Les autorités locales face au coronavirus : quelques leçons et idées pour le futur

Par Arthur Morenas, doctorant en sciencie polítique (Institut des Amériques)

Depuis une semaine, la municipalité de la province de Chincha a interdit l’accès aux halles, le principal marché de la ville, à toute personne résidant hors du district de Chincha Alta, capitale de la province. Depuis le début de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national, les autorités se voient confrontées au problème de l’agglomération de population dans le marché et ses alentours, ce qui génère des risques de contagion. Chincha, située à 3 heures au sud de la capitale Lima, est la seconde province la plus peuplée de la région d’Ica, avec 217 683 habitants. La majeure partie de sa population se concentre dans les districts côtiers de Chincha Alta (63 671), Pueblo Nuevo (61 078), Sunampe (27 496) et Grocio Prado (24 049). Si les districts de Chincha Alta et Pueblo Nuevo sont principalement urbains, les autres se dédient à d’importantes activités agricoles, de pêche et d’élevage de bétail. La province comprend, en outre, 3 districts situés dans la sierra (Chavín, San Juan de Yánac et San Pedro de Huacarpana), importants de par leur activité agricole et d’élevage, mais aussi minière.

La concentration urbaine sur la côte, et particulièrement autour de Chincha Alta s’est révélée être problématique dans la gestion de la crise du Coronavirus. Les halles et leurs alentours (occupés par le commerce ambulant) sont habituellement des lieux de forte concentration de population. Les restrictions horaires et la limitation du commerce ambulant ayant empiré la situation, il a donc été nécessaire de limiter l’accès aux halles et de les décentraliser vers les principaux districts de la province. En effet, cette mesure a obligé les maires des districts à organiser des marchés locaux dans leurs circonscriptions respectives. Cette disposition nécessaire a cependant tardé à être mise en œuvre. Elle illustre le rôle spécifique des gouvernements régionaux et locaux dans la lutte contre le coronavirus, rôle qui ne devrait pas être réduit au seul don de vivres aux populations vulnérables.

Marché provisoire à la place d’armes du district Sunampe. Photo: A. Morenas

Les gouvernements locaux : de possibles acteurs pour rapprocher producteur et consommateur en temps de crise sanitaire ?

Dès le début de la crise et de l’état d’urgence au Pérou, la question de limiter au mieux les fortes concentrations de population dans les marchés et supermarchés a été centrale et parfois controversée, comme le montre la mesure visant à alterner les jours de courses entre hommes et femmes ou l’interdiction de faire les courses les jeudi et vendredi saints. Les décisions gouvernementales ont parfois été critiquées, mais le rôle que pouvaient (ou devraient) avoir les autorités locales et régionales a rarement été mentionné. Le transfert de fonds du gouvernement national vers les autorités régionales et locales pour acheter et donner des paniers de produits de première nécessité aux foyers les plus pauvres a donné à celles-ci un rôle « officiel » dans la gestion de la crise. Néanmoins, il faudrait également souligner une série de mesures qu’elles pourraient mettre en oeuvre, dans le but de contrôler les concentrations excessives de population à échelle locale. Dans la presse, une certaine emphase a été mise sur la décision de certains maires de districts de fermer leurs « frontières ». Bien que la décision de la municipalité de La Molina ait été la plus médiatisée, d’autres districts, tels que Pacasmayo o San Pedro de Lloc, l’ont également prise.

Cependant, peu de fois a été évoqué le rôle que peuvent jouer ces autorités pour réorganiser les circuits de ravitaillement, tenter de limiter les rassemblements de personnes dans les marchés et les supermarchés tout en rapprochant consommateur et producteur, et réduire les risques de contamination lors du transport des produits. Cette initiative a été nommée « du champ à la marmite » dans plusieurs districts de Chincha. En effet, les gouvernements locaux connaissent les habitants et producteurs de leurs districts respectifs mieux toute autre autorité gouvernementale ou étatique, et sont probablement les plus indiqués pour pouvoir réaliser cette tâche. Il convient de mentionner que ces initiatives ne peuvent pas être reproduites aussi facilement dans toutes les localités : la province de Chincha compte un nombre important de producteurs agricoles, avicoles et une forte activité de pêche, ce qui, évidemment, aide à organiser ces circuits locaux de ravitaillement. L’initiative de décentraliser les halles se révèle cependant nécessaire pour pouvoir affronter plus efficacement le thème de la forte concentration de population, et l’on pourrait, particulièrement en zone urbaine, penser à des mécanismes pour approvisionner les magasins et les petits commerces au même prix que les grands marchés, généralement plus économiques. Alors que le nombre excessif de districts a pu être critiqué par le passé, la crise actuelle rappelle l’importance de disposer de niveaux d’autorité suffisamment proches de la population pour pouvoir développer l’organisation locale, mais aussi de mécanismes de répartition des ressources entre les districts, afin que l’organisation locale ne soit pas synonyme de nouvelles inégalités entre district riches et pauvres.

