RDV de l’IFEA – Marie-France Prévôt-Schapira

“Transitions métropolitains et reconfigurations socio-spatiales en Amérique Latine dans le XXI siècle”

L’expansion urbaine, avant orientée vers l’informalité et l’auto construction, est actuellement contrôlée par le capital financier et le marché immobilier. Comment le changement démographique modèle-t-il la phase actuelle de la métropolisation? Quel est l’impact des acteurs du marché dans la production de la ville dans les dynamiques métropolitaines? Que se passe-t-il avec l’ancien schéma centre/périphérie ? Avec l’objectif de débattre de ces questions  d’actualité dans les études urbaines, l’Institut Français d’Études Andines et le Centre de Recherche de l’architecture et de la ville (CIAC) de la PUCP ont reçu Marie-France Prévôt-Schapira, chercheuse de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine – IHEAL – CREDA de l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 (Paris-Francia), qui a présenté la conférence : “Transitions métropolitains et reconfigurations socio-spatiales en Amérique Latine dans le XXI siècle”, le 2 mai dans le cadre des  Rendez-vous de l’IFEA avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et la Pontificia Université Catholique du Pérou.

Marie France Prévôt-Schapira a abordé les phénomènes de transition des villes latino-américaines,  à partir de ses recherches et celles de leurs doctorants, et en dialogue avec l’importante production académique (“Tour de Babel académique” selon l’expression de N. Brenner). Elle a mis l’accent sur les processus de métropolisation et les reconfigurations sociospatiales actuelles des grandes métropoles d’Amérique Latine, dans le cadre d’une mondialisation qui s’organise au tour de la promotion du marché et de la valorisation de l’individu. En insistant sur la dimension spatiale des changements, elle a proposé une réflexion sur les effets de ces processus en termes de fragmentation et d’inégalités.

Le débat s’est appuyé sur les cas contrastés de Mexique DF qui densifie ses zones centrales et de Buenos Aires qui voit sa périphérie s’étendre, pour questionner les compétences des autorités publiques pour réguler/orienter le développement urbaine en face aux promoteurs immobiliers.

Foto: Q, Marchand


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *