Bombes urbaines en temps de covid-19

Réflexions historiques sur le Marché San Felipe et Casas Huertas (Surquillo).

Par Johnatan Vega Slee, étudiant du master recherche d’anthropologie de la FLACSO (Équateur), et boursier de l’IFEA.

Surquillo est de nouveau présenté devant la société liménienne comme un « foyer infectieux », comme autrefois, du temps de la création du district, en 1949. 41.36 % de l’ensemble des commerçants testés sur le Marché San Felipe de Surquillo ont été diagnostiqués positifs au covid-19. Ce chiffre pourrait être plus élevé, car les habitants racontent qu’une partie des travailleurs a échappé aux tests.

Si la moyenne des nouveaux cas quotidiens dans le pays est de 15%, pourquoi a-t-elle dépassé les 40 % ici ? En écartant les points de vue conjoncturels, je cherche à réfléchir avec un regard historique pour m’essayer à une brève critique de la planification de cette partie de Surquillo. Nous soulignerons ici l’importance, dans ce cas précis et à Lima, des espaces verts, des lieux publics, du logement digne et des infrastructures de qualité (comme les marchés) pour avoir une meilleure qualité de vie.

Dans les années 50, il y avait, à Surquillo, des paraditas (des petits étals informels) partout. Les marchands ambulants s’installaient dans diverses rues avec leurs chariots pour vendre des produits agricoles de première nécessité, d’autres le faisaient sur une couverture posée par terre, et ceux qui offraient des services (plombiers, électriciens, cordonniers, etc.) s’asseyaient avec leurs pancartes et leurs outils. La presse liménienne diabolisait ces lieux et leurs gens, en les accusant d’être des « foyers infectieux » pour la ville, en raison de la grande quantité de détritus générés sur leur passage.

Face à une telle situation, la mairie de Surquillo planifia la construction d’un marché moderne avec un parc public, ce qui aurait en outre satisfait les besoins de la population, toujours plus nombreuse. Le « Parc Public de Surquillo » se situerait entre les rues San Carlos, Santa Inés, San Felipe et, à côté, le marché regrouperait les marchands ambulants. Les attentes des marchands ambulants quant au marché (qui serait une source de travail) et des habitants quant à la construction du parc étaient fortes, car Surquillo manquait (et manque toujours) d’espaces verts et de lieux publics, surtout dans la zone du district connue sous le nom de vieux Surquillo, et les bidonvilles formés par Casas Huertas et Villa Victoria-El Porvenir.

Les bonnes intentions ne furent pas suffisantes : le « Parc Public de Surquillo » ne fut jamais construit. En revanche, une partie du marché fut partiellement bâtie. Ce dernier s’étant vu réduit en longueur et élargi, d’autres marchands ambulants ont occupé les rues avoisinantes. Par conséquent, l’actuel « Marché San  Felipe » présenté dans les journaux, est en réalité divisé en trois : l’Association des Petits Commerçants de San Lorenzo, l’Association des Commerçants de San Carlos et le Marché San Felipe. En termes légaux, seul ce dernier devrait fonctionner. La présence des deux autres sur la voie publique est sujette aux négociations et aux accords avec les autorités municipales en fonction, remplacées tous les 3 ou 4 ans.

La zone voisine au Marché est le bidonville Casas Huertas qui, avant les années 50, accueillait des jardins potagers, appartenant supposément à l’italien Tomás Marsano. À cette époque, avec l’intensification de la migration originaire des provinces, les travailleurs de Marsano, qui travaillaient et habitaient ces jardins, construisirent des chambres d’adobe de 3x3m et 3x4m pour les louer. Les chambres étaient réparties dans d’étroites ruelles ayant chacune des toilettes et un robinet unique, et habitées par des centaines de familles aux faibles revenus. Sous le gouvernement militaire de Juan Velasco Alvarado, Casas Huertas acquit le statut dePueblo Joven (1973). Ses locataires s’organisèrent dès lors en comités et en associations de quartiers, et décidèrent de ne plus payer de loyer.

Photographie aérienne de la zone en 1967 (Source : Servicio Aerofotográfico Nacional. Crédits : Velarde, Franklin).

Dans les années 70 et au début des années 80, des architectes de l’UNI[1] (César Andrade et Eduardo Borda, puis Flor de María Valladolid) ont proposé de construire des logements multi-familiaux et des infrastructures communales, après avoir signalé les problèmes de la zone : graves problèmes de surpopulation, logements précaires, manque de services de base, promiscuité, délinquance, entre autres. La mairie n’en a pas fait grand cas, tandis que les habitants se sont opposés à leurs propositions.

Dans les années 90, le leadership central a fini par répartir des lots de terrains aux familles. Il était initialement prévu de répartir des lots de 90 m2, mais ils ont finalement été réduits à 60 m2. Même le local communal et les espaces verts qu’il était prévu de construire, ont été occupés par des familles venues d’ailleurs, qui se sont installées parfois violemment, parfois avec la complicité du conseil d’administration. Il y eut des accusations de mauvaises gestions, mais il n’y avait plus rien à faire.

Actuellement, Casas Huertas est l’aire la plus dense et la plus surpeuplée de Surquillo. Sa consolidation a entraîné la location des étages supérieurs des logements, provoquant une augmentation de sa population et la saturation des services de base, tels que l’eau et le tout-à-l’égout. Dans cet intervalle, d’autres marchands ambulants ont constitué une paradita enlouant une partie des maisons du prolongement de la rue San Carlos. Casas Huertas n’a pas d’espaces verts ni de lieux publics, et la délinquance, la vente et la consommation de drogues sont flagrantes. À côté se trouve l’un des marchés les plus importants de Surquillo, qui reçoit la visite non seulement des casahuertinos et des surquillanos, mais aussi des districts voisins. En résumé, le degré de vulnérabilité face à des contingences et des crises est élevé. À Casas Huertas par exemple, il y a déjà des cas de tuberculose. Les incendies pourraient être mortels du fait de l’étroitesse des rues, qui ne permettrait pas toujours aux pompiers de passer. Ou encore une pandémie, comme celle que nous vivons.

Le covid-19 ne choisit pas ses victimes, mais il semble se renforcer dans les endroits densément peuplés (à l’exception de ceux disposant d’infrastructures et de services de qualité, ainsi que d’un fort potentiel économique, comme dans les villes chinoises étudiées par la Banque Mondiale[2]). Si nous y ajoutons les logements précaires, la surpopulation, l’absence de services de base et la pauvreté, nous avons là une grande bombe à retardement sur le point d’exploser. Le manque de planification, la corruption et le rejet des indigents et de leur habitat, semblent s’être emparés de lieux tels que Casas Huertas, le Marché adjacent et bien d’autres endroits de Surquillo et de Lima.

Vue du Marché San Felipe et de la rue San Carlos (où se trouvent le plus de commerçants) après leur fermeture temporaire (Photographie : Johnatan Vega).

Pour l’heure, nous devons rejeter les préjugés qui voient les pauvres et les commerçants des marchés comme coupables des contagions. Au cours des dernières semaines, nous avons été témoins de la façon dont la presse les a diabolisés du haut d’un piédestal de supériorité morale qui, inquisitrice, les aborde pour les interroger et s’indigner de leurs réponses. De même, elle a exhibé, comme autrefois, les marchés et les paraditas comme les grands « foyers anti-hygiéniques » de la ville.  Le marché n’est pas un problème en soi. Le fond du problème est structurel, il s’agit du système dominant et de la culture qu’il imprègne. Les marchés sont comme les hôpitaux : bien que différemment, tous deux sauvent (ou nourrissent) des vies. Les marchés et les paraditas assurent l’approvisionnement en ville (particulièrement dans les quartiers populaires), réduisent les trajets de la population pour se ravitailler, proposent des produits à bas prix pour les personnes à faibles revenus (mais aussi de classe moyenne) qui, n’ayant pas de réfrigérateurs chez elles (51% des familles péruviennes n’en possèdent pas, selon le recensement de 2017), doivent faire leurs courses quotidiennement. Les commerçants font crédit aux clients ayant établi des liens préalables et durables avec eux (leurs caseros), ils donnent des yapas (un peu plus que ce qui a été acheté) et, en raison de ce lien, peuvent même remettre (donner) des produits sans aucune transaction monétaire. C’est pourquoi les commerçants des marchés et des paraditas qui participent aux circuits de ravitaillement, exposant leurs vies et celles des leurs, font également et fondamentalement partie de cette « première ligne de défense ».

