Le monde que j’aime est aujourd’hui paralysé

Par Charlotte Quinquis

J’habite dans un quartier résidentiel de Lima. J’écris ce texte de retour de ma première sortie, le 4 avril 2020, après près de trois semaines de confinement. Jusqu’à présent, mon mari allait faire les courses et je restais avec les enfants à la maison. Je n’avais pas particulièrement envie de sortir, me sentant en sécurité chez moi et je n’aimais vraiment pas l’idée de pouvoir être contrôlée par la police dans la rue.

Avant de sortir, j’avais vraiment un sentiment de peur. Je ne savais pas comment les choses se passaient dans la rue, à l’extérieur, et quels étaient les nouveaux « codes ». Surtout j’avais peur de ce mal invisible, de ce virus qui a complétement paralysé le monde dans lequel nous vivions jusqu’à présent.

Je fais partie d’une génération qui a connu l’ouverture du monde et des frontières, le développement de l’Europe et des rapports internationaux entre les pays. Ma famille est originaire de Bretagne en France. Mes grands-parents étaient agents immobiliers et professeurs des écoles. Mon père ayant choisi une carrière professionnelle à l’étranger, j’ai quitté la France à l’âge de 6 mois.

Avec ma famille nous avons vécu en Océanie, en Asie, en Afrique et en Europe. Nous avons parcouru le monde pendant toute mon enfance et mon adolescence. Je me suis imprégnée de différents modes de vie, philosophies et cultures.

L’année de mes 18 ans, je suis rentrée en France pour une période de 10 ans, entrecoupée par des séjours à l’étranger. J’ai été une élève Erasmus et suis allée travailler à l’étranger dans le cadre de mes études en école de commerce spécialisée dans l’export-import. Après 5 ans d’expérience professionnelle en France, j’ai décidé de faire mes valises avec mon mari pour venir nous installer au Pérou. Nous ne savions pas trop ce que nous réservait l’avenir, mais nous étions ensemble et avions envie de tenter notre chance. Nous sommes partis avec 2 valises et voilà maintenant 9 ans que nous sommes au Pérou. Entre temps, nous avons fondé une famille, un foyer. Nous avons maintenant notre « petit réseau » et j’ai obtenu mon DNI !

Voyager et être libre de se déplacer sont des notions qui me sont familières et qui m’ont construite. Cette réalité est pour le moment tout autre. Le monde ouvert et interconnecté que je connaissais est en stand-by. Les frontières se sont fermées les unes après les autres. Chaque pays gère la crise à sa manière, en comparant ce que fait le voisin ou bien les pays touchés au début de la crise. Cela s’est passé même en Europe où il n’y a pas eu de politique ou de stratégie commune au départ, mais un repli sur soi-même de chaque nation. Après une période « d’adaptation », il y a tout de même eu une solidarité avec des mobilisations de médecins de l’UE en Italie et des déplacements de malades depuis la France vers l’Allemagne et l’Autriche où les hôpitaux sont moins saturés. D’un point de vue international, les pays coopèrent aussi pour réaliser des opérations conjointes de rapatriement de leurs ressortissants bloqués à l’étranger.

Maintenant la distance qui me sépare de la France, de ma famille et de mon réseau d’amis me paraît immense. Il va falloir que je m’habitue à cette nouvelle situation qui va durer. Heureusement qu’aujourd’hui il existe énormément d’outils pour rester en contact avec ses proches. Comment aurions-nous vécu une pandémie de la sorte dans les années  90 ! ?

Je suis justement en contact avec mes amis en Angleterre, en France, à la Réunion, à Maurice et au Portugal.

En Angleterre, #SavetheNHS et #stayhome, le confinement est devenu obligatoire une semaine après nous au Pérou. Mon amie a dû fermer son cabinet d’ostéopathie où elle travaille avec son mari. Pour le moment ils ne font pas partie des entreprises qui recevront une aide d’état et comme beaucoup de personnes, ils ne savent pas quand ils pourront reprendre leur activité. 

