Le droit de manifester pacifiquement en renégociation :

Réflexion sur la grève nationale colombienne d’avril-mai 2021

Par Julie Massal, docteure en sciencie politique et chercheuse de l’IFEA en Colombie

La mobilisation sociale actuelle en Colombie, qualifiée par certains acteurs et observateurs « d’explosion sociale », s’inscrit dans un contexte marqué par la formation d’un débat public visant de plus en plus à définir, délimiter et revendiquer le « droit à la protestation pacifique » (Cruz, 2015). Cela implique nécessairement de définir « ce qu’est une manifestation pacifique » et d’établir « ce que l’on peut faire » (ou non) pour promouvoir les revendications et se faire entendre des autorités. En d’autres termes, ce qui est fondamentalement en jeu, c’est de négocier et d’élargir le répertoire d’actions collectives[1] en vigueur aujourd’hui en Colombie. Les manifestants, depuis les manifestations précédentes comme la grève nationale de 2019, cherchent à obtenir la reconnaissance du droit d’utiliser la protestation disruptive, qui perturbe dans une certaine mesure le fonctionnement de l’ordre social ou institutionnel, mais non violente (Barrera & Hoyos, 2020). Il s’agit d’innover avec des modes d’action qui parviennent à capter l’attention des pouvoirs publics sans déclencher une répression excessive.

Car le niveau de répression de la protestation – ou de  l’opposition politique – en Colombie peut être considéré comme « anormalement élevé » au sein d’un régime démocratique stable ; et cela est observable sous des gouvernements de couleur politique très différente, comme le démontre une étude historique de longue durée au XXe siècle (Gutiérrez, 2014). Il faut rappeler que le régime démocratique colombien a été fondé, de manière très ambivalente, sur une alternance automatique entre les partis majoritaires, les conservateurs et les libéraux, puisque tous les 4 ans, alternativement, ces partis « choisissent » le président, pendant la période dite du Front National (1958-1974) [2] : ce mécanisme a été pensé comme un moyen de mettre fin à la confrontation entre ces partis mais aussi de limiter l’émergence de nouvelles dissidences libérales. C’est précisément l’émergence du leader dissident du parti libéral, Eliecer Gaitán, et son assassinat le 9 avril 1948, qui ont conduit à la période de La Violence (1948-1953), une guerre civile entre partisans conservateurs et libéraux, puis à une brève dictature militaire (1953-1957). Ainsi, bien qu’elle cherche à réinstitutionnaliser le conflit politique, cette alternance bipartite restreint l’espace politique pour les expressions partisanes et sociales de l’opposition, même dans un régime formellement démocratique.

Il convient également de souligner la nature polarisée du débat public, due à l’empreinte laissée par le conflit armé depuis les années 1960 sur la société et la politique colombiennes : le traitement de la dissidence politique, lorsqu’elle s’exprime par le biais de mouvements syndicaux et de partis politiques alignés à gauche[3], a été stigmatisant, car toutes les forces d’opposition sont considérées comme liées à la guérilla armée ou infiltrées par elle. L’expression pacifique d’une opposition politique ou sociale ne bénéficie donc pas d’une représentation politique suffisante et d’un accès garanti au débat public.

Dans ce contexte, le processus de mobilisation actuel, en avril-mai 2021, montre que la marge de négociation du répertoire d’action est encore très étroite pour la population mobilisée. En outre, les possibilités d’élargir cette marge de manœuvre semblent également restreintes. Cela se produit dans un contexte politique très ambivalent : le contexte post-accord de paix, en vigueur grâce à l’accord de paix conclu avec l’ex-guérilla des FARC en 2016, a pu favoriser l’expression pacifique des revendications sociales et politiques, notamment celles des acteurs sociaux reconstitués, comme nous le verrons plus loin. Mais au niveau institutionnel, il n’y a pas eu d’élargissement de la représentation politique : lors des premières élections législatives (mars 2018) post-accord de paix, l’ancienne guérilla des Farc, devenue le parti politique « Force Alternative Révolutionnaire du Commun », a obtenu moins de 1% des voix et son candidat à la présidence a renoncé à se présenter après plusieurs attaques à son encontre pendant la campagne électorale. Les pouvoirs législatif et exécutif restent dominés par les  partis traditionnels. En outre, on observe la persistance de diverses expressions de violence sociale et politique (CCJ-CINEP-INDEPAZ-IEPRI, 2018), y compris contre des acteurs sociaux mobilisés pacifiquement pour promouvoir la paix. Dans ce cadre, la protestation dans l’espace public redéfinit les marges et les conditions de sa légitimité.

Pour mieux le comprendre, nous examinons brièvement certains traits saillants de la protestation, et nous contextualisons le moment où elle se produit, à moyen terme. Nous rappelons également l’éventail des revendications anciennes et actuelles exprimées ainsi que les griefs en suspens. Nous concluons par un appel à développer plusieurs pistes de recherche et de réflexion.

Une mobilisation large, diverse et soutenue dans un contexte socio-politique agité.

La mobilisation sociale en Colombie acquiert une amplitude frappante, en avril-mai 2021, encore plus importante que la mobilisation observée lors de la grève nationale de novembre 2019. Cette grève avait également été considérée comme un jalon historique, uniquement comparable à la grève civique de 1977, une référence fondamentale dans la mémoire des luttes sociales en Colombie[4].

Cette ampleur se manifeste à la fois dans son extension géographique et dans sa diversité sociale. Des marches et d’autres actions (sit-in, blocages de routes) ont été enregistrées dans tout le pays, en particulier à proximité ou à l’intérieur des grandes villes (Bogota, Medellín, Barranquilla) et dans les villes moyennes, avec plus de force dans le sud-ouest de la Colombie, à Cali et Popayán[5]. De multiples secteurs urbains, principalement des jeunes[6], et divers secteurs professionnels, comme les travailleurs du transport, le secteur de la santé (médecins, infirmières), les étudiants et les enseignants des secteurs public et privé, les travailleurs du secteur minier, les paysans, entre autres, se sont exprimés. Ils bénéficient également d’un fort soutien organisationnel de la part d’acteurs tels que la « Minga indígena », originaire du Cauca, qui parcourt le pays en bus et défile dans les centres urbains. Plusieurs de ces acteurs, notamment les porte-paroles de la jeunesse qui rassemblent des jeunes qui n’étudient ni ne travaillent[7], ont fait l’objet d’une attention médiatique plus importante que d’habitude, car leur présence a été considérée comme inédite[8].

Mais la contestation s’est également prolongée dans le temps, depuis plus de cinq semaines maintenant, du 28 avril au début du mois de juin (au moment où ces lignes sont écrites). Les marches (au moins deux fois par semaine) ont été l’un des modes d’action les plus utilisés, dans le cadre de l’appel à la « grève nationale ». Il convient de préciser que le terme « grève nationale » désigne la grève multisectorielle générée par le rejet d’une nouvelle réforme fiscale proposée par l’exécutif au Congrès en avril 2021, qui a initialement catalysé la protestation en raison de son impact sur la classe moyenne, notamment en raison de l’augmentation de la TVA sur les produits alimentaires essentiels. Mais il y a aussi une extrême diversité des modalités d’action collective, car la protestation s’est étendue à la fois géographiquement et socialement. Ces actions comprennent des blocages de routes (par les transporteurs), des sit-in devant diverses institutions publiques ou postes de police ; certains de ces postes ont été réappropriés et transformés en bibliothèques populaires, et en général, il existe une extrême diversité d’activités artistiques pendant ou en marge des marches.

La principale question concernant cette durée est de savoir pourquoi la protestation se prolonge, malgré le retrait de deux réformes clés : le 2 mai, la réforme fiscale a été provisoirement retirée par le gouvernement (une nouvelle version de celle-ci sera proposée au Congrès prochainement), et le 19 mai, une réforme de la santé, peu médiatisée[9] mais critiquée par le secteur de la santé, a également été désapprouvée et mise en attente au Congrès. Même après le retrait de ces propositions de réforme très controversées, la protestation a continué à se renforcer avec de nouvelles grandes marches, notamment les 22 et 25 mai, entre autres parce que la répression des marches pour la plupart pacifiques, depuis le début du mois de mai, a suscité une indignation nationale généralisée. Mais aussi parce que le mécontentement est de plus en plus dirigé contre le Président de la République, la police, ou encore diverses institutions judiciaires (Parquet) et de contrôle du secteur public (Bureau du contrôleur, Bureau du procureur général), jugées trop proches de l’exécutif et pas assez indépendantes.

