Muséologie et communautés : un dialogue multidisciplinaire entre Bogota et l’Amazonie colombienne

Par Frédéric Spillemaeker, pensionnaire de l’l IFEA en Colombie

Du 30 mai au 2 juin, l’IFEA a organisé en Colombie l’événement “Muséologie et communautés des périphéries“, composé d’une journée d’études à Bogota, ainsi que d’une mission de coopération scientifique à Mocoa (département du Putumayo), en Amazonie colombienne. Cet événement a été organisé par le responsable de l’antenne colombienne de l’IFEA, Frédéric Spillemaeker, conjointement avec l’Institut Colombien d’anthropologie et d’histoire (ICANH) et le Musée national de Colombie, avec le soutien de l’Ambassade de France et de l’Institut Français, afin d’atteindre trois objectifs : célébrer le renouvellement pour 5 ans de l’accord-cadre entre l’IFEA et l’ICANH, valoriser et approfondir une recherche scientifique d’excellence à l’initiative de l’IFEA et plus particulièrement de son antenne colombienne, explorer de nouvelles pistes de coopération vers des régions périphériques et plus particulièrement en Amazonie.

En premier lieu, il faut rappeler l’importance stratégique de l’accord IFEA-ICANH, qui garantit la possibilité pour les archéologues français d’effectuer des recherches en Colombie, dans la mesure où l’ICANH est l’organisme qui délivre les permis de fouille et dirige les parcs archéologiques dans l’ensemble du territoire national. Afin d’associer cet accord à une réflexion commune, nous avons souhaité travailler avec l’ICANH sur un sujet clé en Amérique latine et plus particulièrement en Colombie : le patrimoine, sa valorisation et son appropriation dans des territoires périphériques, auprès de populations souvent éloignées de la culture institutionnelle. Nous souhaitions ainsi valoriser différentes initiatives remarquables dans ce domaine, dont plusieurs ont bénéficié de l’expertise scientifique ou de la coopération culturelle française.

Sur le plan scientifique nous avons invité des intervenants de différents pays et employant des méthodologies diverses au service d’objectifs communs : valoriser la connaissance du passé ou la réflexion sur des enjeux contemporains tout en impliquant les communautés locales. Ainsi, plusieurs intervenants ont mis en lumière la qualité et le dynamisme de la recherche française en Colombie. Félix Gueguen, doctorant de Sorbonne-Université présenté son exposition participative réalisée avec Alejandra Fonseca, à l’Alliance française de Bogotá, à partir d’une recherche participative avec des personnes déplacées victimes du conflit armé colombien. Par ailleurs Paz Nuñez-Regueiro, directrice des collections Amériques du Musée du Quai Branly-Branly et Julio Condori, directeur du site et du musée archéologique de Tiwanaku en Bolivie, ont évoqué leurs projets communs de contextualisation des collections du musée parisien issues des fouilles sur ce site. Afin de valoriser les résultats des programmes de coopération scientifique ECOS-Nord entre la France et la Colombie, les curatrices Salima Cure et Laura Lema Silva, ont présenté l’exposition « Sanaduria – Tisser les significations plurielles de la paix », aboutissement d’un projet ECOS-Nord associant l’Université de Caen et l’Universidad Nacional de Colombia.

Par ailleurs, Carolina Quintero, Paula Torraldo et Alberto Sarcina ont présenté le parc archéologique de Santa Maria del Darien. Ce site archéologique exceptionnel concerne l’une premières implantations espagnoles en Amérique du Sud. Il est situé dans un territoire marqué par les problématiques migratoires et par la violence. Néanmoins, les archéologues ont réussi à mettre un œuvre un processus d’implication de toutes les populations (Amérindiens, Afrodescendants, colons) et sont ainsi parvenu à la création d’un musée participatif. Ce lieu permet de valoriser à la fois les découvertes archéologiques comme les savoirs des populations sur leur territoire. Des formations en archéologie y sont également dispensées, ce qui permet à certains habitants de s’approprier ce patrimoine en participant aux fouilles.

Fidèle à sa vocation andine, l’IFEA a également tenu à inviter en personne deux chercheurs de premier plan, venus du Pérou et d’Équateur : Edgar Bracamonte (directeur du musée des tombes royales de Sipán au Pérou) et María Isabel Silva Iturralde (directrice du patrimoine de la municipalité de Guayaquil, cofondatrice du musée archéologique de la communauté Agua Blanca), afin qu’ils partagent leur expérience et leur expertise avec nos partenaires colombiens. Ces différentes communications ont mis en lumière les dernières avancées de la recherche scientifique actuelle sur les liens entre patrimoine, muséologie et participation des publics Au vu de la qualité des travaux présentés, il a également été décidé de les publier dans le Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines. Comme l’a relevé Edmond Castell (UNAL) dans sa conclusion, cette journée d’études témoigne de l’émergence d’un nouveau paradigme muséologique sud-américain, de nouvelles manières d’habiter les territoires et de mettre les savoirs en commun.

La journée d’études a remporté un succès notable, grâce au travail conjoint des services de communication des institutions organisatrices, ainsi qu’à l’invitation directe de différentes partenaires, et en particulier des professeurs et des étudiants en muséologie et restauration de différentes universités. Environ 120 personnes (conférenciers et public) ont été présents au cours de la journée, ce qui constitue une réussite pour une manifestation scientifique de cette nature.  La journée a été inaugurée par M. l’Ambassadeur de France, Frédéric Doré, le Directeur du Museo Nacional de Colombia, William López Rosas, la Directrice de l’ICANH, Alhena Caicedo, et par la Directrice de l’IFEA, Aliocha Maldavsky.  La Première Conseillère Sonia Barbry ainsi que la Conseillère de coopération et d’action culturelle, Clarisse Paolini ont également pu échanger à cette occasion avec la Direction du Museo Nacional sur la valorisation actuelle d’une exposition co-financée par la France (El Mochuelo- Montes de María) qui valorise les processus de paix et de résilience culturelle dans une région marquée par le conflit armé, ainsi que sur de futurs de projets. Ainsi, l’échange scientifique s’est accompagné d’une rencontre de haut niveau de la coopération franco-colombienne.

Afin d’explorer de nouvelles pistes de coopération dans des territoires périphériques et historiquement marqués par le conflit armé, nous avons également effectué une mission dans le département du Putumayo, en Amazonie. Notre partenaire, l’ICANH, tenait à nous présenter le musée Suruma : premier musée amazonien du pays. Ce lieu unique à l’architecture ouverte sur une jungle née d’un programme de reforestation, constitue un pôle de recherche et de création unique dans ce territoire, autant qu’un lieu de rencontre des chercheurs avec les acteurs de la société civile. La Directrice de l’IFEA et le responsable de l’antenne colombienne de l’IFEA ont été reçus par l’archéologue de l’ICANH coordinatrice du projet, Margarita Reyes, ainsi que par le Directeur de Corpoamazonia Luis Alexander Mejía Bustos, qui coordonne des initiatives de développement, de préservation du patrimoine et de protection de la biodiversité dans les départements amazoniens de la Colombie.

Le musée Suruma de l’ICANH présente trois points forts qui intéressent la recherche et la coopération française. En premier lieu, il s’agit d’un musée archéologique au cœur de l’Amazonie, qui valorise un patrimoine trop souvent méconnu et qui permet une meilleure connaissance de l’histoire des populations de cette région. Deuxièmement, ce musée valorise également le patrimoine écologique de la région à travers une exposition permanente sur la géographie, la faune et la flore du département. Enfin, les habitants sont intégrés à la conception des expositions ; notamment de l’exposition temporaire « Gentes del Putumayo narran » qui met en valeur les mémoires plurielles du département. Ainsi, nous avons pu rencontrer des membres des communautés amérindiennes impliquées dans ce projet et dans la préservation de la biodiversité locale. Les intervenants que nous avons invités d’Équateur et du Pérou ont également pu partager leur propre expérience muséologique avec la communauté locale.  



Citer ce billet
comunicación ifea (2023, 21 septembre). Muséologie et communautés : un dialogue multidisciplinaire entre Bogota et l’Amazonie colombienne. IFEA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vehh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.