Au temps du Covid-19

Je suis Alina Wong, archéologue de profession et chargée de la vente et de la diffusion de l’IFEA, et j’aimerais partager mes appréciations sur la façon dont nous vivons cette pandémie.

Il existe de nombreuses manières d’aborder cette situation, voyons où me mène le flux de l’écriture… La pandémie nous est tombée dessus d’un coup et a complètement changé nos vies.  

Dans ce monde globalisé, nous recevons des informations sur ce qu’il se produit dans le monde en temps réel. Ainsi, nous avons suivi les nouvelles de ce qu’il se passait à Wuhan (dans la province de Hubei, qui héberge les centres de laboratoires en Chine), sans présager que ça arriverait en si peu de temps. Comme cela a eu lieu juste quand les chinois du monde entier et de l’intérieur du pays ont l’habitude de voyager vers leur lieu d’origine et/ou de rendre visite à leurs familles en Chine pour célébrer le Nouvel An chinois, cette province a été confinée. Aujourd’hui, nous savons que ceci a commencé en novembre 2019 ; Taïwan a envoyé des informations à l’OMS en décembre 2019 sur les cas de cette nouvelle maladie et ses symptômes, sans recevoir aucune réponse : l’OMS n’a pas agi pour déclarer une pandémie globale[1], c’est-à-dire, elle a tardé à avertir les autres pays. Alors, le gouvernement chinois a-t-il menti ? Ou a-t-il retenu l’information à ce sujet ? Il semble que oui, sans tomber dans des théories conspirationnistes. Ce Coronavirus19 est une maladie létale, qui se transmet entre humains et qui aime particulièrement se loger dans les poumons. Nous voyons tous les jours le nombre de contaminés et avec une grande peine la quantité impressionnante de morts dans le monde entier : dans un premier temps en Chine, puis en Italie, en Espagne et en France, et outre-Atlantique, aux États-Unis et en Amérique du Sud (le Brésil, l’Équateur et le Pérou étant les pays les plus touchés).

C’est ainsi qu’à partir du 16 mars, le gouvernement péruvien a décrété l’état d’urgence sanitaire et nous avons tous ou presque tous dû respecter les mesures mises en place : le confinement et l’immobilisation sociale, ainsi qu’une campagne d’hygiène agressive de lavage de mains avec de l’eau et du savon et l’utilisation de gel hydro-alcoolique (qui a disparu du marché), en plus du port du masque pour sortir. De mon côté, je n’ai pas pu obtenir ces produits en pharmacie ; heureusement, j’ai récupéré un peu de gel, quelques masques et des gants dans les affaires de ma mère. Je me suis demandé : si nous ne pouvons pas obtenir ces produits en zone urbaine, qu’adviendra-t-il de ces populations qui vivent en des lieux où il n’y a ni l’eau ni le tout-à-l’égout, et qui n’ont pas non plus beaucoup de ressources?

Cette pandémie a beaucoup mis notre société à nu, en rendant les secteurs les plus pauvres encore plus visibles. Ces derniers représentent 73% de la population ; la plupart de ces familles sont informelles et vivent au jour le jour. Pour eux qui se sont retrouvés sans revenus, la vie a radicalement changé du jour au lendemain. Et maintenant, que se passera-t-il ? De quoi vivront-ils ? Comment s’alimenteront-ils ? Face à ce problème social, le gouvernement a mis à disposition un premier bloc d’aides issues du trésor public, en donnant une contribution de 380 soles aux plus pauvres, sur la base du registre du Ministère du Développement et de l’Inclusion sociale, qui ne semblait pas actualisé au fil des jours. Ceci a généré le chaos : on a vu une grande quantité de gens faire d’immenses queues dans la rue pour toucher l’« aide » en question. N’étions-nous pas censés rester à la maison ? Mais qui donc comprend le gouvernement ?! Ceci a démontré une incapacité d’organisation et a créé un débordement monumental, tout comme avec l’annonce de la sortie alternée hommes/femmes pour sortir faire les courses, brusquement interrompue du fait des foules présentes sur les marchés avant la Semaine Sainte, pour laquelle un couvre-feu avait été décrété les jeudi et vendredi saints. Par les temps qui courent, je ne pense pas que nous devions servir de cobayes ; à mon sens, il y a un manque de sérieux parmi l’exécutif et ses conseillers. J’ai l’impression que chaque décret ou chaque proposition aboutit à des décisions pas très bien planifiées, qui sont plutôt mises en place pour rattraper la situation.

Je ne minimise pas les efforts des gens qui sont en train d’affronter ce virus létal en première ligne, ils font leur maximum pour le combattre, le contrôler, mais il est clair que beaucoup de personnes mourront dans cette pandémie.

C’est pour cela que nous devons remercier le personnel des services de santé (médecins, infirmières), le personnel de nettoyage, le personnel du secteur alimentaire (marchés, supermarchés, petits agriculteurs) ainsi que l’Armée et la Police Nationale pour les patrouilles et les contrôles d’identité. Ce sont eux qu’il faut protéger un minimum avec les mesures de sécurité basiques afin de leur éviter toute contagion. On a vu au fil des jours la précarité de la situation dans tout le pays, particulièrement dans le secteur de la santé et dans celui de l’éducation, qui ne date pas d’aujourd’hui. Plusieurs gouvernements ont traîné cette dette derrière eux.

Le sujet est très complexe, nous savons actuellement que le Pérou, malgré ses ressources, n’a rien fait. Plusieurs gouvernements, plutôt des gouvernants en fonction, ont préféré toucher des pots-de-vin pour de grands projets qui ne sont même pas viables, confirmant une corruption de haut niveau. L’actuel gouvernement a promis de construire des hôpitaux et des milliers de collèges ; nous avons simplement vu que la peinture a été faite dans quelques salles de classe, avec ensuite des inaugurations annoncées en fanfare. N’est-on pas en train de se moquer des Péruviens ? La presse n’a rien dit à ce sujet, cela peut seulement se vérifier,  par exemple, sur les réseaux sociaux, lorsque quelqu’un commente : « Mais ce collège qu’ils disent inaugurer est déjà construit depuis des années ». On nous ment donc. La pandémie a lancé un gilet de sauvetage au gouvernement en fonction, qui se retrouve cette fois dans une course contre la montre, ne serait-ce que pour améliorer les hôpitaux, particulièrement face à la pandémie, ou tout du moins, les préparer face au besoin. La stratégie n’a pas été très claire, par rapport à d’autres endroits du monde ayant de bons résultats, jusqu’à la destitution soudaine de la ministre de la santé. Que s’est-il passé ?

On sait maintenant que dès le début, il n’y a pas eu assez de tests (tests moléculaires versus tests rapides) pour détecter la maladie rapidement (comme le font les « tests moléculaires »), et que les suivis de contacts pour contenir la maladie (comme cela a été fait en Corée du Sud par exemple), n’ont pas été faits non plus. La bureaucratie a tardé pour acheter plus de tests et de matériel clinique, sa réaction a été tardive. C’est pourquoi nous avons entendu Mme Mazzeti (directrice du « Commando Covid19 »), parler clairement à Arequipa, en disant qu’il n’y a pas suffisamment de tests, ni d’équipement pour augmenter le nombre de lits en soins intensifs. En réalité, nous attendions que ce type d’information vienne directement de l’Exécutif. Il est difficile de savoir si les données qui nous sont présentées chaque jour sont fiables.

Cela m’inquiète d’avoir vu des marées humaines (des personnes âgées, des mères avec enfants, des familles entières) marcher sur la route Centrale[2], dans le but de rentrer dans leurs lieux d’origine, quel que soit le temps que cela prendra. Ils étaient de Junín, de Huánuco et de Huancavelica dans un premier temps. Hier, un autre groupe de dirigeait vers Tarapoto. Tous dans le but d’avoir quelque chose à manger et d’être avec leurs familles qui ont des ressources de première nécessité dans leurs chacras, s’assurant ainsi le gîte et le couvert. Des gens ont été licenciés ou délogés de la chambre où ils vivaient, faute de pouvoir encore la payer et s’alimenter. Des personnes se sont retrouvées bloquées car elles sont arrivées dans la capitale pour chercher du travail ou vendre les marchandises qu’elles apportaient. Complexe situation sociale qui se répète dans d’autres zones du pays. Le gouvernement a dû les arrêter pour pouvoir les passer au crible et faire des tests afin de détecter les contaminés. Ceux qui ont eu des résultats négatifs ont été envoyés en bus jusqu’à leurs localités et devraient, à leur arrivée, faire une quarantaine, grâce à la coordination préalable avec les gouvernements régionaux.

Un mois est déjà passé depuis le début de ce confinement obligatoire ; de notre côté, les mesures ont été suivies au pied de la lettre. En restant à la maison, en faisant les courses uniquement en cas de besoin, en sortant le moins possible, avec un masque et des gants. En supportant et en faisant face à l’anxiété de diverses manières, chacun au gré de sa personnalité. Ici, du côté de Surco, j’ai eu plusieurs pannes de courant. C’est une zone résidentielle, mais nous ne savons pas à quoi ça a été dû, et cela m’a fait penser aux années 80 (avec les couvre-feux et le fait de se retrouver sans électricité en raison de l’explosion d’un pylône, alors il fallait chercher des bougies, mais nous en avons ou pas ?). Suite à ce traumatisme, il y a donc toujours des bougies à la maison, et l’autre conséquence du même traumatisme est d’avoir un petit stock d’aliments. Ce n’est pas comme faire ton sac à dos de secours d’INDECI[3] en cas de séisme, mais ça nous a aidé à éviter l’angoisse de devoir sortir faire des courses en masse et aller dans les petites épiceries de produits de première nécessité qui sont déjà des foyers de contamination. Il ne fait aucun doute que nous voyons davantage de queues dernièrement dans les banques et les supermarchés près de chez nous (je crois que c’est pour toucher les retraites des caisses de cotisation privées[4] ou les indemnités de fin de contrat[5]?). J’ai constaté que dans les magasins près de la maison, les prix des produits de première nécessité ont augmenté. Ceci est dû au paiement/frais de port que doivent réaliser ces commerçants pour transporter leurs produits depuis le marché de gros, raison pour laquelle ces ventes ont été suspendues. Le transport requis est informel et ses coûts sont si élevés qu’ils ne justifient pas l’acheminement de ces produits vers leurs petits commerces.

