La quarantaine depuis mon balcon.

Par José Olivera Espinoza, membre de l’équipe de l’IFEA (Bibliothèque)

Depuis le dimanche 15 mars, date à laquelle a été décrétée le confinement au Pérou, notre vie à tous a changé. Désormais, à la maison, ma famille et moi voyons et écoutons quotidiennement les informations du Gouvernement nous dévoilant les nouvelles mesures et restrictions ; les aides économiques, les échéances, les caisses de retraite privées[1], les indemnités de fin de contrat[2], le système national de pensions[3], sont des thèmes qui n’ont jamais été aussi traités qu’aujourd’hui.

Il y a quelques nuits, j’ai pu observer depuis mon balcon — point de vue privilégié, enviable et stratégiquement adapté à la visualisation du monde extérieur — les « petits hommes en blanc » qui arrivaient escortés par une unité de la Police Nationale et se garaient dans la rue d’en face, sûrement pour transférer une autre personne contaminée par ce virus mortel qui nous frappe, des petits hommes qui risquent quotidiennement leur vie pour celle des autres. Ici, dans mon quartier, Breña (bloc 6 de l’avenue Brasil), le bruyant trafic habituel et l’agglomération de personnes sur cette importante avenue aux nombreux commerces, ont radicalement changé depuis le début du couvre-feu. Désormais, seuls les véhicules de police, les ambulances et le serenazgo[4] du district circulent, on ne voit pas l’armée dans les parages. Puis, au fil des heures, cette zone ressemble à un village fantôme, jusqu’à 20h, moment où tous les voisins sortons pour applaudir et chanter notre hymne national comme c’est désormais la coutume ; puis, tout redevient calme.

Photo: José Olivera, Breña, Lima- Pérou

L’immobilisation sociale obligatoire, le confinement, la quarantaine, le couvre-feu, sont synonymes de rester à la maison et ont brusquement changé nos horaires et nos routines. Nos enfants ne vont plus au collège et se sont faits à un système d’apprentissage virtuel nouveau pour eux, à leur jeune âge.

Les marchés de ma zone sont noirs de monde, des personnesqui doivent faire de longues queues et entrer par groupes pour faire leurs courses. Il y a aussi un supermarché connu à trois blocs d’ici, où l’on doit obtenir un ticket par ordre d’arrivée pour pouvoir entrer, du fait que l’heure de fermeture a été avancée à 15h. Bien qu’il n’y ait pas de pénurie, certains commerçants ont considérablement augmenté le prix des produits de première nécessité, prouvant que certaines personnes sans scrupules profitent de la situation et du besoin.

À l’Hôpital de l’Enfance, situé à côté de mon immeuble, le personnel a déclaré 23 cas positifs de COVID-19, dans le pôle nutrition. Le 17 avril au matin, celui-ci est sorti dans la ruepour protester et exiger la destitution du directeur de l’hôpital et de la chef du service en question en raison de leur laisser-aller et de leur négligence, puisqu’apparemment, ils n’auraient pas pris les mesures sanitaires pertinentes, et que le nombre de contaminés pourrait encore augmenter.

Tous les commerces alentours (magasins de vente de matériel chirurgical et orthopédique) restent fermés ; le transport public est limité ; les nouveaux projets de logement, tels que les immeubles résidentiels, ont soit interrompu la vente, soit paralysé l’achèvementde leurs travaux ; un grand centre commercial qui occupe tout un bloc a complètement fermé, et les marchands ambulants, parfois informels, ne sont plus là.

À la maison, nous nous sommes organisés pour ne sortir qu’un jour par semaine, afin de pouvoir nous ravitailler en produits essentiels et ainsi éviter d’être exposés à la contagion. Dans la journée, mes enfants font leurs devoirs ; mon épouse et moi nous consacrons aux tâches domestiques, et à rester occupés en permanence dans plusieurs activités, tout en partageant des moments de loisiravec nos petits. La communication téléphonique et virtuelle s’est transformée en quelque chose de quotidien. C’est le moyenparlequel je communique avec mes parents et mes enfants d’âge adulte, qui respectent également cet enfermement nécessaire. Bien que nous soyons connectés quotidiennement pour nous informer mutuellement sur notre état de santé, il est impossible de ne pas ressentir un manque,j’espère seulement que ceci passera rapidement et que nous pourrons nous revoir de nouveau… mais sans masques.

Actuellement, nous guidons nos enfants, car les classes virtuelles ont officiellement commencé, et nous devons respecter les mêmes horaires qu’eux, à leurs côtés. Parfois, lorsque qu’il me reste du temps le soir, j’essaye de lire un livre ou une publication n’ayant aucun rapport avec toute cette crise afin de me distraire.

Bien que nous ne sachions pas si le confinement va être partiellement levé, de mon point de vue, ça ne me semble pas souhaitable, malgré le fait que de nombreuses personnes aient décidé de sortir dans la rue sans respecter cette mesure. Ce qui vientest inquiétant, du fait que l’on n’ait pas pu avancer sur un vaccin qui nous permette de mener notre vie quotidienne sans l’inquiétude d’être contaminés.

Pour le bien de ma famille, le plus sûr pour l’instant (même si la quarantaine est levée) est de rester en sécurité à la maison.

Photo José Olivera

[1] N.d.T. : Administradoras de Fondos de Pensiones (AFP).

[2] N.d.T. : Compensación por Tiempos de Servicio (CTS).

[3] N.d.T. : Oficina de Normalización Previsional (ONP).

[4] N.d.T. : Mot péruvien désignant l’équivalent de la police municipale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.