Informalidad y ciudad en el Perú. Nuevos enfoques ¿Porque no es posible formalizar la informalidad?

Organizadores: Grupo de investigación Urbes-Lab de la UNI

Coordinadores: Grupo de trabajo Informalidades Urbanas del IFEA y el CIDAP

Fecha: Sábado 24 de noviembre de 2018, 4:30-7 p.m.

Lugar: Auditorio de la Fundación Telefónica, Avenida Arequipa 1155, piso 7, Lima 1, Lima

El ingreso al evento es gratuito, previa inscripción en el siguiente link: https://goo.gl/forms/oby2BF0TNfSdWCEb2

El día del evento también podrá inscribiste, recomendamos llegar a partir de las 4:00pm

Programa:
4:30-4:50 // Registro
4:50-5:00 // Apertura
5:00-5:30 // Ponencia. “Informalidad urbana en la era neoliberal ¿Una categoría en crisis?” / MSc. Diana Torres Obregón

5:30-6:30 // Comentarios de panelistas
Panelistas:
Prof. Dr. José Ignacio López Soria
Prof. Dr. Jesús Cosamalón
Dr. Jeremy Robert

Moderador:
Prof. Dr. Wiley Ludeña Urquizo

6:30-6:50 // Debate
6:50-7:00 // Cierre

Foire internationale du livre de Lima (FIL – 2018)

L’IFEA, avec ses nouvelles publications, a été présente lors de la FIL 2018. Cet évènement a également vu la participation de ses partenaires éditeurs lors de la présentation de deux livres et d’un débat.

Le 28 Juillet, la conférence « Les indépendances que nous ne célébrons pas », au sujet du livre « Narra la independencia de tu pueblo : Huacho, Arequipa, Tarapacá », a vu la participation des éditeurs scientifiques Cecilia Méndez (Université de Santa Barbara) et Juan Carlos Estenssoro (Université Sorbonne Nouvelle), ainsi que de Luis Rosado Loarte, gagnant du concours qui fut à l’origine de son essai sur Huacho ; et l’écrivain José Carlos Agüero.

Crédits photo: Jérémy Robert

Le 4 Août a eu lieu la présentation du livre “L’Opéra Chola. Musique populaire en Bolivie et luttes pour l’identité sociale », de Mauricio Sánchez Patzy, évènement organisé par l’Ambassade de Bolivie au Pérou et qui a compté avec les commentaires des historiens Juan Carlos Estenssoro et Gérard Borras.

Le 5 Août a eu lieu la présentation du livre « Ecrits d’Histoire Andine » (tome II) de Pierre Duviols, organisé par la Bibliothèque Nationale du Pérou, co-éditeur de la publication, et a vu la participation de la chef institutionnelle de la BNP, María Emma Mannarelli ; Jérémy Robert (IFEA) ; Pedro Guibovich (PUCP/Universidad del Pacífico) et Juan Carlos Estenssoro (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3).

Crédits photo: Jérémy Robert

Visite du sociologue Danilo Martuccelli

Danilo Martuccelli, professeur de l’Université Paris Descartes, s’est rendu à Lima au mois de juillet pour participer à la table verte “Problématisations de la participation citoyenne”, conférence organisée par l’Instituto de Estudios Peruanos, la Fondation Mohme et l’IFEA.

Sa visite fut aussi l’occasion de réaliser la table ronde « Pourquoi le social est-il devenu personnel ? » dans le cadre des Cafés Citoyens qu’organise l’Ambassade de France au Pérou et l’Alliance Française de Lima.

Au sein de chacun des évènements, Martuccelli a questionné les transformations que vivent nos sociétés, en insistant sur les possibilités qu’offrent les réseaux sociaux en impliquant les individus à niveau personnel dans des thématiques de société, mais aussi en mettant en garde contre les risques de fracturation profonde engendrée par la personnalisation des phénomènes collectifs.

Crédits photo: Ambassade de France au Pérou

Crédits photo: Ambassade de France au Pérou

Activités scientifiques en Équateur

Congrès Yápankam, Colloque Gestion commune des ressources naturelles, Exposition photographique « Nous, sociétés, construisons l’environnement », Café scientifique à Quito

Différents évènements internationaux et interdisciplinaires ont été organisés par l’IFEA et ses partenaires en Equateur durant le premier semestre 2018:

En avril, la visite de Philippe Descola (Collège de France) a suscité l’attention des medias locaux et une importante affluence lors du Café Scientifique « Les défis de l’anthropocène », qui fut organisée par l’Institut et l’Ambassade de France en Equateur.

