Présentation du livre : Derecho a la ciudad. Una evocación de las transformaciones urbanas en América Latina.

Manuel Dammert Guardia et Fernando Carrión (éds.), Lima. CLACSO– FLACSO-Ecuador, IFEA, 2019, IFEA, 2019

Le 3 mars 2020, l’IFEA a organisé à l’Alliance Française de Lima (Miraflores) la présentation du livre Derecho a la ciudad. Una evocación de las transformaciones urbanas en América Latina, en présence de ses deux coéditeurs scientifiques, Manuel Dammert-Guardia, professeur à la PUCP à Lima et Fernando Carrión Mena, chercheur à la FLACSO à Quito.

Gustavo Riofrío (DESCO) a commenté l’ouvrage ; Marisa Glave (ancien membre du Congrès et conseillère municipale de la ville de Lima) devait également participer, mais des raisons personnelles l’en ont empêchée.

La présentation a souligné l’importance fondamentale du concept de « droit à la ville » pour comprendre la situation d’une ville comme Lima. Avec la pandémie qui se profilait, toute l’urgence de cette réflexion a été largement perçue par le public, venu en nombre.

Gustavo Riofrío a commencé sa présentation en citant un texte publié par Alfredo Rodríguez dans DESCO il y a 50 ans. La description des bidonvilles de Lima, en ce qui concerne la violence quotidienne, le manque de savon dans les hôpitaux et l’absence d’eau, ne serait pas très différente aujourd’hui, a-t-il conclu. À partir de ce constat, Gustavo Riofrío a développé une réflexion sur ce que signifie le « droit à la ville ». Il a souligné que le livre a été conçu à la suite d’un colloque ayant réuni les auteurs à Lima en 2014. Cependant, nous sommes en 2020 et d’autres avancées ont été réalisées : par exemple, on connaît de mieux en mieux le concept de « néolibéralisme », qui ne devrait pas être utilisé comme un simple adjectif.

© C. Quinquis (IFEA)

La question que Gustavo Riofrío pose aux auteurs est : comment le processus de production de la ville s’articule-t-il avec les acteurs ? Comment transformer ce processus ? Selon lui, il serait intéressant que les sociologues soulèvent ces deux points. La question des inégalités d’accès à la santé, abordée par Jérémy Robert, nous renvoie à une « Année d’Universalisation de la Santé » durant laquelle le budget n’a pas été augmenté. Une proposition « révolutionnaire » serait par exemple d’utiliser l’espace public pour pouvoir venir de Trujillo pour vendre des chaussures ou pour organiser des foires.

Gustavo Riofrío a conclu que le livre, avec ses quatre sections, vaut la peine d’être lu, et que l’ordre des contributions, allant du texte conceptuel de Jordi Borda aux différentes études de cas thématiques, est très pertinent. Après avoir planifié la ville bourgeoise, et désormais avec la planification néolibérale, c’est le capital, et non plus la production, qui mobilise tous les intérêts. Tout comme le fait le livre, il est donc nécessaire d’essayer de ré-analyser les processus.

Après avoir remercié Gustavo Riofrío, Fernando Carrión a rappelé que l’origine de ce livre était un séminaire international organisé à Lima en 2014 par la PUCP, l’IFEA et le CLACSO, avec la participation d’autres institutions au Pérou. Les réflexions se sont ensuite poursuivies, et le groupe de travail s’est réuni à plusieurs reprises à Lima et à Quito. La notion de « droit à la ville » devient importante en raison du processus d’urbanisation et de la création d’une ville « double ». Un premier objectif était de poser la question de la participation des habitants. Une deuxième interprétation du concept est que le droit à la ville est l’un des droits de l’homme. Fernando Carrión a notamment insisté sur la nécessité d’intégrer les femmes dans la conception d’une ville intelligente, seule façon possible de briser la logique patriarcale. Il a ensuite proposé au public une brève histoire du concept de droit à la ville, d’Henri Lefebvre à David Harvey, et des mouvements et des événements au Brésil et au Mexique. Il a souligné que le concept méritait encore d’être discuté.

© C. Quinquis (IFEA)

Manuel Dammert-Guardia a souligné que nous parlons tous du droit à la ville, même les sociétés immobilières d’aujourd’hui en parlent. Toutefois, il convient de s’interroger sur les réussites. L’État n’a pas abandonné la planification ; aujourd’hui, il cherche à faire construire des immeubles avec des appartements de 25 m2. La ville a cependant perdu ses acteurs. Il a souligné le fait que le livre est le résultat de l’effort des auteurs pour aborder le concept de « droit à la ville », que tous ne travaillent pas nécessairement dans leurs recherches au quotidien. Cependant, ils ont tous tenté de comprendre par qui la ville est produite aujourd’hui.

Les questions du public avaient pour thème principal la production de l’espace public. Les trois exposants ont profité de ces questions pour débattre de la validité de l’approche en partant des acteurs, dans la mesure où les exigences de la société ont changé : on ne proteste plus autant pour le logement et les services, les mouvements citoyens sont construits autour du changement climatique ou des revendications de genre. Il y a également eu un débat sur la spécificité du Pérou, où, contrairement à d’autres pays voisins, les protestations réclament plutôt des terres que des logements.

La présentation s’est terminée par un toast dans la cour de l’Alliance Française de Miraflores.

© C. Quinquis (IFEA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.