Ce mécontentement politique et social s’est déjà exprimé lors de la grève nationale de 2019, lorsqu’ont été dénoncées la corruption et les différentes réformes augmentant la flexibilité du travail et réduisant le montant des retraites. Mais il s’aggrave après une année de restriction sévère de l’accès à l’espace public pendant la pandémie de covid19, en raison des mesures de confinement (25 mars-26 août 2020), puis en 2020-2021, de diverses périodes de restriction caractérisées par des couvre-feux ou des quarantaines ponctuelles et localisées dans plusieurs villes. En outre, le mécontentement s’accroît à mesure que la crise sanitaire s’étend ou se prolonge et que la crise socio-économique s’aggrave.

En effet, malgré les mesures souvent drastiques mises en place depuis plus d’un an, la Colombie fait actuellement face au troisième et plus haut pic que le pays n’ait jamais connu, avec plus de 90 000 morts (début juin 2021) sur une population de plus de 48 millions d’habitants. L’impact socio-économique de la lutte contre la pandémie commence également à se faire sentir, notamment l’augmentation drastique du niveau de pauvreté (qui touche aujourd’hui 42,5% de la population) ou d’extrême pauvreté (15% de la population), en l’absence d’un système d’assurance chômage. Le chômage atteint un niveau moyen de 15,9 % fin 2020, mais touche encore plus les jeunes et les femmes. Les dispositifs d’aide sociale mis en place pendant la pandémie pourraient bientôt prendre fin,  alors que se prépare une réouverture économique et sociale complète à partir du 8 juin, malgré la persistance d’un niveau élevé d’infection par le covid19.

Articulation et diversification des acteurs et de leurs demandes 

L’extension de la contestation, malgré le retrait de deux réformes controversées (fiscale et sanitaire), s’explique, à notre avis, par deux facteurs de longue durée  : le premier est la diversification des acteurs qui se sont joints aux différentes actions, et le second, corollaire, est la multitude des griefs qui émergent, révélant au passage l’ampleur de la colère, de la frustration et de la rage exprimées dans les affrontements entre les manifestants et les forces publiques ou dans les slogans sur la démission du président. Il semble donc pertinent d’aborder cette diversité d’acteurs et de doléances, non pas comme un problème de dispersion (comme cela est souvent suggéré), mais bien au contraire, comme le symptôme d’un processus d’articulation d’acteurs sociaux qui ont réussi à promouvoir et à ancrer de nouveaux débats sociaux et politiques tout au long des années 2010, marquées par la négociation de l’accord de paix avec les Farc (2012-2016) et sa mise en œuvre depuis lors (avec toutes ses limites).

En effet, la dernière décennie a été caractérisée par la montée en puissance d’une multitude d’acteurs sociaux locaux et nationaux (pacifistes, écologistes, féministes), mais aussi par la réorganisation d’acteurs historiques tels que les mouvements paysans et étudiants. Les acteurs paysans, en alliance avec divers groupes de population agraires, indigènes et urbains (étudiants, écologistes), ont joué un rôle de premier plan dans la « grève agraire nationale » de 2013-2014, d’où ont émergé de nouveaux processus d’alliance entre secteurs ruraux et urbains, ou entre secteurs productifs et consommateurs (Lalinde, 2019). A son tour, l’alliance entre les étudiants des universités publiques et privées a été favorisée en 2011, en dénonçant conjointement les tentatives de privatisation de l’enseignement supérieur public et en rejetant le coût élevé de l’accès à l’enseignement supérieur. En 2017, la « grève civique » de Buenaventura (sud-ouest, région Pacifique) a également mis en lumière la pauvreté et la violence persistantes dans des régions dépourvues de services de base et d’infrastructures publiques. Lors des manifestations de 2018, les professeurs et les recteurs des universités publiques ont plaidé en faveur d’un budget plus important face à la lourde dette publique dans le secteur de l’éducation, et les étudiants ont réclamé de plus grandes opportunités de carrière et une plus grande mobilité sociale. En 2019, la grève nationale a de nouveau rassemblé une diversité de secteurs étudiants et universitaires en général, mais aussi des syndicats de travailleurs et des représentants des personnes âgées, pour un meilleur accès à l’emploi et contre la corruption, ainsi que divers secteurs mobilisés contre les réformes fiscales, du travail et des retraites. En outre, en 2019, la défense et la promotion du processus de paix, très fragile, ont été notoires parmi de larges secteurs sociaux touchés par la violence sociale et politique, tant contre les leaders sociaux que contre les anciens combattants démobilisés des FARC. Mais la promesse du processus de paix d’ouvrir le spectre politique à de nouveaux acteurs sociaux s’est essoufflée face au peu de progrès dans ce domaine, le Congrès étant considéré comme l’un des principaux responsables de la lenteur des réformes institutionnelles issues de l’accord de paix de 2016. Enfin, l’échec du référendum d’août 2018 sur un ensemble de propositions politiques visant à fortifier la lutte contre la corruption a encore discrédité les partis représentés au niveau législatif et désormais proches de l’exécutif.

Tous ces épisodes de protestation ou de tentatives d’expression du mécontentement par les canaux institutionnels témoignent d’une série de motifs de protestation de la part de divers acteurs qui se sont coordonnés. En raison des retards dans la mise en œuvre du changement institutionnel (point 2 de l’accord de paix), il existe une perte de confiance généralisée dans la parole institutionnelle (tant dans le domaine législatif et exécutif que dans celui de certains organes de contrôle et judiciaires) et une perte d’espoir dans le changement politique que le processus de paix était censé apporter. L’espace pour ouvrir le débat public à des revendications sociales longtemps restées inaudibles reste très étroit. C’est pourquoi la diversité des demandes et des attentes, mais aussi des frustrations, s’exprime dans les manifestations de 2019 et plus encore de 2021.

Aujourd’hui, l’éventail des demandes et des attentes, ainsi que des revendications et des griefs, semble inépuisable. En effet, il existe des plaintes et des griefs aux niveaux politique, social et culturel : dénonciation des violences policières à l’encontre des manifestants, y compris les violences sexuelles à l’encontre des manifestants mineurs ; dénonciation des déclarations ouvertement ou implicitement racistes à l’encontre des populations autochtones par des représentants de partis ou des journalistes, qui les exhortent à « retourner dans leur habitat naturel » et opposent les « autochtones » vivant dans des « réserves » (selon les termes péjoratifs utilisés par certains représentants publics) aux « citoyens » (urbains) ; enfin, il y a également de fortes dénonciations sur la façon dont les manifestants ont été stigmatisés, qualifiés de « vandales » et de « terroristes » par le pouvoir exécutif, et envers la réponse officielle largement répressive.

Mais il y a aussi de multiples demandes et attentes en matière d’emploi ou d’opportunités d’études, par exemple en demandant une réduction du coût des frais d’inscription à l’université ou des intérêts sur les prêts étudiants ; il y a aussi des attentes d’une plus grande protection contre le chômage et l’informalité ou la précarité, en particulier pour les femmes chefs de famille, et il y a donc un débat émergent sur un « revenu de base » pour tous les jeunes sans emploi et les plus pauvres. On assiste également à un débat croissant sur la relation entre la campagne et la ville, car, selon certains observateurs, la situation de pauvreté et de faim est désormais visible dans l’espace urbain, mais aussi la violence traditionnellement subie dans les campagnes. Enfin, on peut souligner une demande croissante d’égalité des sexes, de la part d’acteurs qui dénoncent le fait que la pauvreté et le chômage touchent encore plus les femmes.

Bien que ces questions ne soient pas entièrement nouvelles, elles prennent aujourd’hui une importance inédite dans le débat public[10]. Et, malgré la profusion de questions et de débats qui s’entrecroisent de manière très complexe, dont nous ne mentionnons ici que quelques-uns, l’axe unificateur semble être une revendication centrale : le droit d’utiliser l’espace public pour exprimer ses revendications et son mécontentement, après plus de 12 mois de restriction pendant la pandémie. Et nous pensons qu’il ne s’agit pas seulement d’utiliser l’espace public mais plus fondamentalement encore de se le réapproprier. C’est pourquoi nous devons également nous intéresser à un autre phénomène majeur qui, sur le plan socioculturel et politique, a marqué la grève nationale de mai 2021 : à Cali, Bogota, Manizales, Pasto et Popayán, les statues des conquistadors et des fondateurs des villes[11] ont été renversées, et des rues et avenues ont été rebaptisées, comme l’Avenida Jiménez à La Candelaria (centre historique de Bogota), rebaptisée « Avenue Misak » par le peuple Misak qui a organisé le renversement de la statue de G. Jiménez de Quesada. Ces actes visent également, parmi de nombreuses autres significations qui devront faire l’objet d’une réflexion et d’une analyse plus poussées, à dénoncer la glorification de la Conquête et l’extermination des peuples indigènes, mais ils encouragent également à revendiquer le droit de débattre d’une autre « mémoire historique » et à remettre en question la construction de la nation elle-même, comme le suggère M. Saade[12]. Cela peut également être mis en évidence dans les pétitions locales, par exemple dans le Catatumbo (nord-est de la Colombie) [13].

Par conséquent, on peut considérer que si tant de processus organisationnels et de motifs de protestation prospèrent et se croisent aujourd’hui, dans un panorama encore confus du fait de la profusion des enjeux, cela n’est pas simplement dû à une « explosion » de frustrations – bien que celles-ci soient indéniables – mais à un processus très large et complexe d’articulation des acteurs sociopolitiques et de promotion de nouveaux débats publics qui prennent aujourd’hui une importance incontournable. La diversité des acteurs présents dans la manifestation, plutôt qu’un élément de désunion, est à notre avis un signe de la reconstruction progressive d’un tissu social qui a été déchiré par le conflit armé et la violence sociopolitique qui prévaut encore.

Droit de protestation et redéfinition du répertoire actuel de l’action collective

Dans ce contexte, le fait de renégocier, définir et délimiter le « droit de manifester pacifiquement » (reconnu par l’art. 37 de la Constitution de 1991), acquiert une signification et une portée complexes, à court terme mais aussi à plus long terme, puisqu’il s’agit de garantir à des acteurs sociaux plus diversifiés un accès sûr au débat public et de développer des stratégies pour contenir ou diminuer la répression.

La persistance du conflit armé (principalement dû à la guérilla toujours active de l’Armée de libération nationale (ELN) et à l’expansion des dissidents des Farc) favorise encore l’influence de la doctrine de sécurité nationale (DSN) dans le discours officiel et parmi les forces de l’ordre. La DSN conduit à traiter la protestation comme un élément déstabilisant et subversif, car elle est soupçonnée d’être infiltrée par la guérilla, et est perçue comme nécessairement violente. Cependant, des recherches récentes montrent, au contraire, une diminution du recours à la violence depuis les années 1970, violence qui est aujourd’hui présente dans 4% des actions collectives (Barrera & Hoyos, 2020). En partie à cause de la DSN, la protestation n’est toujours pas conçue comme un phénomène normal au sein d’un régime démocratique, de sorte que la répression vise à rétablir « l’ordre public », comme en témoigne la prééminence de l’Escadron anti-mutineries et désordres (Esmad), qui est au cœur de la réponse des forces de l’ordre. Bien qu’il y ait une remise en question croissante (surtout depuis 2019) de l’utilisation d’armes létales dans la répression, il y a toujours un manque de réglementation des modalités d’utilisation de la force, ce qui entraîne également une tendance à la militarisation de la réponse[14].

Dans ces conditions, négocier des espaces de protestation pacifique et définir les conditions de sa légitimité est le plus grand défi auquel sont confrontés les acteurs sociaux, tant sur le plan politique que judiciaire.  Par exemple, le recours au blocage des routes et autoroutes est une infraction pénale (article 353A du code pénal actuel datant de 2000), mais il s’agit malgré tout d’un mode d’action très répandu, qui génère des affrontements au sein de la population, comme on l’observe de manière récurrente lors des manifestations. Les marches, qui sont le principal mode d’action des grèves nationales, ainsi que le sit-in devant les instances du pouvoir, sont davantage acceptées par la population, mais elles sont aussi réprimées comme en témoigne la réponse aux grèves de 2019 et 2021, parmi de nombreux exemples.

L’analyse de « la marche » comme forme d’action, dans ses dimensions expressives, politiques ou culturelles (Fillieule, 2015), pourrait permettre de comprendre comment se définissent les stratégies des acteurs sociaux face à la répression, que ce soit pour s’y soustraire ou la dénoncer. Parmi la diversité des modalités d’action testées, l’utilisation récurrente de l’art dans les marches se distingue, avec des danses, des marionnettes, des représentations théâtrales et des musiciens, en partie dans le but de décourager la répression, mais aussi pour donner un caractère joyeux à la manifestation, au-delà des revendications. Le succès de cette stratégie devra être mesuré plus clairement. De manière générale, il existe peu de connaissances qualitatives sur les marches, bien que des études plus ciblées sur l’ethnographie de l’action collective commencent à émerger (Aguilar-Forero, 2020 ; Perilla, 2018).

Les limites rencontrées devant la réponse officielle doivent également être évaluées. Si la protestation est traditionnellement réprimée en Colombie, aujourd’hui, la répression évolue et est moins uniforme qu’on ne le croit, bien qu’il y ait encore très peu d’analyses à ce sujet. Il serait pertinent de mieux comprendre, par exemple, comment certains acteurs parviennent à diminuer la répression, ne serait-ce que de manière ponctuelle comme l’ont fait les étudiants en 2011 avec des « marathons de baisers et d’embrassades » avec la police (Cruz, 2015), alors que d’autres acteurs (paysans, jeunes et acteurs des quartiers urbains) font face à des niveaux élevés de répression. Il est également nécessaire d’observer plus en détail les interactions et les négociations sur les modes d’action en usage et leur traduction juridique ou politique (Uprimny & Sánchez, 2010 ; Lalinde, 2019). Cela permettrait de mieux évaluer, à son tour, l’évolution du répertoire de l’action collective, qui fait actuellement l’objet d’une nette redéfinition. Il s’agit donc d’un moment d’inflexion politique décisif, ce qui explique sans doute son caractère éminemment brûlant.

Bibliographie

Aguilar-Forero N. (2020). “Las cuatro co de la acción colectiva juvenil: el caso del paro nacional de Colombia (noviembre 2019-enero2020)”. Análisis Político (UN), enero-abril, nº 98, p. 26-43.

Barrera V. & Hoyos C. (2020). “¿Violenta y desordenada? Análisis de los repertorios de la protesta social en Colombia”. Análisis político (UN),enero-abril,  nº 98, p. 167-190.

Cruz E. (2015). “El derecho a la protesta social en Colombia”. Pensamiento Jurídico (UN) n°42, p. 47-69.

CCJ-IEPRI-CINEP-UN & al. (2018). ¿Cuáles son los patrones? Asesinatos de líderes sociales en el post-acuerdo. Bogotá : http://www.nocheyniebla.org/wp-content/uploads/u1/docs/cuales_son_los_patrones_final.pdf

Fillieule O. (2015). “Estudiar las marchas. Balance y perspectivas a partir de veinte años de investigaciones”. In Combes Hélène, Tamayo Sergio & Voegtli Michael, Pensar y Mirar la protesta, México, CNRS- Conacyt-Red Mexicana de Estudios de movimientos sociales & UAM, p. 39-91.

Fillieule O. (2010). “Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégies d’action”. In Fillieule Olivier, Agrikoliansky Éric &Sommier Isabelle (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, p. 77-99.

Lalinde S. (Ed). (2019). Elogio a la bulla. Protesta y democracia en Colombia, Dejusticia, Documentos 49.

Gutiérrez F. (2014). El orangután con sacoleva. Cien años de democracia y represión en Colombia (1910-2010). Bogotá: IEPRI-UN & Penguin Random House, 1a ed.

Perilla Daza D. (2018). La plebitusa: movilización política de las emociones pos-plebiscito por la paz en Colombia. Maguare, vol. 32, n°2 (jul-dic), p. 153-181.

