Museología y comunidades: un diálogo pluridisciplinario entre Bogotá y la Amazonía colombiana

Escribe Frédéric Spillemaeker, investigador del IFEA en Colombia

Del 30 de mayo al 2 de junio, el IFEA organizó en Colombia un evento titulado “Museología y comunidades de las periferias”, consistente en una jornada de estudio en Bogotá y una misión de cooperación científica a Mocoa (departamento del Putumayo), en la Amazonia colombiana. Este evento fue organizado por el responsable de la sección colombiana del IFEA, Frédéric Spillemaeker, en colaboración con el Instituto Colombiano de Antropología e Historia (ICANH) y el Museo Nacional de Colombia, con el apoyo de la Embajada de Francia y del Institut Français, con el fin de alcanzar tres objetivos: celebrar la renovación por 5 años del acuerdo marco entre el IFEA y el ICANH, promover y profundizar la investigación científica de excelencia a iniciativa del IFEA y más particularmente de su rama colombiana y explorar nuevas pistas de cooperación hacia las regiones periféricas específicamente en la Amazonia.

En primer lugar, es importante recordar la importancia estratégica del acuerdo IFEA-ICANH, que garantiza que los arqueólogos franceses puedan realizar investigaciones en Colombia, en la medida en que el ICANH es el organismo que expide los permisos de excavación y gestiona los parques arqueológicos en todo el país. Para vincular este acuerdo a una reflexión común, se trabajó con el ICANH sobre un tema clave en América Latina y más concretamente en Colombia: el patrimonio, su valorización y su apropiación en territorios periféricos, por poblaciones a menudo alejadas de la cultura institucional. Se destacan una serie de iniciativas notables en este ámbito, varias de las cuales se han beneficiado de la experiencia científica o de la cooperación cultural francesa.

Desde el punto de vista científico, se invitó a ponentes de distintos países y metodologías diferentes para alcanzar objetivos comunes: mejorar el conocimiento del pasado o reflexionar sobre cuestiones contemporáneas implicando a las comunidades locales. Varios ponentes destacaron la calidad y el dinamismo de la investigación francesa en Colombia. Félix Gueguen, doctorando de la Sorbonne-Université, presentó en la Alianza Francesa de Bogotá su exposición participativa creada con Alejandra Fonseca, basada en la investigación con desplazados víctimas del conflicto armado colombiano. Además, Paz Nuñez-Regueiro, directora de las colecciones de las Américas del Museo del Quai Branly y Julio Condori, director del sitio arqueológico y Museo de Tiwanaku (Bolivia), hablaron de sus proyectos conjuntos para contextualizar las colecciones del museo parisino procedentes de excavaciones en el sitio. Para destacar los resultados de los programas de cooperación científica ECOS-Nord entre Francia y Colombia, las comisarias Salima Cure y Laura Lema Silva presentaron la exposición “Sanaduria – Tejiendo los plurales significados de la paz“, culminación de un proyecto ECOS-Nord en el que participan la Universidad de Caen y la Universidad Nacional de Colombia.

Carolina Quintero, Paula Torraldo y Alberto Sarcina presentaron también el parque arqueológico de Santa María del Darién. Este excepcional yacimiento arqueológico es uno de los primeros asentamientos españoles en Sudamérica. Está situado en una zona marcada por problemas migratorios y violencia. Sin embargo, los arqueólogos han conseguido poner en marcha un proceso que implica a todas las poblaciones (amerindios, afrodescendientes, colonos) y han logrado así crear un museo participativo. En el museo se exponen tanto los descubrimientos arqueológicos como los conocimientos de la población sobre su territorio. También se imparten cursos de arqueología, lo que permite a la población local apropiarse de su patrimonio participando en las excavaciones.

Fiel a su vocación andina, el IFEA invitó a dos destacados investigadores de Perú y Ecuador: Edgar Bracamonte (director del Museo de las Tumbas Reales de Sipán en Perú) y María Isabel Silva Iturralde (directora de Patrimonio del municipio de Guayaquil, cofundadora del Museo arqueológico comunitario Agua Blanca), para que compartieran su experiencia y conocimientos con nuestros socios colombianos. Las distintas ponencias pusieron de relieve los últimos avances de la investigación científica actual sobre los vínculos entre patrimonio, museología y participación ciudadana. Dada la calidad de los trabajos presentados, se decidió su publicación en el Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines. Como señaló Edmond Castell (UNAL) en su conclusión, esta jornada de estudio muestra la emergencia de un nuevo paradigma museológico en Sudamérica, con nuevas formas de habitar los territorios y compartir el conocimiento.

La jornada de estudio fue un éxito rotundo, gracias a los esfuerzos conjuntos de los departamentos de comunicación de las instituciones organizadoras, así como a la invitación directa de varios socios, en particular profesores y estudiantes de museología y restauración de varias universidades. Alrededor de 120 personas (ponentes y público) asistieron, lo que constituye un gran éxito para un evento científico de esta naturaleza.  La inauguración estuvo a cargo  del Embajador de Francia, Frédéric Doré, el director del Museo Nacional de Colombia, William López Rosas, la directora del ICANH, Alhena Caicedo y la directora del IFEA, Aliocha Maldavsky. La Primera Consejera, Sonia Barbry, y la Consejera de Cooperación y Acción Cultural, Clarisse Paolini, aprovecharon también la ocasión para debatir con la dirección del Museo Nacional sobre el desarrollo actual de una exposición cofinanciada por Francia (El Mochuelo- Montes de María), que pone de relieve los procesos de paz y resiliencia cultural en una región marcada por el conflicto armado, así como sobre futuros proyectos. El intercambio científico estuvo acompañado de una reunión de alto nivel sobre la cooperación franco-colombiana.

Con el fin de explorar nuevas vías de cooperación en zonas periféricas marcadas históricamente por el conflicto armado, también se realizó una misión al departamento de Putumayo, en la Amazonia. Investigadores del ICANH presentaron el museo de Suruma, primer museo amazónico del país. Este edificio singular, de arquitectura abierta con vistas a una selva creada por un programa de reforestación, es un centro de investigación y creación único en esta región, así como un lugar de encuentro para investigadores y agentes de la sociedad civil. La directora del IFEA y el responsable de la sección colombiana del IFEA fueron recibidos por la arqueóloga del ICANH que coordina el proyecto, Margarita Reyes y por el director de Corpoamazonia, Luis Alexander Mejía Bustos, que coordina iniciativas de desarrollo, conservación del patrimonio y protección de la biodiversidad en los departamentos amazónicos de Colombia.

El Museo de Suruma del ICANH tiene tres puntos fuertes de interés para la investigación y la cooperación francesas. En primer lugar, se trata de un museo arqueológico en el corazón de la Amazonia, que da a conocer un patrimonio con frecuencia ignorado y permite comprender mejor la historia de las poblaciones de la región. En segundo lugar, el museo promueve el patrimonio ecológico de la región a través de una exposición permanente sobre la geografía, la fauna y la flora del departamento. Finalmente, la población local participa en la concepción de las exposiciones, en particular la exposición temporal “Gentes del Putumayo narran“, que muestra las múltiples memorias de la región. Durante la visita se pudo conocer a miembros de las comunidades amerindias implicadas en este proyecto y en la conservación de la biodiversidad local. Los ponentes invitados de Ecuador y Perú también pudieron compartir su propia experiencia museológica con la comunidad local.

Muséologie et communautés : un dialogue multidisciplinaire entre Bogota et l’Amazonie colombienne

Par Frédéric Spillemaeker, pensionnaire de l’l IFEA en Colombie

Du 30 mai au 2 juin, l’IFEA a organisé en Colombie l’événement “Muséologie et communautés des périphéries“, composé d’une journée d’études à Bogota, ainsi que d’une mission de coopération scientifique à Mocoa (département du Putumayo), en Amazonie colombienne. Cet événement a été organisé par le responsable de l’antenne colombienne de l’IFEA, Frédéric Spillemaeker, conjointement avec l’Institut Colombien d’anthropologie et d’histoire (ICANH) et le Musée national de Colombie, avec le soutien de l’Ambassade de France et de l’Institut Français, afin d’atteindre trois objectifs : célébrer le renouvellement pour 5 ans de l’accord-cadre entre l’IFEA et l’ICANH, valoriser et approfondir une recherche scientifique d’excellence à l’initiative de l’IFEA et plus particulièrement de son antenne colombienne, explorer de nouvelles pistes de coopération vers des régions périphériques et plus particulièrement en Amazonie.

En premier lieu, il faut rappeler l’importance stratégique de l’accord IFEA-ICANH, qui garantit la possibilité pour les archéologues français d’effectuer des recherches en Colombie, dans la mesure où l’ICANH est l’organisme qui délivre les permis de fouille et dirige les parcs archéologiques dans l’ensemble du territoire national. Afin d’associer cet accord à une réflexion commune, nous avons souhaité travailler avec l’ICANH sur un sujet clé en Amérique latine et plus particulièrement en Colombie : le patrimoine, sa valorisation et son appropriation dans des territoires périphériques, auprès de populations souvent éloignées de la culture institutionnelle. Nous souhaitions ainsi valoriser différentes initiatives remarquables dans ce domaine, dont plusieurs ont bénéficié de l’expertise scientifique ou de la coopération culturelle française.

Sur le plan scientifique nous avons invité des intervenants de différents pays et employant des méthodologies diverses au service d’objectifs communs : valoriser la connaissance du passé ou la réflexion sur des enjeux contemporains tout en impliquant les communautés locales. Ainsi, plusieurs intervenants ont mis en lumière la qualité et le dynamisme de la recherche française en Colombie. Félix Gueguen, doctorant de Sorbonne-Université présenté son exposition participative réalisée avec Alejandra Fonseca, à l’Alliance française de Bogotá, à partir d’une recherche participative avec des personnes déplacées victimes du conflit armé colombien. Par ailleurs Paz Nuñez-Regueiro, directrice des collections Amériques du Musée du Quai Branly-Branly et Julio Condori, directeur du site et du musée archéologique de Tiwanaku en Bolivie, ont évoqué leurs projets communs de contextualisation des collections du musée parisien issues des fouilles sur ce site. Afin de valoriser les résultats des programmes de coopération scientifique ECOS-Nord entre la France et la Colombie, les curatrices Salima Cure et Laura Lema Silva, ont présenté l’exposition « Sanaduria – Tisser les significations plurielles de la paix », aboutissement d’un projet ECOS-Nord associant l’Université de Caen et l’Universidad Nacional de Colombia.

Par ailleurs, Carolina Quintero, Paula Torraldo et Alberto Sarcina ont présenté le parc archéologique de Santa Maria del Darien. Ce site archéologique exceptionnel concerne l’une premières implantations espagnoles en Amérique du Sud. Il est situé dans un territoire marqué par les problématiques migratoires et par la violence. Néanmoins, les archéologues ont réussi à mettre un œuvre un processus d’implication de toutes les populations (Amérindiens, Afrodescendants, colons) et sont ainsi parvenu à la création d’un musée participatif. Ce lieu permet de valoriser à la fois les découvertes archéologiques comme les savoirs des populations sur leur territoire. Des formations en archéologie y sont également dispensées, ce qui permet à certains habitants de s’approprier ce patrimoine en participant aux fouilles.

Fidèle à sa vocation andine, l’IFEA a également tenu à inviter en personne deux chercheurs de premier plan, venus du Pérou et d’Équateur : Edgar Bracamonte (directeur du musée des tombes royales de Sipán au Pérou) et María Isabel Silva Iturralde (directrice du patrimoine de la municipalité de Guayaquil, cofondatrice du musée archéologique de la communauté Agua Blanca), afin qu’ils partagent leur expérience et leur expertise avec nos partenaires colombiens. Ces différentes communications ont mis en lumière les dernières avancées de la recherche scientifique actuelle sur les liens entre patrimoine, muséologie et participation des publics Au vu de la qualité des travaux présentés, il a également été décidé de les publier dans le Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines. Comme l’a relevé Edmond Castell (UNAL) dans sa conclusion, cette journée d’études témoigne de l’émergence d’un nouveau paradigme muséologique sud-américain, de nouvelles manières d’habiter les territoires et de mettre les savoirs en commun.

La journée d’études a remporté un succès notable, grâce au travail conjoint des services de communication des institutions organisatrices, ainsi qu’à l’invitation directe de différentes partenaires, et en particulier des professeurs et des étudiants en muséologie et restauration de différentes universités. Environ 120 personnes (conférenciers et public) ont été présents au cours de la journée, ce qui constitue une réussite pour une manifestation scientifique de cette nature.  La journée a été inaugurée par M. l’Ambassadeur de France, Frédéric Doré, le Directeur du Museo Nacional de Colombia, William López Rosas, la Directrice de l’ICANH, Alhena Caicedo, et par la Directrice de l’IFEA, Aliocha Maldavsky.  La Première Conseillère Sonia Barbry ainsi que la Conseillère de coopération et d’action culturelle, Clarisse Paolini ont également pu échanger à cette occasion avec la Direction du Museo Nacional sur la valorisation actuelle d’une exposition co-financée par la France (El Mochuelo- Montes de María) qui valorise les processus de paix et de résilience culturelle dans une région marquée par le conflit armé, ainsi que sur de futurs de projets. Ainsi, l’échange scientifique s’est accompagné d’une rencontre de haut niveau de la coopération franco-colombienne.

Afin d’explorer de nouvelles pistes de coopération dans des territoires périphériques et historiquement marqués par le conflit armé, nous avons également effectué une mission dans le département du Putumayo, en Amazonie. Notre partenaire, l’ICANH, tenait à nous présenter le musée Suruma : premier musée amazonien du pays. Ce lieu unique à l’architecture ouverte sur une jungle née d’un programme de reforestation, constitue un pôle de recherche et de création unique dans ce territoire, autant qu’un lieu de rencontre des chercheurs avec les acteurs de la société civile. La Directrice de l’IFEA et le responsable de l’antenne colombienne de l’IFEA ont été reçus par l’archéologue de l’ICANH coordinatrice du projet, Margarita Reyes, ainsi que par le Directeur de Corpoamazonia Luis Alexander Mejía Bustos, qui coordonne des initiatives de développement, de préservation du patrimoine et de protection de la biodiversité dans les départements amazoniens de la Colombie.

Le musée Suruma de l’ICANH présente trois points forts qui intéressent la recherche et la coopération française. En premier lieu, il s’agit d’un musée archéologique au cœur de l’Amazonie, qui valorise un patrimoine trop souvent méconnu et qui permet une meilleure connaissance de l’histoire des populations de cette région. Deuxièmement, ce musée valorise également le patrimoine écologique de la région à travers une exposition permanente sur la géographie, la faune et la flore du département. Enfin, les habitants sont intégrés à la conception des expositions ; notamment de l’exposition temporaire « Gentes del Putumayo narran » qui met en valeur les mémoires plurielles du département. Ainsi, nous avons pu rencontrer des membres des communautés amérindiennes impliquées dans ce projet et dans la préservation de la biodiversité locale. Les intervenants que nous avons invités d’Équateur et du Pérou ont également pu partager leur propre expérience muséologique avec la communauté locale.  

Lancement du projet : Raconte l’indépendance depuis ton village, ton quartier ou ta ville

Le 26 mars 2021 a eu lieu le lancement de la deuxième édition du projet :  « Raconte l’indépendance depuis ton village, ton quartier ou ta ville », dont l’objectif est d’offrir un cadre alternatif aux célébrations du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou et de le penser depuis les provinces du Pérou.

Raconte l’indépendance … est un projet d’histoire participative et citoyenne né en 2013 avec un premier concours d’essais, dont les textes gagnants, centrés sur Arequipa, Huacho et Tarapacá, ont été présentés au colloque international  « Les indépendances avant l’indépendance »  et publiés par l’IFEA en 2017 (voir publication).

L’objectif de démocratiser la mémoire de l’indépendance va au-delà d’un concours de rédaction d’essais, et le projet vise désormais à intégrer les citoyennes et les citoyens dans un débat historiographique décentralisé, se mettant ainsi au service de tous ceux qui souhaitent contribuer à la réécriture de l’histoire de l’Indépendance depuis leur lieu d’origine ou lieu de leur choix. La deuxième édition du projet propose un partage des sources à travers la diffusion de ressources numériques (sources primaires sur la période de l’Indépendance digitalisées), afin de les mettre à disposition des chercheurs et du public en général – pour faciliter la recherche dans le contexte de la crise sanitaire, qui limite l’accès aux archives et bibliothèques. Le projet organise également des ateliers de formation à l’écriture de l’histoire pour des historiens amateurs, avec le concours de l’université San Marcos et de l’Instituto de estudios peruanos (IEP). Il offrira des espaces de dialogue et de rencontre afin que cette nouvelle mémoire commune puisse être construite comme la mémoire de tous.

Au cours de la présentation, animée par l’anthropologue et journaliste Javier Torres Seoane, ont été dévoilés le projet, son histoire, les ateliers de formation, la création de bases de données et de moteurs de recherche, et d’autres éléments conçus en vue d’un nouvel appel à candidatures. Parmi les participants figuraient des représentants des entités organisatrices : le département d’histoire de l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos, le département d’histoire de l’University of California Santa Barbara, le centre de recherche sur l’Amérique hispanique coloniale de l’université de la Sorbonne Nouvelle, la fondation Neogranadina, l’Institut français d’études andines et les archives régionales d’Ayacucho.

Séminaire interne Modural mars 2021

A la suite du Séminaire de lancement du programme Modural, qui s’était tenu à Bogotá en présentiel du 9 au 13 mars 2020, juste avant le confinement (https://modural.hypotheses.org/940), le second séminaire s’est déroulé en modalité virtuelle du 8 au 12 mars 2021. Il a permis aux membres de l’équipe de faire le point sur l’avancée des activités, présenter les résultats préliminaires sur chaque terrain, et de définir les priorités pour l’année à venir. Plusieurs membres extérieurs ont aussi été invités pour apporter leur expertise.

La conjoncture de la Covid-19 a été un des principaux thèmes de discussion, en termes d’impacts sur la mobilité et d’analyse du vécu par les habitants sur la base d’entretiens et de chroniques familiales. Les défis méthodologiques et logistiques imposés par la situation sanitaire pour la mise en œuvre de la recherche ont aussi été abordés. Au-delà, les discussions ont porté sur divers aspects de l’analyse des pratiques de mobilité dans les deux métropoles, notamment sur le cas des femmes de ménages, des personnes en situation de handicap, ou encore sur l’usage du vélo. Le séminaire a enfin été l’occasion de discuter de la préparation de l’enquête par questionnaire, reportée en 2022, dans quatre zones périphériques dans chaque ville. Un rapport de synthèse sur la base des présentations et des discussions du séminaire sera publié prochainement.

Pour consulter le programme du séminaire : https://modural.hypotheses.org/1169

Webinaire : Protestations sociales et changements politiques dans la zone andine: le cas de l’Equateur

Afin de promouvoir une analyse comparative dans la zone andine concernant les changements sociaux et politiques actuels et récents dans des pays tels que la Bolivie, l’Equateur, la Colombie et le Pérou, l’IFEA propose une série de webinaires qui se concentrent sur les spécificités d’un pays, en vue d’une éventuelle comparaison régionale entre les principales tendances du changement socio-politique en cours.

Le premier de ces webinaires a eu lieu le 15 mars sous le titre : “Protestations sociales et changements politiques dans la zone andine : le cas équatorien”. L’événement proposait d’analyser quels sont les principaux acteurs sociaux (mouvements, organisations, associations) qui contribuent actuellement à orienter le débat politique et social, en mettant l’accent sur les dynamiques qui permettent de comprendre le récent processus électoral.

Le débat a compté sur la participation de Floresmilo Simbaña, diplômé en sciences publiques et sociales et ancien dirigeant de la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur, CONAIE ; Fernando García, professeur chercheur du département d’Anthropologie, d’Histoire et de sciences humaines de la FLACSO-Équateur et Pablo Ospina, professeur d’Anthropologie à l’Université Andine Simon Bolivar, à Quito. La coordination scientifique de l’événement était assurée par Julie Massal (IFEA) et Maria Moreno, professeure invitée à la FLACSO-Equateur. 

Nuit des idées 2021

Le 28 janvier dernier, nous avons participé à « La nuit des idées », un événement mondial organisé depuis 2016 par l’Institut Français de Paris, qui réunit chaque année chercheurs et artistes autour d’une thématique commune, favorisant l’échange de connaissances et de points de vue. À cette occasion, le point de départ était le thème « Proches » : une façon d’explorer la compréhension de l’espace et des autres, entre chacun de nous et au sein de nos sociétés.

L’édition péruvienne de la Nuit des idées avait un programme très varié qui a été inauguré par une conférence intitulée « Civilizaciones : reinventemos nuestra historia », avec la participation de l’écrivain français Laurent Binet et du ministre péruvien de la culture, Alejandro Neyra. Cette « première édition andine » a été coordonnée par l’Ambassade de France au Pérou, les Alliances françaises, l’IFEA et France Volontaires.

Parmi les événements présentés par l’IFEA figuraient :

La table ronde : Proximité et éloignement dans les villes andines. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelles implications sur les mobilités quotidiennes ? Quels projets?,  avec la participation de spécialistes péruviens et colombiens : Pablo Vega Centeno (Pontificia Universidad Católica del Perú, Lima), Germán Prieto (Universidad Jorge Tadeo Lozano, Bogotá) et Priscille De Coninck (Agence Française de Développement, Colombie) et organisé par les chercheurs du projet « Les pratiques de la mobilité durable dans les métropoles d’Amérique latine : une étude comparée de Bogotá et Lima – MODURAL». Voir l’evénément:

Les présentations de chercheurs français regroupées sous le titre « Proches … de l’Amazonie » auquel ont participé : Raphaël Colliaux (IFEA), avec la présentation : L’Amazonie péruvienne face aux dynamiques économiques mondiales. Le cas de la voie navigable de l’Amazone ; Paul Codjia (Université McGill) : Plusieurs nations pour un seul État ? et Catherine Lara (IFEA) avec le sujet: Être potière en Amazonie. Voir les présentations:

La série d’entretiens intitulée : Entretiens : la génération du bicentenaire ? Entre revendications et solidarité, les mobilisations au XXIe siècle, sous la coordination scientifique d’Evelyne Mesclier (IRD/PRODIG) et d’Arthur Morenas (Université de Strasbourg), avec la participation de spécialistes de différentes provenances et disciplines : Hélène Combes, docteure en science politique et maître de conférences à Science Po, Paris ; Moises Rojas, sociologue et maître de conférences à l’UNMSM et à l’UPC, diplômé d’un master en politique comparée à la PUCP ; María Luisa Burneo, diplômée d’un master en anthropologie à l’EHESS, chercheuse à l’IEP et maître de conférences à la PUCP et Johnatan Vega Slee, diplômé d’une licence en histoire à l’UNMSM et candidat au diplôme master en Anthropologie à la FLACSO Equateur.  Regarder l’entretien:

Pour terminer la soirée, le  sujet « Étudier et enseigner le quechua : une science humaine et sociale » a été présenté à travers une vidéo intitulée « Runasimita Yachasun : Conversation avec César Itier (Inalco – Paris) »  voir la vidéo:

 

 

Enlazando mundos a través de las músicas: Xavier Bellenger (1956 – 2020), antropólogo, músico, ingeniero de sonido, fotógrafo y director de films.

Escribe Mariano Agustín Rosales*                                                                                                                                         

A comienzos del año 2020 en la ciudad de Lima, una persona fundamental para el estudio de la cultura andina y las músicas del mundo, ha partido: el antropólogo francés Xavier Bellenger. Quien fuera investigador asociado al IFEA, viajó a Perú desde su juventud siguiendo su interés por las músicas tradicionales de los Andes, siendo entonces acogido particularmente por la comunidad de la Isla de Taquile, sitio icónico y fundamental para su desarrollo como investigador. Luego de más de 45 años de trabajo desde aquel viaje inicial, en los que se desenvolvió como antropólogo, productor discográfico y filmográfico, investigador y docente, nos deja una variada y extensa colección de registros sonoros, fílmicos y etnográficos realizados en más de 25 países, así como investigaciones y proyectos vanguardistas en la aplicación de nuevas tecnologías en el campo de la antropología musical.

Muchos investigadores, músicos y aficionados que han tenido la oportunidad  de colaborar con Bellenger en diferentes etapas de su vida y en diferentes lugares del mundo, han encontrado inspiración en la gran pasión y vocación que poseía, así como una gran originalidad para imaginar y concretar proyectos. Visitar su casa era como entrar a un museo de flautas tradicionales de todo el mundo, y al mismo tiempo un recorrido por la historia de la tecnología de registros de campo, con sus respectivos formatos de almacenamiento, desde cintas magnéticas hasta los últimos desarrollos electrónicos. Así y todo, lo más cautivador era conversar con él, compartir incontables anécdotas y relatos fabulosos de pueblos remotos de los cuales podía compartir algún registro sonoro o de video que conservaba notablemente catalogados y organizados en su archivo personal.

Xavier Bellenger en Allahabad, India. © Mariano Agustín Rosales

Primeros contactos con el mundo andino

Siendo un joven parisino, su curiosidad y fascinación por mundos lejanos lo llevó a interesarse en las flautas andinas. Tocando la quena en el metro lograría juntar sus primeros ahorros para viajar por primera vez a Perú con tan solo 16 años. Durante estos primeros viajes, en un afortunado encuentro con el arqueólogo Louis Girault durante la espera de una conexión de vuelo a Perú, vislumbraría su camino de investigador, que lo llevaría a ingresar a la Escuela de Altos Estudios en Ciencias Sociales de París, en ese entonces dirigida por Jacques Soustelle. También, en estos viajes iniciáticos logra recopilar el material que conformaría su primer disco “Équateur: rythmes Indiens et afro-américains” (BAM 1977) así como asistir a Nathan Wachtel en sus investigaciones sobre la cultura uru en la provincia de Carangas, Bolivia. Allí realizó registros fotográficos y sonoros que presentaría 40 años más tarde en la exposición multimedial “Chipaya: De la sombra a la luz” (La Paz, 2018)[1] con el apoyo del IFEA, y que se puede visitar actualmente en la misma localidad de Santa Ana de Chipaya. Como quenista participó en varios proyectos musicales, notablemente grabaría el disco de quena y ney “Conférence Des Roseaux” (OCORA 1984) a dúo junto a Kudsi Erguner, maestro turco de tradiciones sufí. A lo largo de los años, llevaría esa misma quena en su equipaje a cada uno de sus viajes, hasta sus últimos días. Ambos rumbos profesionales, el de investigador y el de productor, fueron fructíferos y extraordinarios.

Producción discográfica, fotográfica y filmográfica

Desde aquella primera publicación, Bellenger produjo más de 30 discos de músicas tradicionales de todo el mundo, cerca de 30.000 fotografías, una serie completa de films de música tradicional, y cientos de horas de vídeo de registro etnográfico[2]. A inicios de la década de 1980, como director adjunto de la Colección de Músicas Tradicionales del Mundo de la UNESCO, creada por Alain Danielou, se adentra en la edición y producción de proyectos discográficos, hasta ese entonces en formato de disco de vinilo. En Perú, con la compañía de Josafat Roel Pineda, realiza grabaciones en Huancané y Lampa, departamento de Puno, registros que conformarían la primera edición en formato CD dedicada a la música tradicional “Pérou: Ayarachi y Chiriguano” (GREM 1983), relatando impactantes batallas sonoras de hordas de tocadores de siringas. Al finalizar el servicio militar francés   -experiencia que lo llevaría por primera vez a África- regresa a la región de Cusco, allí viaja a Paucartambo equipado de una grabadora Nagra y con la compañía de Martine Du Authier y Thomas Turino, realiza un relevamiento sonoro de las icónicas danzas de la Fiesta de la Virgen del Carmen, siendo este uno de los registros sonoros abarcativos más tempranos que existen de dicha festividad [3]. En dichos viajes a Cusco, realiza una de las pocas grabaciones que existen del charanguista cusqueño Julio Benavente y el arpista invidente Leandro Apaza.

A raíz de estas experiencias, crea su propio sello GREM: Groupe de Recherche et d’Étude des Musiques, a través del cual realiza numerosos lanzamientos de músicas del mundo en formato de vinilo y CD. Bajo el mismo sello realiza una impactante serie de 17 films musicales en películas de 35 mm titulados “Etnoclips”, rodados en locaciones tan diversas como España, Francia, Senegal, Isla de la Reunión, Trinidad y Tobago, India y los Andes, transmitidas por el canal de televisión “La Sept–Arte”, utilizando un original lenguaje de acercamiento a diversas culturas musicales, sin recurrir a locuciones o voz en off, en la misma época en la que MTV comenzaba a realizar sus primeros videoclips de música pop. Simultáneamente, con GREM edita la serie discográfica “L’aventure du monde par les sons” con música de Perú, Bolivia, Madagascar, Mongolia, Ecuador, Turquía, implementando nuevas tecnologías de grabación digital, como la PCM de Sony en el notable disco “Larecaja y Omasuyos” (GREM-IFEA 1989),  y utilizando las primeras cintas digitales DAT adentrándose en las selvas de Perú, Ecuador y Colombia en contacto con las comunidades shuar, ashaninka y aguaruna. Con estas producciones Bellenger crea un lenguaje que combina música, paisajes y diálogos a lo largo de viajes sonoros sin interrupciones ni divisiones por tracks, estilo de edición que ha mantenido hasta sus últimos trabajos. Ya por aquellos años, la influencia de Bellenger en el campo de la composición musical y sonora, comienza a tener notable trascendencia: el músico electrónico Jean Michel Jarre le convoca a proveer sonidos para su disco “Zoolook” (DREYFUS 1984), siendo pionero en el uso de samples para la composición de música electrónica, y el director cinematográfico Ridley Scott junto al músico Vangelis solicitan parte de los paisajes sonoros del disco “Amazonia Musiques, chants et paysages sonores” (GREM-IFEA 1991) para ser utilizados en la banda de sonido de la película “1492: Conquer of Paradise”. Años más tarde colaboraría de forma similar con el productor peruano Miki González, en el lanzamiento de su disco “Café Inkaterra” pionero en la escena de folklore con beats electrónicos.

En la década de 1990 encontraría nuevos horizontes al ser convocado por la  Academia de las Músicas y las Danzas de la India para realizar un relevamiento de músicas tradicionales, en las cercanías del río Ganges, desde sus vertientes en los Himalayas hasta la desembocadura en Calcuta. Este proyecto llevó a Bellenger a residir en dicho país durante cuatro años, y cuyo resultado se puede apreciar en la edición en CD triple titulada “Ganga: les musiques du Gange” (Virgin 1997). La producción de discos continuaría hasta sus últimos años, ya residiendo en Perú, donde crea el sello independiente “WIM: World Images and Music” a través del cual edita los discos “Saraguro: Cultura y Música de Ecuador” (WIM 2012) y “Pueblo Uru Chipaya: Música y Cultura de Bolivia” (WIM-IFEA 2018), así como reedita en formato digital una colección de gran parte de su discografía.

 Estudio de Xavier Bellenger en Montreuil (Francia). © Mariano Agustín Rosales

Investigación sobre modos ritualizados de producción musical en los Andes

Es notable que, de forma paralela a esta intensa actividad de producción, supo mantener a lo largo de aquellos años un continuo y estrecho contacto con la comunidad de Taquile, y la vocación de seguir registrando y comprendiendo los eventos rituales y musicales de dicha isla lo llevan a instalarse allí durante más de tres años, en plena convivencia con la misma familia que lo había recibido en su juventud. En este contexto inicia su labor como investigador asociado al IFEA, y logra realizar un relevamiento intensivo de músicas rituales de varias localidades en las cercanías del lago Titicaca, sin duda uno de los archivos más extensos reunidos hasta la fecha en dicha región. Este banco de registros de sonido y video, y los datos recogidos a lo largo de más de 30 años en Taquile, serían el corpus para su trabajo de tesis de doctorado en antropología otorgado por la Universidad Sorbona Nueva, Paris III, publicado como “El Espacio Musical Andino” (IFEA 2007), en formato de libro multimedia, con un DVD adjunto que permite escuchar y ver parte del material recopilado, formato novedoso en su momento para una publicación de tipo musicológica y etnográfica. Con esta publicación, el objetivo de Bellenger de describir un sistema ritual de producción musical andina quedaba formalizado, y dedicaría los siguientes años a difundir este trabajo en congresos, cursos y universidades, como invitado y como docente, con gran acogida por parte de la comunidad musical y académica de los países andinos.

Para continuar estudiando el significado y la forma particular de estas prácticas musicales, ya radicado en Lima, se embarca en otra brillante etapa de investigación. Él mismo idea un dispositivo electrónico que bautiza “DigiNotator”, y que lo ayudaría a poder captar con precisión los movimientos de los flautistas sobre las quenas y así poder visualizar en detalle los patrones de digitaciones utilizadas. Gracias a la colaboración de Michel Geiss y Franck Morisseau, ambos tecnólogos musicales franceses, se construyen los primeros prototipos, y con la colaboración del autor de estas líneas, se realizaron las primeras pruebas en campo del dispositivo así como el desarrollo de las siguientes versiones. En 2017 creamos conjuntamente GA-MA: Grupo Andino de Música Autóctona, convocando a músicos e investigadores de Perú, Argentina y Francia, para poner a prueba las capacidades de esta nueva tecnología de registro kinestésico. Dentro de los notables aportes de este grupo de investigación podemos mencionar:

  • El haber realizado las primeras grabaciones de campo kinestésicas con flautas de diversos tipos como quenas y pinkullos andinos, gaitas tradicionales colombianas y cornamusas bretonas.
  • La creación de un programa computarizado para el análisis y visualización de digitaciones y soplidos.
  • La recreación exacta de estas técnicas instrumentales, basándose en estos datos, por parte de un grupo de músicos ubicados en otro lado del mundo (el conjunto argentino De Tanto Lejos, en Buenos Aires)
  • La impresión 3D de una quena, perfectamente sonora, en base a una tomografía tomada del ejemplar original.

Legado y Difusión

En los últimos años, Xavier Bellenger ha presentado estos avances en congresos llevados a cabo en diferentes países como Argentina, Colombia y Perú, antes de su temprana partida el 8 de febrero de 2020. Su trabajo deja un inmenso legado, un vastísimo acervo cultural y un horizonte sin precedentes en el estudio de músicas tradicionales y en el desarrollo de nuevas tecnologías para el registro sonoro y multimedial, que seguiremos conservando, difundiendo e investigando. [4]

* Ing. Mariano Agustín Rosales                                                                                                     

marianorosales@gmail.com

Co-Fundador GA-MA

Grupo Andino de Música Autóctona

https://gamoctono.wixsite.com/gama       

Co-Editor WIM: World Images and Music                                     www.worldimagesandmusic.com

———————————————————————————————————-

*  Mariano Agustín ROSALES, Argentina. Buenos Aires, 1984.

Ingeniero, músico, investigador y docente, radicado en Cusco, Perú. Graduado en Ingeniería Industrial en la Universidad de Buenos Aires, trabajó como colaborador de Xavier Bellenger realizado investigaciones en el campo del registro sonoro y kinestésico, siendo cofundador de GA-MA y coeditor en WIM.

Bibliografía

BELLENGER, Xavier         

El espacio musical andino. Modo ritualizado de producción musical en la isla de Taquile y en la región del lago Titicaca. Traducción: Sandra Recarte. Editores: IFEA – PUCP – CBC-IRD- Embajada de Francia. Travaux de l’IFEA n° 239. 321p.; ilustraciones, fotos y DVD.
Lima 2007

Distribution géographique et ethnique des instruments de musique dans le pays andins. Memoire de l’Ecole de Hautes Études en Sciences Sociales; Paris 1977.

Les Instruments de musique dans les pays andins (Équateur, Pérou, Bolivie) Bulletin de l’Institut francais d’Etudes Andines IX/X; Lima 1980/81.


[1] Galería virtual disponible para su visita en el sitio ww.worldimagesandmusic.com/exhibitions/chipaya/

[2] Parte de este material ha sido recientemente digitalizado y re-editado en el sitio www.worldimagesandmusic.com/music

[3] Material que será editado en CD bajo el título “Paucartambo 1981” por la Dirección de Cultura de Cusco

[4] Los avances realizados por GA-MA fueron documentados y comentados por Bellenger en vídeo entrevistas que han sido transcritas y serán publicadas próximamente en medios de difusión musicológica.

Lancement du projet : Patrimoine de la Vallée de Sondondo

Le 4 août, le projet multidisciplinaire « Patrimoine de la vallée de Sondondo » (Ayacucho, Pérou) a été officiellement présenté via la plateforme Zoom et sur Facebook Live. Cette réunion virtuelle s’est adressée au grand public lors de sa première partie.

Le projet est composé de plusieurs axes complémentaires : recherche historique et archéologique, restauration d’églises et de peintures, formations de jeunes dans diverses professions et recherche de solutions pour un développement durable.

La présentation de la vallée de Sondondo et du projet a été faite depuis divers points de vue : les origines du projet de sauvegarde, par Silva Dana-Echevarría et Víctor Raúl Echevarría (association Les amis du patrimoine) ; la recherche scientifique au service de la valorisation de la vallée, présentée par Évelyne Mesclier (IFEA) ; et deux cas spécifiques : « Les toits des églises de la vallée : vers une intervention d’urgence pour leur conservation », présentation de l’architecte et chercheuse Silvia Quinto, et « La conservation d’une toile en danger », communication des restauratrices Andrea de Echave et Virginie Lemaître.

Présentation de Silvia Quinto

Parmi les participants de cet événement figurent également les autorités civiles et religieuses des districts, les communautés et la mancomunidad de la vallée de Sondondo, le gouvernement régional d’Ayacucho, le Ministère de la Culture, entre autres acteurs associés au projet, tels que l’association Les Amis du Patrimoine, l’IFEA, l’Ambassade de France au Pérou, l’association des Compagnons du devoir, l’Université Nationale de San Cristobal de Huamanga et la fondation internationale ALIPH (International Alliance for the protection of heritage in conflict areas).  

La deuxième partie consistait en un atelier de lancement au cours duquel des experts et des chercheurs ont présenté les six axes d’action du projet : l’étude historique des Églises et des peintures coloniales d’Aucará, présentée par l’historienne Gabriela Ramos ; les opérations de protection des toits, exposés par l’architecte Silvia Quinto et par Martín Curo ; les tâches de restauration des peintures coloniales, présentation des restauratrices Andrea de Echave et Lorena Olazabal ; la formation des artisans, par Daniel Imhoff, représentant de l’association des Compagnons du Devoir ; et la recherche de solutions pour le développement de la vallée, avec le chercheur Sébastien Jallade. Ces présentations ont laissé place au débat entre les autorités de la région, les experts et le grand public.

Vidéo (Première partie)

Inauguration et toast virtuel

RDVs AF : Question de crise. Un cycle de dialogues pour réfléchir à ce qui nous arrive

Dans le but d’ouvrir un espace de débat et de réflexion citoyenne et de susciter des interrogations qui remettent en question le vécu de la société péruvienne dans le contexte de l’urgence sanitaire actuelle, le cycle de discussions intitulé « Question de crise : un cycle de dialogues pour réfléchir à ce qui nous arrive » a été organisé dans le cadre des rendez-vous de l’Alliance Française.

Les débats -qui se tiennent le premier mardi de chaque mois-, sont organisés par le réseau culturel et de coopération française au Pérou, constitué par l’Alliance Française de Lima, l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’association France Volontaires.

À ce jour, trois discussions ont eu lieu :

  • Question de crise : sociétés révélées, réalisée le 2 juin, à laquelle ont participé Javier Herrera (représentant de l’IRD au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), Nicolas Mezzalira (directeur de l’Alliance Française de Lima) et Gaia Sangiorgi (représentante nationale de France Volontaires Pérou).  Vidéo
Question de crise : sociétés révélées. © Alianza Francesa de Lima
  • Question de crise : éducation et culture, réalisée le 7 juillet, avec comme invités Santiago Alfaro (Ministère de la Culture), Patricia Ames (chercheuse à l’Institut d’études péruviennes-IEP et enseignante de la PUCP), Jean Bouquet (association Allin Kawsay) et Geraldine Sakuda Oshiro (La Tarumba). Vidéo
Question de crise : éducation et culture. © Alianza Francesa de Lima
  • Question de crise : Territoires et populations. Réponses locales à une crise globale, réalisée le 11 août, avec la participation de Karina Sánchez (directrice générale de TECHO-Pérou), María Teresa Oré (professeure au Département des sciences sociales de la PUCP), Frederica Barclay (anthropologue spécialisée dans la santé publique, l’interculturalité et les peuples autochtones) et Marco Chevarría (consultant du PNUD). Vidéo
Question de crise : Territoires et populations. Réponses locales à une crise globale. © Alianza Francesa de Lima
© Alianza Francesa de Lima

Diffusion régionale du Covid-19 et la gouvernance urbaine de l’eau

Au cours du mois juillet s’est tenu le cycle de conférences : « Diffusion régionale du COVID-19 et la gouvernance urbaine de l’eau ». L’événement, organisé par le Centro de Recursos Hídricos y Ambientales et l’INTE-PUCP, a compté sur la participation d’Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et de Jérémy Robert (chercheur associé à l’IFEA et responsable du projet ANR MODURAL à Lima).

Voir les conférences :

Vidéo 17 juillet

  • Évelyne Mesclier : « Villes et régions face à la propagation du Covid-19 ».
  • Sergio Recuenco Cabrera : « Covid-19. De la réponse mondiale à la réponse régionale ».
© FB – Centro de Recursos Hídricos Ambientales

Vidéo 31 juillet

  • Jérémy Robert : « Crise et eau urbaine : quelques éléments de réflexion ».
  • María Teresa Oré : « La gouvernance urbaine de l’eau dans les villes intermédiaires : la ville d’Ica et le Covid-19 ».
© FB – Centro de Recursos Hídricos Ambientales
© Centro de Recursos Hídricos Ambientales – INTE PUCP

Webinaire : La santé au Pérou au fil des siècles. Perspectives à partir des sciences sociales

Bien que l’urgence sanitaire qui traverse le Pérou aujourd’hui souligne plus que jamais l’importance de la santé dans la société, à partir des premiers travaux de Marcos Cueto, cela fait déjà plusieurs années qu’il existe des études diachroniques sur les épidémies, les institutions hospitalières, ainsi que sur la fabrication conceptuelle des maladies, des dysfonctionnements et des troubles des corps et des esprits. Le webinaire « La santé au Pérou au fil des siècles. Perspectives à partir des sciences sociales » s’est tenu le 26 juin dernier, dans le but de parcourir certaines de ces études sur la santé des péruviens à différentes époques.

À l’origine, le séminaire devait avoir lieu en direct, dans le cadre des « Nuits de l’Histoire », avec le soutien de l’hôpital Victor Larco Herrera (HVLH) et de l’Alliance Française de Lima, mais il a dû être annulé pour des raisons sanitaires. Ainsi, il a été reformulé en tant que webinaire auquel ont participé : Gabriela Ramos, historienne et professeure de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), avec la présentation « Cuzco et l’épidémie sud-américaine de 1720 » ; Claudia Hernández, assistante de recherche et enseignante à l’Université Pontificale Catholique du Pérou (PUCP), avec la présentation « Maternité, violence sexuelle et santé dans le Pérou des années 1930-1940» ; Santiago Stucchi, titulaire d’un master en médecine et spécialiste en psychiatrie à HVLH sur le thème : « Eugénisme, médecine et psychiatrie au Pérou » ; et Daniel Rojas, chirurgien, diplômé de l’Université Nationale Mayor de San Marcos (UNMSM), avec la présentation: « Regards en périphérie : les sciences sociales et les sciences humaines dans un ‘Journal d’un interne de médicine’ ». 

Le débat, organisé par l’IFEA, a été modéré par Carmen Yon Leau, chercheuse à l’Institut d’Études Péruviennes (IEP) et enseignante de la PUCP ; la coordination scientifique a été assurée par Irène Favier, chercheuse au Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LAHRA) de l’Université de Grenoble.

Vidéo du webinaire

© Instituto Francés de Estudios Andinos (IFEA)

Colloque Science et société : #covid19 : Itinéraires de la propagation de la pandémie

Le 8 juin, le colloque « Itinéraires de la propagation de la pandémie » s’est déroulé dans le cadre du cycle de conférences « COVID-19 : Science, Participation sociale, Décisions politiques », dans le but de promouvoir le débat public et la réflexion sur l’urgence sanitaire, la pandémie et ses impacts sur l’économie, les services publics, le marché du travail, etc.

L’événement, qui a été diffusé en direct via le compte Facebook du Concytec, a compté sur la participation d’Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), de Dionel Martínez (coordinateur de la Plateforme pour l’Aménagement du Territoire) et de Marc Souris (directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement-IRD).  Vidéo

© Facebook CONCYTEC

Présentation du livre : Derecho a la ciudad. Una evocación de las transformaciones urbanas en América Latina.

Manuel Dammert Guardia et Fernando Carrión (éds.), Lima. CLACSO– FLACSO-Ecuador, IFEA, 2019, IFEA, 2019

Le 3 mars 2020, l’IFEA a organisé à l’Alliance Française de Lima (Miraflores) la présentation du livre Derecho a la ciudad. Una evocación de las transformaciones urbanas en América Latina, en présence de ses deux coéditeurs scientifiques, Manuel Dammert-Guardia, professeur à la PUCP à Lima et Fernando Carrión Mena, chercheur à la FLACSO à Quito.

Gustavo Riofrío (DESCO) a commenté l’ouvrage ; Marisa Glave (ancien membre du Congrès et conseillère municipale de la ville de Lima) devait également participer, mais des raisons personnelles l’en ont empêchée.

La présentation a souligné l’importance fondamentale du concept de « droit à la ville » pour comprendre la situation d’une ville comme Lima. Avec la pandémie qui se profilait, toute l’urgence de cette réflexion a été largement perçue par le public, venu en nombre.

