Archéologie à Tambo Colorado (Pérou)

TamboColorado

L’IFEA vient de remporter un appel à projet de la Commission des fouilles du Ministère des Affaires étrangères. Ce projet  sur quatre ans sera dirigé par Véronique Wright, archéomètre et pensionnaire de l’Institut basée à Lima. Il concerne le site de Tambo Colorado situé au sud de Lima.

Tambo Colorado, également connu sous le nom de Pucallacta ou Pucahuasi (de puca qui signifie rouge en quechua), est un site Inca (fin du 14ème siècle – 1532) de la province de Pisco dans la vallée du même nom au sud de Lima au Pérou. Il constitue l’un des sites archéologiques des plus impressionnants de la côte sud du Pérou, avec son architecture de terre crue imposante, son extraordinaire décoration picturale et sa position stratégique sur le Qhapaq Ñan, le grand chemin Inca. Toutes ces caractéristiques sont étroitement liées au rôle qu’a joué ce site dans le processus de la conquête Inca sur la côte. Malgré cette importance, ce complexe ne fut jamais protégé et fut exposé à de nombreux phénomènes qui ont altéré sa conservation. De la même façon, les recherches qui y ont été menées ont toujours été ponctuelles.

Tambo Colorado conserve ainsi des spécificités architectoniques marqueurs de sa splendeur, de son rôle déterminant et stratégique sur la côté sud, au sein d’un processus de conquête extrêmement long et difficile affronté par le plus puissant des empires préhispaniques des Andes.

Le projet de recherche « Tambo Colorado » est un projet transdisciplinaire qui propose de développer des objectifs aussi bien iconographiques, archéométriques, de conservation que de mise en valeur du patrimoine. L’originalité de cette investigation est qu’elle ne débute pas par une « fouille » mais par l’étude et la mise en valeur d’un site en très grande partie découvert et non conservé pour tenter de répondre à plusieurs objectifs principaux :

– la délimitation du site qui reste actuellement très approximative ;

– l’étude de la technologie picturale et la caractérisation des matériaux employés pour résoudre plusieurs interrogations : Quels sont les pigments utilisés, d’où viennent-ils et comment sont-ils préparés ? Qui étaient les artisans qui élaborèrent ces panneaux muraux ? En reconstituant la chaîne opératoire suivie pour élaborer les décors, cette étude analytique permettra d’appréhender les artisans peintres et l’organisation sociale de cette classe artisanale au sein de la société Inca.

– La provenance des matériaux colorants et l’étude de la carrière de pigments qui jouxte le complexe archéologique à 250 m au nord-ouest ;

– le symbolisme des couleurs puisque Tambo Colorado constitue l’un des rares sites Inca où la polychromie murale occupe un rôle si important ;

– l’étude des graffitis qui couvrent la quasi-totalité des surfaces architecturales, certains datant de la fin du 18ème siècle. Or extrêmement peu de recherches ont concerné cette expression artistique singulière sur un site archéologique péruvien. Qu’ils correspondent à des écrits ou des dessins il s’agira de les répertorier en fonction de leur localisation et si possible de leur datation afin d’appréhender l’histoire du site de Tambo Colorado sur des périodes historiques et modernes.

– La conservation car le site de Tambo Colorado n’a jamais fait l’objet d’une conservation des structures architecturales ou des décors polychromes, alors que l’état et la vitesse de dégradation du site ne cessent de croître ;

– la mise en valeur touristique du site actuellement ouvert à la visite alors qu’aucun aménagement destiné au public n’a été réalisé ;

– la mise en valeur sociale, dans un objectif de sensibilisation au patrimoine, mettant en œuvre plusieurs actions impliquant la population locale dans la sauvegarde et la mise en valeur du site de Tambo Colorado.

Grâce à ce projet pluridisciplinaire, nous nous proposons donc de développer les connaissances disponibles sur l’un des plus majestueux sites Incas que peu de recherches ont concerné. D’autre part, de nos jours, l’archéologie ne consiste plus simplement en la réalisation de fouilles mais doit s’envisager indissociable de la conservation / restauration et de l’analyse physico-chimique du patrimoine, thématiques jusqu’alors inexploitées sur ce site et peu développées au Pérou. L’étroite collaboration avec des spécialistes et institutions péruviennes (laboratoires et universités), et l’emploi de nouvelles techniques d’investigation telle l’archéométrie, permettent également à ce projet de s’inscrire dans des problématiques d’investigation prioritaires en France et pour l’Institut Français d’Études Andines, confirmant son intérêt scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.