Présentation de livre « Écrits en quechua et société « serrana » en transformation : Pérou, 1920 – 1960 »

Le 25 juillet dernier, dans le cadre de la Foire Internationale du Livre de Lima 2019, l’IFEA a présenté sa publication : « Écrits en Quechua et société « serrana » en transformation (Pérou 1920 – 1960) » (IFEA et IEP, 2019) d’Alan Durston, professeur à l’Université de York (Canada).

La présentation était accompagnée des commentaires de Jefrey Gamarra de l’Université de San Cristobal de Huamanga (Ayacucho) et Cecilia Méndez de l’Université de Californie (Santa Barbara).

© K. Pacheco

L’ouvrage couvre la période entre 1920 et 1960 dans laquelle un boom littéraire en Quechua a eu lieu au Pérou, caractérisé par l’émergence de nouveaux genres – tels que le théâtre « costumbrista », dans lequel la vie rurale contemporaine a été dépeinte – et par une inspiration régionaliste. Les auteurs étaient bilingues et appartenaient à la classe professionnelle des centres urbains des montagnes du sud du Pérou comme Ayacucho et Cusco où l’utilisation du Quechua prédominait encore.

La publication examine les contextes et les fonctions de l’écriture quechua à l’époque des grandes transformations à travers trois études de cas : Moisés Cavero Cazo (Ayacucho), Andrés Alencastre (Cusco) et Teodoro Meneses Morales (Huanta). Qu’est-ce qui les a incités à écrire du théâtre, de la poésie et de la prose en quechua ? En examinant cette production et en la plaçant dans son contexte historique, l’ouvrage cherche à contribuer à l’historiographie sur les changements culturels dans les montagnes sud péruviennes modernes, ainsi qu’à faire partie d’études sur l’histoire du Quechua en tant que langue écrite.

Video de la présentation (espagnol)

RDV de l’IFEA : Le mythe de l’islam précolombien

Le 4 juillet dernier, Sylvie Taussig, chercheuse française du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et en mission longue durée auprès de l’IFEA, a présenté une conférence intitulée « Le mythe de l’islam précolombien ». La conférence proposait d’explorer une histoire alternative selon laquelle ce n’est pas Christophe Colomb qui a découvert l’Amérique, mais la population arabe ou le peuple malien plusieurs siècles plus tôt.

Cette hypothèse qui, dans le contexte actuel semble peu probable, a été scientifiquement soutenue dans les années 1920 et elle est périodiquement réapparue dans la prédication des pseudo-sages et entrepreneurs religieux musulmans en dépit d’être réfutée par la science.  L’évènement qui s’est tenu à l’Alliance Française de Lima, dans le cadre des RDVs de l’IFEA, a permis d’ouvrir le débat autour de ces hypothèses, de leurs acteurs et des intentions d’où apparaît cette histoire alternative.

© K. Pacheco

Sylvie Taussig, est spécialiste des sciences politiques, concentre ses travaux sur des sujets qu’elle réalise au Pérou et en Amérique latine tels que : Histoire des idées au XVIIe siècle, Théories de la sécularisation, Religion et Politique, et Islam globalisé.

Migrations internationales dans les pays andins-amazoniens

Les migrations internationales occupent actuellement un espace central dans la caractérisation des dynamiques démographiques entre les pays de la région andine et amazonienne. En plus des émigrations vénézuéliennes qui représentent un phénomène sans précédent et une situation humanitaire spécifique dans les pays d’accueil, les mouvements humains ont tendance à montrer une image de plus en plus fragmentée et diversifiée, répondant aux facteurs sociaux, économiques et politiques.

Prenant ce contexte comme cadre l’IFEA a organisé le RDV intitulé : « Migrations internationales dans les pays andins-amazoniens », Gabriela Cabezas (FLACSO – Équateur) et Carmen Ledo (CEPLAG UMSS – Bolivie) sont intervenues le 19 juin dernier à l’Alliance Française de Lima.