Gustavo Riofrío a commencé sa présentation en citant un texte publié par Alfredo Rodríguez dans DESCO il y a 50 ans. La description des bidonvilles de Lima, en ce qui concerne la violence quotidienne, le manque de savon dans les hôpitaux et l’absence d’eau, ne serait pas très différente aujourd’hui, a-t-il conclu. À partir de ce constat, Gustavo Riofrío a développé une réflexion sur ce que signifie le « droit à la ville ». Il a souligné que le livre a été conçu à la suite d’un colloque ayant réuni les auteurs à Lima en 2014. Cependant, nous sommes en 2020 et d’autres avancées ont été réalisées : par exemple, on connaît de mieux en mieux le concept de « néolibéralisme », qui ne devrait pas être utilisé comme un simple adjectif.

© C. Quinquis (IFEA)

La question que Gustavo Riofrío pose aux auteurs est : comment le processus de production de la ville s’articule-t-il avec les acteurs ? Comment transformer ce processus ? Selon lui, il serait intéressant que les sociologues soulèvent ces deux points. La question des inégalités d’accès à la santé, abordée par Jérémy Robert, nous renvoie à une « Année d’Universalisation de la Santé » durant laquelle le budget n’a pas été augmenté. Une proposition « révolutionnaire » serait par exemple d’utiliser l’espace public pour pouvoir venir de Trujillo pour vendre des chaussures ou pour organiser des foires.

Gustavo Riofrío a conclu que le livre, avec ses quatre sections, vaut la peine d’être lu, et que l’ordre des contributions, allant du texte conceptuel de Jordi Borda aux différentes études de cas thématiques, est très pertinent. Après avoir planifié la ville bourgeoise, et désormais avec la planification néolibérale, c’est le capital, et non plus la production, qui mobilise tous les intérêts. Tout comme le fait le livre, il est donc nécessaire d’essayer de ré-analyser les processus.

Après avoir remercié Gustavo Riofrío, Fernando Carrión a rappelé que l’origine de ce livre était un séminaire international organisé à Lima en 2014 par la PUCP, l’IFEA et le CLACSO, avec la participation d’autres institutions au Pérou. Les réflexions se sont ensuite poursuivies, et le groupe de travail s’est réuni à plusieurs reprises à Lima et à Quito. La notion de « droit à la ville » devient importante en raison du processus d’urbanisation et de la création d’une ville « double ». Un premier objectif était de poser la question de la participation des habitants. Une deuxième interprétation du concept est que le droit à la ville est l’un des droits de l’homme. Fernando Carrión a notamment insisté sur la nécessité d’intégrer les femmes dans la conception d’une ville intelligente, seule façon possible de briser la logique patriarcale. Il a ensuite proposé au public une brève histoire du concept de droit à la ville, d’Henri Lefebvre à David Harvey, et des mouvements et des événements au Brésil et au Mexique. Il a souligné que le concept méritait encore d’être discuté.

© C. Quinquis (IFEA)

Manuel Dammert-Guardia a souligné que nous parlons tous du droit à la ville, même les sociétés immobilières d’aujourd’hui en parlent. Toutefois, il convient de s’interroger sur les réussites. L’État n’a pas abandonné la planification ; aujourd’hui, il cherche à faire construire des immeubles avec des appartements de 25 m2. La ville a cependant perdu ses acteurs. Il a souligné le fait que le livre est le résultat de l’effort des auteurs pour aborder le concept de « droit à la ville », que tous ne travaillent pas nécessairement dans leurs recherches au quotidien. Cependant, ils ont tous tenté de comprendre par qui la ville est produite aujourd’hui.

Les questions du public avaient pour thème principal la production de l’espace public. Les trois exposants ont profité de ces questions pour débattre de la validité de l’approche en partant des acteurs, dans la mesure où les exigences de la société ont changé : on ne proteste plus autant pour le logement et les services, les mouvements citoyens sont construits autour du changement climatique ou des revendications de genre. Il y a également eu un débat sur la spécificité du Pérou, où, contrairement à d’autres pays voisins, les protestations réclament plutôt des terres que des logements.

La présentation s’est terminée par un toast dans la cour de l’Alliance Française de Miraflores.

© C. Quinquis (IFEA)

IN MEMORIAM PABLO MACERA

Escribe Gabriela Ramos, Cambridge University (UK)

Pablo Macera (1929-2020), uno de los más importantes intelectuales del Perú del siglo XX, fue una figura controversial. Pese a que tenía más de noventa años, su muerte sorprendió y motivó una multitud de comentarios sobre aspectos más que complicados de su vida, que se extendieron a juicios sobre el valor de su obra. Su vinculación con el fujimorismo, cuando era imposible ignorar sus crímenes, manchó su trayectoria de manera irremediable. Esto tal vez explique que algunas de las notas más elocuentes que se escribieron a raíz de su muerte, revelaron poco o ningún conocimiento sobre su aporte en el campo de la historia. Muchas reacciones y comentarios mostraron los sensibles ángulos de un dilema al que nos enfrentamos de vez en cuando: ¿se puede apreciar la obra de alguien que en la vida tomó decisiones no solo equivocadas, sino incluso condenables?

A través de sus escritos, su actuación en la universidad y sus opiniones a menudo provocadoras sobre la política y la historia del Perú, Macera fue una presencia notable durante varias décadas. Mientras que en la memoria ha quedado una que otra frase lapidaria sobre la sociedad peruana, recogida en alguna entrevista periodística, sus aportes a la investigación son bastante menos conocidos por el público. Macera dio a conocer algunas de sus más importantes investigaciones especialmente en revistas nacionales, varias de ellas editadas por la Universidad Nacional Mayor de San Marcos. Años después, entidades del Estado como el extinguido Instituto Nacional de Cultura y el Fondo Editorial del Congreso de la República publicaron compilaciones de esos trabajos. Cuando creó y se convirtió en director del Seminario de Historia Rural Andina en San Marcos, Macera optó durante años por publicar ensayos y especialmente fuentes documentales en formato muy precario y de circulación bastante limitada.

Parecería pues que Macera, aunque mantuvo durante mucho tiempo su interés por la historia y en cierta medida su actitud crítica y capacidad para iniciar y desarrollar de manera original diversos temas, fue cerrándose cada vez más al diálogo e intercambio de opiniones a través de canales que no estuviesen bajo su control. Aunque estas circunstancias por sí solas no explican el hecho de que su obra sea poco conocida y no haya sido bien ponderada al producirse su muerte, probablemente contribuyen a explicar la escasa difusión y comprensión de sus contribuciones a la historiografía.

Los inicios de su carrera fueron auspiciosos. Fue uno de los brillantes discípulos de Raúl Porras Barrenechea en San Marcos. A inicios de los años 1960, viajó a París con una beca de la UNESCO para seguir estudios de doctorado. Pasó parte considerable de su tiempo leyendo e investigando en bibliotecas y archivos, con el proyecto de escribir sobre múltiples temas de la relación entre Francia y el Perú. Se trazó un programa demasiado ambicioso y difícil de articular, que abarcaba desde las más tempranas impresiones sobre el Perú en la literatura francesa desde el siglo XVI hasta el siglo XIX, hasta la presencia de empresas y capitales franceses en el Perú moderno. El resultado de parte de estas investigaciones es el estudio titulado La imagen francesa del Perú (Lima, 1976), cuya introducción empieza característicamente con la frase: “Este libro nunca debió ser escrito…”. En actitud que con seguridad pertenece a una época muy distinta a la nuestra, Macera refirió en varios de sus ensayos las dudas y frustraciones que abrigaba sobre su propio trabajo. Puede ser que la desazón que sentía estimulara la prosa inquieta, plena de intuiciones y temas nuevos a explorar que caracterizan a los numerosos trabajos que publicó durante los años 1960, posiblemente su período más productivo. Sus estudios sobre la literatura, la cultura colonial y la educación se emparentaban con los de la generación que lo precedió, pero le dio al tratamiento de esos temas un giro más firmemente situado en un contexto social, expuesto en un estilo ágil y accesible. Pese a que exploró con solvencia los temas culturales y filosóficos sobre los que, pese a los años transcurridos, no tenemos aún críticas serias, su aporte más notable estuvo en la historia económica. Sus estudios de los documentos producidos por los administradores de las haciendas jesuitas abrieron campos que historiadores de las siguientes generaciones se animaron a explorar. La historia agraria, en la que se interesó para entender los mecanismos que regularon los regímenes laborales, las condiciones en que se condujo la producción del azúcar y el algodón, es un campo en el que también realizó algunas de sus contribuciones más originales. Entusiasta del arte que se producía en los pueblos andinos, recorrió especialmente el centro y el sur del país donde recogió ejemplos significativos, muchos de los cuales estaban a punto de desaparecer. Se interesó en las manifestaciones que solemos llamar artesanía, de la que formó una colección importante. Sus estudios sobre la pintura mural andina ampliaron considerablemente nuestros conocimientos sobre procesos culturales cuya investigación entraña grandes dificultades debido a la parquedad de los archivos.

