De la communauté paysanne à l’enseignement engagé du quechua. Georgina Maldonado : mobilités d’une enseignante péruvienne quechuaphone

La langue quechua n’est pas une langue commerciale, c’est une langue avant tout du cœur, de la vie, du travail”

Georgina Maldonado nispa[1]

Ce billet de blog est un compte rendu de notre table ronde avec l’enseignante de quechua Georgina Maldonado, qui a été tenue à l’Université Paris Cité le 9 avril 2024. Georgina Maldonado est une femme quechuaphone originaire de Colquemarca (Chumbivilcas – Cusco, Pérou). Elle a obtenu une Licence en éducation à l’Université Nationale San Antonio Abad del Cusco. Elle est traductrice et interprète   assermentée par le Ministère de Culture, et a enseigné le quechua dans au sein des universités de Salta (Argentine), Michigan University et Notre Dame (USA), ainsi qu’au Centre de recherche Centro Bartolomé de Las Casas, à l’Instituto Pastoral Andina Cusco (IPA),  dans l’association Cultural Peruano Alemán Región Inka (ACUPARI) ; et a été professeure d’école primaire dans des écoles rurales à Cusco. Georgina Maldonado a également participé, en tant qu’interprète, à des travaux de restitution de chercheur·euse·s, comme avec l’ethnomusicologue Holly Whistler en lien avec un documentaire de National Geographic sur la communauté Q’eros. Enfin, elle a co-écrit deux livres, « Para aprender a viajar así : movilidad en la vida de una mujer quechua » avec l’anthropologue Michael D.Hill en 2021, et « Gramática Quechua » avec Susanne Jakob lequel sera publié en 2024. Maldonado continue avec l’enseignement du quechua et l’accompagnement des chercheur.ses étrangers dans leurs terrains de recherche.

            Notre travail avec la yachachiq[2] Georgina Maldonado dans le cadre de nos recherches doctorales sur le cas péruvien de stérilisations massives[3] d’une part, et sur l’incarcération des femmes à Cusco[4] de l’autre, est essentiel pour nos recherches : en partant des traductions linguistiques, il nous propose un prisme d’analyse essentiel pour nos sujets.


Georgina Maldonado :
  Ñañaykuna, turaykuna. Imaynallam kashankichis. Kusisqachu kashankichis. Qhalillachu kashankichis.[5]

Comment as-tu appris le quechua ? Comment as-tu commencé à l’enseigner ?

Le quechua est ma langue maternelle, toute mon enfance j’ai habité dans ma communauté de naissance qui est quechua. Dans les années 60, ma communauté n’avait pas d’école pour filles. Il y avait juste une école pour garçons. Mais mes parents disaient « c’est avec nous que doit terminer le fait d’être illettré, il faut que nos enfants sortent de ça ». C’est pour cela que ma migration commence à mes 12 ans. C’est dur de migrer, tu sors de ta famille, de ta maison, de ta nourriture, et aussi de ta langue; car tu entends une autre langue. C’était dur, et ça marque et ça fait aimer encore plus ta langue maternelle. C’est comme ça que j’ai fini ma scolarisation et que je suis entrée à l’université. Car je me disais, je ne veux pas que les autres enfants souffrent comme moi avec la migration, je veux devenir professeure, retourner à la communauté, et proposer un enseignement avec une pédagogie qui soit plus philosophique, qui ne répète pas tous les traumatismes produits par le Ministère de l’Éducation.

Ainsi, mon quechua s’alimente de plus en plus. J’ai travaillé 15- ans dans une communauté quechua, et pour moi c’était une richesse. Lorsqu’on travaille dans les communautés, le Ministère ne donne pas des formations pédagogiques ni méthodologiques et oublie que nous enseignons à des enfants quechuas. Alors, en tant qu’enseignante avec une vocation, tu te situes, tu t’identifies, tu t’engages dans la communauté, et tu fais une “éducation heureuse depuis les réalités [sociales] des communautés”. Parallèlement à l’enseignement que je faisais avec les enfants, j’étais en lien avec des prêtres de l’Église progressiste de la Théologie de la Libération. A travers l’Institut de Pastoral Andina (IPA, j’ai étais formé dans l’enseignement des deuxièmes langues.  C’est comme ça que j’ai commencé à enseigner le quechua , et jusqu’à aujourd’hui je continue.

Comment t’es-tu rendu compte que tu pouvais faire du quechua une carrière professionnelle ?

