Colloque-atelier du GDRI APOCAMO2

L’évangélisation et les nouvelles religions dans la transformation du panorama politique des peuples indigènes d’Amazonie

Avec les premiers européens qui débarquent dans le Nouveau Monde au départ de la période coloniale, on trouve des missionnaires disposés à propager l’évangile entre les peuples indigènes. Si le catholicisme se prédit depuis le XVI siècle, d’autres églises d’origine et d’inspiration variées se sont implantées plus récemment, surtout dans les dernières décennies. La croissance considérable de ce que l’on appelle « les nouvelles religions » (qu’elles soient de type charismatique, pentecostal, évangélique, autochtones ou autre), et de nouvelles interprétations du propre catholicisme, a suscité une profonde recomposition du paysage politico-religieux dans de nombreuses régions d’Amérique indigène. Ce processus est observable aussi dans la région de l’Amazonie où l’hégémonie du catholicisme traditionnel comme influence religieuse s’est vue affectée par ces formes nouvelles de religiosité. Avec l’objectif de proposer une réflexion sur ces questions et d’autres de l’anthropologie politique de l’Amazonie contemporaine, un colloque-atelier du groupe international APOCAMO2[1]  s’est tenu les 17 et 18 juillet 2017 à l’Université Catholique du Pérou à Lima.

Présentation Jean-Pierre Chaumeil

L’objectif de l’atelier a été d’interroger les effets de ces nouvelles configurations religieuses en constante mutation, sur les pratiques politiques des sociétés indigènes de l’Amazonie andine. Il a cherché à analyser l’énorme créativité dans la combinaison du chamanisme, avec de nouvelles et anciennes religions, et de formes d’action politique, au-delà du simple syncrétisme, suscitant ainsi un certain nombre de questions : Quel a été (est) l’impact de l’évangélisation et des nouveaux mouvements religieux dans la transformation du leadership amérindien d’Amazonie (la figure du dirigeant politique moderne en particulier) ou dans la reconfiguration de ses réseaux d’appui ? Comment penser la relation entre les vieilles et les nouvelles églises (autochtones ou non) avec la pratique chamanique (dans certains endroits caractérisée par une forme de « décadence » ou « marginalisation », alors qu’ailleurs on parle au contraire de « renaissance ») quand on sait que de nombreux chaman (ou considérés comme tels) jouent un rôle politique toujours plus actif aussi bien au niveau local, que régional et national ? Que peut-on dire de la consolidation (ou non) d’un catholicisme ou d’un mouvement évangélique amérindien, qui pose la question fondamentale de la nature de la « conversion » et qui pourrait aussi traduire une recombinaison des adhésions religieuses et politiques amérindiennes ?

Oscar Espinosa (PUCP), Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains) et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France)

Dix communications ont alimenté ces deux journées de travail organisées en deux axes : « la religion et l’impact sur l’organisation sociale et institutionnelle », et « les trames culturelles de la réception missionnaire », sous la direction des organisateurs du colloque-atelier, Jean-Pierre Chaumeil (CNRS-UPO) Oscar Espinosa (PUCP), et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France). Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains), conférencière invitée, initia les discussions à propos de la « Rencontre des Baniwa « croyants » avec les nouvelles Eglises évangéliques brésiliennes et ses répercussions sur la scène religieuse du Alto Río Megro (Amazonas, Brésil) ». L’atelier s’est conclu avec la présentation du dernier livre publié par APOCAMO Política y poder en la Amazonia: Estrategias de los pueblos indígenas en los nuevos escenarios de los países andinos (Bogotá, UNC, 2017).

[1] Grupo de Investigación internacional (GDRI) APOCAMO “Antropología política contemporánea en la Amazonía occidental” (IFEA, CNRS, EHESS, UNAL, PUCP, FLACSO).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *