Vers la réhabilitation du patrimoine de la Vallée du Sondondo, une recherche-action

Par Aliocha Maldavsky, directrice de l’IFEA; Silvia Dana-Echevarria, presidente de l’association Les Amis du Patrimoine et Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA (2016-2020)

Cet article a été initialement publié dans la Lettre d’information – INSHS Nº71, pages. 29-31[1]

La vallée du Sondondo – © Aliocha Maldavsky 202o

Le projet « Valorisation du patrimoine de la vallée de Sondondo », coordonné par l’Institut Français d’Études Andines-IFEA, est né de l’initiative de l’association française Les Amis du Patrimoine, fondée par une diplômée de l’Université Catholique du Pérou, dont l’objectif est de faire connaître à la communauté internationale le patrimoine culturel d’une vallée des Andes. Celle-ci, la “Vallée du Sondondo”, est située dans le centre-sud du Pérou, entre 2500 et 5000 mètres d’altitude, dans les provinces de Lucanas et Sucre, département d’Ayacucho. Six municipalités, Aucará, Cabana, Carmen Salcedo, Huaycahuacho, Chipao et Huacaña sont regroupées dans cette entité qui correspond aux bassins-versants des rivières Sondondo, Negromayo et Mayobamba.

Ayacucho a été l’épicentre du conflit interne qui a embrasé le Pérou dans les années 1980 et 1990, l’affrontement entre un mouvement de guerilla d’inspiration maoïste et l’État faisant des dizaines de milliers de victimes, entre civils et belligérants. Une grande partie de la population de la vallée a alors migré vers la capitale, Lima, ou vers le piémont côtier de la cordillère, en quête de sécurité et de travail. Malgré le retour à la paix, les taux d’émigration restent aujourd’hui élevés chez les jeunes. La principale activité économique est l’agriculture, sur de petites exploitations, avec des débouchés commerciaux limités.

Si l’on pense au sauvetage du patrimoine, c’est qu’il y a danger : de destruction, de disparition, d’oubli. Le signal d’alarme, dans le cas de la vallée du Sondondo, est venu de la société civile. Malgré l’éloignement, les associations de migrants préservent les liens avec leurs localités d’origine, organisant des activités festives dans la capitale en l’honneur de leurs saints patrons, des mini-projets d’œuvres sociales à destination des familles vivant dans la vallée et des initiatives de rénovation des églises. Dans la vallée, la relation au patrimoine se manifeste par des fêtes religieuses, de rites populaires, comme la fête de l’eau Hatun Raymi, ou de danses, comme la Chimaycha, Los Negritos et la danse des Ciseaux, et par l’identification de sites archéologiques dans le paysage, mais aussi des peintures rupestres, comme celles de Paquare. Les rituels contribuent aussi à la vitalité de la langue quechua. Beaucoup de familles appartiennent par ailleurs à des “communautés paysannes”, une institution héritière des communautés indigènes, reconnue par l’État péruvien.

Intérieur de l’église de Cceca – © Aliocha Maldavsky 2020

La Vallée du Sondondo a ainsi pu être identifiée comme un espace d’intérêt patrimonial particulier. L’église d’Aucará a été déclarée patrimoine culturel de la nation par le ministère de la Culture en 2011. En 2019, la Vallée est reconnue comme « itinéraire culturel d’intérêt » par le Ministère du Tourisme et déclarée d’intérêt national par le congrès. Un dossier d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO est en cours de préparation. Cette reconnaissance se fonde sur une appréhension systémique de la Vallée comme « paysage culturel vivant », qui associe des éléments naturels à son anthropisation. En effet, cette zone se caractérise par ses impressionnantes terrasses de culture, ses systèmes complexes d’irrigation, ses villages de réduction d’origine coloniale, avec leurs églises baroques rurales et leurs chapelles. On peut aussi souligner l’ancienneté des vestiges liés à l’élevage de camélidés dans la puna et le nombre et l’importance des sites archéologiques, dans un cadre naturel de montagnes, de lacs et de canyons, qui comprend des points d’observation des condors.

Cependant, la vallée est aujourd’hui mal reliée au reste du territoire national. Des pistes permettent d’accéder à une grande partie des éléments marquants du paysage culturel, mais cet ensemble est mal connu et s’est dégradé plus rapidement pendant et après le conflit armé.

En 2019, pendant la semaine de l’Amérique Latine à Paris, Les Amis du Patrimoine présente l’état de dégradation des peintures coloniales des XVIIe et XVIIIe siècles abritées par l’église d’Aucará. Attaquées par un champignon, ces œuvres, dont « La Virgen del Carmen y Las Almas Penitentes del Purgatorio », étaient en train de disparaître. Une équipe de restauration française part alors mener une opération de sauvegarde de la toile, lors d’un séjour d’un mois, financé grâce à la mobilisation de la collectivité péruvienne et française.

Dans la continuité de cette expédition, l’IFEA et l’association les Amis du Patrimoine ont obtenu l’appui de l’ambassade de France au Pérou pour mettre sur pied un projet de réhabilitation et de sauvegarde du patrimoine de la vallée. Des financements FSPI (Fonds de solidarité pour les projets innovants) et ALIPH (Fondation Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit, qui intervient pour la première fois en Amérique du Sud) ont été obtenus en 2020. Le projet compte sur l’appui du ministère de la Culture péruvien, de l’archevêché d’Ayacucho, d’Icomos-Pérou.

Inauguré le 4 août 2020, le projet vise à récupérer la mémoire collective à travers la conservation des peintures, la réhabilitation des toits des églises, et un travail scientifique en archéologie, histoire et anthropologie, s’appuyant sur l’expérience de la France en matière de conservation et la réhabilitation de monuments historiques sur des bases scientifiques solides. A long et moyen terme, cette réhabilitation patrimoniale peut servir de relais à un développement touristique culturel et avoir des effets économiques.

Soutenu par l’Ambassade de France au Pérou, l’IIFEA coordonne le volet scientifique du projet, ainsi que l’étude des perspectives de valorisation patrimoniale et touristique. L’association Les Amis du Patrimoine mène les actions de protection et de conservation des toiles de l’église d’Aucará, et dirige également la recherche architecturale et la mise en valeur des églises à travers la sauvegarde de leurs toits. Les deux entités collaborent à la définition initiale, aux adaptations du calendrier et aux activités du projet.

Sauvegarde du tableau La Virgen del Carmen y Las Almas Penitentes del Purgatorio – © Munay 2019

Dans ce cadre, la proposition de recherche scientifique de l’IFEA est résolument pluri et interdisciplinaire. Si les églises et leurs tableaux sont au départ du projet, la recherche scientifique s’intéresse en priorité aux populations locales qui les ont construites, ce, dans une perspective archéologique, historique et anthropologique. Les chercheurs entendent retracer l’histoire de ce territoire, en commençant par la configuration ethno-politique des populations qui habitaient la vallée avant l’arrivée des Espagnols, ainsi que par les changements survenus après la première présence hispanique, qui ont reconfiguré les relations culturelles, politiques, économiques, sociales et religieuses, ainsi qu’au milieu physique, du XVIe siècle de notre ère à nos jours. Cela suppose une collaboration étroite entre les disciplines. Les vestiges matériels étudiés par les archéologues doivent permettre d’expliquer le paysage religieux andin, les premiers temples coloniaux de la vallée de Sondondo, ainsi que les vestiges domestiques de la première occupation hispanique de la vallée. Ce matériel archéologique est complété par des recherches inédites dans des archives des communautés paysannes et quatre fonds d’archives paroissiaux présents dans la vallée, en plus des archives nationales et régionales, afin d’établir un diagnostic documentaire. Des ethnographies sur l’organisation socioculturelle et le système de vie communautaire permettront de compléter ces données, en donnant leur place aux récits et histoires transmis par la tradition orale. Enfin, les chercheurs identifieront des circuits potentiels de routes et de chemins pour valoriser le patrimoine et les opportunités de développement touristique : cette information sera rendue accessible par le biais de plates-formes audiovisuelles sur Internet. Les résultats des recherches seront diffusés dans des publications académiques et de vulgarisation auprès des habitants de la vallée de Sondondo et des citoyens en général.

L’association Les Amis du Patrimoine concentre, quant à elle, ses efforts sur la protection du patrimoine architectural, artistique et immatériel des quatorze églises principales de la Vallée du Sondondo, à travers des actions de prévention et de valorisation par les collectivités locales, en lien avec les chercheurs et des experts en architecture et restauration. Pour étudier le patrimoine artistique de la vallée et nourrir l’histoire des toiles coloniales situées dans l’église d’Aucará, un premier inventaire photographique des biens meubles contenus dans chacune de celles-ci a été effectué, qui complétera la recherche historique. Deux groupes de conservateurs provenant de Cuzco et de Lima ont la tâche de stabiliser huit grands tableaux, selon une méthodologie présentée au ministère de la Culture péruvien. Dans une deuxième étape, une équipe française prendra la relève. Avant de commencer des travaux de conservation des toits, l’association est en train d’établir des plans actualisés. Priorité est donnée aux professionnels originaires de la vallée dans la composition des équipes de travail qui effectuent les mesures : cette inclusion des habitants dans la réhabilitation du patrimoine constitue une dimension essentielle du projet. A cette occasion, des ateliers virtuels d’information avec les habitants et les autorités locales ont été menés localement en décembre 2020 et pendant le premier trimestre de 2021, avec la participation de l’IFEA. La forte affluence à ces rencontres montre l’intérêt de la société civile pour ce projet, ainsi que la volonté d’y contribuer concrètement.

Malgré des débuts difficiles en raison de la crise sanitaire, une grande partie des activités prévues ont pu être entreprises. Par prudence, pour ne pas être un vecteur de contagion pour les habitants, les différents acteurs du projet se sont obligés à mener dans un premier temps leurs activités à distance : la reprise des travaux sur le terrain est prévue à partir du 2e trimestre 2021.

Pour l’IFEA, le projet « Valorisation du patrimoine de la vallée de Sondondo » constitue une expérience de projet pluridisciplinaire et de collaboration avec les populations locales, sur la base de financements diversifiés. C’est également une voie fructueuse d’accès à un large public. En effet, à travers la sauvegarde du patrimoine, hérité et légué, l’engagement des individus et des collectivités s’associe à la recherche scientifique, incorporant des objectifs institutionnels, locaux et internationaux, dont on espère des retombées économiques et sociales à moyen et long terme.

L’église de San Francisco de Pampamarca- © Héctor Ascorra 2021

[1] https://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/download-file/lettre_infoINSHS_71.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.