Une partie de ma scolarisation je l’ai fait en jouant, en chantant, heureuse dans ma communauté, tout en quechua. J’ai migré à la ville de Cusco pour finir l’école primaire. Je comprenais l’espagnol mais je ne pouvais pas répondre. Pendant mes années d’école primaire j’ai me suis rendu compte que si je n’apprenais pas l’espagnol, je ne pourrai rien faire. J’ai fait ma secondaire dans une école publique de nonnes espagnoles. Je pensais « sur qui je peux m’appuyer ? Où est ce que je peux entendre une camarade qui parle quechua ? ». Et j’avais une professeure qui nous amenait dans le jardin de l’école chercher des animaux, et un jour elle me demande en espagnol « tu viens d’où ? ». Je lui dis mon lieu de provenance et la nonne me répond « moi je suis d’Espinar », qui se situe dans la même province que la d’où je viens, c’était un endroit familier pour moi. Et ensuite elle me dit « tu parles quechua ? » et on a commencé à parler. C’est là que j’ai commencé à me dire « non, je ne vais pas m’enfermer dans l’idée que tout doit être en espagnol, petit à petit je vais découvrir qu’il y a des gens qui parlent quechua ». Quand je suis entrée à l’université publique, c’était à la faculté de chimie, car je n’avais pas de références professionnelles dans ma famille. Ensuite je me suis dit « Qu’est-ce que je fais là ? Je ne veux pas de ça », et j’ai changé vers la faculté d’éducation. Là j’ai trouvé des camarades qui venaient des provinces, qui parlaient quechua, et j’ai commencé à rendre public le fait que je suis quechuaphone


Gina enseñando. Fuente: Hill & Maldonado (2020: p.  48)

Qui sont tes élèves et quel est leur pays de provenance ?

Mes élèves viennent des sciences sociales et certains sont médecins. Les premières années, c’étaient principalement des étranger·res, et cela était une motivation pour les habitant·es des communautés quechuas qui se disaient « regarde, cet étranger parle quechua ». Alors les jeunes, les familles de Cusco, se disaient aussi « regarde, un états-unien, un français, un suisse, parle quechua, alors nos enfants doivent aussi le parler ». Ça fait partie des avantages de ne pas avoir oublié le quechua, car à travers le quechua je me considère une personne plus cosmopolite, j’ai beaucoup appris de mes étudiant·es, qu’iels soient péruvien·nes ou étranger·es, j’ai eu des bonnes opportunités pour voyager car iels ont partagé mon contact dans leurs universités.

Le fait de ne pas avoir oublié mon quechua, le fait d’avoir continué à m’identifier à ma culture, m’a donné l’opportunité d’aller à l’université de Salta en Argentine, ou à Michigan, là où une ancienne étudiante avait donné mon nom pour qu’on m’invite pour enseigner le quechua. Et c’est ainsi que l’apprentissage du quechua s’est instauré à la Michigan University.

Tu pourrais nous parler de ton engagement envers les luttes sociales et contre les injustices qui affectent les personnes quechuaphones ?

Association de soutien à la syndicalisation des « porteurs »[6] de Cusco

Quand on fait un travail qui naît réellement du cœur, de ta culture, tu cherches des occasions pour redonner ce que tu as appris. En 1985, Jens Meyer, un ami photographe allemand, m’a montré des témoignages des porteurs de Cusco (Cargadores de Soga) en m’indiquant qu’il fallait les traduire.

Les porteurs, monolingues et quechuas, étaient des travailleurs migrant à Cusco,  dormaient dans la rue car ils n’avaient pas de maison en ville, ils mettaient des cartons par terre, aux portes des Églises. Ils mangeaient dans une cantine appelé « comedor de los agachados » (cantine des accroupis). En 1985, les porteurs, avec le soutien de Jens, arrivent à s’organiser en format leur association appelé « Asociación Cargadores Soga del Cusco », mais la société cusquénienne l’avait sousestime, invisibilisé car ils étaient des migrants, quechuaphones, etc. De ce fait, en 1987 Jens Meyer cherche des ami·es avec un fort engagement social, des profesionel·les quechuaphones pour former l’association civile « Gregorio Condori Mamani » (Escalante & Valderrama 2021). L’objectif était de soutenir l’association des porteurs, ainsi nous avons pu demander du financement à l’organisation « Brott für die Welt ». Suite à cela, naît le projet « Maison du porteur » (Casa del Cargador), ayant comme objectif d’obtenir « une vie digne pour les porteurs ». La maison fournissait des services d’hébergement, cantine, et des ateliers de formation en échange d’un paiement symbolique pour éviter que cela devienne un projet d’assistanat. J’ai été la première présidente de l’association « Gregorio Condori Mamani ». En faisant partie de cette association sans fins lucratifs j’ai travaillé avec les porteurs, depuis leurs besoins, depuis leur langue, en me rappelant que quelques années auparavant j’avais aussi été une migrante.

Stérilisations forcées

En 2015 apparaît la campagne étatique « REVIESFO » dans le but de faire un recensement national des victimes de stérilisations forcées. Georgina Maldonado participe à ce moment historique en tant que traductrice des témoignages des victimes.

Dans les années 90, pendant le gouvernement de Fujimori, dans les communautés de tout le Pérou il y a eu lieu les stérilisations forcées des femmes quechuas. Être traductrice et interprète m’a donné l’opportunité de travailler dans les communautés durant le gouvernement de Fujimori dans lequel on a stérilisé sous contrainte des femmes de tout le Pérou. Nous avons reçu leurs témoignages pour que ces femmes stérilisées s’organisent et revendiquent leurs droits. Car stériliser va au-delà d’un problème personnel. Dans le monde andin, lors de la grossesse, lors de la naissance du bébé, nous évacuons les maladies et les maux. Maintenant que les femmes ne peuvent plus avoir d’enfants, elles ont des problèmes avec leurs maris. Car leur mari leur dit « ah toi t’as demandé une stérilisation car tu veux coucher avec Pedro, avec Juan, avec tout le monde ». Ça aussi c’est un grand problème. Maintenant ces femmes ont lancé un procès, elles se sont présentées comme association, comme organisation, pour qu’on leur donne une réparation. Car ce qu’on leur a fait c’est comme une mort, elles ont eu beaucoup de problèmes. Dans les communautés elles sont pointées du doigt « ah ! La stérilisée, la stérilisée ! ». 

Traduction de procès contre des personnes quechuaphones

Mon certificat de traductrice assermentée m’a ouvert les portes du Ministère de la Justice. Là aussi c’est très officiel : ces audiences, avec de super médailles, un juge, des procureurs, on fait sonner une cloche pour commencer l’audience… Et l’accusé·e est là, sans rien comprendre car tout le jugement c’est en espagnol, dans un langage trop formel. On est donc là pour traduire aux accusé·es, à celleux qui sont sortis de prison 40 minutes pour écouter leur audience. Alors, avec la traduction, ces personnes, qui ne savent pas à 100% où en est leur procès, au moins maintenant elles peuvent comprendre 10%. De même, nous, nous pouvons faire un suivi aux autorités, aux juges, aux procureurs. Car plus ils font d’audiences par jour, plus leur salaire est élevé. Nous on se rend compte que ce juge, ou ce procureur, avant l’audience, il n’a même pas lu le dossier de la personne accusée. Ils viennent vite, juste pour dire des formalités. Actuellement, nous les traducteur·rices, les interprètes, nous travaillons individuellement, mais heureusement nous communiquons entre nous, et nous sommes en train de nous organiser pour  pouvoir être plus entendu·es, et faire un suivi aux autorités.

Foto de la mesa redonda (Créditos: Victoria Gallion)

Pour moi il s’agit d’un travail social très difficile car dans beaucoup de cas nous avons les mains liées. Ces réalités ont toujours existé, mais nous ne pouvons pas rester bloquer sur le fait que ça a toujours été comme ça. Il faut changer. Il y a des têtes, des cœurs qui sentent. Car ce n’est pas juste qu’on t’enferme, qu’on t’enlève un organe de ton corps. Ce n’est pas des histoires inventées, ce sont des réalités. Ces personnes existent, elles parlent, seulement elles parlent quechua.

Ce travail social que tu fais c’est une façon de refermer le cercle avec des racines, c’est une façon de retourner à tes racines…

C’est vrai. Moi je me sens engagée dans ces problèmes, ces problèmes sont aussi les miens. Je crois à la phrase « revenir et redonner », car si j’avais oublié ma langue, je serais sortie de ma culture je ne ferais pas partie de ces travaux sociaux, revendicatifs. On dit tout le temps « le quechua est flemmard », dès qu’il y a un problème, même à l’université, peu importe ce qu’il se passait, on entendait « ah, c’est parce qu’il est quechua ». Et ça n’est pas comme ça, les quechuas, nous sommes toustes, notamment dans les communautés, les personnes les plus honnêtes. Si quelqu’un arrive chez nous, on lui donne à manger, un lit pour dormir, de la tendresse, sans penser à « combien on va me donner en échange ». Ces valeurs, ces richesses, qu’il y a dans le monde andin, il ne faut pas les perdre. Car souvent on pense que les gens de la ville, les gens qui parlent espagnol, ou le gens qui parlent anglais, français, ou allemand, sont les meilleurs. Les quechuas aussi doivent sentir qu’ils et elles ont de la valeur. Moi je me situe, je dis « je veux qu’on me connaisse ». Car dans mon village personne ne marchait avec des chaussures aux pieds, et moi je chéri ça : « comme c’est beau, j’ai pu marcher sur l’herbe, sur l’eau, directement ». C’est pas juste que, parce que tu ne portes pas de chaussures, on dise de toi : « celui-là il est pauvre, il est quechua », et tous ces adjectifs négatifs. Et tout cela dans le Pérou même. Du coup, moi, je suis heureuse de ne pas être dans ce cercle qui opprime, et je remercie tous mes élèves. Moi je les célèbre car elles/eux viennent avec une autre vision, en disant « cette culture a de la valeur ». Car des fois dans notre culture andine, une colline, une montagne, ou un autre élément naturel a de la vie,  nous aimons la montagne, nous sommes catholiques mais à travers cette montagne nous reconnaissons Dieu, la Terre, et ce sont donc des valeurs que les générations futures ne doivent pas oublier, il ne faut pas qu’elles oublient.

Auteures :

Rosa Muriel Mestanza García Godos

Doctorante en Sociologie et Genre, LCSP, l’Université Paris-Cité, boursière de l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) en 2022.

Sharie Neira Ríos

Doctorante en Sociologie et Genre, LCSP, l’Université Paris-Cité, rattachée à l’Institut Français d’Études Andines (IFEA) et ancienne coordinatrice du Pôle Andin Lima de l’Institut des Amériques (IdA).

Bibliographie/ Bibliografía :

Hill, M. D., & Maldonado, G. (2020). Para aprender a viajar así: Movilidad en la vida de una mujer quechua. USFQ Press. En ligne sur : https://fondoeditorial.iep.org.pe/producto/para-aprender-a-viajar-asi-movilidad-en-la-vida-de-una-mujer-quechua-ebook/

Q’eros Music: About The Documentary. (s. d.). Consulté 2 mai 2024, à l’adresse http://qerosmusic.com/documentary.php

REVIESFO. (2017, août 31). Archivo PNSRPF. https://1996pnsrpf2000.wordpress.com/reviesfo/

Testino, L. M. G. (1979). Los cargadores siempre morimos andando" La Muerte de Gregorio Condori Mamani (1979). SUR- Boletín Informativo Agrario. https://www.academia.edu/38504919/_Los_cargadores_siempre_morimos_andando_La_Muerte_de_Gregorio_Condori_Mamani_1979_

Valderrama, R., & Escalante, C. (2021 [1977]) Noqaykuq kawsayniyku. Autobiografías de Gregorio Condori Mamani y Asunta Quispe Huamán. Achawata: Lima.


[1] Nispa » en quechua veut dire « être en train de dire 

[2]« Professeure » en quechua

[3] R. Mestanza, « Les effets inatendus des stérilisations massives de femmes indiennes au Pérou des années 90 : Nouvelles mobilisations dans le Pérou (néo) fujimoriste », thèse en cours.

[4] S. Neira, « Colonialité à l’ère de la mondialisation néolibérale : femmes racisées, travail et emprisonnement au Pérou (fin du XXe siècle-début du XXIe », thèse  en cours.

[5] « Mes  sœurs, mes frères, comment allez- vous ? Etes-vous heureux, heureuses ? Est-ce que vous êtes bien ? Est-ce que votre santé va bien ? »

[6] Travailleurs qui sont payés pour porter des affaires et chargements



Citer ce billet
comunicación ifea (2024, 21 mai). De la communauté paysanne à l’enseignement engagé du quechua. Georgina Maldonado : mobilités d’une enseignante péruvienne quechuaphone. IFEA. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ouh

Une réflexion sur « De la communauté paysanne à l’enseignement engagé du quechua. Georgina Maldonado : mobilités d’une enseignante péruvienne quechuaphone »

  1. Ping : Dix billets Hypothèses à lire en juin – Le Carreau de la BULAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.