Uprimny R. & Sánchez Duque L.M. (2010). Derecho penal y protesta social (caso Colombia). En Bertoni E. (Comp.). ¿Es legítima la criminalización de la protesta social? Derecho penal y libertad de expresión en América Latina. Buenos Aires, Universidad de Palermo, p. 47-74.


[1] Le « répertoire d’actions » est traditionnellement défini comme l’éventail des modes d’action disponibles et fréquemment utilisés, à un moment donné et dans un contexte donné, en fonction de la réponse du public. Voir: Fillieule Olivier, « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégies d’action », in Fillieule Olivier, Agrikoliansky Éric &Sommier Isabelle (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, p. 77-99.

[2] Pour une analyse de la démocratie colombienne pendant le « Front national » : Gutiérrez (2014: 95-105).

[3] En particulier l’Union patriotique, un parti issu d’une démobilisation partielle des FARC en 1984, qui a été victime d’un « génocide politique » (entre 3000 et 5000 militants et candidats aux élections ont été assassinés).

[4] Peu de statistiques sont disponibles, mais on peut l’évaluer très superficiellement à environ 2 millions de participants aux principales marches de mai 2021, selon des sources de presse ;  il existe aussi une multitude de modes d’action moins visibles.

[5] « Protestations et explosion sociale : que se passe-t-il à Cali? », Uniperiodico, 11-05-2021: Protestas y estallido social: ¿qué está pasando en Cali? (unal.edu.co)

[6] Le soutien à la population jeune s’exprime dans un large éventail de déclarations et d’actions publiques, comme la marche de la population âgée du 23 mai, appelée « cuchimarcha » (« la marche des vieux »). Plus largement, la grève a enregistré un taux d’approbation de 75% : Leon J., « La grève est un motif d’espoir, selon l’Invamer Poll», La Silla Vacia, 25-05-2021:El paro es un motivo de esperanza, según la Invamer Poll | La Silla Vacía (lasillavacia.com)

[7] « Ni emploi ni éducation, le drame de 27,7% des jeunes », Portafolio, 14-05-2021: Dane reporte situación en Colombia: Ni empleo ni educación, el drama del 27,7% de los jóvenes-en-colombia | Economía | Portafolio

[8] « La Colombie devant une jeunesse touchéee et invisibilisée », Uniperiódico (digital), 27-05-2021:Colombia ante una juventud golpeada e invisibilizada (unal.edu.co)

[9] « La chute de la réforme de la Santé; le nouveau succès des protestations en Colombie »: France24, 19-05-2021: La caída de la reforma a la Salud, el nuevo triunfo de las protestas en Colombia (france24.com)

[10] León J., «  La grève est un motif d’espoir, selon Invamer Poll »,  La Silla Vacia, 25-05-2021:  El paro es un motivo de esperanza, según la Invamer Poll | La Silla Vacía (lasillavacia.com)

[11] Saade M. « Quand les statues tombent : actions publiques pour faire l’histoire », Las 2Orillas, 25-05-2021 : Cuando caen las estatuas: acciones públicas para hacer historia – Las2orillas

[12]  Según M. Saade (op. cit.) : à Popayán, el 16 septembre 2020 la statue de  Sebastián de Belalcázar est mise à bas , tout comme  à Cali, le 28 avril 2021 ; à Manizales, le 1er mai  2021 la statue de Gilberto Alzate Avendaño, politicien conservateur, est mise à bas; à Pasto, le 1er mai 2021 la statue de Antonio Nariño, précurseur de l’Indépendance de la Colombie, tombe et à Bogotá, le 7 mai 2021, c’est celle de  Gonzalo Jiménez de Quesada, fondateur de la ville, qui choit. Excepté à Popayán,  tous ces actes ont eu lieu durant la grève nationale.

[13] « El Catatumbo a aussi son agenda au milieu de la Grève Nationale », Pacifista, 19-05-2021: El Catatumbo también tiene su agenda en medio del Paro Nacional | ¡PACIFISTA!

[14]  Uprimny R., « Le Décret d’assistance militaire de Duque est anticonstitutionnel », La Silla Vacía, 31-05-2021: El decreto de « asistencia militar » de Duque es inconstitucional | La Silla Vacía (lasillavacia.com)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.