De nouveaux défis en vue

Mon nom est Cecilia Baldassari, je suis actuellement la responsable en charge de la bibliothèque de l’IFEA. Je fais partie de l’équipe de l’Institut depuis 1991.

Depuis la déclaration du confinement obligatoire au Pérou le 16 mars dernier en raison de l’épidémie de COVID-19, nous avons tous été exposés, d’une manière ou d’une autre, à de nouveaux défis.

À la bibliothèque, penser le télétravail représente un défi important ; il est plus important encore de partager le savoir scientifique préservé dans notre fonds bibliographique de manière à la fois sûre et efficace.

Bien que la technologie nous permette très souvent d’accéder à des fonds virtuels ainsi que d’interagir avec les usagers, dans notre cas particulier nous proposons un service sur place. Le contact avec les usagers est principalement direct, en face-à-face ; la consultation et la lecture des documents s’effectuent toujours en salle. Il semble que nous allons devoir réfléchir à de nouvelles dynamiques pour accueillir notre public, en privilégiant la sécurité de tous.

Les bibliothèques sont les gardiennes de la mémoire d’un monde, de ce monde qui semble parfois si fragile. Dans ce contexte, il est primordial d’être encore plus prudent quant à la sauvegarde de ce matériel qui fait partie du patrimoine de l’humanité. Tant que le confinement nous séparera, nous consacrerons cette saine distanciation à chercher les moyens pour pouvoir continuer d’être proches de notre communauté d’usagers, en dissipant les doutes et en donnant des conseils bibliographiques, de la manière la plus chaleureuse que nous permette la technologie.

Mon confinement, mon quartier.

Je vis dans le cône Est, à Ate-Vitarte, un quartier densément peuplé, où la croissance urbaine désordonnée, l’extrême pauvreté et les nombreuses collines dépourvues de services basiques et habitées par des milliers de foyers sautent aux yeux. Ma famille et moi habitons un appartement situé presque en face du chemin d’accès  au Musée de site et au complexe architectural de Puruchuco, dans une rue parallèle à la Nouvelle Prolongation de l’Avenue Javier Prado, cette importante artère qui désengorge énormément la Route Centrale et qui, ces dernières années, a été réaménagée à l’occasion de l’inauguration du tunnel Puruchuco.

À travers les informations, j’ai appris que le maire Edde Cuéllar a prévu de distribuer les paniers de vivres mis à disposition par le gouvernement. Malheureusement, le maire a annoncé que les paniers seront attribués à seulement 25 000 familles en état d’extrême pauvreté, et apparemment, les familles qui ne les recevront pas sont bien plus nombreuses.

Dans mon quartier, le confinement est respecté ; le marché — qui est grand, et où l’on trouve pratiquement de tout —, fait son possible pour maintenir l’ordre, en veillant à fournir du gel hydro-alcoolique à toute personne qui entre dans le marché. Environ 20% des étals sont ouverts, les gérants du marché ayant ordonné l’ouverture de seulement quelques étals de denrées alimentaires, légumes, fruits et viande. Le reste des étals sont fermés depuis le 24 mars.

Les gens font tout leur possible pour maintenir leurs distances, tous se protègent avec des masques et des gants. Dans mon quartier, les habitants applaudissent le serenazgo[1] les rares fois où il passe dans nos rues. La mairie n’a pas arrêté le travail de ramassage des ordures, ce qui est important.

Dans l’immeuble où j’habite, il y a six appartements ; deux d’entre eux sont occupés par des familles avec enfants. C’est incroyable, depuis le confinement obligatoire, je ne vois aucun de mes voisins, sauf ma voisine de palier, une femme âgée qui vit seule et qui est très apeurée. Nous allons lui faire quelques courses de médicaments et de vivres, car ni sa fille ni ses petits-enfants — qui sont adultes, et qui vivent au premier étage — ne montent la voir. Ceci est vraiment triste.

Mon quartier est incroyablement tranquille et silencieux, c’est très étrange, mais il également très agréable de ne pas entendre le bruit des voitures ni des bus.

J’ai 51 ans, et hormis l’épidémie de choléra en 1991 et celle de conjonctivite en 1998, je ne me souviens pas d’avoir vécu une situation semblable à celle que nous vivons actuellement en termes sanitaires, et encore moins qui nous impose des changements radicaux : d’un jour à l’autre, nous sommes passés au télétravail, à l’éducation scolaire virtuelle sans même avoir de planification. Le « restez chez vous » nous a obligés à zéro contact : un baiser ou un câlin virtuel, ce ne sera jamais pareil.

D’un point de vue professionnel et personnel, je pense que beaucoup de ces changements dans un premier temps momentanés, deviendront permanents à terme. Il ne nous reste plus qu’à trouver leur côté positif.

[1] Ndt. : Mot péruvien désignant l’équivalent de la police municipale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.