Quelques pistes depuis la géographie pour mieux comprendre l’épidémie de coronavirus et la contrôler

Par Évelyne Mesclier, géographe, directrice de l’IFEA

La pandémie de coronavirus est un phénomène directement lié à la globalisation, comme cela a déjà été écrit dans de nombreux médias. Mais pour mieux la comprendre et lutter contre elle de façon efficace, il est nécessaire d’aller au-delà de cette affirmation générale et de s’attarder sur les formes mêmes de la globalisation. Nous partirons d’une affirmation : le coronavirus n’est pas un être pensant, il n’a pas inventé une stratégie, nous ne sommes pas engagés dans une guerre. Le coronavirus reproduit simplement les formes de notre monde actuel, pour la simple raison que son existence dépend de notre présence et de nos interrelations.

Notre monde actuel n’est en rien homogène, contrairement à ce que des expressions comme “le village global” laisseraient imaginer. Le monde actuel est interconnecté, mais les connexions introduisent beaucoup de différences entre des lieux très connectés et d’autres qui sont dans le monde global bien sûr, mais conservent une plus grande distance avec celui-ci, du moins pour certains types de flux ; et entre ces derniers et leurs marges et périphéries. Certains lieux produisent des marchandises en abondance pour le monde mais ne reçoivent que quelques centaines de personnes extérieures, comme les mines. D’autres ne produisent pas directement des biens, mais redistribuent d’immenses quantités de personnes et de marchandises, comme les grands aéroports. Il existe des lieux qui envoient de grandes quantités de personnes vers d’autres lieux sans en recevoir eux-mêmes beaucoup, comme les campagnes équatoriennes qui fournissent ouvriers et employées domestiques à l’Espagne. Les grandes métropoles, les principales zones industrielles du monde, font un peu tout cela à la fois, elles reçoivent et envoient un peu de tout.

Quand il a commencé à se diffuser hors de Chine, le coronavirus a adopté les formes de la mondialisation. La carte réalisée par l’Université Johns Hopkins a commencé à montrer depuis le début du mois de février une grande similitude avec ce que le géographe Olivier Dollfus a appelé l’Archipel Mégapolitain Mondial : à grands traits, la façade est du continent asiatique, la façade ouest du continent européen, et la façade est du continent nord-américain furent les premiers lieux affectés par le coronavirus. Il faut ajouter à cette liste l’Iran et d’autres pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient. L’expansion de la maladie en Australie nous a donné rapidement une information essentielle : que le coronavirus n’allait pas disparaître à la fin de l’hiver boréal, puisqu’il ne s’arrêtait pas devant l’été austral. Les pays les plus proches de la Chine ne furent pas nécessairement les premiers contaminés, ou pas forcément de la façon la plus intense :  par exemple la contagion s’est aggravée en Inde après qu’elle se soit intensifiée dans les pays européens.

De même, quand le virus est arrivé en Amérique Latine, cela a été d’abord dans les pays les plus connectés, le Brésil et le Mexique, fin février. L’Équateur, depuis lequel de nombreuses personnes ont émigré au cours des dernières décennies vers l’Espagne, a connu son premier cas avéré quelques jours plus tard. Il est ensuite apparu dans des pays un peu moins connectés que les premiers, la Colombie et le Pérou. Un peu plus tard encore, il a fait son apparition en Bolivie, pays moins peuplé, dont les liens avec l’extérieur sont moins intenses, et qui n’a pas de grands aéroports de la taille de ceux de Bogota ou Lima. Il est fort possible que des cas de contagion soient passés inaperçus pendant un temps plus ou moins long dans l’un ou l’autre de ces pays ; cependant les dates des premiers décès liés au coronavirus corroborent aussi cette logique.

À l’intérieur de chaque pays, la route du coronavirus a été similaire. Il s’est installé d’abord dans les lieux les plus dynamiques en termes de flux. Au Pérou il a été repéré à Lima, dont la population est plus en contact avec le monde global. Il est apparu ensuite dans les grandes villes du nord du pays, qui sont très en lien avec Lima, et à Iquitos, qui est à première vue une marge du territoire péruvien mais est en fait au centre de beaucoup d’échanges et de trafics aussi bien avec le reste de l’Amazonie qu’avec le nord du Pérou. Il n’a fait son apparition que plus tard dans des lieux moins connectés comme Ayacucho ou Huancavelica.

En changeant d’échelle et en entrant dans les détails, nous retrouvons les mêmes dynamiques. Le sud du Pérou s’articule autour de la “deuxième capitale” du pays, Arequipa, et de villes comme Cusco et Puno : ce système a sa propre dynamique, différente de celle du nord, tout autant pour l’économie et le vote politique que pour le coronavirus. La région d’Arequipa elle-même est la région qui présente le plus de cas confirmés dans cet ensemble, bien que Cusco soit plus touristique. Si nous nous rapprochons encore plus, à l’intérieur de Lima, les premiers quartiers dans lesquels la contagion s’est déclarée furent les plus riches, qui sont ceux dont les habitants voyagent le plus fréquemment.

Que pouvons-nous déduire de cette cartographie rapide ? Le coronavirus ne se déplace pas sur la base de la proximité, en allant de maison en maison comme l’ont fait par exemple l’eau et la boue des glissements de terrain pendant le phénomène climatique du “Niño côtier” de 2017. Il ne se déplace pas de cette façon parce que nous, les êtres humains, n’entrons pas en relation de cette manière à l’époque de la globalisation. Le coronavirus se déplace en suivant les mêmes schémas que les flux qui articulent nos réseaux économiques et d’interaction sociale.

Je ne suis pas spécialiste de géographie de la santé et je ne suis pas épidémiologue ; je souhaite juste proposer ici quelques pistes de réflexion, à partir des cartes que nous pouvons avoir en tête à ce stade de la pandémie.

Contrôler l’état de santé des personnes qui se déplacent pour rejoindre d’autres personnes, à des fins personnelles ou économiques, est peut-être la mesure la plus importante de toutes. Ces personnes, qui peuvent être asymptomatiques, vont d’un point à un autre pour rencontrer un proche ou un associé, et il est très probable qu’elles puissent transmettre le virus à cette autre personne, avec qui elles vont passer beaucoup de temps : des heures, voire des jours entiers. Il semble que la situation est pire encore quand une personne porteuse du coronavirus partage un espace fermé avec d’autres personnes, comme sur un bateau de croisière, un navire militaire, le Parlement, les installations d’une mine, une prison… En France, en Corée du Sud, quelques-uns des principaux foyers de contagion ont été des événements religieux. En Équateur, en Argentine, ce sont des fêtes d’anniversaire qui ont donné lieu aux phénomènes de contagion les plus impressionnants. En Italie, ce serait entre autres un match de football qui aurait facilité la propagation du virus dans le nord du pays.

En revanche, peu de personnes paraissent avoir été atteintes seulement du fait d’être passées dans la rue, même lorsqu’un de leurs voisins était mort à cause du coronavirus. Nous ne savons pas encore si les consommateurs peuvent attraper le coronavirus en faisant leurs courses, mais les employés des supermarchés peuvent, eux, être contagiés assez facilement, comme le démontrent des cas récents. Mais ils partagent justement un espace réduit avec d’autres personnes de façon prolongée dans le temps, beaucoup plus prolongée que dans le cas des acheteurs. Dans Lima, comme au niveau mondial, le virus ne semble pas se diffuser à travers des logiques de proximité, comme le ferait par exemple un incendie : les cartes disponibles montrent au contraire que les domiciles des personnes contaminées sont souvent éloignés de plusieurs pâtés de maisons les uns des autres. En revanche, le virus est de plus en plus présent dans certaines parties des quartiers périphériques. La contagion se produit probablement souvent loin du domicile de la personne, dans un foyer de contagion, le lieu où elle travaille, peut-être en empruntant certaines lignes de transport. Et il est très probable que les formes spatiales que montrent maintenant les cartes aient à voir avec la ségrégation spatiale de l’agglomération, c’est-à-dire, la répartition très inégale dans l’espace des niveaux de vie, d’éducation, et finalement les types d’emplois les plus fréquents dans chaque type de quartier.

Si le virus voyage principalement avec les personnes, il semble nécessaire de fortement limiter les déplacements. Il n’est pas possible de supprimer les rapatriements entre les pays, parce qu’une personne qui se trouve dans un pays étranger, sans parler la langue, sans pouvoir accéder à sa propre banque ni au système de santé qui la couvre en cas de maladie, où elle ne comprend pas forcément bien les instructions données par le gouvernement, est dans une situation de forte vulnérabilité et peut mettre en danger les autres. En revanche, limiter les déplacements des personnes dans un même territoire national semble être une façon faisable d’empêcher le virus d’arriver partout. Fermer ce que les gouvernements régionaux ou les autorités des communautés locales appellent des frontières — en fait les limites de leurs territoires de juridiction, qu’ils n’ont normalement pas le pouvoir de fermer — n’est probablement pas le plus utile : le danger le plus grand viendra sans doute du retour inopiné d’un fils ou petit-fils d’habitant du village. Laisser passer une personne étrangère à la localité, d’une communauté voisine, qui n’aura pas de contact avec les habitants et suivra son chemin, est sans doute beaucoup moins dangereux.

Il faudrait renforcer tout spécialement les mesures de précaution dans toutes les situations dans lesquelles se déplacent de grandes quantités de personnes, qui se rassemblent dans un petit nombre de lieux. Avec la récolte du riz, dans le nord, sans ces précautions, on risque malheureusement de voir apparaître à travers la diffusion de la maladie les liens entre les vallées côtières et “leurs” montagnes, d’où descendent les journaliers agricoles. Mais le cas le plus préoccupant, à ce niveau, est peut-être celui des grandes plantations agro-exportatrices. L’anthropologue Ana Lucía Araujo Raurau dans Noticias Ser.Pe, signale que ces plantations ont obtenu l’autorisation de poursuivre leurs activités, mais que cela ne s’accompagne pas de protocoles d’inspection rigoureux. Cependant, cette activité représente un défi majeur, car elle suppose “le transport quotidien de milliers de travailleurs vers et depuis les domaines” et “l’utilisation quotidienne de services de restauration collectifs et de vestiaires” d’une taille ajustée à l’efficacité économique mais pas aux besoins de protection qu’implique une pandémie.

Se déplacer est un des droits fondamentaux des êtres humains. Restreint pour les tenanciers des haciendas, jusqu’à ce que ces dernières disparaissent avec la réforme agraire de 1969, c’est un droit qui permet d’échapper aux mauvais traitements, de converser avec d’autres personnes de façon plus intime que par les réseaux sociaux, d’apprendre beaucoup plus à travers tout ce qu’implique la “communication”, qui ne se limite pas au verbe mais inclut aussi les gestes, les sourires, le toucher… La recrudescence dans le monde des mauvais traitements contre les femmes et les enfants dans les situations de confinement le montre. S’il est important de limiter nos contacts avec les autres, certains déplacements (sortir le chien, se promener seul ou avec des proches, se retrouver avec une seule autre personne, travailler dans un endroit bien ventilé avec un nombre très réduit de collègues…) devraient  être considérés comme inoffensifs, alors que les plus dangereux : rassembler des travailleurs dans un espace peu ventilé, à quelques centimètres les uns des autres pour économiser l’espace, auront à être réévalués. Entre ces deux extrêmes, les relations familiales supposent que chacun se montre responsable de sa façon d’agir : se voir entre quelques personnes, ne pas rester ensemble trop longtemps et adopter toutes les précautions d’hygiène qui ont été communiquées.

Les géographes de la santé sont sans doute déjà au travail pour mieux comprendre comment s’est diffusée la contagion exactement et comment il serait possible de freiner sa diffusion dans les prochains mois. Les données nécessaires sont celles qui concernent la pandémie, bien sûr, mais aussi les recensements et les bases de données des institutions, ainsi que les nombreux travaux de terrain réalisés en milieu urbain, péri-urbain et rural, qui peuvent nous permettre de comprendre le fonctionnement de la société. Ces données diverses sont celles qui permettront d’interpréter l’information concernant la pandémie. Ce sont elles qui nous ont permis dans le passé d’élaborer un atlas des dynamiques du sud du Pérou, ainsi que du territoire national dans son ensemble. Quelques collègues travaillaient dernièrement à élaborer des cartes actualisées et enrichies par de nouvelles approches, pour mieux comprendre les échanges commerciaux, les migrations, les nouvelles formes de mobilité. Il sera important de joindre les efforts pour réorganiser les territoires. Cette réorganisation ne devrait pas partir d’une vision théorique et a priori de ce qui doit se trouver à quel endroit, mais plutôt de la compréhension des systèmes qui existent déjà et que les habitants des différents lieux nécessitent dans leur vie quotidienne. Espérons que ces systèmes de la vie quotidienne puissent enfin apparaître comme plus importants que les projets pharaoniques et nous amener vers un territoire moins ségrégué, plus démocratique dans les prises de décision, plus respectueux des paysages naturels et culturels, lesquels sont essentiels pour une vie digne et riche, et également mieux organisé pour affronter les épidémies du XXIe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.