Macera era conocido y apreciado por dedicar mucho de su tiempo a conversar con colegas y estudiantes.  Su cultura amplísima y su brillo intelectual lo hacían un interlocutor muy interesante. Si sus estudios agrupados bajo la rúbrica “teoría” en sus Trabajos de historia (Lima, 1977) parecen hoy caducos, sus Conversaciones con Jorge Basadre (Lima, 1974) son una buena muestra de su mente inquisitiva y disposición para entender las formas complejas y complicadas en que la historia del Perú se entrelazó con la vida intelectual del siglo XX. Su negativa a discutir las razones y consecuencias de la condenable opción política que tomó en el último tramo de su vida fue posiblemente la más elocuente admisión de una culpa irreparable.

IN MEMORIAM PABLO MACERA

Par Gabriela Ramos, Cambridge University (UK)

Pablo Macera (1929-2020), l’un des intellectuels les plus importants du Pérou du XXe siècle, était une figure controversée. Bien qu’il eut plus de quatre-vingt-dix ans, sa mort a surpris et a suscité une multitude de commentaires sur des aspects plus que compliqués de sa vie, qui se sont étendus à des jugements sur la valeur de son travail. Son lien avec le « fujimorismo », quand il était impossible d’ignorer ses crimes, a irrémédiablement souillé sa trajectoire. Ceci peut expliquer que certaines des notes les plus éloquentes ayant été écrites à la suite de sa mort ont révélé peu, voire aucune connaissance sur sa contribution dans le domaine de l’histoire. De nombreuses réactions et commentaires ont montré les points sensibles d’un dilemme auquel nous sommes confrontés de temps en temps : pouvons-nous apprécier le travail de quelqu’un qui dans la vie a pris des décisions non seulement mauvaises, mais même condamnables ?

Grâce à ses écrits, à son rôle à l’université et à ses opinions souvent provocatrices sur la politique et l’histoire du Pérou, Macera a été une présence notable pendant plusieurs décennies. Tandis que la mémoire a gardé quelque phrase lapidaire sur la société péruvienne, récupérée dans une interview journalistique, ses contributions à la recherche sont un peu moins connues du public. Macera a dévoilé certaines de ses recherches les plus importantes, en particulier dans des revues nationales, dont plusieurs ont été publiées par l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos. Des années plus tard, des entités étatiques telles que l’Institut national de la culture et le Fond éditorial du Congrès de la République ont publié des compilations de ces œuvres. Lorsqu’il a créé et est devenu directeur du Séminaire d’histoire rurale des Andes à San Marcos, Macera a choisi pendant des années de publier des essais et surtout des sources documentaires dans un format très précaire et avec une diffusion assez limitée.

Il semblerait donc que Macera, bien qu’il ait longtemps maintenu son intérêt pour l’histoire et, dans une certaine mesure, son attitude critique et sa capacité à commencer et à développer de façon originale divers sujets, s’est de plus en plus fermé au dialogue et à l’échange de points de vue par des canaux n’étant pas sous son contrôle. Bien que ces circonstances à elles seules n’expliquent pas le fait que son travail soit peu connu et n’ait pas été correctement analysé à sa mort, elles contribuent probablement à expliquer la rare diffusion et compréhension de ses contributions à l’historiographie.

Les débuts de sa carrière ont été de bon augure. Il fut l’un des brillants disciples de Raúl Porras Barrenechea à San Marcos. Au début des années 1960, il s’est rendu à Paris grâce à une bourse de l’UNESCO pour poursuivre des études doctorales. Il a passé beaucoup de temps à lire et à faire des recherches dans les bibliothèques et les archives, avec le projet d’écrire sur de multiples aspects de la relation entre la France et le Pérou. Un programme trop ambitieux et difficile à articuler a été élaboré, allant des premières impressions sur le Pérou dans la littérature française du XVIe au XIXe siècle, à la présence d’entreprises et de capitaux français au Pérou moderne. Le résultat de certaines de ces recherches est l’étude intitulée L’image française du Pérou (Lima, 1976), dont l’introduction commence de manière caractéristique avec la phrase : « Ce livre n’aurait jamais dû être écrit … ». Dans une attitude qui appartient sûrement à une époque très différente de la nôtre, Macera a souligné dans plusieurs de ses essais les doutes et les frustrations qu’il avait au sujet de son propre travail. Il se peut que l’inquiétude qu’il ressentait ait stimulé la prose agitée, pleine d’intuitions et de nouveaux thèmes à explorer qui caractérisent les nombreuses œuvres qu’il a publiées au cours des années 1960, peut-être sa période la plus productive. Ses études sur la littérature, la culture coloniale et l’éducation étaient liées à celles de la génération précédente, mais Macera a donné au traitement de ces sujets un virage plus solidement situé dans un contexte social, exposé dans un style agile et accessible. Bien qu’il ait exploré avec sérieux les questions culturelles et philosophiques sur lesquelles, malgré le passage des années, nous n’avons pas encore de critiques sérieuses, sa contribution la plus remarquable a été dans l’histoire économique. Ses études sur les documents produits par les administrateurs des domaines jésuites ont ouvert des champs que les historiens des générations suivantes ont été encouragés à explorer. L’histoire agricole, dans laquelle il s’est intéressé à la compréhension des mécanismes qui régissaient les régimes de travail et des conditions dans lesquelles la production de sucre et de coton a été menée, est un domaine dans lequel il a également fait certaines de ses contributions les plus originales. Passionné de l’art produit dans les villages andins, il a fait le tour du centre et du sud du pays où il a recueilli des exemples significatifs, dont beaucoup étaient sur le point de disparaître. Il s’est intéressé aux manifestations que nous appelons souvent artisanat, à partir duquel il a formé une collection importante. Ses études sur la peinture murale andine ont considérablement élargi nos connaissances sur des processus culturels si peu documentés dans les archives que la recherche à leur sujet est forcément très difficile.

Macera était connu et apprécié pour dédier beaucoup de son temps à la conversation avec ses collègues et ses étudiants. Sa vaste culture et sa brillante intelligence ont fait de lui un interlocuteur très intéressant. Si ses études regroupées sous la rubrique “théorie” dans son Ouvrage d’histoire (Lima, 1977) semblent aujourd’hui être caduques, ses Conversations avec Jorge Basadre (Lima, 1974) sont un bon exemple de son esprit curieux et de sa volonté de comprendre les manières complexes et compliquées dont l’histoire du Pérou était liée à la vie intellectuelle du XXe siècle. Son refus de discuter des raisons et des conséquences du choix politique répréhensible qu’il a fait dans la dernière partie de sa vie était sans doute l’aveu le plus éloquent d’une culpabilité irréparable.