Congrès international: Traditions républicaines : une singularité andine ?

Le congrès international “Traditions républicaines: une singularité andine?”, réalisé à l’occasion des 70 ans de l’IFEA, les 5 et 6 novembre 2018, à la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM), a été organisé par la Faculté en Sciences Sociales de la UNMSM, l’Ecole professionnelle d’Histoire de la UNMSM, le Centre Européen d’Etudes Républicaines, la Casa de Velázquez (programme “Républicanisme”), l’IFEA, l’Ambassade de France au Pérou et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Le comité scientifique était composé de Cristóbal Aljovín de Losada et de Georges Lomné. L’objectif était de penser, à la lumière des dernières avancées historiographiques, la singularité du républicanisme andin en comparaison avec la rupture moins forte qui s’est donnée dans les Caraïbes ou dans le Cône Sud, mais également avec les modèles républicains plus classiques de la zone atlantique.

Le premier jour a commencé avec les mots d’introduction du doyen de la UNMSM, de Monsieur l’Ambassadeur de France au Pérou, de la directrice de l’IFEA et des différents organisateurs du congrès. La première table intitulée « La république avant la République : avancées historiographiques » était constituée d’Olivier Christin (EPHE, CEDRE/PSL) et d’Arnault Skornicki (Paris-Ouest-Nanterre), modérée par José de la Puente Brunke (PUCP).

Inauguration du congrès: Doyen de la UNMSM, Antoine Grassin (Ambassadeur de France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), Cristóbal Aljovín de l’UNMSM et Georges Lomné de l’U. Paris-Est Marne-la-Vallée (organisateurs du congrès) / © R. Perdomo

L’objectif était de comprendre les antécédents du républicanisme, tant à travers les imaginaires politiques que les pratiques, dans l’Ancien Régime, étudiant, entre autres, les premières formes de vote sous la monarchie française.La deuxième table intitulée « Les origines différenciées du républicanisme dans les Andes » était l’occasion de penser la pluralité des manifestations du républicanisme dans les Andes. David Velázquez (UNMSM), Georges Lomné (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et Sergio Mejía (Bogotá, Colombie) se sont exprimés sous la modération de Claudia Rosas (PUCP).

La deuxième journée du congrès s’est ouverte avec la table « Indigènes et République » afin d’analyser la diffusion du républicanisme au sein des indigènes, imprégnés de leurs traditions corporatives et menacés par l’avancée des haciendas. Daniel Morán (UNMSM) a modéré cette table qui était composée de Marilú Soux (Universidad de San Andrés), Pilar Mendieta (Universidad de San Andrés) et Nelson Pereyra (Universidad Nacional San Cristóbal de Huamanga). La dernière table ronde intitulée « Un républicanisme catholique ? » s’est intéressée aux cas équatorien et colombien de républiques catholiques mises en place en réponse à un libéralisme catholique. L’objectif était d’étudier les caractéristiques du conservatisme catholique et sa relation historique avec l’espace atlantique. Cristóbal Aljovín (UNMSM), Carlos Espinosa (Universidad San Francisco de Quito), Juan Carlos Ponce Lupú (UNMSM) et Jordi Canal (EHESS-CRH) se sont exprimés à ce sujet avec la modération d’Armas Asín (Universidad del Pacífico). Noemí Goldman de l’Universidad Nacional de Buenos Aires a clôturé les activités du congrès.

© R.Perdomo

Les forêts comme réserve de vie

L’ANR AMAZ, le GDRI APOCAMO2 (CNRS), l’IFEA, le LAS (Collège de France/EHESS/CNRS), et le LESC-EREA (UPN/CNRS) ont organisé, le 26 octobre 2018 à Lima, une table ronde intitulée “Les forêts comme réserve de vie. Bien commun et droits indigènes à l’ère de l’anthropocène”. L’objectif était d’analyser les défis de la conservation pour la préservation de la biosphère de la planète et des droits indigènes.

Modérée par Florencia Tola (CONICET), la première présentation d’Alexandre Surrallés (EHESS-LAS), après avoir rappelé l’influence capitale de l’Homme sur la nature à l’ère de l’anthropocène, a questionné les responsabilités mutuelles dans la protection du bien commun qu’est l’Amazonie péruvienne, à l’heure de l’avancée inexorable du front pionnier qui atteint des territoires peuplés par des populations indigènes. Entre responsabilité globale, politiques publiques de l’état et participation indigène nécessaire pour la préservation de leur territoire, la gestion du bien commun amazonien semble devoir être partagée.

Alexandre Surrallés (College de France/ EHESS), Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) et Évelyne Mesclier (IFEA) / © K. Pacheco

La deuxième présentation de Danny Pinedo (UNMSM) a questionné les différentes définitions accordées au bien commun amazonien : si pour l’état il relève de l’intérêt national, pour les indigènes il n’est commun que pour les communautés locales, tandis que le monde académique tend à faire perdurer une définition économiciste du bien commun comme étant un bien doté d’une forte rivalité et une exclusivité faible. Il en découle la légitimation de la spoliation des ressources naturelles par l’état tandis que les indigènes tentent de résister face à ces politiques invasives. Oscar Espinosa (PUCP), a, dans un second temps, modéré la présentation de Philippe Erikson (Université Paris-Nanterre, LESC) sur les Chacobos et leur rapport à un territoire où leurs droits ont été violés mais qui demeure, pour leurs défunts, un lieu de joie et d’harmonie. En fin de matinée, Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) s’est penché sur le rapport au territoire des Tanimuca et des Macuna, entre demande de création d’un parc naturel protégé et discours mêlant changement climatique, anthropocène et post conflit réappropriés depuis leurs logiques propres.

L’évènement a repris l’après-midi sous la modération de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC) avec la présentation de Florencia Tola sur les tobas, peuple indigène du Chaco, dont le rapport au territoire, loin de se limiter à un bien commun à préserver pour l’avenir de l’humanité, est plutôt le lieu de rencontre de différentes interrelations, entre indigènes, état, ONG, propriétaires terriens et êtres non-humains, qui possèdent chacun leur vision du territoire, au sein desquelles les tobas s’inscrivent. Peter Larsen (Université de Ginevra, a insisté sur le rôle de l’écologie politique à l’ère de l’anthropocène, et l’importance tant de la cosmologie ancestrale comme par exemple de la promotion d’une politique alternative pour les forêts. Ces deux éléments permettent de comprendre et de repenser les relations entre êtres humains et nature.

Presentation de Carlos Franky (Université Nationale de Colombia, Institut IMANI) / © K. Pacheco

Alexandre Surrallés a modéré les deux dernières présentations. La première, de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS, LESC), a questionné le concept de territoire, d’une part pensé par l’état comme un espace aux frontières intangibles, d’autre part conçu par les indigènes comme un espace ouvert en perpétuel changement. La notion de territoire de l’eau, assez invisibilisée, soulève de nombreuses interrogations, étant pour les familles yaguas un espace à la fois matériel comme spirituel, fait de cités submergées perçues comme le double des cités régionales. La seconde, d’Oscar Espinosa (PUCP), sur une possible « fin de la forêt », remet en question l’idée selon laquelle les indigènes percevraient leur environnement comme auto-suffisant, en insistant sur la progressive incorporation des dangers liés à la pollution ou le réchauffement climatique et la présence de plus en plus rare de certaines ressources naturelles, comme les poissons ou la faune sylvestre.

Séminaire : Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques

L’IFEA, l’École d’Histoire de l’Université National Mayor de San Marcos (UNMSM) et le département du Master en Anthropologie et Anthropologie Visuelle de l’Université Catholique Pontificale du Pérou ont organisé, avec la coordination scientifique de Silvia Romio, un séminaire intitulé “Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques”, les 24 et 25 octobre 2018.

La première journée s’est déroulée à la « Casona » de la San Marcos, dans le centre historique de Lima. La journée a démarré avec des mots d’accueil de la part de Cristóbal Aljovín, directeur du département d’Histoire de la UNMSM, d’Antoine Grassin, ambassadeur du France au Pérou et d’Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.  

Cristóbal Aljovín (UNMSM), Antoine Grassin ( Ambassadeur du France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et Silvia Romio (PUCP/IFEA) / © K. Pacheco

La première table, commentée par Guillermo Nugent (UNMSM), était intitulée « Mémoires, idéologies et lutte armée ». La première intervention concernant l’historicisation de la violence était celle de Pablo Sandoval (UNMSM). Celui-ci a analysé le rôle qu’ont eu les anthropologues de province dans l’émergence du projet intellectuel du Sentier Lumineux. Cette élite universitaire métisse a modifié progressivement ses cadres d’analyse de la réalité péruvienne entre les années 1950 et 1970, passant d’une étude indigéniste et culturaliste à des facteurs d’explication liés à la classe sociale et à la paysannerie, invisibilisant de manière croissante la question raciale. Ponciano Del Pino a proposé une étude du conflit dans son aspect quotidien, afin de comprendre comment les habitants ont pu construire leur vie au jour le jour dans des conditions si extrêmes et les liens contingents qu’ils ont tissé avec la guérilla et qui ont permis son extension, malgré une précarité institutionnelle et militaire que les FARC, par exemple, n’avaient pas. Carlos Camacho (Université Externado, Colombie) a exposé les différentes facettes attribuées au concept de “mémoire” dans le contexte colombien actuel, entre un Uribe usant le terme de “terrorisme” et un Santos parlant plutôt de “conflit armé interne”.

La deuxième table intitulée « Mémoires d’ex-combattants, entre hégémonie et subalternité ? » était commentée par David Velasquez (UNMSM). Camille Boutron (IRSEM-IFEA) a commencé la discussion en présentant une étude comparative du discours des femmes dans la construction de la mémoire au Pérou et en Colombie. Elle démontre à la fois leur instrumentalisation pour construire la mémoire hégémonique, à travers l’usage de la repentance, tout en analysant l’ambiguïté du discours de nouvelles formes de subjectivation. Dynnik Asencios (Institut d’Études Péruviens) a analysé les mémoires construites depuis la prison entre 1992 et 2017. Puis Carla Granados a étudié les discours d’ex-combattants de la guerre contre-terroriste, souvent de jeunes analphabètes pauvres provenant d’Amazonie et des Andes et recrutés de force. Imprégnés d’un fort nationalisme militaire, leur discours patriotique, qui s’exprime particulièrement au sein d’associations auxquelles ils appartiennent, soutient que la guerre a été gagnée grâce à eux.

Guillermo Nugent (UNMSM), Pablo Sandoval (UNMSM) et Ponciano del Pino / © K. Pacheco

La troisième table intitulée « Corps, mots et mémoire. Les mécanismes de transformation sociale en contextes de post-conflit » fut commentée par Anne-Marie Losonczy (EPHE-EHESS-ICANH). Les intervenants étaient Marco Tobón (U de Campinas), Natalí Durand (Université Iberoamericaine Ciudad de Mexico) et Silvia Romio (PUCP-EHESS-IFEA). La journée s’est conclue sur une intervention d’Anne-Marie Losonczy commentée par Pablo Sandoval.

Si cette première journée s’était penchée sur des thématiques historiques et de de mémoires de groupes sociaux, la deuxième journée, qui s’est déroulée dans la Sala de Grados de Sciences Sociales de la PUCP, s’est intéressée à la Commission de la Vérité et à la relation qui pouvait être établie entre Art et Mémoire. La première table « Commission de la Vérité et condition de victime. Héritage et défis pour le post conflit », commentée par Felix Reátegui (IDEHPUCP), était composée de Diana Gómez (Universidad de los Andes), Valérie Robin (IFEA-Paris V), Oscar Espinosa (PUCP) et María Eugenia Ulfe (PUCP).

Finalement la dernière table de l’évènement « Anthropologie, art et mémoire. Regards et réflexions sur le processus de construction d’une mémoire visuelle », commentée par María Eugenia Ulfe (PUCP) et Mauricio Godoy (PUCP), était composée de Vanessa Romo (PUCP), Sébastien Jallade (RIDAP-IFEA), Fernando Valdivia (École du Cinéma Amazonien), José Balado (Docuperú) et María Isabel Torres (PUCP).

Convocatoria becas Legado Lelong en antropología social

FECHA LÍMITE : 15 DE NOVIEMBRE DEL 2018


Organizado por: El Instituto de Ciencias Humanas y Sociales (INSHS) del Centro Nacional de Investigaciones Científicas (CNRS).

Objetivo: Las becas del Legado Lelong para la antropología social se destinan a la financiación de « investigaciones antropológica sobre las culturas de la Amazonia peruana y áreas adyacentes ». Para el año 2018, el Instituto Ciencias Humanas y Sociales del CNRS lanza una convocatoria compuesta de 4 categorías de becas y ayudas:     

  • Categoría 1 – financiación de un contrato (CDS) de investigador de una duración máxima de    un año para un nivel de fin de doctorado o post-doctorado.
  • Categoría 2 –  financiación de gastos de trabajo de campo (doctorando, post-doctorando e investigador)
  • Categoría 3 –  financiación de estancias de jóvenes doctorandos o post-doctorandos extranjeros en un centro de investigación francés.
  • Categoría 4 – financiación de estancias de investigadores extranjeros en un centro de investigación francés.

Télécharger l’appel

Descargar convocatoria

Download call for Proposals

Los bienes comunes en cuestión : Patrimonios, territorios y poderes en los países andinos


Evento Científico organizado en conmemoración de los 70 años del IFEA.

Sobre el evento: ¿Cómo y con qué fines se decide que un idioma, un libro, una institución, un lugar o un recurso físico es importante para la sociedad y debe ser objeto de un trato especial? Para celebrar sus 70 años, el Instituto Francés de Estudios Andinos propone una serie de conversatorios, conferencias y proyecciones de documentales sobre los “bienes comunes” en los países andinos. Especialistas de las Ciencias Humanas y Sociales explorarán con el público las facetas, a veces sorprendentes, de la realidad detrás del concepto.

Lugar: Sala de Cine de la Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595 – Miraflores)

Hora: 9:30 a.m. – 8:00 pm

Organizan:

  • Instituto Francés de Estudios Andinos (IFEA)
  • Embajada de Francia en el Perú
  • Institut Français
  • Cooperación Regional Francesa
  • Alianza Francesa de Lima
  • Institut des Amériques (IDA)
  • Instituto Francés de Investigación para el Desarrollo (IRD)
  • Agence Française de Développement (AFD)
  • Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3
  • Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
  • Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC)