contexte périphérique” a eu lieu en Colombie, initiative impulsée par l’IFEA, la Pontificia Universidad Católica del Perú et l’Universidad Nacional de Colombia, avec l’appui de l’Institut Français, la délégation régionale de Coopération pour l’Amérique du Sud et l’Agence Universitaire de la Francophonie.

L’évènement, qui s’est déroulé à la bibliothèque Luis Angel Arango (Banque de la République) et l’Alliance Française de Bogotá-Centre, a réuni de nombreux chercheurs colombiens, péruviens et français, pour aborder la problématique de la production de mémoires de la violence dans la période de post conflit au Pérou et en Colombie.

Le séminaire a duré deux jours et a eu comme principal objectif faire connaître les recherches anthropologiques relatives à la production de mémoires dans un contexte à la fois de post-conflit et d’interculturalité, dans les régions périphériques du Pérou et de la Colombie (Amazonie, zones rurales andines). De plus, une présentation de productions audiovisuelles relatives à cette thématique accompagnées d’un débat avec la participation du public et des réalisateurs a eu lieu.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première partie du séminaire a compté avec la participation de Juan Álvaro Echeverrí, Directeur de l’Institut Amazonien de Recherche (IMANI) de la UNAL ; Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA et Céline Valadeau, chercheuse à l’IFEA, qui ont eu la charge de l’inauguration de l’évènement.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première table ronde « la mémoire et ses expressions matérielles et immatérielles : formes de représentation du passé, construction d’imaginaires pour le futur », a réuni de nombreuses interventions : María Eugenia Ulfe (PUCP), avec une conférence sur les controverses qui traversent actuellement le Pérou, au sujet de l’art symbolique entrant en jeu dans la représentation de la mémoire collective ; Sébastien Jallade (RIDAP), qui a proposé une lecture sur la patrimonialisation des chemins incas (Qhapaq Ñan), présentés comme le résultat d’une politique publique de post conflit péruvien et Anne-Marie Losonczy (Université Libre de Bruxelles), qui a exposé sa recherche « Les morts qui travaillent pour la paix, les formes d’action des morts sanctifiés dans les cimetières urbains colombiens ».

La seconde table ronde, « Mémoire orale, autoreprésentation et ses conséquences héroïques vs victimisation », a réuni les interventions de Valérie Robin (Université Paris V) sur le thème des mémoires et des histoires de vie des anciens membres du mouvement d’autodéfense d’Ayacucho (Pérou), Silvia Romio (PUCP), évoquant les mémoires du Baguazo au travers des souvenirs des manifestants amazoniens (Pérou) et Juan Álvaro Echeverri (UNAL), avec une intervention sur la mémoire des indigènes amazoniens sur l’époque du caucho.

Crédits photo: E. MESCLIER

Le troisième table ronde “Mémoire intime et mémoire institutionnelle. Débats et dynamiques de négociation dans les espaces institutionnels et familiers », a pu compter avec la participation d’Alejandro Castillejo Cuellar (Université UniAndes) avec un réflexion au sujet de l’obtention de témoignages avec l’aide de trois objets : la vérité, le silence et le passé comme scènes transitoires ; Diana Gómez (Universidad UniAndes), qui a évoqué la mémoire profonde et le paysage de souvenirs depuis l’intime jusqu’au public ; et Ángela Santamaría (Universidad Rosario), avec une conférence sur les mémoires subalternes des femmes amazoniennes en période de post conflit colombien.

La deuxième journée a commencé avec la table ronde « Mémoire et oubli. Les formes du silence », au cours de laquelle André Cancinance López (UNAL) a présenté une analyse sur les silences comme pratique de résistance dans les communautés de Putumayo (Colombie) ; Marco Tobón (Université Estadual de Campinas, Brésil) a proposé une réflexion sur les formes perçues de recrutement dans la guérilla des indigènes Murui-Muina en Amazonie ; Myriam Jimeno (UNAL) a donné une conférence sur les narrations émotionnelles post conflit et Vanessa Romo (PUCP), a fait état de son travail sur la théâtralisation de la mémoire du Baguazo chez les Wampis d’Amazonie.

La deuxième table ronde a été destinée à réfléchir sur les “Productions et autoproductions audiovisuelles qui traitent du thème de la mémoire de la violence”, et a réuni les interventions de réalisateurs, chercheurs et journalistes, entre autres: Carlos Duarte (UNAL), Sebastien Jallade (RIPAD), Natalia Orozco (journaliste et cinéaste), Vanessa Romo (PUCP), Maria Isabel Torres (PUCP) et Marta Rodriguez (anthropologue et cinéaste).

En conclusion de l’évènement, les documentaires de Natalia Orozco (El silencio de los fusiles), Sébastien Jallade (Nada queda sino nuestra ternura) et Carlos Duarte et Carlos Cárdenas (Fusiles de madera), ont été projetés dans la salle de Cinéma de l’Alliance française de Bogotá (centre).

Exposition photographique et culturelle en Bolivie

“Le peuple Uru Chipaya, de l’ombre à la lumière”

Durant les mois d’Avril et de Mai, l’exposition anthropologique et photographique « Le peuple Uru-Chipaya, de l’ombre à la lumière » a eu lieu au Musée National d’Ethnographie et de Folklore (MUSEF), fruit du travail du chercheur Xavier Bellenger, anthropologue et photographe associé à l’IFEA.

L’inauguration de l’exposition, réalisée le 20 Avril, a pu compter sur un public nombreux, dont les propres Uru-Chipaya, les représentants et les directeurs des institutions associées comme Elvira Espejo Ayca, directrice du MUSEF, Monsieur Denys Wibaux, Ambassadeur de France en Bolivie, Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA, Filemón Mamani, représentant du peuple Uru-Chipaya, et l’auteur Xavier Bellenger.

Crédits photo: X.BELLENGER

Durant l’évènement, le Président de la Comisión de Naciones y Pueblos Indígenas Originarios, cultura e interculturalidad de la Chambre des Députés a offert à l’IFEA un diplôme de reconnaissance de l’apport à la préservation de l’identité culturelle au sein de l’Etat Plurinational de Bolivie.

L’exposition s’inscrit dans la continuité du travail de la recherche française sur les sociétés andines de l’Altiplano Bolivien réalisée depuis différentes disciplines (anthropologie, linguistique…). Les photographies qui composent l’exposition ont été réalisées par Xavier Bellenger durant un séjour de plusieurs mois à Santa Clara Chipaya en compagnie de l’anthropologue Nathan Wachtel, en 1978.

Le travail réalisé durant l’exposition a également supposé de nouvelles formes de collaboration entre chercheurs et les propres personnes dont la culture est étudiée, grâce à leur participation directe à l’exposition et à la présence de plusieurs représentants uru-chipayas.

Crédits photo: X.BELLENGER

En plus de l’inauguration, Elvira Espejo (MUSEF), Xavier Bellenger, Patrick Riba (Ambassade de France en Bolivie) et Evelyne Mesclier, se sont réunis avec des délégués du peuple uru-chipaya afin d’organiser un éventuel transfert de l’exposition au village de Santa Clara. Ce transfert, qui se réalisera dans les prochains mois, contribuera sûrement à augmenter l’attractivité touristique de la communauté.

Interview à Xavier Bellenger :

 

Cafés Scientifiques en Equateur

Par Anne-Gaël Bilhaut

Depuis janvier 2018, l’IFEA, l’Institut Français de recherche pour le développement (IRD) et l’Alliance Française de Quito ont lancé une série mensuelle d’événements dans le cadre du « Mardi de la connaissance ».

Les cafés scientifiques à Quito ont pour objectif de présenter des questions précises  en SHS et de provoquer des débats et des discussions avec des experts en la matière et cela dans une atmosphère culturelle ouverte/décontractée. Après une courte présentation sur un sujet précis, le public est invité à débattre avec l’exposant.