Lors de cette conférence, Descola a questionné la contribution des sciences sociales afin de mitiger les effets de l’anthropocène et l’engagement des chercheurs en tant que citoyens afin d’y arriver. Pour cela, il a redéfini contextuellement les processus d’adaptation, appropriation (de biens communs) et de représentation.

En avril s’est déroulé le Congrès International d’Anthropologie et Linguistique « Yapánkam : les voix de la recherche en Haute Amazonie équatorienne », qui s’est réalisé à Sevilla don Bosco, en territoire shuar.

Anne-Gaël Bilhaut (IFEA), Crédits photo: GAD Provincial Morona Santiago

L’initiative a été promue par des intellectuels shuars en collaboration avec Anne-Gaël Bilhaut (IFEA) et Grégory Deshoullière (EHESS, London School of Economics) et a permis de générer un dialogue entre les chercheurs français Philippe Descola (Collège de France), Anne Christine Taylor (CNRS, Musée du Quai Branly) et européens spécialistes des cultures et langues shuar et achuar, avec les détenteurs de ce savoir.

Crédits photo: GAD Provincial Morona Santiago

Le congrès, qui a duré deux jours, a réuni à plus de 350 personnes, dont des intellectuels et des représentants shuar, achuar, Kichwa de l’Amazonie équatorienne, chercheurs et étudiants des universités nationales et internationales. L’évènement, considéré par beaucoup de personnes comme historique, a été possible grâce à l’appui de différents institutions comme l’Universidad Politécnica Salesiana, la Préfecture de Morona Santiago; et l’Instituto de idiomas, ciencias y saberes ancestrales et l’Ambassade de France en Equateur.

 

Crédits photo: GAD Provincial Morona Santiago

Par la suite, le 25 avril, le colloque « Gestion commune des ressources naturelles : Territoires, luttes sociales et politiques publiques en Equateur » s’est déroulé grâce à l’appui de la Faculté Latino-américaine de Sciences Sociales (FLASCO) de Quito. L’évènement, organisé par Anne-Gaël Bilhaut (IFEA) et Nasser Rebaï (UMR Prodig), a été caractérisé par une approche pluridisciplinaire centrée sur les trois principales régions du pays (littoral, Andes, Amazonie). Une table ronde en présence des représentants des communautés locales a également permis une vision différente sur la gouvernance des ressources naturelles comme bien commun.

Crédits photo : A-G Bilhaut

Crédits photo : A-G Bilhaut

Pour terminer, en Juin, dans le cadre de la journée de l’environnement, l’exposition « Nous, sociétés, construisons l’environnement » s’est déroulée au sein de l’Ambassade de France à Quito, avec la présentation de photos de quatre pays andins et amazoniens (Pérou, Equateur, Bolivie et Colombie). Conçue et réalisée par l’IFEA, avec l’appui de l’Institut Français, de l’Ambassade de France en Equateur et de la Coopération régionale française pour l’Amérique du Sud, cette exposition a duré près de trois semaines (du 7 au 27 Juin).

Visite à la Serranía La Lindosa, Colombia

Les 7 et 8 Juin derniers une mission archéologique d’exploration s’est déroulée à la Serranía La Lindosa. Le déplacement a commencé par un survol du Parc National de Chiribiquete le 7 Juin au matin où ont participé des chercheurs colombiens et français, entre autres: Ernesto Montenegro (ICANH), Alejandro Olaya (Reserva natural Palmarito), Magdalena Ruiz (Musée de l’Homme), Stephen Rostain (CNRS), André Delpuech (Musée de l’Homme) et Céline Valadeau (IFEA). Florence Panoussian et Guillermo Legaria, journaliste de l’AFP en Colombie, ont également accompagné l’expédition.

Pendant l’après-midi a été organisée une visite de la “Ciudad de Piedras”, des formations géologiques qui présentent à leur base des restes archéologiques qui n’ont pas encore été étudiés, en compagnie d’Andrés López, chercheur de l’ICANH.

Le 8 Juin, l’expédition s’est dirigée en bateau au village de Raudal. Reçus par les habitants de la zone, le groupe s’est dirigé vers une autre formation géologique (tepuy), une montagne bleue avec des murs riches en iconographies où il est possible d’apprécier des peintures rupestres disséminées  sur diverses façades. Les travaux archéologiques constituent une des priorités dans la région, au regard de l’ouverture prochaine du site au public.

La Lindosa Cerro Azul: Ernesto Montenegro (ICANH), Gautier Mignot (Embajador de Francia en Colombia), André Delpuech (Musée de l’Homme), Céline Valadeau (IFEA) y Stéphen Rostain (Archéologue CNRS- ArchAm). / © Florence Panoussian (AFP)

Consultation des photographies prises lors de la visite: https://ifea.hypotheses.org/1389

Colloque Patrimoine et Archéologie en Amazonie

L’IFEA et l’Institut Colombie d’Anthropologie et d’Histoire (ICANH) ont organisé de manière concertée le colloque “Archéologie et patrimoine en Amazonie”, qui s’est déroulé les 5 et 6 juin derniers, en incluant une mission archéologique d’exploration dans la Serranía La Lindosa. Tout cela dans le cadre de la collaboration établie par l’accord bilatéral signé entre les deux institutions en 2017 et qui a comme objectif principal de favoriser les échanges scientifiques de l’ICANH avec les institutions françaises sur des thèmes d’archéologie et de muséologie.

Crédits photo:: C. VALADEAU

L’évènement a permis de rendre visible les recherches réalisées en archéologie amazonienne, particulièrement celles qui concernent la partie occidentale de l’Amazonie. Cette présentation de résultats de recherches récentes a permis d’identifier les points en commun et les manques existants dans ce domaine, avec l’objectif de consolider les associations entre chercheurs et institutions. Des problématiques liées à la conservation de collections et du patrimoine archéologique, tant au sein de musées que sur le terrain, ont été traitées.

Le colloque a vu la participation de Stephen Rostain, chercheur au CNRS, André Delpuech, directeur du Musée de l’Homme, Magdalena Ruiz, archéologue au Musée de l’Homme, Ernesto Montenegro, directeur de l’ICANH, Céline Valadeau, chercheuse à l’IFEA et Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA. L’activité fut rendue possible grâce à l’appui du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Colombie.

Stephen Rostain a inauguré le colloque avec une conférence magistrale modérée par Gaspar Morcote (Université Nationale de Colombie), et Fernando Montejo (Coordinateur du groupe d’Archéologie au sein de l’ICANH), qui ont présenté par la suite les résultats de leurs recherches sur la datation du site de La Lindosa. Virgilio Becerra (Université Nationale de Colombie), spécialiste reconnu de ce site archéologique, a donné ensuite une conférence offrant une approche à une dimension interprétative des iconographies d’art rupestre. A la fin de la journée, Carlos Castaño Uribe (Directeur de la Fondation « Héritage Environnemental Caraïbe »), et unique chercheur à avoir travaillé pour le moment sur le site de Chiribiquete, a présenté ses travaux passés (années 90) et présents.

La seconde journée du colloque a démarré avec la conférence magistrale d’André Delpuech, qui a abordé les problématiques patrimoniales au sein des musées. Magdalena Ruiz, ensuite, a abordé les problèmes de conservation des collections. Leurs conférences ont été modérées par Margarita Reyes (directrice en muséologie de l’ICANH). L’après-midi, Guillermo Muñoz (Universidad pédagogique nationale), du groupe d’investigations spécialisé sur les peintures rupestres (GIPRI) et Judith Trujillo (archéologue), ont présenté leurs travaux en archéométrie sur la constitution de banques de données des iconographies présentes sur les murs des reliefs de l’Amazone.

Cette deuxième journée a été conclue par une visite organisée par le Musée National, guidée par Margarita Reyes (Directrice en Muséologie). Là, les chercheurs ont pu apprécier les collections ethnographiques, les caractéristiques des pièces et des travaux de conservation réalisés dans ce musée situé dans une ancienne prison de Bogotá.

C. VALADEAU

Finalement, des chercheurs français et colombien reconnus ont pu participer à une mission archéologique d’exploration de la Serranía de Lindosa. 

RDV de l’IFEA : Youssef Guenzoui

Dans le cadre des RDV de l’IFEA, Youssef Guenzoui, professeur de l’Université Paris 13, a présenté la conférence: “Un regard français sur les identités culturelles et les prérogatives des communautés au Pérou”, évènement qui s’est déroulé le 13 juin à l’Alliance française de Lima.

Lors de sa présentation, Guenzoui a analysé depuis une vision extérieure (française, européenne), l’impact de la reconnaissance des communautés natives et indigènes sur la construction politique péruvienne pour le système de justice, partant du cas spécifique des Rondas Campesinas de la région de Cajamarca et comparant le cas péruvien avec les demandes des collectivités françaises d’outre-mer, comme la Nouvelle-Calédonie.

Il a relevé la difficulté, tant en droit français comme péruvien, de trouver un équilibre entre d’une part la souveraineté de l’Etat et les prérogatives des communautés, et d’autre part entre les actions dérivées des coutumes et les droits humains.

Crédits photo: K. PACHECO

Café scientifique « Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes »

Dans le cadre de la Journée Mondiale de l’environnement (5 Juin), le Café Scientifique n°13: “Le Droit au service de l’environnement: vers de nouveaux pactes” a été réalisé. Son objectif était de mettre en évidence le rôle du Droit comme outil au service de la protection de la planète, en évoquant à la fois les avancées récentes comme le projet de Pacte Mondial pour l’Environnement, l’Accord Escazú, mais aussi la Loi-cadre sur le changement climatique.

Crédits photo: K.PACHECO

De nombreux spécialistes et acteurs de divers secteurs ont participé à l’évènement, comme Ana Peña Doig, Directrice environnementale au Ministrère des Affaires Etrangères ; Pedro Solano, Directeur Exécutif de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA); Gabriela Ramírez Parco, Professeure du Département Académique de Droit de la PUCP et collaboratrice du INTE-PUCP; et Marco Chevarría Lazo, professeur de l’Escuela de Posgrado de l’Universidad Nacional San Antonio Abad del Cusco.

L’activité fut organisée par l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut Français de Recherche pour le Développement (IRD), l’Institut français d’Etudes Andines (IFEA), l’Agence Française de Développement (AFD) et la Librairie El Virrey, et a pu compter avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères du Pérou, de l’Institut des Sciences Naturelles, Territoires et Energies renouvelables de l’Université Catholique Pontificale du Pérou (INTE-PUCP), et de la Société Péruvienne de Droit Environnemental (SPDA).

Crédits photo: K.PACHECO

Journées des Jeunes Américanistes : « Violences dans les Amériques »

Les 21 et 22 Mai 2018 a eu lieu, à Mexico et à Madrid, la neuvième édition des Journées des Jeunes Américanistes, dont le thème central a été « Violence dans les Amériques ». Organisées par le Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines, la Casa de Velázquez et l’IFEA, avec l’appui de l’Institut des Amériques, l’Université Nationale d’Education à Distance et l’Institut Français d’Amérique Latine, les JJA sont un espace d’échange académique entre jeunes chercheurs d’Amérique Latine et d’Europe.

Les chercheurs de l’IFEA Lucie Miramont (Volontaire International) et Arthur Morenas (coordinateur du pôle à Lima de l’Institut des Amériques) se sont rendus à Mexico afin d’animer l’atelier méthodologique « Comment étudier les violences ? Echange d’expériences de recherche». Avec pour objectif de compléter les discussions thématiques, l’atelier a permis aux chercheurs de partager leurs expériences de recherche, particulièrement au sujet des défis rencontrés au moment de travailler en contexte de violence (physique mais aussi symbolique).

Article d’Arthur Morenas

Crédits photo: Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos

Crédits photo: Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos

 

Mémoires de violence et post-conflit dans des contextes périphériques

En avril dernier le séminaire “Mémoires de violence et post-conflit en contexte périphérique” a eu lieu en Colombie, initiative impulsée par l’IFEA, la Pontificia Universidad Católica del Perú et l’Universidad Nacional de Colombia, avec l’appui de l’Institut Français, la délégation régionale de Coopération pour l’Amérique du Sud et l’Agence Universitaire de la Francophonie.

L’évènement, qui s’est déroulé à la bibliothèque Luis Angel Arango (Banque de la République) et l’Alliance Française de Bogotá-Centre, a réuni de nombreux chercheurs colombiens, péruviens et français, pour aborder la problématique de la production de mémoires de la violence dans la période de post conflit au Pérou et en Colombie.

Le séminaire a duré deux jours et a eu comme principal objectif faire connaître les recherches anthropologiques relatives à la production de mémoires dans un contexte à la fois de post-conflit et d’interculturalité, dans les régions périphériques du Pérou et de la Colombie (Amazonie, zones rurales andines). De plus, une présentation de productions audiovisuelles relatives à cette thématique accompagnées d’un débat avec la participation du public et des réalisateurs a eu lieu.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première partie du séminaire a compté avec la participation de Juan Álvaro Echeverrí, Directeur de l’Institut Amazonien de Recherche (IMANI) de la UNAL ; Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA et Céline Valadeau, chercheuse à l’IFEA, qui ont eu la charge de l’inauguration de l’évènement.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première table ronde « la mémoire et ses expressions matérielles et immatérielles : formes de représentation du passé, construction d’imaginaires pour le futur », a réuni de nombreuses interventions : María Eugenia Ulfe (PUCP), avec une conférence sur les controverses qui traversent actuellement le Pérou, au sujet de l’art symbolique entrant en jeu dans la représentation de la mémoire collective ; Sébastien Jallade (RIDAP), qui a proposé une lecture sur la patrimonialisation des chemins incas (Qhapaq Ñan), présentés comme le résultat d’une politique publique de post conflit péruvien et Anne-Marie Losonczy (Université Libre de Bruxelles), qui a exposé sa recherche « Les morts qui travaillent pour la paix, les formes d’action des morts sanctifiés dans les cimetières urbains colombiens ».

La seconde table ronde, « Mémoire orale, autoreprésentation et ses conséquences héroïques vs victimisation », a réuni les interventions de Valérie Robin (Université Paris V) sur le thème des mémoires et des histoires de vie des anciens membres du mouvement d’autodéfense d’Ayacucho (Pérou), Silvia Romio (PUCP), évoquant les mémoires du Baguazo au travers des souvenirs des manifestants amazoniens (Pérou) et Juan Álvaro Echeverri (UNAL), avec une intervention sur la mémoire des indigènes amazoniens sur l’époque du caucho.

Crédits photo: E. MESCLIER

Le troisième table ronde “Mémoire intime et mémoire institutionnelle. Débats et dynamiques de négociation dans les espaces institutionnels et familiers », a pu compter avec la participation d’Alejandro Castillejo Cuellar (Université UniAndes) avec un réflexion au sujet de l’obtention de témoignages avec l’aide de trois objets : la vérité, le silence et le passé comme scènes transitoires ; Diana Gómez (Universidad UniAndes), qui a évoqué la mémoire profonde et le paysage de souvenirs depuis l’intime jusqu’au public ; et Ángela Santamaría (Universidad Rosario), avec une conférence sur les mémoires subalternes des femmes amazoniennes en période de post conflit colombien.

La deuxième journée a commencé avec la table ronde « Mémoire et oubli. Les formes du silence », au cours de laquelle André Cancinance López (UNAL) a présenté une analyse sur les silences comme pratique de résistance dans les communautés de Putumayo (Colombie) ; Marco Tobón (Université Estadual de Campinas, Brésil) a proposé une réflexion sur les formes perçues de recrutement dans la guérilla des indigènes Murui-Muina en Amazonie ; Myriam Jimeno (UNAL) a donné une conférence sur les narrations émotionnelles post conflit et Vanessa Romo (PUCP), a fait état de son travail sur la théâtralisation de la mémoire du Baguazo chez les Wampis d’Amazonie.

La deuxième table ronde a été destinée à réfléchir sur les “Productions et autoproductions audiovisuelles qui traitent du thème de la mémoire de la violence”, et a réuni les interventions de réalisateurs, chercheurs et journalistes, entre autres: Carlos Duarte (UNAL), Sebastien Jallade (RIPAD), Natalia Orozco (journaliste et cinéaste), Vanessa Romo (PUCP), Maria Isabel Torres (PUCP) et Marta Rodriguez (anthropologue et cinéaste).

