La crise pandémique, une opportunité conservatrice ? Chroniques chiliennes.

Par Antoine Faure (École de journalisme-USACH) et Argelia Villegas Silva (Université Clermont-Auvergne)[1].

En octobre 2019, la majeure partie du Chili se révoltait contre le système néolibéral, contre la précarité et les inégalités qu’il génère. Six mois plus tard, en pleine crise pandémique, les « émeutes de la faim » se multiplient dans les quartiers les plus pauvres. Les mesures face à la contagion de COVID-19 ont privilégié l’économie structurelle et ont accentué ces inégalités. Comme si ce qui s’était passé en octobre n’avait jamais existé.

Ce constat met en évidence la manière dont, au Chili, un moment de crise sociale et sanitaire est utilisé pour étouffer les demandes de justice sociale et de changements politiques, tout en accroissant un contrôle beaucoup plus drastique — et autoritaire — sur des sujets non plus politiques, mais économiques.

Confinement rotatif

Les premières décisions gouvernementales révèlent un biais implicite entre la population privilégiée et la partie la plus vulnérable de la société, d’autant plus du fait de l’inégalité d’accès à l’eau et des conditions de travail, comme de la brèche entre les systèmes de santé privé et public existant au Chili. Suivant la décision du Royaume-Uni au début de la pandémie, la gestion initiale a consisté à immuniser, c’est-à-dire laisser la population être contaminée, avant d’adopter un confinement préventif.

Une fois la traçabilité de la souche du COVID-19 perdue, la gestion de la crise est entrée dans une seconde phase avec un confinement épisodique, ciblé et rotatif. Ces mesures sélectives marquaient une différence entre des secteurs privilégiés (cette fois-ci confinés) et des secteurs vulnérables mis sous pression pour continuer d’aller travailler et pour produire.

Après une polémique sur la manipulation des chiffres des contaminés et des morts, 12 communes supplémentaires de la Région Métropolitaine de Santiago de Chile sont entrées en confinement le 8 mai, pour répondre à l’envol de la courbe des contagions (2500 nouve.aux.lles contaminé.e.s par jour). Avec des chiffres avoisinant les 4000 nouvelles contagions quotidiennes, un confinement total de toute la Région Métropolitaine (6,7 millions de personnes sur un total 7,7 millions confinéesdans le pays) a été décrété le 15 mai à 22h, et dure toujours au 07 juillet.

Sans surprise, une gestion néolibérale

La principale inquiétude derrière la gestion de la crise sanitaire a clairement été économique, dans une perspective particulièrement austère et orthodoxe. L’objectif ? Empêcher à tout prix l’augmentation des dépenses et de la dette publiques, même si le Chili a un faible niveau d’endettement (27% du PIB) et d’importants fonds de réserve (4%)[2]. Cette politique est clairement reflétée dans les paroles de José Manuel Silva, directeur d’investissement du fonds de pension LarrainVial, qui a déclaré publiquement que la priorité est l’économie « et [que] ceci signifie que des gens vont mourir »[3].

D’une part, cette logique se retrouve dans un rapport de la Direction du travail datant du 26 mars, qui conseillait de ne pas payer les salaires des travailleurs.euses dans l’incapacité de travailler en présentiel ou virtuellement. De plus, une loi de « protection » de l’emploi permettant d’interrompre les contrats pendant la crise et de les rétablir lorsque celle-ci finira, a été promulguée. Ce sont d’autres façons de condamner ces travailleurs.euses à une misère que le gouvernement tente de compenser avec une aide de 50.000 pesos par famille (entre 50 et 70 euros, selon le taux de change). Le 16 mai, 11.4% de la population active était sans emploi ou avec des contrats suspendus, dans un pays où l’assurance chômage est sujette à de nombreuses conditions et à des restrictions liées à la nature de l’emploi[4].

D’autre part, les ISAPRES[5] (mutuelles de santé privées) n’ont pas trouvé de meilleur moment pour augmenter leurs cotisations[6] (ce que le gouvernement a « réussi » à repousser de 30 jours) et ont refusé, dans le même temps, 31% des autorisations médicales liées au COVID-19[7]. En parallèle, les déclarations répétées sur les succès d’un système de santé fonctionnant à partir de profonds clivages (public vs privé ; capitale vs régions), visent à renforcer le discours sur les réussites de la médiation de tout type de services par le marché, au Chili.

L’exécutif suit la même partition que d’habitude : de timides aides sociales, un réseau de soutien psychologique et des solutions économiques passant par l’endettement. On incite la population à utiliser ses économies, l’accès au crédit par la médiation du système bancaire privé a été facilité. Plusieurs secteurs comme la culture, l’éducation et la recherche scientifique sont directement affectés par les coupes budgétaires.

La pandémie, une occasion d’accentuer le conflit stratégique

Le gouvernement et les élites conservatrices chiliennes ont profité du contexte pour lancer une contre-offensive et pour étouffer les demandes sociales d’octobre 2019. Dans un pays où il existe de profondes continuités institutionnelles et économiques héritées de la dictature civico-militaire, la crise pandémique devient une opportunité pour assumer des dérives vers une démocratie illibérale[8] (comme par exemple, des restrictions sur le droit de réunion, l’augmentation de la répression et un fort patriotisme).

L’État de catastrophe et le couvre-feu ont été déclarés le 16 mars, ce qui a donné lieu au déploiement de l’armée dans les rues, et même des boinas negras (un corps d’élite). La répression s’est intensifiée, s’étendant à plusieurs communes (La Florida, Lo Hermida, Villa Francia, Villa Portales, Araucanía, Antofagasta) et à plusieurs secteurs (le personnel de santé, les journalistes, les lycéens). Dans ce contexte de criminalisation et de clair bafouement des droits de l’Homme, le directeur de l’Institut National des Droits de l’Homme a déclaré qu’ « il n’y a pas de droits sans devoirs », ce qui a généré une vague de critiques[9]. Et les émeutes de la faim continuent d’être fortement réprimées sous prétexte du respect du confinement. 

Face aux multiples tentatives pour faire continuer les mobilisations d’octobre 2019, les professionnels de la politique (de la droite la plus conservatrice à l’opposition de centre-gauche et à la Démocratie chrétienne) sont unanimes et dénoncent leur caractère « contre-productif ». Le gouvernement en appelle de nouveau à l’union nationale pour laisser la politique de côté pendant la crise.

Pendant ce temps, les provocations des conservateurs se multiplient. Deux actes très symboliques ont eu lieu dès le début du confinement. Les interventions artistico-politiques sur les murs de Santiago,, qui avaient eu lieu pendant les manifestations chiliennes d’octobre 2019, ont été blanchies. Cela rappelle les premiers jours suivant le coup d’état de 1973, durant lesquels beaucoup de fresques ont été recouvertes en raison de leur caractère politique. Le 3 avril, en plein confinement de la commune où se trouve la Place de la Dignité (où se déroulaient en grande partie les manifestations), le président Piñera s’est fait photographier sur ce point névralgique (à présent vide) des mobilisations, pour montrer sa domination.

Cependant, les mobilisations n’ont pas cessé. Au contraire, elles se sont transformées et adaptées à la situation, ce qui montre leur profond enracinement. On voit des initiatives numériques (consultations citoyennes, grèves ou réunions en ligne), des manifestations de rue, voire des performances (comme les activistes allant « soigner » les quartiers non confinés, dont l’action articule problème sanitaire et dénonciation sociale). Des collectifs, comme le Movimiento Agua y Tierra, proposent des écoles d’autoformation pour faire du compost ou pour limiter la production de déchets, des coopératives d’approvisionnement ou des projets d’auto-suffisance et de souveraineté alimentaire territoriale. Tous ces mouvements ont également développé des actions de solidarité et d’entraide envers les plus vulnérables, les personnes isolées, les malades ou les personnes âgées.

Au Chili, la crise sanitaire prolonge la crise sociale. C’est un agent multiplicateur qui rend visibles les inégalités produites par le néolibéralisme. Elle a à la fois été l’occasion de renforcer ce modèle et de dériver vers des pratiques illibérales. Il s’agit de freiner le processus constituant, afin de repousser le Plébiscite sur la réforme constitutionnelle et la formation d’une convention constituante. Il est clair que la droite, à la tête de l’exécutif, ne veut pas signer de nouvelle constitution et cherche comment approfondir un modèle qui lui est fonctionnel, pour en faire une « nouvelle normalité » néolibérale basée sur le contrôle autoritaire de la population.


[1] Ce texte ayant été achevé le 25 mai 2020, il existe un décalage entre les dernières mesures et ce qui est abordé ici.

[2] CEPAL (2019) : Balance Preliminar de las Economías de América Latina y el Caribe, (LC/PUB.2019/25-P), Santiago, Chile.

[3] https://www.latercera.com/pulso-trader/noticia/jose-manuel-silva-de-larrainvial-la-historia-de-la-industria-de-las-aerolineas-es-bastante-compleja-y-en-tiempos-normales-las-dejan-quebrar/GMRXI4IDANGP3HZ3ABXFH5AOE4/.

[4] http://www.fundacionsol.cl/2020/03/por-que-el-plan-economico-ante-el-covid-19-es-insuficiente-y-lo-agrava-el-dictamen-que-permite-no-pagar-remuneraciones/.

[5] N.d.T. : Instituciones de Salud Previsional.

[6] https://www.latercera.com/pulso/noticia/isapres-informan-un-alza-promedio-de-45-en-los-planes-de-salud-desde-julio/EJ33YCDUOFA7FJ6KQXEWZR7KX4/

[7] https://www.latercera.com/politica/noticia/isapres-30-de-licencias-medicas-relacionadas-a-coronavirus-han-sido-rechazadas-o-reducidas/3E5RWMWP7ZAZXI6BLYZ6KFMWEA/.

[8] Zakaria, Fareed, “The rise of illiberal democracy”, Foreign Affairs, 76(6), Nov/Dec 1997.

[9] https://www.cnnchile.com/pais/derechos-humanos-funcionarios-indh-rechazan-dichos-de-sergio-micco_20200502/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.