Des sujets très divers ont été abordés tels que les tremblements de terre et les volcans, la puissance dans la mondialisation et les rêves en l’Amazonie.

Janvier: ¿Qué tan tóxicos son nuestros platos? (Dra. Laurence Maurice, chercheuse à l’IRD)

Février: El sentido de los sueños (Dr. Iván Sandoval Carrión)

Mars:  Soñar en la Amazonía. Antropología de la noche de los Záparas (Anne-Gaël Bilhaut, anthropologue de l’IFEA et Manari Ushigua, représentante du peuple Zapara)

PENSÉES INFLUENTES

La recherche française en sciences humaines et sociales à l’étranger

Évelyne Mesclier, Directrice de l’IFEA, a participé à une journée d’échanges sur la recherche française en Sciences humaines et sociales à l’étranger. L’évènement intitulé « Pensées influentes, la recherche française en sciences humaines et sociales à l’étranger » fut organisé le 14 mars 2018, de façon conjointe, par Le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) et le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS).

Ce fut l’occasion de faire découvrir au grand public les différentes facettes de la diplomatie scientifique à travers le monde, en présentant le réseau des instituts de recherche en sciences humaines et sociales, les UMIFRE.

Deux moments ont marqué le rendez-vous: d’abord le dialogue entre les chercheurs et les diplomates sur des enjeux actuels (migrations Afrique/Europe, gouvernance d’Internet en Asie, lutte contre le trafic de bien culturels au Moyen-Orient, etc.) et ensuite un débat nourri d’approches croisées sur la radicalisation  dans le monde.

Vidéo sur la réseaux des IFRES:

Présentation du livre : Archéométrie études analytiques des matériaux archéologiques

Le 11 mars, a été présenté à Lima le livre : « Archéométrie études analytiques des matériaux archéologiques » une coédition de l’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA), l’Université Bordeaux Montaigne (France) et l’Université de Tarapacá (Chili).  La publication compile différentes techniques de l’archéométrie élémentaires, moléculaires, de datation et d’exploration, ainsi que des études de cas originales, qui sont présentés pour la première fois en espagnol afin d’être accessible aux étudiants et chercheurs américanistes.

Les commentateurs étaient deux spécialistes reconnus: Denise Pozzi-Escot, archéologue péruvienne, directrice du Musée du site de Pachacamac et Christophe Moulherat, directeur des collections au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (Paris, France).  En plus de souligner l’importance de la publication et de citer certains parties de ses chapitres Denise et Christophe ont présenté les progrès que les techniques archéométriques ont permis de réaliser dans leurs centres de travail respectifs.

Vidéoconférence avec Rémy Chapoulie (Crédits photo: K. PACHECO)

Deux coéditeurs de la publication étaient également présents : Rémy Chapoulie, professeur de l’Université Bordeaux Montaigne, qui a participé grâce à une vidéoconférence depuis la France, et Marcela Sepúlveda chercheuse du Laboratoire d’Analyse des Recherche Archéométrique  (LAIA) de la Université de Tarapacá (Chili).

Sont également coéditeurs Nino Del-Solar-Velarde,  archéologue du ministère de la culture et Véronique Wright, ancienne chercheuse associée à l’IFEA, qui partagent les crédits avec renommés chercheurs archéologues, physiciens, chimistes, biologistes et géographes de l’Argentine, le Brésil, le Chili, les Etats-Unis, la France, le Mexique et le Pérou.

Denise Pozzi-Escot, Marcela Sepúlveda et Christophe Moulherat (Crédits photo: K. Pacheco)

 

Presentación de libro

ARQUEOMETRÍA: ESTUDIOS ANALÍTICOS DE MATERIALES ARQUEOLÓGICOS

Rémy Chapoulie, Marcela Sepúlveda, Nino Del-Solar-Velarde, Véronique Wright (eds.)

Fecha y hora: lunes 12 de marzo de 2018 – 19h

Lugar: Sala de cine Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595, Miraflores – Lima)

Participan:

  • Christophe Moulherat, Museo del Quai Branly-Jacques Chirac  (Paris, Francia)
  • Denise Pozzi-Escot, Museo de Sitio de Pachacamac (Lima, Perú)
  • Marcela Sepúlveda, Universidad de Tarapacá (Arica, Chile)

Sobre la publicación:

Este libro constituye una primera recopilación de técnicas arqueométricas elementales, moleculares, de datación y de prospección, además de casos de estudio originales en los cuales la utilización de estos análisis contribuyó con resultados enriquecedores y significativos a la interpretación arqueológica de variadas dimensiones materiales y culturales de sociedades pasadas de América y de Europa. Esperamos que por ser el primer libro de síntesis de estas características, en español, se genere un gran interés entre estudiantes, profesionales e investigadores, en sus variados procesos de formación e investigación, para que en el futuro incorporen estas herramientas y miradas arqueométricas a sus trabajos y a la resolución de sus problemas de estudio.

Los 30 capítulos están estructurados en 3 partes: I) Técnicas, protocolos y aplicaciones; II) Materiales y casos de estudio; y finalmente, III) Técnicas de prospección en Arqueología.

Los autores son destacados investigadores arqueólogos, físicos, químicos, biólogos y geógrafos de Argentina, Brasil, Chile, Estados Unidos, Francia, México y Perú.

Evento en facebook: https://www.facebook.com/events/2116008291960992/

Présentation du livre : Narra la independencia desde tu pueblo (Huacho)

« Narra la independencia desde tu pueblo. Huacho, Arequipa, Tarapacá » fut présenté en décembre dans la ville de Huacho. Cecilia Méndez (Université de Californie à Santa Barbara – UCSB) et Juan Carlos Estenssoro (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), tous deux historiens, étaient en charge des commentaires. Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA, Humberto Barba, maire de la province de Huaura et Luis Rosado, co-auteur participaient également à la présentation.

L’ouvrage, publié par l’Institut Français d’Etudes Andines – IFEA, l’Institut d’Etudes péruviens – IEP et le Centre de recherche sur l’Amérique latine coloniale – CRAEC de l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, est une compilation d’essais gagnants du concours Narra la independencia desde tu pueblo, tu provincia o tu ciudad réalisé en 2014. L’objectif était de créer un espace ouvert d’échanges, de débats et de critiques autour de l’Independence du Pérou, dans un contexte où il se commémore le bicentenaire.

Crédits photo: K. PACHECO

Pour rester dans l’esprit du concours, la publication vise à « deslimeñizar » ou décentraliser la commémoration du bicentenaire qui n’est plus considéré comme une date spécifique – le 28 juillet 1821 – mais est maintenant reconnu comme un processus de longue date qui a besoin de retrouver sa place dans la mémoire collective d’un point de vue régional et local.

En plus des trois essais gagnants: “Infieles al rey: El pueblo de San Bartolomé de Huacho durante el proceso de Independencia, 1812-1822”, de Luis Rosado Loarte (1er prix), “El cabildo de Arequipa en una coyuntura de crisis, 1809–1824” de Guido Riveros Taco (2eme prix) et “Tarapacá: una periferia virreinal en tiempos de independencias”, de Paulo Lanas Castillo (3eme prix), la publication fait écho du débat académique que le concours a généré.  L’article « Indépendances » de Martín Tanaka et les réponses des coordonnateurs du concours (Cecilia Méndez et Juan Carlos Estenssoro) sont inclus dans les annexes.

Crédits photo: K. PACHECO

 

Workshop et conférence finale du programme BlueGrass, Sao Paulo, 6 -10 novembre 2017

Par Jérémy Robert (IFEA)

Le 4ème workshop et la conférence finale du programme BlueGrass se sont tenus à Sao Paulo, au Brésil, en novembre 2017. Cet événement a permis un travail de synthèse à partir des études de cas ainsi qu’une réflexion sur l’intérêt de la mise en œuvre de l’analyse des coalitions d’acteurs multiniveaux. Les discussions ont mis en évidence les enjeux (et les difficultés) de la comparaison et l’intérêt d’une analyse fine des conflits et des jeux d’acteurs pour saisir la complexité des changements politiques. Elles ont permis de définir des axes de réflexion transversaux avec l’objectif de valoriser les résultats des recherches dans une série de publications collectives : les hydrocracies locales, l’émergence et l’institutionnalisation des politiques environnementales, le rôle des experts ou encore le gouvernement des minorités et l’activisme.

Cette réunion des chercheurs du programme a été aussi l’opportunité d’un échange avec le public dans le cadre d’une conférence donnée par Bernard Barraqué sur les « Conflits de l’eau dans les Amériques. Une approche comparative », suivies des interventions d’Ana Paula Fracalanza et Patrick Laigneau sur les conflits et des politiques de l’eau dans le contexte brésilien. La semaine de travail s’est conclue par une visite de l’usine de traitement de l’eau de San Lorenzo accompagnée par les ingénieurs de la SABESP (opérateur à Sao Paulo).

Cette semaine d’échange a clôturé 4 années de recherche sur les conflits et les politiques de l’eau dans les villes d’Amériques. Elle n’est cependant qu’une étape supplémentaire dans le processus collectif – interdisciplinaire et international – de réflexion et de production de connaissance sur les enjeux de l’eau, et qui continue de fournir des perspectives nombreuses et stimulantes.

 

 

 

BlueGrass (2014- 2017) – Les luttes pour « l’or bleu » : des mobilisations locales pour l’eau à l’internationalisation des politiques environnementales. Une analyse multi-niveaux. Programme de recherche ANR mené dans plusieurs pays d’Amérique: Brésil, Etats-Unis, Mexique, Pérou et Bolivie. Ce programme est porté par l’unité mixte internationale du CNRS EGlobes et l’university of Arizona à Tucson en partenariat avec le CEMCA, l’IFEA et l’Université de São Paulo au Brésil.

Cycle « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes »

En Colombie, l’année 2017 a été l’occasion d’organiser le cycle de conférences « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes ». Ces nombreuses rencontres scientifiques internationales ont permis une réflexion sur l’histoire de la puissance coloniale et les formes de soumission, de libération et de résistance qui lui furent associées. Promus par la coopération bilatérale universitaire, ces événements ont contribué au dialogue entre linguistes et  historiens  français et colombiens.

La réflexion a cherché également à aborder l’historialisation des différentes articulations entre la  race, la classe et le genre, afin de comprendre quelles ont été les modalités de la négociation du pouvoir. De façon transversale, les rôles des femmes, les peuples autochtones, les afro-descendants, les métis et tous ceux considérés comme anormaux, ont été considérés pour pouvoir découvrir la spécificité de chaque processus inscrit dans un moment historique précis.

En bref, la dynamique qui existe entre les réalités locales et les aspects globaux, tels que la puissance coloniale, a été au centre de la réflexion de cet événement qui a été divisé en six cycles :

  • Premier cycle « Subjugation Coloniale » avec la Conférence « Race et temps : un défi » pour les historiens » de Jean-Frédéric Schaub (EHESS CRBC – Mondes américains) et des commentaires de Max s. Hering Torres (UNAL) et Marguerite Garrido (Université des Andes, Université Externado, Université d’Oxford)

  •  2éme cycle  « Illustration : entre l’égalité et le racisme »  avec la conférence « Orangs-outans et esclaves : limites de l’humanité dans le débat illustré», présentation de Silvia Sebastiani (CRH-EHESS, European University Institute) et les commentaires de Georges Lomné ( Université Paris-Est Marne-la – La – Vallée) et Max S. Hering Torres (UNAL).

  • Troisième cycle « L’esclavage et la liberté » avec la Conférence « Fuir,  payer ou se révolter : libération de l’esclavage dans les Amériques jusqu’à 1851 » présentation de Aline Helg (Université de Genève) et les commentaires de Marixa Lasso (UNAL).

  • Quatrième cycle : « Mémoire, colonialité et transmodernité », avec  «L’Europe des Caraïbes et la colonialité de la mémoire » conférence de Manuela Boatca (Université de Fribourg) et les commentaires de Santiago Castro-Gomez (Pontificia Université Javierana)

  • Cinquième cycle «  Multiculturalisme : émancipation ou assimilation ? », Conférence « Dérives du multiculturalisme en Colombie : utopies ethniques et promotion du marché patrimonial » de Marta Zambrano (UNAL) et les commentaires de Vince Curiel (UNAL)
  • Sixième cycle : « Expressions oraless et Littératures autochtones en Colombie. Vers une émancipation de l’écriture ? », avec la conférence « Oralités graphiques et visions cérébrales des textualités autochtones contemporaines » par Miguel Rocha Vivas (Pontificale Université Javeriana) et les commentaires de Laura Lema Silva.

Les rencontres ont été organisées conjointement par l’Institut des Amériques (IdA), l’Institut Français d’Études Andines, l’UNAL, l’Université Marne – la Vallée et GRECOL, dans le cadre de l’année France / Colombie saisons croises 2017.

Texte : IFEA – Colombie

Crédits photos :  Institut des Amériques, Pole andin Bogotá

Interculturalidad, Educación Intercultural Bilingüe (EIB) y políticas públicas en Ecuador

Por Sarah Dichy-Malherme (Universidad de La Rochelle/ Universidad París-Nanterre/ IFEA)

En un contexto de apertura del gobierno ecuatoriano al “diálogo nacional” con los movimientos sociales, y en particular con las organizaciones indígenas, Anne-Gaël Bilhaut, representante del Instituto Francés de Estudios Andinos en Ecuador, y Teresa Carbonell, en representación de la carrera de Filosofía y Antropología aplicada de la Universidad Politécnica Salesiana (UPS) y del Grupo de Investigación en Filosofía de la Educación (GIFE), organizaron el 27 de octubre un “Conversatorio sobre interculturalidad, Educación Intercultural Bilingüe (EIB) y políticas públicas”. El objetivo era reunir investigadores, formadores y miembros de las organizaciones indígenas, para presentar e intercambiar experiencias, reflexiones y perspectivas sobre los retos de la Educación Intercultural Bilingüe. Después de la introducción de Hernán Hermosa, docente de la UPS, Floralba Aguilar, coordinadora del GIFE, insistió sobre la necesidad de desarrollar la filosofía de la educación, como saber globalizador y crítico, para crear las condiciones de posibilidad de una educación para la convivencia. Luego, el antropólogo Patricio Guerrero, moderador del conversatorio, recordó la filosofía originaria de la educación bilingüe, a través de la voz de las “mamás” Dolores Cacuango y Tránsito Amaguaña, fundadoras de las escuelas indígenas de Cayambe en los años 1940: no sólo quisieron compartir el “secreto poder de las escrituras”, sino que por su labor sembraron las semillas de la interculturalidad, hoy constitucionalmente reconocida gracias a un proceso de lucha de larga duración, que todavía está por completar.

Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Cuatro ponencias permitieron plantear el tema desde distintos enfoques, académicos y políticos. Sarah Dichy-Malherme (doctoranda de las Universidades de La Rochelle y París-Nanterre, asociada al IFEA), empezó con una reflexión sobre los “Territorios de la educación en el Ecuador”. Partiendo de un análisis del discurso de los actores de las organizaciones indígenas y de la EIB, intentó demostrar que el sistema y los establecimientos educativos bilingües, sobre todo en la ciudad, se perciben como una nueva forma de territorio comunitario, que se trata de defender frente a un Estado potencialmente colonizador. La exposición de Teresa Carbonell (docente de la UPS, miembro del GIFE y doctoranda de la Universidad del País Vasco) sobre “La EIB en la Amazonía: saberes y epistemologías en los pueblos y nacionalidades amazónicas en el Ecuador” permitió evidenciar las fallas de las políticas públicas de educación en las comunidades del oriente ecuatoriana. También hizo hincapié en las carencias concretas del sistema, en particular la inadecuación de las infraestructuras y la falta de conocimiento de las lenguas ancestrales por parte de los profesores.

