Elections présidentielles en Equateur en contexte de crise sociale et sanitaire: une droite affaiblie mais victorieuse

Par Julie Massal, docteure en sciencie politique e chercheuse de l’IFEA en Colombie

Les élections présidentielles des 7 février et 11 avril en Equateur ont présenté un revirement de tendance entre le premier et le second tour ; le premier donnant l’avantage aux divers acteurs de gauche avant que la droite l’emporte au second. On examine ici certains aspects des résultats en les reliant au contexte à court terme, afin d’en discerner quelques enjeux majeurs.

  1. Un premier tour favorable à des acteurs de gauche divisés et en conflit

Au premier tour, le scrutin présidentiel semble illustrer un mouvement en faveur des forces politiques de gauche, avec trois candidats situés à gauche du spectre politique, mais issus de traditions politiques distinctes, et un candidat de droite libérale, qui réunissent plus de 80% du vote, malgré une forte dispersion de l’offre avec 16 candidats au premier tour[1]. Cela semble témoigner d’un effacement complet de la droite[2], avant que le 2e tour ne rebatte les cartes.

Andrés Arauz, le candidat de la tendance « Socialisme du XXI siècle » inspirée par l’ex-président R. Correa (2007-2017) obtient 32.7% des suffrages exprimés ; c’est un peu moins que prévu (il avait 36% d’intentions de vote dans les sondages), mais cela lui octroie une large avance sur ses rivaux. Proche de R. Correa (entretemps jugé et condamné pour corruption), il est considéré comme la continuation de son projet politique, qui suscite de vives oppositions y compris parmi les acteurs sociaux de gauche[3]. Les deux rivaux d’Arauz sont d’une part l’ex banquier Guillermo Lasso, candidat du mouvement « Créer des opportunités » (CREO, droite libérale), et d’autre part Yaku Perez, candidat du mouvement Pachakutik, bras politique de la Confédération des Nationalités Indigènes d’Equateur (CONAIE). Celle-ci joue un rôle majeur lors de la révolte d’octobre 2019 contre l’augmentation du prix des combustibles. Si Yaku Perez n’a pas été le leader de cette révolte, sa candidature a été choisie par Pachakutik, non sans susciter de fortes divisions au sein de la CONAIE, pour représenter une gauche sociale et écologiste d’opposition, éloignée de la gauche Corréiste, à laquelle elle se déclare d’ailleurs ouvertement hostile. Cela tient notamment au fait que Yaku Perez incarne une branche de la « résistance à l’extractivisme » qui a été fortement réprimée, à l’instar de la CONAIE et de nombreux mouvements sociaux, durant le mandat de Correa.

Selon un décompte final, produit après de multiples recours et procédures partielles de recomptage, G. Lasso obtient 19.74% des voix et Y. Perez, 19,38%, soit environ 33 000 voix d’écart (0.35% des votes), et Lasso devient donc le candidat désigné pour affronter Arauz au 2e tour. Mais la droite reste affaiblie, car lors des législatives (qui ont aussi lieu le 7 février), elle obtient moins de 10% des voix, ce qui en fait seulement la 4e force politique. En outre, Lasso obtient de moins bons résultats en 2021 qu’aux scrutins où il s’est présenté auparavant en 2013 et 2017. La droite est reléguée au niveau législatif derrière trois mouvances de gauche : le parti du candidat corréiste, Union pour l’Esperance (Unes) ; Pachakutik, désormais 2e force à l’assemblée[4] et enfin le parti Gauche Démocratique (ID), dont le candidat X. Hervas obtient 15.7% des voix à la présidentielle et qui devient la 3e force politique législative.  Tout semble donc indiquer un net affaiblissement de la droite.

Enfin, l’abstention, annoncée comme très élevée (d’au moins 30%) dans les sondages en raison du contexte sanitaire critique qui pouvait détourner les électeurs du scrutin, n’est finalement « que » de 18%, dans un pays où le vote est obligatoire. Le vote nul atteint 9.6%.

Ainsi, « la gauche » peut sembler en position de force à l’issue du premier tour. Mais en réalité, il existe de forts clivages en son sein, car aussi bien la Gauche Démocratique que Pachakutik et les mouvements sociaux et indiens ainsi qu’une part importante de l’électorat, sont fortement hostiles au candidat corréiste, A. Arauz, ce qui lui donne peu de réserves de voix. Le clivage politique corréiste/anti-corréiste est donc encore bien présent, même si ce n’est pas le seul facteur à prendre en compte pour comprendre le revirement qui se présente au second tour.

2. Un second tour favorable à une droite affaiblie

Le second tour, dont le résultat était annoncé serré à l’approche du scrutin, présente une inversion de l’ordre des favoris, chose rare mais non inédite. En effet, le candidat G. Lasso l’emporte avec 52,36% des suffrages exprimés (soit 4.652.699 voix) contre 47.64% pour A. Arauz (4.232.323 voix), sur un total de 13.1 millions d’électeurs[5]. Cette fois l’abstention est de 20.9% (2.260.957 électeurs) et le taux de votes nuls de 9,6 % au premier tour, passe à 16, 3% (1.757 679 bulletins nuls) au second tour. Le report de voix bénéficie très majoritairement à G. Lasso, qui passe de 19.7% à 52.4% des suffrages, tandis qu’A. Arauz passe de 32.7% à 47.6%.

Cela pose plusieurs questions, auxquelles une analyse plus poussée des résultats devra permettre de répondre. Quel est le réservoir de voix de G. Lasso, notamment parmi les populations indigènes[6] qui n’ont plus de candidat ? Celles-ci ont-elles respecté la consigne électorale de « vote nul idéologique », promue par Pachakutik, mais que certains dirigeants de la CONAIE ont eux-mêmes rejetée ? L’enjeu majeur est donc de savoir si le vote indien est bien la clef du scrutin et surtout du revirement du rapport de force gauche-droite, ce qui suppose de comprendre comment les divisions au sein des acteurs indiens ont pesé sur cet électorat. Car les choix des dirigeants indiens au second tour illustrent une forte hétérogénéité politique et des stratégies concurrentes[7]

Après l’éviction de Yaku Perez, Pachakutik et une partie des instances dirigeantes nationales ou locales de la CONAIE appellent leurs bases au « vote nul idéologique » pour le second tour. Mais, en raison des divisions entre CONAIE et Pachakutik au sujet de la candidature de Perez et de divergences relatives au projet corréiste au sein même de la CONAIE, cette consigne de vote n’est pas acceptée par certains dirigeants de la CONAIE. Son président, Jaime Vargas, l’un des principaux leaders indiens de la révolte d’octobre 2019, se voit expulsé de Pachakutik juste avant le second tour, pour avoir exprimé son appui au candidat corréiste A. Arauz. Mais d’autres dirigeants de la CONAIE, comme Leonidas Iza, également un leader majeur de la révolte d’octobre 2019,  exigent la « sanction » des électeurs indiens qui ne respecteraient pas la consigne électorale du vote nul, dans les régions où la population indigène est supposée acquise à la CONAIE[8]. Les divisions se font aussi sentir via des rapprochements explicites envers G. Lasso : l’ex candidate à la vice-présidence et binôme de Y. Perez, V. Cedeno, a appelé à voter pour lui. Et Y. Perez, connu pour son hostilité marquée à R. Correa, s’était prononcé en faveur de G. Lasso au scrutin présidentiel en 2017. Cette fois-ci, il annule son vote et appelle au respect de cette consigne. Ces positions diverses reflètent la complexité des choix politiques parmi les dirigeants indiens, tant au sein de la CONAIE que de Pachakutik, positions qui elles-mêmes peuvent diverger de celles des électeurs indiens.

C’est pourquoi l’étude des résultats du second tour doit s’inscrire dans une analyse approfondie des clivages politiques au sein des courants de gauche. Ceux-ci sont en effet très hétérogènes et s’opposent, en particulier, sur deux aspects majeurs : en premier lieu, la place de l’Etat et son rôle interventionniste dans l’économie , qui est revendiqué par les pro-Correa et rejeté par Y. Perez ; et en second lieu, le modèle de développement fondé sur l’extraction des ressources, que la gauche corréiste a promu comme un moyen d’obtenir des ressources nécessaires à la lutte contre la pauvreté, mais en réprimant fortement acteurs sociaux et écologistes opposés à ce modèle, représentés par Y. Perez. Le vote pour G. Lasso peut difficilement apparaitre, dans un tel contexte, comme un vote de conviction en faveur de la droite libérale qu’il représente. Certes, il obtient la moitié des suffrages exprimés et bénéficie en majorité du report de voix, mais ce sont « seulement » 4.7 millions de voix sur les 13 millions d’électeurs et 17 millions d’habitants. Et cela se produit dans un contexte de division profonde des gauches et d’affaiblissement de la droite. Contexte marqué aussi au second tour par l’abstention de près de 21% malgré le vote obligatoire, et 16.3% de votes nuls, un taux plus important que d’ordinaire et en forte croissance face au 1er tour.

Le vote Lasso peut représenter un vote sanction envers le camp corréiste qui a, selon certains de leurs dirigeants, « trahi » les populations indiennes en réprimant fortement mouvements indiens et écologistes[9], même si ce mécontentement s’exprime aussi via le vote nul. Mais l’évaluation du vote indien et de son appui à la droite au second tour reste à discuter après une analyse approfondie des reports de voix des électeurs de Yaku Perez. La carte du vote par départements[10] révèle certes un appui à Lasso dans des provinces de la Sierra et d’Amazonie qui avaient soutenu Y. Perez au premier tour, mais ces résultats départementaux doivent être examinés à la lumière des taux d’abstention et de votes nuls, analyse qui permettra d’éclairer les dynamiques locales et nationales du vote indien et son orientation ou non en faveur de la droite libérale, thème pour l’instant au cœur des polémiques[11]

Par ailleurs, il s’agit de comprendre d’autres facteurs du report de vote en faveur de Lasso, puisque le clivage régional semble inversé, comme au premier tour : la Sierra vote majoritairement pour le « banquier de Guayaquil » tandis que la Costa (hormis l’archipel des Galápagos) vote plutôt pour le candidat de Quito. Les ressorts du vote régional semblent donc également en redéfinition.

C’est enfin un scrutin qui a lieu à peine un an et demi après la révolte d’octobre 2019, marquée par le rejet des populations indigènes de la Sierra et des secteurs populaires urbains envers des réformes précarisant l’emploi et accroissant le prix des combustibles. La révolte se solde par des affrontements importants pendant près de 10 jours, laissant plus de 1300 blessés et au moins une dizaine de décès. Cela a pu, selon certains analystes comme F. García (Flacso) faire perdre au mouvement Pachakutik une partie du vote urbain des classes moyennes ou aisées, selon une analyse de la sociologie du vote Pachakutik au premier tour[12]. Ce repli de Pachakutik sur des bases indiennes et populaires diminue sa capacité à incarner le vote contestataire. Le mécontentement des secteurs « anti-Correa », qui ne se sentent plus représentés par Pachakutik, peut favoriser le candidat de la droite libérale. Mais une sociologie du report de vote au second tour est indispensable pour le vérifier.

3. Le contexte socio-économique et sanitaire : enjeux présents et à venir.

L’élection s’est tenue dans un contexte sanitaire critique, encore accentué par un nouveau pic et un reconfinement peu avant le second tour, qui se double d’une forte crise économique et sociale. Malgré un confinement précoce et sévère en mars 2020, l’épidémie a eu des effets dévastateurs, avec plus de 340 000 cas et 17 mille morts recensés (mi-avril 2021), dans un pays de 17 millions d’habitants[13]. Qui plus est, selon de récentes études, le groupe d’âge le plus touché est désormais celui des 20-49 ans (60.5%), suivi du groupe des 50-65 ans (20.3%)[14]. Les effets de la gestion de la pandémie sur la pauvreté, le chômage et le sous-emploi ont été présents dans les débats présidentiels. Le candidat Lasso a axé une grande part de sa campagne sur des promesses d’emplois et des aides aux petites entreprises et aux travailleurs indépendants, en promettant après sa victoire au second tour « des opportunités et la prospérité pour tous ».  

La crise sanitaire et économique ravive aussi les crispations liées aux scandales de corruption qui touchent le camp des pro-Correa ou le gouvernement Moreno. Ce débat sur la corruption se confond désormais avec les enjeux de la campagne de vaccination durant les derniers mois du gouvernement Moreno (2017-2021), qui mène une politique d’austérité fiscale aggravant la précarité de l’emploi et la fragilité du système hospitalier. Or, la campagne de vaccination est encore lente et marquée par la dénonciation de passe-droits, après que le ministre de la santé s’est fait vacciner (ainsi que sa famille) alors que moins de dix mille doses de vaccin étaient arrivées dans le pays, ce qui le contraint à démissionner aussitôt le fait révélé.

Tout cela ne peut qu’aggraver le mécontentement, voire le désespoir, d’une partie importante de la population tant face à ces pratiques que face à l’absence d’une offre politique tournée vers l’avenir ou susceptible d’offrir des réponses concrètes et crédibles aux enjeux immédiats. La crise sociale de 2019, en Equateur mais plus largement dans la région latino-américaine, a rappelé le rôle de mouvements sociaux certes affaiblis mais déterminés à lutter contre les réformes d’inspiration néolibérale ou contre l’usage de l’extractivisme comme (seul) moteur du développement économique. Ces thèmes ont paru singulièrement absents des débats présidentiels en 2021, et l’absence de réponse à ces enjeux ne peut qu’aggraver le vide politique. Le contexte sanitaire préoccupant au Pérou, qui votait pour le premier tour de l’élection présidentielle le 11 avril, ou bien au Brésil, où la pandémie semble hors de contrôle et suscite un mécontentement croissant envers le gouvernement Bolsonaro, ajoute à l’inquiétude face à l’avenir politique andin et latino-américain.


[1] Les résultats des 2 tours sont en ligne : Resultados – Elecciones Generales 2021 (cne.gob.ec)

[2] Celle-ci a pourtant orienté le gouvernement de L. Moreno (2017-2021) : Pablo Ospina , “Ecuador: ¿realmente hay un ‘giro a la derecha’? Del correísmo al morenismo”, Nueva Sociedad, Avril 2019 : http://nuso.org/articulo/ecuador-moreno-correa-elecciones-politica/?fbclid=IwAR1zggus-M1mmAlloyZvGktlQ57Ju4rRNwxbZsqxAsMC4rmw2dxvwRIu5H4

[3] Pour une analyse des clivages politiques au sein des gauches: Frédéric ThomasContretemps, 7 avril 2021 : Équateur : les gauches, l’extractivisme et la transition

[4] El Universo, 9 de febrero, 2021: El movimiento indígena se convierte en segunda fuerza política del Ecuador, duplica y triplica su votación de elecciones pasadas | Política | Noticias | El Universo

[5] Chiffres du Conseil National Electoral (13 avril 2021): Resultados – Elecciones Generales 2021 (cne.gob.ec)

[6] En Equateur, la population autochtone ou indigène est définie par des critères tels que l’usage d’une langue indienne et l’appartenance à des « communautés » ; ces dernières sont elles-mêmes regroupées au sein de « peuples » (Otavalos, Saraguros), qui composent à leur tour des « nationalités » (Quichua par exemple) reconnues par la Constitution en vigueur (2008). La CONAIE est la confédération des organisations qui représentent ces nationalités.

[7] France24, 07-04-2021:Ecuador: presidenciales dividen al movimiento indígena, clave para definir el balotaje (france24.com)

[8] Dans les régions où la Conaie est le mieux ancrée (notamment la Sierra centrale et du sud), elle exerce une sorte de domination symbolique sur les communautés et incite à l’adoption d’un vote collectif et non de choix individuels. La sanction s’exerce sous forme de pression morale ou pécuniaire (via une amende) lorsque la personne ne respecte pas le choix communautaire ou celui de l’organisation présente localement. Les divisions internes de la Conaie entre dirigeants et entre ceux-ci et leurs bases peuvent donc altérer la capacité à exercer cette « domination ».

[9] Cf. l’analyse de M. Moreano Venegas : Antiextractivismo y política radical en Ecuador – Jacobin América Latina (jacobinlat.com) (febrero-2021), ou celle de F. Thomas, op.cit.

[10] Disponible dans l’article suivant : Rafael Correa reconoce victoria de Guillermo Lasso en segunda vuelta: ‘Su éxito será el del Ecuador’ | El Comercio (El Comercio, 12-04-2021)

[11] El Universo, 13 de abril, 2021 : Apoyo de Jaime Vargas a Andrés Arauz y el silencio de Jaime Nebot en campaña ayudaron a Guillermo Lasso a ganar en los sitios donde Yaku Pérez tuvo más votación, aseguran analistas | Política | Noticias | El Universo

[12] Cf. le Webinaire réalisé par l’IFEA, le 15 mars 2021 : Institut français d’etudes andines – YouTube

[13] Paz-Gómez D.M. & Santelices Enríquez M.C (2020). (In)capacidades de política en tiempos de covid-19: comprendiendo las respuestas económicas de Colombia y Ecuador. Análisis Político, IEPRI-UN, nº 100, p. 72-91.

[14] El Universo 11 de abril de 2021 :Casos de coronavirus en Ecuador, al domingo 11 de abril: 346.817 confirmados, 17.293 fallecidos y 183.300 vacunados | Ecuador | Noticias | El Universo


2 réflexions sur « Elections présidentielles en Equateur en contexte de crise sociale et sanitaire: une droite affaiblie mais victorieuse »

  1. Passée la période Correa, qui avait fait naître quelque espoir et favorisé quelques avancées sociales, la politique équatorienne est redevenue ce qu’elle est depuis longtemps : un pataquès désespérant.

  2. Bonjour Julie,
    merci pour ce texte fort intéressant. Juste une remarque en passant : en français, en tout cas dans les milieux de l’anthropologie que je fréquente, le terme “indien” n’est plus utilisé. Pas plus qu’indigène, dont l’équivalent espagnol est fréquemment utilisé, mais qui passe mal de par chez nous. Quitte à passer pour un rabat-joie adepte du politiquement correct, je préconise “autochtone”.
    abrazos,
    Ph.E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.