En conclusion de l’évènement, les documentaires de Natalia Orozco (El silencio de los fusiles), Sébastien Jallade (Nada queda sino nuestra ternura) et Carlos Duarte et Carlos Cárdenas (Fusiles de madera), ont été projetés dans la salle de Cinéma de l’Alliance française de Bogotá (centre).

Exposition photographique et culturelle en Bolivie

“Le peuple Uru Chipaya, de l’ombre à la lumière”

Durant les mois d’Avril et de Mai, l’exposition anthropologique et photographique « Le peuple Uru-Chipaya, de l’ombre à la lumière » a eu lieu au Musée National d’Ethnographie et de Folklore (MUSEF), fruit du travail du chercheur Xavier Bellenger, anthropologue et photographe associé à l’IFEA.

L’inauguration de l’exposition, réalisée le 20 Avril, a pu compter sur un public nombreux, dont les propres Uru-Chipaya, les représentants et les directeurs des institutions associées comme Elvira Espejo Ayca, directrice du MUSEF, Monsieur Denys Wibaux, Ambassadeur de France en Bolivie, Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA, Filemón Mamani, représentant du peuple Uru-Chipaya, et l’auteur Xavier Bellenger.

Crédits photo: X.BELLENGER

Durant l’évènement, le Président de la Comisión de Naciones y Pueblos Indígenas Originarios, cultura e interculturalidad de la Chambre des Députés a offert à l’IFEA un diplôme de reconnaissance de l’apport à la préservation de l’identité culturelle au sein de l’Etat Plurinational de Bolivie.

L’exposition s’inscrit dans la continuité du travail de la recherche française sur les sociétés andines de l’Altiplano Bolivien réalisée depuis différentes disciplines (anthropologie, linguistique…). Les photographies qui composent l’exposition ont été réalisées par Xavier Bellenger durant un séjour de plusieurs mois à Santa Clara Chipaya en compagnie de l’anthropologue Nathan Wachtel, en 1978.

Le travail réalisé durant l’exposition a également supposé de nouvelles formes de collaboration entre chercheurs et les propres personnes dont la culture est étudiée, grâce à leur participation directe à l’exposition et à la présence de plusieurs représentants uru-chipayas.

Crédits photo: X.BELLENGER

En plus de l’inauguration, Elvira Espejo (MUSEF), Xavier Bellenger, Patrick Riba (Ambassade de France en Bolivie) et Evelyne Mesclier, se sont réunis avec des délégués du peuple uru-chipaya afin d’organiser un éventuel transfert de l’exposition au village de Santa Clara. Ce transfert, qui se réalisera dans les prochains mois, contribuera sûrement à augmenter l’attractivité touristique de la communauté.

Interview à Xavier Bellenger :

 

Cafés Scientifiques en Equateur

Par Anne-Gaël Bilhaut

Depuis janvier 2018, l’IFEA, l’Institut Français de recherche pour le développement (IRD) et l’Alliance Française de Quito ont lancé une série mensuelle d’événements dans le cadre du « Mardi de la connaissance ».

Les cafés scientifiques à Quito ont pour objectif de présenter des questions précises  en SHS et de provoquer des débats et des discussions avec des experts en la matière et cela dans une atmosphère culturelle ouverte/décontractée. Après une courte présentation sur un sujet précis, le public est invité à débattre avec l’exposant.

Des sujets très divers ont été abordés tels que les tremblements de terre et les volcans, la puissance dans la mondialisation et les rêves en l’Amazonie.

Janvier: ¿Qué tan tóxicos son nuestros platos? (Dra. Laurence Maurice, chercheuse à l’IRD)

Février: El sentido de los sueños (Dr. Iván Sandoval Carrión)

Mars:  Soñar en la Amazonía. Antropología de la noche de los Záparas (Anne-Gaël Bilhaut, anthropologue de l’IFEA et Manari Ushigua, représentante du peuple Zapara)

PENSÉES INFLUENTES

La recherche française en sciences humaines et sociales à l’étranger

Évelyne Mesclier, Directrice de l’IFEA, a participé à une journée d’échanges sur la recherche française en Sciences humaines et sociales à l’étranger. L’évènement intitulé « Pensées influentes, la recherche française en sciences humaines et sociales à l’étranger » fut organisé le 14 mars 2018, de façon conjointe, par Le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) et le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS).