La crise du coronavirus met en lumière la problématique des « non-pauvres » vulnérables.

La connaissance que les autorités locales ont de leurs districts et provinces respectifs a été l’un des arguments principaux en faveur du transfert de fonds destiné à l’achat de produits de première nécessité. Il faut également mentionner que de nombreuses autorités locales n’ont pas attendu ce virement du gouvernement pour mettre en place, souvent avec de grandes entreprises locales, le don de poulets, par exemple, aux habitants de leurs districts (comme cela a été le cas dans plusieurs districts d’Ica). Nous ne souhaitons pas prendre ici part au débat sur la dimension souvent « politique » de ces remises (est-il nécéssaire que le maire en personne effectue les remises, et que l’équipe de communication de la municipalité diffuse l’événement en direct ?). En revanche, nous voulons souligner le fait que cette crise mette en lumière le problème des « non-pauvres » en situation de vulnérabilité, lesquels ont été exclus de nombreuses politiques publiques ces dernières décennies.

On a beaucoup parlé de la forteresse budgétaire péruvienne, qui permet au pays d’affronter plus dynamiquement la crise du coronavirus par rapport à d’autres pays de la région, voire du monde. Le remise de bons aux foyers les plus vulnérables a été, sans aucun doute, une étape importante pour aider des millions de familles en situation de pauvreté. L’extension des bons aux travailleurs indépendants, et le transfert de fonds pour remettre des paniers de première nécessité à échelle locale montre plutôt clairement la difficulté que rencontre l’État péruvien pour atteindre tous les pauvres dans un moment de crise exceptionnelle. Ces dernières décennies, les programmes sociaux se sont basés sur le principe de « focalisation » de la pauvreté, avec l’idée que les programmes sociaux parviennent aux personnes qui en ont réellement besoin : celles en situation de pauvreté et d’extrême-pauvreté. Cependant, comme le rappellent Javier Herrera et Angelo Cozzubo, « l’expansion de la couverture des programmes sociaux, en se focalisant uniquement sur la population en condition de pauvreté, a laissé les vulnérables sans attention, et ce encore plus en dessinant des politiques spécifiques destinées à diminuer la vulnérabilité (en particulier les mécanismes d’assurance-chômage, d’assurance pour la faillite des entreprises familiales, les conséquences de désastres naturels, l’accès au crédit formel, etc.) »[1]. Les vulnérables sont les personnes et les foyers étant sortis de la pauvreté, mais qui, par exemple, pour des motifs conjoncturels ou de santé, pourraient facilement y retomber. La difficulté pour l’État péruvien d’aider ces foyers en situation de vulnérabilité, lesquels représentaient 28,4% de la population en 2018[2], montre qu’encore bien peu a été fait pour identifier et mettre en oeuvre des politiques socio-économiques à caractère plus universel. D’une certaine façon, l’annonce faite le 28 juillet 2019 par le président Vizcarra à propos de l’universalisation du Assurance Intégrale de Santé[3] (SIS), auparavant adressé aux foyers les plus pauvres, va dans ce sens, bien qu’il nécessite une hausse importante du budget du secteur sanitaire. La situation met également en lumière le défi, pour les chercheurs en sciences sociales en général, de produire un savoir plus détaillé sur cette catégorie de « non-pauvres » étant encore dans une situation relativement précaire et fragile, ce qui implique de ne pas simplement se limiter aux enquêtes sur les conditions de vie et de pauvreté monétaire.


[1] Javier Herrera y Angelo Cozzubo, La Vulnerabilidad de los hogares a la pobreza en el Perú, 2004-2014, UMR DIAL 225, Université Paris Dauphine, Institut de Recherche pour le développement, Documento de Trabajo, n˚ 2018‑08, 2016 (traduction propre).

[2] https://larepublica.pe/sociedad/2020/03/28/coronavirus-en-peru-los-vulnerables-a-la-pandemia-covid-19/

[3] N.D.T : Seguro Integral de Salud.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.