IN MEMORIAM PABLO MACERA

Par Gabriela Ramos, Cambridge University (UK)

Pablo Macera (1929-2020), l’un des intellectuels les plus importants du Pérou du XXe siècle, était une figure controversée. Bien qu’il eut plus de quatre-vingt-dix ans, sa mort a surpris et a suscité une multitude de commentaires sur des aspects plus que compliqués de sa vie, qui se sont étendus à des jugements sur la valeur de son travail. Son lien avec le « fujimorismo », quand il était impossible d’ignorer ses crimes, a irrémédiablement souillé sa trajectoire. Ceci peut expliquer que certaines des notes les plus éloquentes ayant été écrites à la suite de sa mort ont révélé peu, voire aucune connaissance sur sa contribution dans le domaine de l’histoire. De nombreuses réactions et commentaires ont montré les points sensibles d’un dilemme auquel nous sommes confrontés de temps en temps : pouvons-nous apprécier le travail de quelqu’un qui dans la vie a pris des décisions non seulement mauvaises, mais même condamnables ?

Grâce à ses écrits, à son rôle à l’université et à ses opinions souvent provocatrices sur la politique et l’histoire du Pérou, Macera a été une présence notable pendant plusieurs décennies. Tandis que la mémoire a gardé quelque phrase lapidaire sur la société péruvienne, récupérée dans une interview journalistique, ses contributions à la recherche sont un peu moins connues du public. Macera a dévoilé certaines de ses recherches les plus importantes, en particulier dans des revues nationales, dont plusieurs ont été publiées par l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos. Des années plus tard, des entités étatiques telles que l’Institut national de la culture et le Fond éditorial du Congrès de la République ont publié des compilations de ces œuvres. Lorsqu’il a créé et est devenu directeur du Séminaire d’histoire rurale des Andes à San Marcos, Macera a choisi pendant des années de publier des essais et surtout des sources documentaires dans un format très précaire et avec une diffusion assez limitée.

Il semblerait donc que Macera, bien qu’il ait longtemps maintenu son intérêt pour l’histoire et, dans une certaine mesure, son attitude critique et sa capacité à commencer et à développer de façon originale divers sujets, s’est de plus en plus fermé au dialogue et à l’échange de points de vue par des canaux n’étant pas sous son contrôle. Bien que ces circonstances à elles seules n’expliquent pas le fait que son travail soit peu connu et n’ait pas été correctement analysé à sa mort, elles contribuent probablement à expliquer la rare diffusion et compréhension de ses contributions à l’historiographie.

Les débuts de sa carrière ont été de bon augure. Il fut l’un des brillants disciples de Raúl Porras Barrenechea à San Marcos. Au début des années 1960, il s’est rendu à Paris grâce à une bourse de l’UNESCO pour poursuivre des études doctorales. Il a passé beaucoup de temps à lire et à faire des recherches dans les bibliothèques et les archives, avec le projet d’écrire sur de multiples aspects de la relation entre la France et le Pérou. Un programme trop ambitieux et difficile à articuler a été élaboré, allant des premières impressions sur le Pérou dans la littérature française du XVIe au XIXe siècle, à la présence d’entreprises et de capitaux français au Pérou moderne. Le résultat de certaines de ces recherches est l’étude intitulée L’image française du Pérou (Lima, 1976), dont l’introduction commence de manière caractéristique avec la phrase : « Ce livre n’aurait jamais dû être écrit … ». Dans une attitude qui appartient sûrement à une époque très différente de la nôtre, Macera a souligné dans plusieurs de ses essais les doutes et les frustrations qu’il avait au sujet de son propre travail. Il se peut que l’inquiétude qu’il ressentait ait stimulé la prose agitée, pleine d’intuitions et de nouveaux thèmes à explorer qui caractérisent les nombreuses œuvres qu’il a publiées au cours des années 1960, peut-être sa période la plus productive. Ses études sur la littérature, la culture coloniale et l’éducation étaient liées à celles de la génération précédente, mais Macera a donné au traitement de ces sujets un virage plus solidement situé dans un contexte social, exposé dans un style agile et accessible. Bien qu’il ait exploré avec sérieux les questions culturelles et philosophiques sur lesquelles, malgré le passage des années, nous n’avons pas encore de critiques sérieuses, sa contribution la plus remarquable a été dans l’histoire économique. Ses études sur les documents produits par les administrateurs des domaines jésuites ont ouvert des champs que les historiens des générations suivantes ont été encouragés à explorer. L’histoire agricole, dans laquelle il s’est intéressé à la compréhension des mécanismes qui régissaient les régimes de travail et des conditions dans lesquelles la production de sucre et de coton a été menée, est un domaine dans lequel il a également fait certaines de ses contributions les plus originales. Passionné de l’art produit dans les villages andins, il a fait le tour du centre et du sud du pays où il a recueilli des exemples significatifs, dont beaucoup étaient sur le point de disparaître. Il s’est intéressé aux manifestations que nous appelons souvent artisanat, à partir duquel il a formé une collection importante. Ses études sur la peinture murale andine ont considérablement élargi nos connaissances sur des processus culturels si peu documentés dans les archives que la recherche à leur sujet est forcément très difficile.

Macera était connu et apprécié pour dédier beaucoup de son temps à la conversation avec ses collègues et ses étudiants. Sa vaste culture et sa brillante intelligence ont fait de lui un interlocuteur très intéressant. Si ses études regroupées sous la rubrique « théorie » dans son Ouvrage d’histoire (Lima, 1977) semblent aujourd’hui être caduques, ses Conversations avec Jorge Basadre (Lima, 1974) sont un bon exemple de son esprit curieux et de sa volonté de comprendre les manières complexes et compliquées dont l’histoire du Pérou était liée à la vie intellectuelle du XXe siècle. Son refus de discuter des raisons et des conséquences du choix politique répréhensible qu’il a fait dans la dernière partie de sa vie était sans doute l’aveu le plus éloquent d’une culpabilité irréparable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.