Les marchés sont des infrastructures importantes pour la ville, à plus forte raison pour les quartiers et les districts populaires. Beaucoup sont nés dans le fracas des luttes pour la constitution de ces quartiers, satisfaisant les besoins d’approvisionnement, de travail, et même d’espaces de soins. Dans le cas du Marché San Felipe, celui-ci est préféré à d’autres marchés de Surquillo du fait de ses prix modiques. C’est pourquoi il est devenu central à l’échelle du voisinage, du district et entre les districts. De même, sa formation est allée de pair avec l’urbanisation et les changements sociaux, culturels et économiques de Casas Huertas, permettant le tissage de liens étroits de solidarité et de confiance, ainsi que de signifiants qui se reflètent dans les histoires de vie de ses habitants. Nombre de ceux possédant des étals dans le Marché ou y travaillant — même les nouveaux locataires occupant les étages supérieurs des logements, parmi lesquels figurent des citoyens vénézuéliens —, vivent à Casas Huertas.

Face à l’imminente « nouvelle normalité » qui cherche à en appeler aux individualismes afin que se « sauve qui peut » (ou qui possède le plus), il ne nous reste plus qu’à faire face avec ce que nous avons, entre la carence et la précarité, en promouvant la solidarité et la participation collective dans les quartiers pour nous entraider pendant la crise. Pour sa part, la mairie de Surquillo pourrait promouvoir la présence, pendant la quarantaine et au-delà, de marchés dans des espaces ouverts et vastes, comme le Stade Municipal, la Place Bolívar ou le Parc Morococha (actuellement un complexe sportif), pour pallier l’absence des marchés fermés intempestivement, et pour éviter que les commerçants de ces marchés fermés s’installent dans des lieux inappropriés, comme les rues avoisinantes, ou cessent de travailler et de ravitailler.

Vue des étals de l’Association de Commerçants de San Carlos, montrant des commerçants retirant leurs effets personnels après avoir reçu un avis d’expulsion (Photographie : Johnatan Vega).

Une tâche importante ici est de mettre dans l’agenda public la rénovation urbaine des marchés (on ne les compte plus à Surquillo), de quartiers comme Casas Huertas, Villa Victoria-El Porvenir, ainsi que de dizaines de ruelles et de co-propriétés du vieux Surquillo. La solution des autorités municipales pour le « Marché San Felipe » ne peuvent pas être aussi simplistes que celle communiquée aux dirigeants de quartier il y a quelques jours, consistant à abattre les étals des deux associations « informelles ». Les commerçants ne sont pas arrivés hier, ils sont là depuis près de cinq décennies, tolérés par les mêmes autorités qui leur prélèvent mensuellement un droit de présence permanente, et prétendent maintenant nous faire croire qu’ils l’ignoraient. Par leurs actions, elles ne démoliront pas seulement du bois, elles effaceront également un lieu chargé de sens, tant pour les habitants que pour les commerçants, qui sont arrivés à Lima avec presque rien, ont travaillé, se sont organisés et ont lutté. Ces rues qui sont devenues un marché (et un second foyer), gardent leurs souvenirs, leurs rêves, leurs désirs, leurs rires, leurs commérages et leurs amours, ainsi que ceux de leurs enfants et de leurs petits-enfants, qu’ils ont élevés, éduqués, vus galoper dans les ruelles et se cacher sous les étals de leurs parents ou de leurs grands-mères (comme ce fut mon cas). De même, il faut souligner un mot d’ordre : le logement n’est pas un privilège, c’est un droit, bien que le capital privé et l’État nous aient fait croire le contraire. Enfin, la construction d’espaces verts et de lieux publics de qualité doivent être une priorité. Surquillo a perdu des opportunités de le faire en autorisant la construction de centres commerciaux (comme l’Open Plaza) ou de restaurants (comme 7 Sopas) dans des espaces qui auraient pu être destinés à de grands parcs, car les intérêts des entreprises ont primé sur le bien-être de la population. Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, Surquillo est le quatrième district avec le plus de contagions au covid-19 par km2. Et malgré tout, il y a encore de l’espoir, il y a encore des solutions.


[1] N.d.T. : Universidad Nacional de Ingeniería.

[2] https://cutt.ly/fyTuSij.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.