En ce qui concerne mon côté oriental, je n’ai pas pu obtenir certains ingrédients essentiels à ma cuisine, alors j’alterne entre nourriture créole et nourriture chinoise. Généralement, j’achète ces ingrédients dans le quartier chinois ; je n’y ai donc plus accès et j’essaye de faire des petits plats avec ce qu’il y a. Ma famille orientale fait la même chose en ce qui concerne la nourriture. Eux sont plus habitués à sortir, à aller aux chifas pour les fêtes, les loteries[6], etc. Et la timba  (jeu de cartes) leur manque, car elle est associée aux conversations entre familles. Je pense à l’une de mes tantes qui fait partie de l’Association des Dames chinoises, à qui son mercredi de Mahjong doit beaucoup manquer. Elle joue et apprend à jouer à qui est intéressé, selon la tradition familiale, comme l’ont fait mon grand-père et mon père. Nous sommes quatre petits-enfants mais aucun de nous ne poursuit cette tradition du Mahjong, nous suivons tous plutôt la tradition culinaire, si savoureuse. L’autre côté de la famille, celui de ma mère, me manque aussi. J’ai deux oncles qui sont veufs et je les surveille toujours pour voir comment ils vont, car ils vivent seuls. Je les invitais à déjeuner tous les quinze jours, c’était un moyen de garder un œil sur eux, et de changer leur routine. Dans ces circonstances, la famille devient plus présente, ainsi que l’autre famille : les amis et les collègues de travail, auxquels je pense avec bienveillance, tout en leur souhaitant de prendre bien soin d’eux. 

Du côté du travail, l’IFEA a fermé ses locaux et tout son personnel s’est adapté aux besoins de l’institution, chacun selon ses possibilités pour continuer à travailler à la maison.

Il est évident dans que dans les espaces de concentrations de personnes et de contact avec le public d’utilisateurs (dans le cas de la bibliothèque et de la librairie), il est actuellement impossible de suivre un rythme normal. La librairie, tout particulièrement, est en contact direct avec le publics et les librairies au travers des commandes. Tant que dureront la pandémie et les restrictions, nous serons attentifs à toute demande à travers notre courrier électronique ou à tout besoin pouvant venir des réseaux sociaux (en contact avec le pôle communication), et tous les pôles resteront en contact.

L’accès libre à la collection Travaux de l’IFEA et au Bulletin de l’IFEA, hébergés depuis 2001 sur Open Edition/Journal Open Edition, a été temporairement mis en place. Il est certain que nous aurons de bons retours, car nous sommes une institution de grand prestige en raison des recherches menées pendant presque 72 ans de présence de l’IFEA dans l’aire andine (Pérou — siège —, Équateur, Colombie et Bolivie). Les principaux bénéficiaires seront, bien sûr, les étudiants et les chercheurs.

Il est évident qu’en raison de ce que nous avons exposé précédemment, il n’y aura pas de revenus pour l’institution. Même si nous savons que l’IFEA ne vit pas de ces revenus, nous ne savons pas non plus combien de temps durera cette situation. Tous les ans, nous assurons notre participation dans deux salons du livre, particulièrement le Salon International de juillet, le plus important en raison de l’afflux de clients. Cependant, ce dernier a été annulé pour l’instant, bien que dernièrement, la Chambre Péruvienne du Livre a proposé de faire un salon virtuel à la place. Comment le public assidu se comportera-t-il ? Aura-t-il de l’argent pour acheter ? Quoi qu’il en soit, ces salons sont des occasions pour que l’IFEA ait une présence effective ; en temps normal, nous misons sur une vente directe et massive, les livres sont à prix soldés, très attractifs. C’est également l’opportunité pour lancer de nouveaux titres et pour présenter des livres. Le futur me semble incertain à court/moyen terme, car la priorité des gens est d’assurer leur alimentation et le paiement des dépenses basiques. Je pense que tout changera, il est vrai, mais nous savons aussi que nous devons continuer de divulguer nos recherches, soit sur papier, soit en version électronique, car il s’agit là de la raison d’être d’un centre de recherche comme le nôtre.

[1] https://elcomercio.pe/mundo/asia/coronavirus-taiwan-revelo-el-correo-que-le-envio-a-la-oms-en-diciembre-advirtiendo-del-covid-19-tedros-adhanom-ghebreyesus-noticia/

[2] N.d.T. : Carretera Central.

[3] N.d.T. : Instituto Nacional de Defensa Civil.

[4] N.d.T. : Administradoras de Fondos de Pensiones (AFP).

[5] N.d.T. : Compensación por Tiempos de Servicio (CTS).

[6] Pandero en espagnol du Pérou [ndt].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.