IN MEMORIAM : JEAN PIEL

L’IFEA s’associe à la peine des proches de Jean Piel, historien, ex pensionnaire de l’Institut, décédé le 20 février 2017.

Jean Piel, né en 1936  à Asnières, a d’abord été boursier de l’École Normale d’Instituteurs de Paris avant d’entrer à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Marxiste, un temps secrétaire national des étudiants communistes, bien que toujours critique vis-à-vis d’un parti qui finalement l’exclura, il passa l’agrégation d’histoire en 1964. Engagé dans la militance anticoloniale, poussé par les conseils de Jean Chesneaux, il orienta rapidement ses travaux vers l’Amérique latine et plus particulièrement vers le rôle des paysanneries dans les révolutions. Jean Piel a rappelé lui-même dans le prologue de sa thèse que, dans le contexte de l’époque, les écrits marxistes insistaient plutôt sur l’importance du prolétariat et des intellectuels. Cependant, dans les pays qu’on commençait à qualifier de Tiers-Monde, les paysanneries semblaient jouer un rôle majeur. Son intérêt pour cette question put pleinement s’exprimer lorsque François Chevalier, alors directeur de l’IFEA, lui proposa un poste de pensionnaire au Pérou.

Jean-Piel (archivo IFEA)

Trois ans passés au Pérou au moment même ou se préparait la réforme

agraire, entre 1965 et 1968, lui permirent de se lancer dans une recherche extrêmement ambitieuse, d’autant que l’information manquait ou était peu accessible : une histoire du latifundisme qui prendrait en compte non seulement les grands domaines mais également leurs travailleurs et dépendants, ouvriers, serfs, descendants d’esclaves…. Dans un contexte mouvementé, il réussit à la fois à accéder aux archives, à rencontrer de nombreux acteurs des transformations en gestation, tant du côté du milieu académique et indigéniste que des guérillas et du syndicalisme, et à explorer les dynamiques en cours sur le terrain[1]. L’ouvrage publié à partir de cette thèse, en deux volumes, a été lu et relu par les générations de chercheurs qui lui ont succédé à l’IFEA. Devenu un classique, il a été publié en espagnol par l’IFEA et l’Université de Salta au milieu des années 1990.

Rentré en France pour rédiger cette thèse grâce à un contrat du CNRS, Jean dut ensuite composer avec les circonstances et, entre autres, devenir coopérant universitaire dans différents pays d’Afrique. Mais il fera néanmoins de fréquents séjours au Pérou, où de nombreux jeunes chercheurs de l’IFEA purent faire sa connaissance dans les années 1980. On le retrouvait également chaque année lors des Andinades que le géographe Olivier Dollfus organisait chez lui à l’occasion du conseil scientifique de l’IFEA.  C’est ensuite en tant que professeur à l’université Paris 7, en compagnie des géographes Olivier Dollfus et Noëlle Demyk, qu’il continua à influencer la recherche sur les Andes, notamment jusqu’à son départ pour le Guatemala en 1992, où il poursuivit ses recherches sur les sociétés locales et régionales.

À son retour en France, Jean Piel a encore dirigé de nombreuses thèses portant pour beaucoup d’entre elles sur les Andes. Quelques-uns de ses anciens étudiants continuent à publier avec l’IFEA, alors que sa voix originale et engagée restera longtemps présente à travers ses propres écrits.

Principales publications de Jean Piel sur les Andes:

Edme, Henri (Jean Piel), « Révolution en Amérique latine ? » Les Temps Modernes, n° 240, mai 1966.

Piel, Jean, « À propos d’un soulèvement rural péruvien au début du vingtième siècle : Tocroyoc (1921) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. XIV, 1967, p. 375-405.

Piel, Jean, Le problème de la terre dans la région du Cuzco à l’époque contemporaine : fin XIXe – début XXe siècle, Paris, Institut des hautes études de l’Amérique la- tine, 1970.

Piel, Jean. “The Place of the Peasantry in the National Life of Peru in the Nineteenth Century”, Past & Present, 46, February n°1, 1970.

Piel, Jean, « Terre, agriculture et société au Pérou, de l’ère du guano au lendemain de la Première Guerre mondiale, ou contribution à l’étude du développement du capitalisme agraire dans un pays en situation néo-coloniale », Thèse de doctorat d’État, Paris, 1974.

Piel, Jean, Capitalisme agraire au Pérou. 1. Originalité de la société agraire péru- vienne au XIXe siècle, Paris, Éditions Anthropos, 1975. Disponible sur : http://books.openedition.org/ifea/1331

Piel, Jean, Capitalisme agraire au Pérou 2, L’essor du néo-latifundisme dans le Pérou républicain, Paris, Éditions Anthropos, 1975.

Piel, Jean, Capitalismo agrario en el Perú, Lima, Buenos Aires, IFEA, Universidad Nacional de Salta, 1995.

ÉVELYNE MESCLIER – Directrice de l’IFEA

[1] Jean Piel décrit ces rencontres dans une entrevue publiée récemment par Carine Chavarochette, et Aurélia Michel « Jean Piel et le court vingtième siècle latino- américaniste », dans Problèmes d’Amérique latine 2014/4 (N° 95), p. 101-120.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *