Quarantaine à Lima

Par Irene Valitutto, urbaniste et doctorante CNRS (UMR 8586 – PRODIG)

Lima, 22 mars 2020

Ce moment historique est marqué par quelque chose difficilement prévisible : une pandémie globale qui, depuis quelques mois, s’étend au travers de plusieurs pays, en suivant nos routes internationales. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une « guerre », comme de nombreux chefs d’Etat l’ont définie. Je crois, au contraire, que nous sommes face à un évènement que nous pourrons difficilement comparer avec d’autres choses que nous connaissons. Et ce, non pas parce que nous n’avons jamais eu d’épidémies par le passé, mais plutôt parce qu’aujourd’hui les moyens de communication développés nous permettent une diffusion d’information globale, immédiate et transversale à toutes les classes sociales. Jamais les façons de nous déplacer n’ont été si rapides et massives. Ces facteurs influencent également nos consciences et nos liens en ce moment particulier. La métaphore belliqueuse me semble déplacée face à une menace invisible telle qu’un virus comme le COVID 19. Il est dangereux de parler d’ « ennemi », en donnant à un virus un corps qu’il n’a pas. Le fait qu’il soit une entité quasi immatérielle fait que ce virus génère encore plus de peur (comme le fait toujours l’ inconnu). Comme d’habitude, la peur tend à séparer au lieu de rapprocher. C’est là, il me semble, qu’il se passe quelque chose de différent : contrairement à n’importe quelle guerre, la mesure de sécurité prise face à ce virus est une mesure qui sollicite de la « solidarité ». Il ne reste pas d’autre choix aux chefs de gouvernement que de demander à leurs citoyens de rester chez eux, de prendre soin les uns des autres, pour ne pas se contaminer et surcharger le système sanitaire qui n’est pas préparé à une telle éventualité.

La particularité de cette pandémie est donc la manière de l’affronter, ainsi que cette condition de « quarantaine » que nous pensions impossible dans notre époque contemporaine. Aujourd’hui, quarantaine dans laquelle nous nous trouvons presque tous, selon le point de vue de chaque chef d’État.

Le thème principal de mes études doctorales, et la raison pour laquelle je me trouve à Lima, est l’étude de ses politiques de gestion des risques et des crises, dans une prospective liée au territoire. Mon regard est centré sur les risques classifiés comme d’« origine naturelle ». Ces risques, comme ceux de séisme par exemple, sont définis par des menaces que nous pouvons quantifier, cartographier et appréhenderavec une certaine prédictibilité. Ce facteur clé nous donne la possibilité de nous préparer à la crise que ces risques pourraient générer, car nous connaissons leurs effets et nous pouvons les anticiper. La différence avec la situation actuelle est que dans le cas d’une épidémie (comme d’autres risques anthropiques), il est difficile de prévoir son évolution et la manière dont elle se propagera. La réponse à une maladie inconnue est toujours quelque chose d’inédit dont nous ne connaissons pas l’antidote, car la menace est chaque fois nouvelle et distincte. Non seulement nous ne pouvons pas préparer une réponse spécifique, car tandis que ce phénomène se passe nous sommes en train de l’étudier pour le comprendre, mais en outre, nous devons, à chaque fois, réinventer un nouveau protocole à suivre (confinement, distance de sécurité, lavage de mains, etc.) selon ses caractéristiques.

Il est intéressant de voir comment, dans ce cas, la stratégie adoptée est une longue négociation entre l’opinion des experts, qui conseillent le confinement comme étant la mesure la plus efficace du moment, et les pouvoirs publiques, qui tentent de préserver un système économique en vigueur et son activité régulière. Ainsi, l’une des caractéristiques de cette crise, à la différence d’autres localisées et territorialisées, semble être que sa propagation invisible affecte sans distinction l’intégralité de la structure sociale, en secouant son système organisationnel.

Même si de nombreuses autres questions pourraient se poser sur ces mesures de réponse et de prévention face à la pandémie que nous vivons, et des doutes quant à la façon dont cette situation de crise continuera d’être gérée ou quant à l’impression que le monde qui viendra après ne sera plus le même… Je reste un peu perdue face à ces grandes questions qui évidemment accompagnent mes jours, mais qu’en même temps je déconstruis quotidiennement afin de pouvoir vivre et tenter de vaincre mes peurs quotidiennes.

Je me limiterai donc à donner une vision, ou plutôt un ressenti très personnel sur une situation si universelle, dans laquelle je me sens proche de beaucoup de personnes qui, je pense, sont en train de traverser des situations très similaires.

Le mien est le regard d’une italienne qui vit depuis des années « en exil volontaire », comme le définirait Cortázar, à Paris. Je suis à Lima depuis janvier. Ici, nous avons passé aujourd’hui la première semaine de quarantaine. Je pense que ma condition d’ « étrangère » dans les lieux où j’ai choisi de vivre (et que, d’une certaine manière, je considère déjà comme « chez moi »), influence mon regard sur cette situation.

Lima m’a reçue de manière exceptionnelle, avec des personnes qui m’ont immédiatement fait me sentir chez moi. Je crois profondément que les lieux sont faits de personnes avant d’être des paysages. Je crois également que pour ma génération, il n’est plus possible de ne pas penser à nos êtres chers comme un réseau de points dispersés sur une carte.

Ainsi, cela fait quelques jours que, depuis ma chambre-bureau de Barranco, je suis quotidiennement connectée avec Rome, Paris et Londres, où les personnes que j’aime vivent d’autres quarantaines, dans diverses conditions, influencées par divers régimes politiques.

Je dis ceci car les pensées qui m’angoissent le plus en ce moment ont à voir avec la distance et la fermeture des frontières. En temps normal, le simple fait de savoir que n’importe quel être cher est accessible en quelques heures d’avion transforme les distances, tout du moins pour moi, en une chose abstraite. Une idée qui se dissout presque avec les appels vidéo, les SMS échangés en temps réel, les chats, les mails et toutes ces façons de maintenir un contact constant et immédiat. Il fut un temps où la distance voulait dire une absence absolue, car elle n’était pas seulement de l’éloignement mais aussi une absence de communication. Aujourd’hui, je crois que le concept de distance se transforme et prend beaucoup de dimensions distinctes, et je crois que, pour la première fois, cette fermeture des frontières du pays où je me trouve, mais également des pays où sont les personnes que j’aime, m’oblige à repenser à une dimension physique de la distance, des corps et surtout des frontières.

Forcément, je suis consciente de parler depuis une position très privilégiée, et qu’il s’agit là de thématiques qui font l’objet de réflexions quotidiennes pour moi comme pour beaucoup de mes collègues en ce moment. Cependant, je pense aussi que vivre cette expérience et ressentir ces émotions à la première personne, revêt une valeur différente et affecte la manière de déconstruire et de réarticuler nos discours et nos regards de chercheurs. Ainsi, parmi les nombreuses interprétations de cette situation que je pourrais donner, je choisis de valoriser cet apport « humain » à notre pratique professionnelle de chercheurs, lequel me semble être une part indispensable du processus de réflexion.

Je valorise aussi l’opportunité d’inventer chaque jour une nouvelle forme d’entrer en contact avec l’autre et de renforcer ce lien, tel que le font les réseaux familiaux, d’amis, de collègues, qui sont ici et là-bas, car en ce moment d’enfermement, les distances de quelques mètres ressemblent plus que jamais aux distances de milliers de kilomètres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.