Le confinement à Bogota : entre classisme et philanthropie.

Juan Pablo Aranguren-Romero, professeur de la Universidad de los Andes, boursier de l’IFEA.

Les marques de solidarité dans la ville de Bogota sont incessantes. Des hommes et des femmes, organisés en collectifs ou à titre personnel, donnent une partie de leurs salaires, achètent et envoient des courses ou virent de l’argent via des plateformes virtuelles à des personnes ayant de faibles revenus, incluant parfois leurs propres amis, parfois leurs parents dans le besoin, parfois seulement des inconnus. Dans la plupart des cas, l’effort est remarquable. Donner une partie d’un salaire qui, pour l’instant, continue d’arriver pour une poignée de personnes — malgré la mise en esclavage du travail virtuel — et face à l’incertitude financière, ce n’est pas rien. Et bien que nous pourrions nous réjouir de ce geste, les histoires de la ville de Bogota soulignent sans cesse une société marquée par l’inégalité et l’iniquité et par un ancien classisme colonial.

Ainsi, tandis que la maire de la capitale de la Colombie, Claudia López, célébrait le fait qu’à la fin du mois d’avril, la campagne « Bogota solidaire à la Maison » ait réussi à récolter environ 52 milliards de pesos (environ 13 millions de dollars) grâce aux dons de particuliers et d’entreprises privées, au même moment, des centaines de familles affichaient avec angoisse et impuissance un chiffon rouge sur leurs fenêtres. Le chiffon indiquait que, dans ce foyer, on souffrait de la faim — sans doute depuis bien avant le confinement dû à la pandémie. D’après les informations du gouvernement de la ville, le montant récolté pourvoit une assistance, des aliments ou des aides à environ 200 000 familles. Mais ce montant s’épuisera sans doute très vite, et durera un mois, le temps qu’une famille survive avec 260 000 pesos (65 dollars).

Dans un scénario comme celui-ci, il est évident qu’il n’y a pas de philanthropie qui dure, mais il n’y a pas non plus de politiques publiques qui semblent traiter le problème. Nous célébrons la générosité bogotanaise pour nous rassurer face à l’absence d’une politique qui garantisse, à défaut d’un revenu vital minimum, au moins un panier vital de produits de première nécessité. Nous réjouirons-nous également de l’altruisme de la capitale dans deux ou trois mois, lorsque le montant récolté ne sera plus suffisant ? Serons-nous de nouveau solidaires, mois après mois, lorsque le confinement dû à la pandémie sera terminé ?

Très probablement non. Car, à ce moment-là, nous penserons sûrement que nous aurons rempli notre quota de solidarité. Mais nous ne serons pas disposés à donner ou à partager davantage. La philanthropie du mois précédent sera le signal non équivoque du classisme bogotanais du futur, celui de toujours. Celui-là même qui est soutenu par l’obsession de plusieurs secteurs de la capitale pour que les employées de maisons puissent retourner rapidement au travail, afin de ne pas avoir à les payer sans qu’elles aillent travailler. Ce secteur de Bogota qui a dû se résigner — non sans résistance — à ce que lesdites employées aient des conditions de travail minimales.

Parfois, je parviens à imaginer la voix d’une femme qui, d’un ton arrogant et avec un accent cachaco (typiquement bogotanais), dit à son employée : « mijita[1], nous t’avons beaucoup aidée ici, il est temps que tu y mettes du tien et que tu travailles aussi pendant tes jours de vacances, pour compenser les jours où tu n’es pas venue ». C’est notre classisme déguisé en valeurs morales et dissimulé sous un entrepreneurship néolibéral : rendre un peu de générosité, y mettre du sien, avoir un engagement. 

De là à la violation de droits fondamentaux, il n’y a qu’un pas. J’en veux pour preuve le cas d’une employée de sécurité d’un immeuble de la classe moyenne de Bogota à qui l’on a interdit de rentrer chez elle pendant presque un mois (sous prétexte de motifs de salubrité et de prévention des contaminations dues au Covid-19), afin qu’elle se charge de recevoir les livraisons à domicile et d’ouvrir la porte aux habitants. Tandis qu’elle était séquestrée dans une cave, malade et affamée, soumise à des mauvais traitements, cruels et dégradants, l’assemblée des propriétaires de l’immeuble débattait pour décider si devait primer la sécurité ou l’esclavage de l’employée. Dans le plus beau style bogotanais, l’esclavage l’a emporté avec une écrasante majorité.

Jouer à la futurologie et définir si nous serons meilleurs après le confinement me semble pour le moins absurde. Je préfère penser que si nous ne sommes pas capables de voir le classisme de nos relations quotidiennes à Bogota (et sans doute dans toute la Colombie), nous continuerons de célébrer la philanthropie pour dissimuler l’inégale distribution des richesses sans être un tant soit peu perturbés.


[1] Familier : diminutif et contraction de mi hija « ma fille » [ndt].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.