Ce fut l’occasion de faire découvrir au grand public les différentes facettes de la diplomatie scientifique à travers le monde, en présentant le réseau des instituts de recherche en sciences humaines et sociales, les UMIFRE.

Deux moments ont marqué le rendez-vous: d’abord le dialogue entre les chercheurs et les diplomates sur des enjeux actuels (migrations Afrique/Europe, gouvernance d’Internet en Asie, lutte contre le trafic de bien culturels au Moyen-Orient, etc.) et ensuite un débat nourri d’approches croisées sur la radicalisation  dans le monde.

Vidéo sur la réseaux des IFRES:

Présentation du livre : Archéométrie études analytiques des matériaux archéologiques

Le 11 mars, a été présenté à Lima le livre : « Archéométrie études analytiques des matériaux archéologiques » une coédition de l’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA), l’Université Bordeaux Montaigne (France) et l’Université de Tarapacá (Chili).  La publication compile différentes techniques de l’archéométrie élémentaires, moléculaires, de datation et d’exploration, ainsi que des études de cas originales, qui sont présentés pour la première fois en espagnol afin d’être accessible aux étudiants et chercheurs américanistes.

Les commentateurs étaient deux spécialistes reconnus: Denise Pozzi-Escot, archéologue péruvienne, directrice du Musée du site de Pachacamac et Christophe Moulherat, directeur des collections au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (Paris, France).  En plus de souligner l’importance de la publication et de citer certains parties de ses chapitres Denise et Christophe ont présenté les progrès que les techniques archéométriques ont permis de réaliser dans leurs centres de travail respectifs.

Vidéoconférence avec Rémy Chapoulie (Crédits photo: K. PACHECO)

Deux coéditeurs de la publication étaient également présents : Rémy Chapoulie, professeur de l’Université Bordeaux Montaigne, qui a participé grâce à une vidéoconférence depuis la France, et Marcela Sepúlveda chercheuse du Laboratoire d’Analyse des Recherche Archéométrique  (LAIA) de la Université de Tarapacá (Chili).

Sont également coéditeurs Nino Del-Solar-Velarde,  archéologue du ministère de la culture et Véronique Wright, ancienne chercheuse associée à l’IFEA, qui partagent les crédits avec renommés chercheurs archéologues, physiciens, chimistes, biologistes et géographes de l’Argentine, le Brésil, le Chili, les Etats-Unis, la France, le Mexique et le Pérou.

Denise Pozzi-Escot, Marcela Sepúlveda et Christophe Moulherat (Crédits photo: K. Pacheco)

 

Presentación de libro

ARQUEOMETRÍA: ESTUDIOS ANALÍTICOS DE MATERIALES ARQUEOLÓGICOS

Rémy Chapoulie, Marcela Sepúlveda, Nino Del-Solar-Velarde, Véronique Wright (eds.)

Fecha y hora: lunes 12 de marzo de 2018 – 19h

Lugar: Sala de cine Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595, Miraflores – Lima)

Participan:

  • Christophe Moulherat, Museo del Quai Branly-Jacques Chirac  (Paris, Francia)
  • Denise Pozzi-Escot, Museo de Sitio de Pachacamac (Lima, Perú)
  • Marcela Sepúlveda, Universidad de Tarapacá (Arica, Chile)

Sobre la publicación:

Este libro constituye una primera recopilación de técnicas arqueométricas elementales, moleculares, de datación y de prospección, además de casos de estudio originales en los cuales la utilización de estos análisis contribuyó con resultados enriquecedores y significativos a la interpretación arqueológica de variadas dimensiones materiales y culturales de sociedades pasadas de América y de Europa. Esperamos que por ser el primer libro de síntesis de estas características, en español, se genere un gran interés entre estudiantes, profesionales e investigadores, en sus variados procesos de formación e investigación, para que en el futuro incorporen estas herramientas y miradas arqueométricas a sus trabajos y a la resolución de sus problemas de estudio.

Los 30 capítulos están estructurados en 3 partes: I) Técnicas, protocolos y aplicaciones; II) Materiales y casos de estudio; y finalmente, III) Técnicas de prospección en Arqueología.

Los autores son destacados investigadores arqueólogos, físicos, químicos, biólogos y geógrafos de Argentina, Brasil, Chile, Estados Unidos, Francia, México y Perú.

Evento en facebook: https://www.facebook.com/events/2116008291960992/