© K. Pacheco

Le débat s’est tenu dans le cadre du premier Séminaire régional du Réseau andin-Amazonien d’Études de population (19 au 21 juin 2019), c’est réseau a été créé en 2018 et rassemble plus de 20 chercheurs et spécialistes des études démographiques en Bolivie, en Équateur et au Pérou. Ils cherchent à décrire et à analyser les changements démographiques dans les pays de la région sur les questions liées à la mortalité, à la migration, au mariage, à la structure par âge et aux reconfigurations familiales, entre autres.

Le séminaire a proposé un échange d’analyses empiriques et de discussions sur la migration internationale, la fertilité et la planification familiale dans les pays de la région. Robin Cavagnoud du Département des sciences sociales de l’Université Catholique Pontificale du Pérou (PUCP) était en charge de l’organisation avec l’appui de l’IFEA. 

Territoires entre mémoires, réconciliation et alternatives de développement

Le colloque international « Territoire entre mémoires, réconciliation et alternatives de développement » s’est tenu à Bogota le 21 mai dernier. Le projet est né d’une initiative de l’Institut Colombien d’Anthropologie et d’Histoire (ICANH), l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) et l’Institut des Amériques (IDA), avec pour but de réfléchir à partir d’une approche interdisciplinaire sur le nouvel ordre social et territorial en Colombie, à la suite de l’accord de paix entre le Gouvernement colombien et les FARC-EP.

L’évènement, qui s’est déroulé à l’ICANH, a également permis de susciter un dialogue entre les acteurs sociaux de différents contextes régionaux, les représentants institutionnels et les chercheurs français et latino-américains. Les témoignages de la réalité communautaire ont donné un aperçu des défis qui affectent les processus locaux actuels, grâce à une utilisation spécifique des outils de la mémoire individuelle, de la réconciliation sociale et de la justice institutionnelle. Les expériences du Pérou et du Guatemala, sociétés dans lesquelles les conflits armés internes ont cédé la place à des conflits socio-environnementaux, ont permis d’enrichir cet échange.

Visualiser l’événement  (espagnol): MatinAprès-midi 

Débat sur l’informalité urbaine

L’occupation des terres, la production de logements et, en général, le développement des villes latino-américaines continuent de remettre en question les cadres de planification officielle et sont donc classés comme informels. Cependant, la définition de l’informel n’est ni évidente ni neutre : elle implique de discuter des relations entre le formel et l’informel, entre l’État et le marché, entre le public et le privé. C’est avec l’objectif de dépasser la stigmatisation de la périphérie populaire comme espace d’informalité et d’avancer vers une compréhension globale des transformations urbaines, que l’IFEA, avec le CIAC- PUCP et l’UNI ont organisé le séminaire international « Repenser l’informalité urbaine », qui a eu lieu les 14, 15 et 16 mai 2019. Cet événement a été soutenu par plusieurs groupes de recherche : le Groupe de travail de l’IFEA « Informalités urbaines », l’INCITU (PUCP) et le Urbes Lab (UNI).   

Le séminaire a proposé  différents espaces de discussion et d’échange, en particulier deux conférences : Pedro Abramo, docteur en économie (EHESS, France), professeur et chercheur de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (Brésil) :  « Informalité et marché dans la ville néolibérale », Aurélie Quentin, docteure de l’EHESS, professeure de géographie et d’urbanisme à l’Université Paris Nanterre, chercheuse de l’IFEA et associée à l’Université Nationale de Colombie à Medellin : « Penser l’informalité urbaine depuis des ensembles périphériques de logements sociaux ».

© K. Pacheco

Un Café Scientifique a également été organisé, intitulé : « L’informalité urbaine. Est-il possible de planifier les villes au Pérou ? ». Des points de vue scientifiques sur le sujet ont été présentés dans le but de générer un échange d’idées et d’opinions avec les participants, dans une atmosphère conviviale et accueillante. Les défis de l’urbanisme ont été abordés dans un scénario où les processus d’urbanisation sont pour la plupart informels. Augusto Mendoza, directeur de l’Institut Métropolitain de Planification de Lima, a présenté son avis sur ce défi à Lima. Ses travaux ont été mis en perspective par les deux chercheurs invités qui travaillent dans autres contextes : Aurélie Quentin, à Quito, à Medellin et en Afrique et Pedro Abramo, au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine.

