L’épidémie sud-américaine, 1717-1720.

Par Gabriela Ramos, professeure d’histoire  latino-américaine, Université de Cambridge.

La parution de l’ouvrage El cuerpo en palabras: religión, salud y humanidad en los Andes coloniales[1] aux éditions de l’IFEA, est restée en suspens.

Le livre était tout juste entré en imprimerie et devait être présenté l’avant-dernière semaine d’avril lorsque l’état d’urgencedû à la pandémie a été déclaré, ajournant ainsi une infinité d’activités à une date inconnue. Cette subite paralysie, alors qu’il ne manquait presque rien pour le mettre en circulation après une longue et patiente préparation — je ne me réfère pas seulement à la recherche et à l’écriture, mais également à l’évaluation du manuscrit, aux corrections et au travail d’édition —, est quelque chose à la fois d’ironique et de représentatif des thèmes qu’il aborde et sur lesquels j’ai travaillé tout au long de ces dernières années : les liens entre la religion, la santé, les idées sur le corps et les formes de gouvernance dans leurs deux grands domaines : politique et des consciences.

Je souligne ici les aspects les plus notoires[2] de l’épidémie sud-américaine de 1717-1720 :

  • Cette épidémie peut être interprétée comme un produit de la globalisation. Suite à la défaite espagnole lors de la Guerre de Succession, au début du XVIIIème siècle, l’Espagne a opéré des changements de position face à d’autres pouvoirs européens, en particulier l’Angleterre. Comme conséquence de cela, le port et la ville de Buenos Aires ont considérablement accru leur contact avec l’extérieur, par le biais de la croissance notable du trafic d’esclaves et l’intensification du commerce légal et clandestin de marchandises entre l’Europe et l’Amérique Hispanique.
  • L’épidémie a duré environ trois ans : 1717-1720.
  • Des rapports officiels envoyés à Madrid depuis Lima en décembre 1720 soutiennent que l’épidémie a tué 400 000 personnes, un chiffre vraisemblablement exagéré mais de toute manière impossible à vérifier.
  • En raison de son extension géographique et de sa gravité, l’épidémie a été comparée à celles qui suivirent l’invasion espagnole au XVIème siècle.
  • La maladie a suivi le cours des principales routes commerciales de l’époque : elle a débuté à Buenos Aires, avant de passer par l’actuel Nord-Ouest argentin, de causer d’importants ravages à Potosí, de poursuivre vers Cuzco, où elle a fait 60 000 morts, de frapper Arequipa et de possiblement arriver à Lima. La présence de l’épidémie dans la capitale de la vice-royauté est discutable, bien que certains assurent qu’elle y a fait 60 000 victimes. Dans ce chapitre, j’étudie si cela fut le cas et pourquoi. Certaines sources indiquent que l’épidémie a attaqué le Paraguay, Arica et aussi Huánuco. Dans cette dernière localité, il est possible qu’il ne se soit pas agi du même phénomène, mais plutôt de foyers épidémiques causés par l’arrivée de missionnaires franciscains dans la région.
  • Compte tenu de ses caractéristiques, il est possible qu’il se soit agi d’une fièvre hémorragique, c’est-à-dire, d’une maladie semblable à l’Ébola, dont la contamination se produit via la salive expulsée par le porteur en toussant et en éternuant. La maladie débutait par les symptômes caractéristiques de la grippe, et se terminait par de sévères hémorragies. Il se peut que l’infection ait été apportée par les bateaux transportant des esclaves, car plusieurs types de fièvres hémorragiques sont endémiques de la côte occidentale africaine. Dans mon travail, je considère également la possibilité que l’éruption épidémique ait été due à une variété du virus connu sous le nom de Virus Junín, endémique de la pampa argentine, et qui a pour vecteur un rongeur vivant dans les chaumes. Au vu des rares informations documentaires et de la faible compréhension de ce qu’il se passait à l’époque, il est pratiquement impossible de savoir comment elle a pu se répandre.
  • Cette recherche montre que les autorités des diverses villes frappées par l’épidémie ont eu une très faible capacité de réponse, voire aucune. Les principales mesures de protection furent la quarantaine et la fermeture des voies de communication. Ces actions se sont vues contrées par les processions et autres activités religieuses dans lesquelles la population a tenté de trouver un certain réconfort. Face au manque d’organisation et d’initiative des autorités civiles, l’Église a eu un rôle de premier plan dans la majorité des villes — pour ne pas dire toutes — ayant succombé à la maladie.
  • En ce qui concerne Potosí, nous disposons de l’une des meilleures chroniques ayant été écrites sur un évènement de cette nature à l’époque coloniale (Histoire de la Ville Impériale de Potosí, de Bartolomé de Arzáns de Orsúa). Un grand sujet d’inquiétude dans cette ville et haut-lieu minier a été l’interruption du travail dans les mines et la difficulté de continuer à les approvisionner en mitayos, nombre desquels sont retournés dans leurs lieux d’origine dès qu’ils eurent vent des nombreuses morts que causait la maladie. Dans une attitude qui révélait sa préoccupation de ne pas interrompre la production minière, ainsi qu’une totale méconnaissance de la manière dont se transmettait la maladie, le corregidor de Potosí a proposé d’élargir la zone soumise à l’obligation d’envoyer des travailleurs dans les mines. Nous ne savons pas si ces plans visant à incorporer plus de régions et de travailleurs à l’exploitation des mines ont été concrétisés, même si l’expansion de l’épidémie vers le nord de la région permet de le supposer.
  • Les explications à caractère religieux ont abondé pour expliquer ce qui se passait : le péché, l’oubli de Dieu, l’intérêt excessif pour le plaisir et l’argent. Pour cette raison, les villes affectées ont eu recours aux prières collectives et aux processions. Néanmoins, nous avons également trouvé d’autres points de vue : parmi ceux qui écrivirent des années après sur cet évènement, certains mentionnent que le coupable aurait pu être la contrebande et suggèrent que la maladie est probablement arrivée d’Europe par l’un des bateaux qui transportaient de la marchandise destinée à entrer et être vendue illégalement au Pérou. D’autres ont fait référence à une épidémie de peste ayant ravagé le nord de l’Afrique et le port de Marseille à la même période. Comme à l’accoutumée, il a été dit que les émanations infectieuses ou miasmes qui circulaient dans l’air en furent la cause. Les savants de la vice-royauté du Pérou comme Peralta y Barnuevo et Hipólito Unanue, attribuèrent l’éruption épidémique au passage d’une comète et à une éclipse totale de soleil. Toutes ces explications et attitudes signalent les grandes difficultés existantes pour étudier ces phénomènes en des temps où la médecine et les sciences de la santé étaient très peu développées ou inexistantes.
  • L’information à propos du nombre de victimes et des lieux affectés est contradictoire et ne pourra pas être vérifiée. Que s’est-il passé dans la vice-royauté péruvienne après l’épidémie ? Nous savons que, peu de temps après la fin de ce phénomène, la production à Potosí s’est redressée et que, des années plus tard, l’administration espagnole a tenté de mener l’une des réformes administratives les plus importantes de son histoire, en commençant par un nouveau recensement de la population et par une réforme du tribut indigène, exécutés par le vice-roi José de Armendáriz y Perurena, mieux connu sous le nom du Marquis de Castelfuerte. Les conséquences de ces mesures eurent un poids énorme et se prolongèrent durant le reste du XVIIIème siècle.

[1] Le corps en mots : religion, santé et humanité dans les Andes coloniales.

[2] Voici les premières pages du chapitre sur cette pandémie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.