Avec quelles données les décisions de gestion de la crise sanitaire sont-elles prises ? Une réflexion à partir du cas équatorien.

Par Fernando Barragán-Ochoa, docteur en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et enseignant à l’Instituto de Altos Estudios Nacionales (IAEN) de Quito.

La prise de décisions face à la propagation globale du coronavirus s’inscrit dans un contexte de grande incertitude. Les réponses généralisées pour « aplanir la courbe des contagions » ont cherché à promouvoir une distanciation physique entre les personnes, à restreindre les mobilités et, en moindre mesure, à mettre des confinements en place. Cependant, tandis que la pandémie est toujours en cours, il est nécessaire de construire des dispositifs heuristiques qui diminuent l’incertitude. Ce texte est une réflexion, faite à partir du cas équatorien, sur les données sur lesquelles s’appuient les autorités pour prendre des décisions. Dans ce pays, le nombre de morts du CoVid19 par million d’habitant est le deuxième le plus élevé du continent américain, après les États-Unis.

La construction de données se base sur les cadres conceptuels utilisés pour comprendre le phénomène étudié. La propagation des contagions d’une maladie virale (voir carte 1) peut être comprise comme un processus spatio-temporel à plusieurs échelles. Ce cadre heuristique implique de comprendre la pandémie comme une dynamique changeante dans l’espace, dans le temps et dans l’échelle d’analyse.

Carte 1 : Dynamique spatio-temporelle des contagions de CoVid19 par pays à l’échelle mondiale

Le temps des contagions

La propagation du CoVid19 s’exprime selon une dynamique multi-temporelle : une fois qu’une contagion a lieu, la symptomatologie peut commencer jusqu’à 15 jours plus tard. Ainsi, le nombre d’infectés identifiés à partir de leurs symptômes à un jour donné, correspond à la réalité des contagions des deux semaines précédentes. De même, les décisions prises aujourd’hui commenceront à être effectives sur les symptômes qui se manifesteront deux semaines plus tard.

En Équateur, les premières personnes contaminées par le coronavirus seraient arrivées à la mi-février, particulièrement par l’aéroport de Guayaquil qui reçoit presque une quinzaine de routes internationales (la carte 3 référence la localisation des lieux cités ici). Le 28 février, le premier cas a été officiellement confirmé ; il correspondait à une émigrée venue d’Espagne. Cette dernière était arrivée dans le pays le 14 février et ses premiers symptômes sont apparus le 15 février. Trois dates sont soulignées dans cette description :

  1. La date de la confirmation du cas
  2. La date d’arrivée dans le pays
  3. La date de l’apparition des symptômes

Dans ce cas (celui du patient zéro), le temps écoulé entre l’apparition des symptômes et la confirmation de l’infection a été de 13 jours. Cependant, celui-ci peut varier selon la capacité de gestion des tests médicaux.

Le principal moyen de communication sur la situation du au coronavirus en Équateur a été une série d’infographies[1], disponibles sur le site web du Service National de Gestion des Risques de l’Équateur[2] (SNGR), qui reportent divers indicateurs, notamment le nombre de contaminés, outil fondamental pour dessiner la « courbe des contagions ». Au niveau mondial, les épidémiologistes ont expliqué la pandémie à travers une courbe de croissance qui est d’abord exponentielle avant de s’aplanir après plusieurs semaines d’épidémie. Comme nous pouvons l’observer sur le graphique 1, en Équateur, cette courbe attire l’attention car elle inclut :

  • Une augmentation des cas de 44% entre le 10 et le 11 avril ;
  • Une duplication des données entre le 26 et le 27 avril ;
  • Une absence de données entre le 25 et le 26 avril ;
  • Une diminution des cas entre le 6 et le 7 mai, entre le 8 et le 9 mai et entre le 11 et le 12 mai, ce qui ne pourrait pas arriver sur une courbe cumulée.
Graphique 1 : Courbe épidémiologique en Équateur comparée à la courbe épidémiologique moyenne d’autres pays. Source : https://ourworldindata.org // Élaboration : Fernando Barragán Ochoa

Les autorités ont signalé que ces changements brusques et ces inconsistances sont dus à l’accumulation des résultats des tests et à l’application de divers protocoles de manipulation de l’information pour suivre les recommandations internationales[3]. Par exemple, la diminution des cas s’expliquerait par un filtrage des données incluant seulement les tests PCR dans les statistiques officielles, et laissant de côté les tests dits « rapides », qui ont un degré de fiabilité moindre. Ces changements dans la gestion des données surviennent plus de deux mois après la confirmation du premier cas. Les hausses brutales du nombre de cas répondraient, pour leur part, à une analyse cumulée de tests faits à des dates données. Ainsi, le nombre de cas confirmés par date, au-delà d’être un indicateur de l’évolution des contagions, montre la capacité des laboratoires à analyser les tests. De plus, le nombre de tests réalisés est insuffisant face à la magnitude de la pandémie.

Malgré les limites de la construction de la courbe épidémiologique officielle, dans un premier temps, ces données ont été les seules ressources heuristiques permettant de prendre des décisions. Dans ce contexte, la province de Los Ríos, province d’origine de la patiente zéro, devient le centre des préoccupations des autorités sanitaires pendant plusieurs semaines, car lors de la première quinzaine de mars, elle accumulait la quasi-totalité des cas confirmés, comme on peut le voir sur la Carte 2.

Carte 2 : Évolution spatio-temporelle des contagions de CoVid-19 en Équateur.
Source : Servicio Nacional de Gestión de Riesgos, 2020 // Élaboration : Fernando Barragán Ochoa

Durant cette période, les activités dans les autres provinces semblaient relativement normales. À Guayaquil, un match de football a eu lieu le 4 mars, avec près de 20 000 spectateurs[4]. Des semaines plus tard, après la libéralisation des données du Ministère de la Santé (Ministerio de Salud Pública)[5] qui incluent d’autres variables sous la forme d’ un tableau de données (dashboard), il a été possible de savoir qu’à cette date, il y avait déjà au moins 41 personnes dont les symptômes étaient apparus dans la province de Guayas.

Carte 3 : Réseau administratif de l’Équateur : gouvernements autonomes décentralisés
Source : INEC, 2014 // Élaboration : Fernando Barragán Ochoa

Le 13 mars, lorsque le premier Rapport sur la Situation Nationale face au CoVid-19[6] (Informe de la Situación Nacional por CoVid-19) a été présenté, les données officielles faisaient état de 5 cas confirmés dans la province de Guayas. Cependant, plus de 400 personnes (postérieurement confirmées comme positives au CoVid19) avaient commencé à ressentir des symptômes. Dans la province de Pichincha, à laquelle appartient Quito (capitale de l’Équateur), il y avait à la même date 3 cas confirmés et 61 personnes dont les tests ont confirmé a posteriori qu’elles présentaient déjà les premiers symptômes.

Défis pour cartographier les contagions

Le défi est d’autant plus grand lorsque nous cartographions les cas de CoVid19 en tant que ressource pour une lecture géographique de ce processus spatio-temporel. D’un point de vue conceptuel, le principal défi est le « problème d’unité d’aire modifiable » lié au niveau d’accumulation de données. En Équateur, les niveaux d’accumulation récurrents correspondent à la logique politico-administrative d’organisation du territoire dont font partie les provinces, les cantons et les paroisses. Dans ces dernières unités, il est important de différencier les paroisses rurales des paroisses urbaines. Les premières constituent une instance gouvernementale, tandis que les secondes correspondent à une division administrative qui, dans de nombreux cas, passe inaperçue pour la population.

Du point de vue spatial, les infographies du SNGR exposent dans un premier temps un décompte provincial puis, à partir du 18 mars, un décompte cantonal, du nombre de contaminés. Néanmoins, le fait que le nombre de contaminés ait parfois diminué dans certaines provinces (dynamique impossible dans la modalité d’accumulation de cas selon laquelle est exprimée l’information), interpelle. Les autorités ont évoqué qu’il s’agissait de patients qui ont été déplacés entre les provinces selon la disponibilité de l’infrastructure hospitalière, ce qui laisse des doutes au moment de savoir si les chiffres des contagions assignés aux provinces correspondent aux cas de contagions ou de soins prodigués sur ces territoires.

Au-delà de tels doutes, la géolocalisation des cas s’avère particulièrement compliquée. La base de données du Ministère de la Santé permet d’accéder à l’information à l’échelle paroissiale. Ce niveau d’accumulation est très utile dans le cas des paroisses rurales, mais dans les villes, il présente de grandes difficultés car beaucoup de gens ne savent pas quelle est leur paroisse de résidence.

Conclusions et perspectives

En somme, la gestion de données pour quantifier et contrôler l’expansion du CoVid19 n’a pas favorisé une prise de décisions efficace ni opportune. L’existence d’au moins deux modalités officielles de communication de l’information (Infographie du SNGR et dashboard du Ministère de la Santé Publique) peut dérouter la population. Malgré l’insistance répétée des chercheurs, la base de données intégrale (apport fondamental pour comprendre la dynamique des contagions) n’a pas été rendue publique. Encore plus grave, le nombre réduit de tests réalisés et analysés ne permet même pas d’avoir une estimation du nombre réel de contagions.

Avec la décentralisation au niveau cantonal de la décision de reprise des activités, ces difficultés manifestées dans la gestion de la crise sanitaire au niveau national augmenteront. En effet, le Comité d’Opérations d’Urgences National (Comité de Operaciones de Emergencias Nacional) a établi un système dit de « feux », en raison de l’utilisation des couleurs rouge, jaune et vert, pour la reprise des activités dans chaque canton. Les Comités d’Opérations d’Urgences Cantonales seront chargés de décider du changement de couleur du feu. Bien que cette disposition décentralise davantage la prise de décisions, elle confronte les preneurs de décisions des cantons à une incertitude plus grande, car ils ont encore moins d’outils heuristiques à l’échelle locale pour comprendre la propagation du virus.


[1] https://www.gestionderiesgos.gob.ec/informes-de-situacion-covid-19-desde-el-13-de-marzo-del-2020/

[2] N.d.T. : Servicio Nacional de Gestión de Riesgos del Ecuador.

[3] https://www.eluniverso.com/noticias/2020/04/27/nota/7824867/dudas-cambio-metodologia-ingreso-datos-sobre-coronavirus-ecuador

[4] https://www.benditofutbol.com/barcelona/estadio-monumental-coronavirus-independiente.html

[5] https://coronavirusecuador.com/data/

[6] https://www.gestionderiesgos.gob.ec/wp-content/uploads/2020/03/1INFOGRAFIA-NACIONALCOVI-19-COE-NACIONAL-13032020_15H.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.