Quarantaine à La Victoria.

Je suis Miguel Carreño[1]. Depuis quelques années, je travaille à temps partiel pour l’Institut Français d’Études Andines (IFEA). J’emploie le reste de mon temps dans une petite entreprise de taxi, de tourisme réceptif et d’achat-vente de pièces automobiles de rechange. Je souhaitais partager un peu mon expérience personnelle de la quarantaine que nous sommes en train de vivre en raison du Coronavirus.

Après les 30 premiers jours de quarantaine, je me sens un peu inquiet et anxieux face à la diminution de près de 80% de mes revenus économiques, et selon les informations données quotidiennement par les autorités, ce processus durera plusieurs mois. Mon entreprise de taxi, qui existe depuis environ 17 ans, a été paralysée du jour au lendemain ; mes clients fixes ont annulé toutes leurs commandes et il me semble difficile de les reprendre à court-terme, vu que la reprise des activités commerciales sera progressive. Si nous ajoutons le fait que la suroffre de ce service n’a fait qu’augmenter ces 12 derniers mois en raison de la concurrence massive des applications de taxis, la reprise sera encore plus difficile. J’ai libéré les chauffeurs de taxi qui étaient sous mes ordres pour qu’ils puissent générer leurs propres revenus. La prime que donnera le gouvernement aux micro et aux petites entreprises[2] afin qu’elles continuent de fonctionner et qu’elles ne fassent pas faillite ne concerne pas mon négoce. En effet, mon travail n’est pas reconnu comme une activité formelle, car les véhicules que je possède dépassent le nombre d’années limite autorisé pour offrir les services de taxi (norme donnée par la DGTU[3]). L’ancienneté des voitures n’implique pas leur mauvais fonctionnement ; au contraire, j’y fais très attention.

Mon autre activité est dans le tourisme réceptif à petite échelle. Elle est née d’unprojetavec quelques amis qui, au prix de beaucoup d’efforts, ont acheté quelques appartements dans la zone de Miraflores afin d’y héberger des touristes — en particulier d’origine européenne — à moindre coût qu’un hôtel. Ma fonction était d’assurer les trajets à l’aéroport, les visites guidées de la ville, de courtes visites à Pachacamac, de petits trajets touristiques sur la côte comme Lunahuana, Paracas-Nazca et la citadelle de Caral. Avec la fermeture des aéroports, tout a été complètement annulé, et ce pour plusieurs mois.

Enfin, l’activité d’achat et de vente de pièces automobiles de rechange (je travaillaisavec trois ateliers) a également été perdue. Ces ateliers tarderont à rouvrir, ils s’agissait de locaux en location et ils devront tout d’abord résoudre le problème de payer leur personnel et leurs services. Et même s’ils recevront la prime économique donnée par le gouvernement, ceci fera partie de la mise en oeuvre d’un plan de restructuration qui prendra du temps.

Ceci est une brève description de comment je me vois affecté professionnellement par la quarantaine. Je ne serai ni le premier ni le dernier à passer par une situation similaire.

Ma fille de 3 ans commençait l’école. Ayant planifié cet évènement depuis des mois, j’avais déjà effectué toutes les dépenses que cela implique. Elle reçoit aujourd’hui des cours sur la page web de l’école. Bien que ce ne soit pas pareil, nous devons nous adapter, et au cours de ce processus, en tant que parents, nous sommes également en train d’apprendre. Mais oui, je remarque la préoccupation des parents quant au paiement des pensions scolaires, car ils considèrent qu’ils ne peuvent pas payer à coût égal une formation éducative présentielle et une formation à distance, alors que les centres éducatifs économisent, entre autres, des coûts de services générés par les cours présentiels. C’est un thème auquel le Ministère de l’Éducation n’a pas encore répondu clairement. En ce qui me concerne, je pense que l’année scolaire est perdue.

Mes collègues de l’IFEA savent que je dois m’occuper de ma mère (une personne âgée de 92 ans), à plus forte raison depuis qu’elle a eu un AVC ischémique (accident vasculaire cérébral) il y a 1 an environ, en conséquence de quoi elle était soignée par 2 infirmières qui venaient à tour de rôle. À l’heure actuelle, nous avons déjà dû nous passer de l’une d’entre elles pour des raisons budgétaires, et en mai, nous ne pourrons  plus faire venir celle qui reste que 3 fois par semaine. Ce sera à nous, les enfants, d’assurer les soins.

Quant au thème alimentaire, nous avons fait une liste de ce qui est de saison, comme les fruits et les tubercules, qui sont moins chers au marché (c’est moi qui fais les courses, seul). Le menu de la semaine est planifié : 2 jours de légumes secs, 2 fois du poulet, 2 viandes et 1 jour de poisson, des boissons à base d’orge, d’ananas et de melon, rien ne se perd. Nous avons diminué les rations pour ne pas grossir avec le manque d’activité physique, tout en veillant à nous alimenter correctement.

Toute la chaîne commerciale, économique et des services est fortement affectée. Les mesures mises en place par le président et son équipe de travail ont, je crois, visé juste, et d’autres doivent ou devront s’ajuster à la réalité des diverses régions du pays (par exemple, celles difficiles d’accès faute d’infrastructure routière, ou celles où la présence des autorités est discréditée). Sans avoir à aller très loin, je crois que l’une des erreurs a été de donner des fonds pour que les maires de districts et de régions répartissent l’aide sociale. Nous avons vu dans divers médias que ces bénéfices n’arrivent pas aux personnes qui en ont le plus besoin et qui ont le moins de ressources.

L’opposition accuse le président Vizcarra d’essayer de gagner du crédit politique en vue des prochaines élections générales en avril 2021. Ces critiques de l’opposition sont lamentables ; la majorité ne se laisse plus tromper et rejette ce type d’attitudes. Vizcarra s’est retrouvé dans un contexte où l’infrastructure que nous avons ne dépend pas de lui mais de ses prédécesseurs qui, avec tant de corruption, ont fait un mauvais usage des ressources dans des hôpitaux où il n’y a pas d’électricité, et où les conditions nécessaires à l’installation des machines correspondantes sont inexistantes. 

Un autre point qui me préoccupe est ce qu’il va advenir du thème des procès pour corruption contre Odebrecht, Toledo, Humala, Castañeda, PPK, Keiko, Villarán. Ma crainte concerne les arrangements pouvant se faire sous la table face à la conjoncture que nous sommes en train de vivre. Il ne faut pas perdre ce thème de vue.

Pour conclure, je sais que de nombreux foyers passeront des moments difficiles lors des prochains mois. Selon mon analyse, la réactivation économique durera peut-être un an. Comme annoncé, le pire est à venir pour les 22 et 23 avril ; mais ce sera pire si, face au besoin de reprendre nos activités, nous avons une résurgence du virus à court terme parce que nous avons ignoré et enfreint les mesures de sécurité. Après que tout ceci soit passé, ni moi, ni toi, ni le Pérou, ni le Monde ne serons les mêmes.


[1] Miguel vit à La Victoria, un district densément peuplé du centre de Lima (Pérou).

[2] N.d.T. : Micro y Pequeñas Empresas (MYPES).

[3] N.d.T. : Dirección General de Transportes Urbanos.

Districte de « La Victoria », Lima – Pérou (Voix et vidéo: Miguel Carreño)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.