© K. Pacheco

Colloque « Le pastoralisme andin à l’époque préhispanique »

Le colloque « Le pastoralisme andine à l’époque préhispanique: approche interdisciplinaire et nouvelles perspectives » organisé  les 23 et 24 avril dernier, à l’Alliance Française de Lima (Miraflores), avait pour objectif de faire connaître la diversité – longtemps ignorée – des pratiques pastorales  de la période préhispanique et de documenter son adaptation à différents environnements, non seulement montagneux, mais aussi côtiers.

L’évènement a reuni des chercheurs experts en sciences humaines et sciences de l’environnement et de l’écologie: archéologues, zoo archéologues, biogéochimistes, paléoparasitologues, archeobotanistes, spécialistes de la laine et du textile, ainsi que des vétérinaires.  Ces experts venus de France, du Pérou, de Pologne, d’Argentine, du Chili, et des États-Unis ont partagé leurs recherches en abordant d’approches méthodologiques dans différentes zones culturelles du Pérou et du Centre-Sud des Andes (Argentine et Chili) sur la période préhistorique (précéramique ou archaïque) jusqu’à nos jours.

© K. Pacheco

C’était l’occasion de présenter les derniers résultats et les progrès des travaux réalisés sur la côte nord du Pérou dans le cadre du projet CAMELANDES : « Les sociétés préhispaniques face à leur environnement : variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andine (100-1470 après J.-C.) » . Ce projet de recherche (2016-2019), financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), il est concentré sur la documentation des pratiques d’élevage des camélidés domestiques dont les restes ont été trouvés dans les sites archéologiques côtiers, les restes datent du début de notre ère jusqu’à la conquête espagnole.

Nicolas Goepfert, responsable du projet CAMELANDES, a signalé que les réflexions menées dans le cadre de cet évènement devraient susciter l’intérêt et sensibiliser le public aux processus d’adaptation des êtres humains à leur environement et à la vulnérabilité des activités humaines  face aux tensions environnementaux, mettant en perspective les sociétés du passé avec celles du présent.

Visiter le Blog de l’ANR CAMELANDES

© K. Pacheco

Journées d’étude : Les langues autochtones à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe

L’année 2019 est déclarée par l’Assemblée Générale des Nations Unies comme « Année internationale des langues autochtones » (International Year of Indigenous Languages, IYIL2019). Cette déclaration constitue un mécanisme de coopération créé dans le but de sensibiliser et de mobiliser les sociétés sur une question d’intérêt global.

Dans ce contexte, les journées « Langues autochtones dans et hors de la salle de classe : formes d’expression et de transmission » ont eu lieu à Quito les 4 et 5 avril, dans le but de remettre en question dans quelle mesure les actions prises par les institutions, sont les plus appropriées pour lutter contre la disparition des langues autochtones et l’autonomisation de leurs locuteurs ?

Les journées, qui se sont tenues à la FLACSO-Équateur, se sont déroulés avec la participation de conférenciers internationaux. La première session s’est concentrée sur le cas particulier du kichwa équatorien, montrant des formes d’expressivité typiques de ses différents dialectes, entre les Andes et l’Amazonie, parmi les oralités et écritures, parmi les règles de bonne parole conçues par les organisations et les institutions et l’art verbal typique des communautés.

Lors de la deuxième session, la discussion s’est élargie en intégrant une perspective comparative avec d’autres pays et d’autres langue. Lors de la troisième session, la parole a été donnée aux représentants des initiatives des communautés, afin de renforcer les formes alternatives de transmission à l’école, que ce soit par l’organisation politique, les médias ou l’art.

Cette réunion a donc été l’occasion de créer des liens entre les propositions de revitalisation des langues de différents domaines, et d’identifier davantage de personnes ayant un intérêt sérieux pour la recherche linguistique dans le cadre de futures collaborations.

L’événement coorganisé par la FLACSO-Équateur, l’Institut Français d’Études Andines et l’Université Internationale d’Équateur a permis de réfléchir sur les voies qui existent au-delà du politique conçu à partir des institutions.

© E. MESCLIER

Journée des Bolivianistes 2019

2009 – 2019 : dix ans de la Constitution Politique de l’Etat en Bolivie (Paris, 27 juin 2019)

Suite au succès des trois précédentes Journées des Bolivianistes, qui se sont déroulées de 2016 à 2018, le Centre de Recherches sur l’Action Locale (CERAL EA-3968), l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité ainsi que l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) ont le plaisir d’organiser la Journée des Bolivianistes 2019, qui se déroulera le jeudi 27 juin 2019 et aura pour thème : « 2009 – 2019 : dix ans de la Constitution Politique de l’Etat en Bolivie »

À partir d’une approche pluridisciplinaire, cette Journée des Bolivianistes sera structurée en deux axes:
I. Promulgation de la Constitution : retour sur l’expérience de l’Assemblée constituante.
II. Mise en application et interprétation de la CPE de 2009.

Les propositions de communication, en espagnol ou en français, ne doivent pas faire plus de 4000 signes. Elles doivent être renvoyées avant le lundi 27 mai 2019 aux adresses mails suivantes : victor.audubert@univ-paris13.fr, elise.gadea@gmail.com et jean-rene.garcia@academie-sciences.fr. Elles seront examinées par le comité scientifique, qui rendra sa décision début juin.

Comité scientifique:

  • Victor Audubert (Docteur en droit public, Université Paris 13)
  • Philippe Boulanger (Docteur en droit public)
  • Nicolas Clinchamps (Maître de conférence-HDR en droit public, Université Paris 13)
  • Christine Delfour (Professeur des universités en sciences politiques, Université ParisEst Marne-laVallée)
  • Morgan Donot (Docteure en sciences politiques, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
  • Renée Fregosi (Maître de conférence-HDR en sciences politiques, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
  • Jean-René Garcia (Professeur des universités associé en droit public, Université Paris 13)
  • Franck Laffaille (Professeur des universités en droit public, Université Paris 13)
  • Diego Landivar (Docteur en sciences économiques, Université d’Auvergne)
  • Jean-Jacques Ménuret (Maître de conférence en droit public, Université Paris 13)
  • Antoine Pécoud (Professeur des universités en sociologie, Université Paris 13)
  • Sebastián Urioste (Docteur en sciences politiques, IEP de Paris)
  • Nelson Vallejo-Gomez (Docteur en philosophie, GRECOL-ALC, FMSH)
  • Patrice Vermeren (Professeur des universités en philosophie, Université Paris 8)

Comité d’organisation :

  • Victor Audubert (Docteur en droit public, Université Paris 13)
  • Élise Gadea (Doctorante en anthropologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle-IFEA)
  • Jean-René Garcia (Professeur des universités associé en droit public, Université Paris 13)

Télecharger l’appel

Jornadas de los 70 años del IFEA en Bogotá / Journées des 70 ans de l’IFEA à Bogotá

Galerie

Cette galerie contient 7 photos.

Construir territorios comunes (16 de noviembre de 2018) Acogida en la Alianza Francesa del Centro, esta jornada reunió a investigadores colombianos, ecuatorianos y franceses, así como ponentes de instituciones, como la Agencia Francesa de Desarrollo (AFD) y el Instituto Colombiano … Continuer la lecture

Feria Ricardo Palma Nº39

Como cada año el IFEA participó de la feria del libro Ricardo Palma, en donde dio a conocer sus últimas publicaciones. Esta edición se realizó del 26 de octubre al 11 de noviembre de 2018 y por primera vez después de muchos años tuvo como escenario al parque Kennedy de Miraflores. Aquí algunas imágenes de nuestro stand (© K. Pacheco)

Comme chaque année, l’IFEA a participé à foire du livre Ricardo Palma, l’occasion de présenter ses dernières publications. L’édition 2018 s’est effectuée du 26 octobre au 11 novembre 2018 dans le Parc Kennedy de Miraflores. Nous partageons à continuation quelques photos de notre stand  (© K. Pacheco)

Informalidad y ciudad en el Perú. Nuevos enfoques ¿Porque no es posible formalizar la informalidad?

Organizadores: Grupo de investigación Urbes-Lab de la UNI

Coordinadores: Grupo de trabajo Informalidades Urbanas del IFEA y el CIDAP

Fecha: Sábado 24 de noviembre de 2018, 4:30-7 p.m.

Lugar: Auditorio de la Fundación Telefónica, Avenida Arequipa 1155, piso 7, Lima 1, Lima

El ingreso al evento es gratuito, previa inscripción en el siguiente link: https://goo.gl/forms/oby2BF0TNfSdWCEb2

El día del evento también podrá inscribiste, recomendamos llegar a partir de las 4:00pm

Programa:
4:30-4:50 // Registro
4:50-5:00 // Apertura
5:00-5:30 // Ponencia. “Informalidad urbana en la era neoliberal ¿Una categoría en crisis?” / MSc. Diana Torres Obregón

5:30-6:30 // Comentarios de panelistas
Panelistas:
Prof. Dr. José Ignacio López Soria
Prof. Dr. Jesús Cosamalón
Dr. Jeremy Robert

Moderador:
Prof. Dr. Wiley Ludeña Urquizo

6:30-6:50 // Debate
6:50-7:00 // Cierre

Congrès international: Traditions républicaines : une singularité andine ?

Le congrès international “Traditions républicaines: une singularité andine?”, réalisé à l’occasion des 70 ans de l’IFEA, les 5 et 6 novembre 2018, à la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM), a été organisé par la Faculté en Sciences Sociales de la UNMSM, l’Ecole professionnelle d’Histoire de la UNMSM, le Centre Européen d’Etudes Républicaines, la Casa de Velázquez (programme “Républicanisme”), l’IFEA, l’Ambassade de France au Pérou et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Le comité scientifique était composé de Cristóbal Aljovín de Losada et de Georges Lomné. L’objectif était de penser, à la lumière des dernières avancées historiographiques, la singularité du républicanisme andin en comparaison avec la rupture moins forte qui s’est donnée dans les Caraïbes ou dans le Cône Sud, mais également avec les modèles républicains plus classiques de la zone atlantique.

Le premier jour a commencé avec les mots d’introduction du doyen de la UNMSM, de Monsieur l’Ambassadeur de France au Pérou, de la directrice de l’IFEA et des différents organisateurs du congrès. La première table intitulée « La république avant la République : avancées historiographiques » était constituée d’Olivier Christin (EPHE, CEDRE/PSL) et d’Arnault Skornicki (Paris-Ouest-Nanterre), modérée par José de la Puente Brunke (PUCP).

Inauguration du congrès: Doyen de la UNMSM, Antoine Grassin (Ambassadeur de France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), Cristóbal Aljovín de l’UNMSM et Georges Lomné de l’U. Paris-Est Marne-la-Vallée (organisateurs du congrès) / © R. Perdomo

L’objectif était de comprendre les antécédents du républicanisme, tant à travers les imaginaires politiques que les pratiques, dans l’Ancien Régime, étudiant, entre autres, les premières formes de vote sous la monarchie française.La deuxième table intitulée « Les origines différenciées du républicanisme dans les Andes » était l’occasion de penser la pluralité des manifestations du républicanisme dans les Andes. David Velázquez (UNMSM), Georges Lomné (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et Sergio Mejía (Bogotá, Colombie) se sont exprimés sous la modération de Claudia Rosas (PUCP).

La deuxième journée du congrès s’est ouverte avec la table « Indigènes et République » afin d’analyser la diffusion du républicanisme au sein des indigènes, imprégnés de leurs traditions corporatives et menacés par l’avancée des haciendas. Daniel Morán (UNMSM) a modéré cette table qui était composée de Marilú Soux (Universidad de San Andrés), Pilar Mendieta (Universidad de San Andrés) et Nelson Pereyra (Universidad Nacional San Cristóbal de Huamanga). La dernière table ronde intitulée « Un républicanisme catholique ? » s’est intéressée aux cas équatorien et colombien de républiques catholiques mises en place en réponse à un libéralisme catholique. L’objectif était d’étudier les caractéristiques du conservatisme catholique et sa relation historique avec l’espace atlantique. Cristóbal Aljovín (UNMSM), Carlos Espinosa (Universidad San Francisco de Quito), Juan Carlos Ponce Lupú (UNMSM) et Jordi Canal (EHESS-CRH) se sont exprimés à ce sujet avec la modération d’Armas Asín (Universidad del Pacífico). Noemí Goldman de l’Universidad Nacional de Buenos Aires a clôturé les activités du congrès.

© R.Perdomo

Exposición fotográfica de los Uru-Chipaya / Exposition photo des Uru-Chipaya

En octubre pasado el antropólogo y musicólogo Xavier Bellenger presentó ante el Presidente del Gobierno autónomo del Pueblo Uru-Chipaya y la comunidad en pleno la exposición fotográfica cultural “Pueblo Uru-Chipaya de la sombra a luz”, fruto de su trabajo de investigación y recuperación de la memoria iniciado hace 40 años.

La muestra, que recopilaba fotografías realizadas en 1978, se instaló en el museo permanente del Gobierno autónomo en la localidad de Santa Ana de Chipaya.  Para su inauguración, Bellenger estuvo acompañado de una delegación franco-boliviana liderada por el embajador de Francia en Bolivia, Denis Gaillard y la directora del Instituto Francés de Estudios Andinos, Evelyne Mesclier. Además de la exposición se presentó, también, ante los miembros de la comunidad Uru-Chipaya un disco con un compendio de cantos tradicionales de esta comunidad milenaria, grabados en la misma época y publicados recientemente gracias al IFEA.

En octobre dernier l’anthropologue et musicologue Xavier Bellenger s’est rendu dans la région Uru Chipaya pour remettre l’exposition culturelle « Le peuple Uru-Chipaya de l’ombre à la lumière » au président du Gouvernement Autonome du peuple Uru-Chipaya.

L’exposition qui compile des photographies prises en 1978 a été installée dans le musée permanent du Gouvernement Autonome de la ville de Santa Ana de Chipaya. Cette œuvre de Xavier Bellenger, résultat de son travail de recherche et de récupération de la mémoire commencé il y a 40 ans, fut réalisée avec l’appui de l’Institut Français d’études Andines et de l’Ambassade de France en Bolivie. Ainsi, lors de l’inauguration, Xavier Bellenger a été accompagné d’une délégation franco-bolivienne, dirigée par l’Ambassadeur de France en Bolivie, Denis Gaillard et la Directrice de l’Institut Français d’Etudes Andines, Evelyne Mesclier. Un disque avec un recueil de chansons traditionnelles de cette communauté antique, enregistré à la même époque, publié récemment grâce à l’IFEA fut également présenté lors de l’exposition.

Palabras de Denis Gaillard (Embajador de Francia en Bolivia) / © L.Miramont
Palabras de Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
Momento de música y baile con la comunidad/ © L.Miramont
Patrick Riba (Consejero de cooperación y Acción Cultural de la Embajada de Francia en Bolivia), Xavier Bellenger (investigador, fotógrafo, etnomusicólogo), Representante de la Comunidad Uru-Chipaya, Évelyne Mesclier (Directora del IFEA)/ © L.Miramont
© L.Miramont
Exposición fotográfica en la sala comunal/ © L.Miramont
© L.Miramont
© L.Miramont

Les forêts comme réserve de vie

L’ANR AMAZ, le GDRI APOCAMO2 (CNRS), l’IFEA, le LAS (Collège de France/EHESS/CNRS), et le LESC-EREA (UPN/CNRS) ont organisé, le 26 octobre 2018 à Lima, une table ronde intitulée “Les forêts comme réserve de vie. Bien commun et droits indigènes à l’ère de l’anthropocène”. L’objectif était d’analyser les défis de la conservation pour la préservation de la biosphère de la planète et des droits indigènes.