Mon frère et sa famille sont en région parisienne, #jerestechezmoi. Ma belle-sœur qui travaille en RH a énormément de travail et mon frère qui est spécialisé en informatique aussi. Tous deux sont en télé-travail et s’occupent également de leurs enfants qui ne vont plus à l’école (à peu près à la même période qu’au Pérou à quelques jours près) et qui ont l ‘école à la maison. Ils n’ont pas fait comme certains parisiens qui de manière irresponsable sont allés en province pour la période de confinement et ils s’organisent dans leur petit appartement parisien.

A la Réunion, #jerestechezmoi, il faut suivre les mêmes mesures qu’en Métropole. Une de mes amies a monté depuis quelques années un atelier de cuisine où elle organise des cours et prépare des desserts pour des particuliers. Toute son activité est arrêtée. Elle réfléchit à une stratégie pour maintenir son business à flot après le déconfinement (ateliers avec moins de participants et avec des mesures de distanciations sociales strictes). Mais, bien sûr son entreprise doit rester rentable pour perdurer.

A Maurice, j’ai une amie qui continue à travailler dans l’hôtellerie car les hôtels ont été réquisitionnés pour pouvoir accueillir les personnes testées positives au Covid 19.

Au Portugal, #euficoemcasa,  l’état d’urgence a rapidement été décrété le 18 mars. La circulation de touristes entre l’Espagne et le Portugal a même été suspendue dès le 16 mars. Un de mes très bons amis s’est installé à Tomar depuis quelques années déjà pour reprendre l’entreprise de taxi de son père. Il a su faire grandir l’affaire familiale, mais maintenant tout est au ralenti. Au moment du déconfinement, l’activité pourra reprendre mais il faudra diversifier l’offre et faire preuve de créativité car son entreprise compte énormément sur le tourisme et ce secteur d’activité est vraiment touché de plein fouet par cette crise internationale.

Dans mon cas, j‘ai pu opter pour le télétravail. Je peux donc continuer mon activité avec l’IFEA, où je suis assistante de direction. Je dispose du matériel informatique nécessaire et de l’ensemble de mes archives car le soir même de l’annonce du Président de la République, le 15 mars à 21h, je suis hâtivement allée chercher mon matériel de travail à Barranco, accompagnée de la directrice. D’autres collègues nous ont suivi dans cette démarche et sont arrivés rapidement à Barranco avant minuit, début de la mise en place de l’interdiction de circuler.

Dans le cadre de cette pandémie, la santé prime actuellement sur l’économie. Celle-ci devrait peu à peu reprendre sa place car il en va de la survie des entreprises, des commerces et des foyers. Cela est encore plus vrai ici au Pérou, #YoMeQuedoEnCasa, où beaucoup de personnes gagnent leur vie et de quoi manger au jour le jour. Comment sera gérée cette phase de déconfinement afin de préserver la santé des populations et éviter une deuxième vague de contamination? Par ailleurs avec l’activité humaine à l’arrêt, nous avons constaté une baisse de la pollution. La fermeture de l’espace aérien, l’arrêt de l’activité industrielle, la baisse de la consommation en général, tout cela a profité à notre planète. Ne s’agit-il là que d’une pause pour mieux recommencer à polluer quelques mois après le déconfinement ?

Je regarde régulièrement les informations locales et internationales (espagnoles, anglaises, françaises, nord-américaines, sud-américaines) pour suivre l’évolution de la pandémie et observer les stratégies politiques, sanitaires, économiques et sociales mises en œuvre. Toute l’information est naturellement très stressante et préoccupante. Je n’ose pas parler de l’Afrique, ce continent que j’aime tant.

J ‘espère que nous serons témoin d’une grande solidarité à l’échelle mondiale et que nous connaîtrons un « après Covid 19 », qui ne sera sûrement pas un retour à la normale, mais où nous retrouverons notre liberté et joie de vivre et ne subirons plus cette peur actuellement omniprésente et anxiogène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.