Intervención de Sarah Dichy-Malherme (Universidad de La Rochelle/ Universidad París-Nanterre/ IFEA) / Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Etsa Franklin Sharupi, coordinador de la Comisión de Educación de la Confederación de Nacionalidades Indígenas Amazónicas del Ecuador (CONFENIAE), expuso la “Perspectiva política de los pueblos indígenas amazónicos del Ecuador”, que presentó como una “propuesta desde la insurgencia y el derecho”, mediante un recorrido histórico de la implantación de la EIB en la Amazonía, pero también la lectura del Mandato para la “Restitución del Sistema de Educación Intercultural Bilingüe” elaborado por la CONFENIAE en los últimos meses. Finalmente, desde su experiencia docente en la carrera de EIB de la UPS Fredy Simbaña (doctorando de la Universidad Autónoma de Barcelona) presentó algunas “Perspectivas de la enseñanza de la cosmovisión y el saber en la formación docente”. Insistió en particular sobre la necesidad de contextualizar el estudio de las espiritualidades en las carreras de formación docente.

Comentarios finales de Anne-Gaël Bilhaut (IFEA) / Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Después de las ponencias, se abrió un debate con el público presente – unas 100-130 personas, en su mayoría estudiantes de las carreras de Filosofía, Antropología Aplicada y EIB de la UPS – que expresó sus dudas, pero también sus propias experiencias relativas a la situación de la EIB y a los retos que se deben enfrentar, tanto desde las políticas públicas como para las propias organizaciones indígenas. Al cerrar el evento, Anne-Gaël Bilhaut propuso prolongarlo con otros encuentros, para profundizar en las cuestiones mencionadas: ¿Qué es la educación propia y cómo lograrla? ¿Cuál es y debe ser el lugar de las lenguas ancestrales en la enseñanza? ¿Cómo capacitar a los docentes de la EIB? Concluyó invitando a los presentes al Congreso internacional de Antropología shuar y achuar, coorganizado en abril de 2018 por el IFEA con el apoyo de la UPS.

 

 

 

RDV de l’IFEA : Cristóbal Gnecco « La ruine du Qhapaq Ñan »

Il y a trois ans, le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO a inscrit sur sa liste le Qhapaq Ñan, système de chemin dans les Andes, dans la catégorie « itinéraire culturel ». La conférence « La ruine du Qhapaq Ñan » présentée par Cristóbal Gnecco, anthropologue de l’Université du Cauca (Colombie), est le résultat d’une étude ethnographique sur la patrimonialisation du chemin, c’est-à-dire, des politiques et des actions qui l’ont transformé en un bien patrimonial, ainsi que des conséquences produites par cette déclaration.

La rencontre a eu lieu le 5 septembre dernier dans le cadre des RDV de l’IFEA. C’était une présentation post-archéologique qui ne cherchait pas à présenter le patrimoine comme un objet naturalisé (qui ne serait discuté mais réglementé) mais qui visait plutôt à faire découvrir des récits, des publics et même des mises en scène. Le regard qui voit le chemin, les relations et les significations entre êtres humains, pas entre les choses ; en présentant les effets des activités patrimoniales sur les personnes et comment celles-ci entrent en rapport avec leurs divers objets discursifs ; les lieux d’interaction (sites, musées, livres, vidéos, brochures) comme espaces construits où se déroule la matérialité du social et de la politique.

Les RDV de l’IFEA sont des conférences organisées avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut pour la Recherche et le Développement (IRD) et l’Alliance Française de Lima.

Cristóbal Gnecco (Crédits photo: K. PACHECO)