Modérée par Florencia Tola (CONICET), la première présentation d’Alexandre Surrallés (EHESS-LAS), après avoir rappelé l’influence capitale de l’Homme sur la nature à l’ère de l’anthropocène, a questionné les responsabilités mutuelles dans la protection du bien commun qu’est l’Amazonie péruvienne, à l’heure de l’avancée inexorable du front pionnier qui atteint des territoires peuplés par des populations indigènes. Entre responsabilité globale, politiques publiques de l’état et participation indigène nécessaire pour la préservation de leur territoire, la gestion du bien commun amazonien semble devoir être partagée.

Alexandre Surrallés (College de France/ EHESS), Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) et Évelyne Mesclier (IFEA) / © K. Pacheco

La deuxième présentation de Danny Pinedo (UNMSM) a questionné les différentes définitions accordées au bien commun amazonien : si pour l’état il relève de l’intérêt national, pour les indigènes il n’est commun que pour les communautés locales, tandis que le monde académique tend à faire perdurer une définition économiciste du bien commun comme étant un bien doté d’une forte rivalité et une exclusivité faible. Il en découle la légitimation de la spoliation des ressources naturelles par l’état tandis que les indigènes tentent de résister face à ces politiques invasives. Oscar Espinosa (PUCP), a, dans un second temps, modéré la présentation de Philippe Erikson (Université Paris-Nanterre, LESC) sur les Chacobos et leur rapport à un territoire où leurs droits ont été violés mais qui demeure, pour leurs défunts, un lieu de joie et d’harmonie. En fin de matinée, Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) s’est penché sur le rapport au territoire des Tanimuca et des Macuna, entre demande de création d’un parc naturel protégé et discours mêlant changement climatique, anthropocène et post conflit réappropriés depuis leurs logiques propres.

L’évènement a repris l’après-midi sous la modération de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) avec la présentation de Florencia Tola sur les tobas, peuple indigène du Chaco, dont le rapport au territoire, loin de se limiter à un bien commun à préserver pour l’avenir de l’humanité, est plutôt le lieu de rencontre de différentes interrelations, entre indigènes, état, ONG, propriétaires terriens et êtres non-humains, qui possèdent chacun leur vision du territoire, au sein desquelles les tobas s’inscrivent. Peter Larsen (Université de Ginevra, a insisté sur le rôle de l’écologie politique à l’ère de l’anthropocène, et l’importance tant de la cosmologie ancestrale comme par exemple de la promotion d’une politique alternative pour les forêts. Ces deux éléments permettent de comprendre et de repenser les relations entre êtres humains et nature.

Presentation de Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) / © K. Pacheco

Alexandre Surrallés a modéré les deux dernières présentations. La première, de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC), a questionné le concept de territoire, d’une part pensé par l’état comme un espace aux frontières intangibles, d’autre part conçu par les indigènes comme un espace ouvert en perpétuel changement. La notion de territoire de l’eau, assez invisibilisée, soulève de nombreuses interrogations, étant pour les familles yaguas un espace à la fois matériel comme spirituel, fait de cités submergées perçues comme le double des cités régionales. La seconde, d’Oscar Espinosa (PUCP), sur une possible « fin de la forêt », remet en question l’idée selon laquelle les indigènes percevraient leur environnement comme auto-suffisant, en insistant sur la progressive incorporation des dangers liés à la pollution ou le réchauffement climatique et la présence de plus en plus rare de certaines ressources naturelles, comme les poissons ou la faune sylvestre.

Séminaire : Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques

L’IFEA, l’École d’Histoire de l’Université National Mayor de San Marcos (UNMSM) et le département du Master en Anthropologie et Anthropologie Visuelle de l’Université Catholique Pontificale du Pérou ont organisé, avec la coordination scientifique de Silvia Romio, un séminaire intitulé “Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques”, les 24 et 25 octobre 2018.

La première journée s’est déroulée à la « Casona » de la San Marcos, dans le centre historique de Lima. La journée a démarré avec des mots d’accueil de la part de Cristóbal Aljovín, directeur du département d’Histoire de la UNMSM, d’Antoine Grassin, ambassadeur du France au Pérou et d’Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.  

Cristóbal Aljovín (UNMSM), Antoine Grassin ( Ambassadeur du France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et Silvia Romio (PUCP/IFEA) / © K. Pacheco

La première table, commentée par Guillermo Nugent (UNMSM), était intitulée « Mémoires, idéologies et lutte armée ». La première intervention concernant l’historicisation de la violence était celle de Pablo Sandoval (UNMSM). Celui-ci a analysé le rôle qu’ont eu les anthropologues de province dans l’émergence du projet intellectuel du Sentier Lumineux. Cette élite universitaire métisse a modifié progressivement ses cadres d’analyse de la réalité péruvienne entre les années 1950 et 1970, passant d’une étude indigéniste et culturaliste à des facteurs d’explication liés à la classe sociale et à la paysannerie, invisibilisant de manière croissante la question raciale. Ponciano Del Pino a proposé une étude du conflit dans son aspect quotidien, afin de comprendre comment les habitants ont pu construire leur vie au jour le jour dans des conditions si extrêmes et les liens contingents qu’ils ont tissé avec la guérilla et qui ont permis son extension, malgré une précarité institutionnelle et militaire que les FARC, par exemple, n’avaient pas. Carlos Camacho (Université Externado, Colombie) a exposé les différentes facettes attribuées au concept de “mémoire” dans le contexte colombien actuel, entre un Uribe usant le terme de “terrorisme” et un Santos parlant plutôt de “conflit armé interne”.

La deuxième table intitulée « Mémoires d’ex-combattants, entre hégémonie et subalternité ? » était commentée par David Velasquez (UNMSM). Camille Boutron (IRSEM-IFEA) a commencé la discussion en présentant une étude comparative du discours des femmes dans la construction de la mémoire au Pérou et en Colombie. Elle démontre à la fois leur instrumentalisation pour construire la mémoire hégémonique, à travers l’usage de la repentance, tout en analysant l’ambiguïté du discours de nouvelles formes de subjectivation. Dynnik Asencios (Institut d’Études Péruviens) a analysé les mémoires construites depuis la prison entre 1992 et 2017. Puis Carla Granados a étudié les discours d’ex-combattants de la guerre contre-terroriste, souvent de jeunes analphabètes pauvres provenant d’Amazonie et des Andes et recrutés de force. Imprégnés d’un fort nationalisme militaire, leur discours patriotique, qui s’exprime particulièrement au sein d’associations auxquelles ils appartiennent, soutient que la guerre a été gagnée grâce à eux.

Guillermo Nugent (UNMSM), Pablo Sandoval (UNMSM) et Ponciano del Pino / © K. Pacheco

La troisième table intitulée « Corps, mots et mémoire. Les mécanismes de transformation sociale en contextes de post-conflit » fut commentée par Anne-Marie Losonczy (EPHE-EHESS-ICANH). Les intervenants étaient Marco Tobón (U de Campinas), Natalí Durand (Université Iberoamericaine Ciudad de Mexico) et Silvia Romio (PUCP-EHESS-IFEA). La journée s’est conclue sur une intervention d’Anne-Marie Losonczy commentée par Pablo Sandoval.

Si cette première journée s’était penchée sur des thématiques historiques et de de mémoires de groupes sociaux, la deuxième journée, qui s’est déroulée dans la Sala de Grados de Sciences Sociales de la PUCP, s’est intéressée à la Commission de la Vérité et à la relation qui pouvait être établie entre Art et Mémoire. La première table « Commission de la Vérité et condition de victime. Héritage et défis pour le post conflit », commentée par Felix Reátegui (IDEHPUCP), était composée de Diana Gómez (Universidad de los Andes), Valérie Robin (IFEA-Paris V), Oscar Espinosa (PUCP) et María Eugenia Ulfe (PUCP).

Finalement la dernière table de l’évènement « Anthropologie, art et mémoire. Regards et réflexions sur le processus de construction d’une mémoire visuelle », commentée par María Eugenia Ulfe (PUCP) et Mauricio Godoy (PUCP), était composée de Vanessa Romo (PUCP), Sébastien Jallade (RIDAP-IFEA), Fernando Valdivia (École du Cinéma Amazonien), José Balado (Docuperú) et María Isabel Torres (PUCP).