II Seminaire International : L’éthique de l’écoute

Le II Séminaire international “l’Ethique de l’Ecoute: Silences, rêves et spectres. Ecouter la disparition forcée » a eu lieu à l’Université des Andes le 5, 6 et 7 de novembre dernière et a été organisé par Juan Pablo Aranguren chercheur du Département de Psychologie de l’Université des Andes et lauréat d’une bourse « chercheur confirmé » 2019 de l’IFEA.

La rencontre a traité le thème de la disparition forcée, par le biais de divers regards : scientifiques (regards d’anthropologues et de psychologues) ; professionnels (anthropologues légistes, entités étatiques de recherche et de professionnels du suivi psycho-social des victimes) ; acteurs sociaux qui relatent la disparition (journalistes, chercheurs étudiant le suivi des victimes) et familles de disparus. Il s’est appuyé sur une dimension comparative Colombie-Pérou.

Les diverses facettes individuelles et collectives de la disparition forcée restent mal comprises et diversement perçues ou reconnues par les différents segments de la société, ce qui génère des incompréhensions entre acteurs publics de la recherche des disparus, médias, population en général et victimes. Les anthropologues étudient la nature du deuil individuel et social des familles de disparus et la façon d’améliorer la compréhension du phénomène et de ses implications collectives. Les psychologues tentent de mieux adapter les dispositifs d’écoute des victimes mais aussi des professionnels du suivi.

L’évènement a articulé différents espaces de réflexion scientifique, de témoignages et de débat.

  • Les conférences des deux chercheuses: Anne-Marie Losonczy (Ecole Pratique des Hautes Etudes) et Dorothée Delacroix (IHEAL-Paris Sorbonne Nouvelle), ont présenté une vision anthropologique de la relation des familles et communautés des disparus dans deux pays, la Colombie et le Pérou, affectés par des conflits civils prolongés et des taux élevés de disparitions forcées.
  • Les panels étaient composés de différents acteurs sociaux (organisations de victimes, journalistes), de représentants politiques (membres des instances d’Etat en lien avec la recherche de disparus et des Commissions de la Vérité au Pérou et en Colombie), de professionnels qui travaillent en lien avec la disparition, sur le plan médical, social ou juridique (anthropologues légistes), et de chercheurs qui travaillent avec des familles de disparus.
  • Enfin, les « conversatorios » (débats) avec des familles de victimes ou avec les acteurs de l’écoute psychosociale, ont permis d’aborder les diverses facettes sociales et personnelles du vécu des victimes, et des difficultés des professionnels chargés de leur apporter une aide psycho-sociale adéquate

 

Conference de Anne-Marie Losonczy / © E. Mesclier (IFEA)

Les conférences des deux chercheures françaises portaient sur les cas de la Colombie (région d’Antioquia) et du Pérou (région d’Apurimac). Elles ont abordé la façon dont les rituels et  les espaces oniriques permettent aux vivants de tisser des liens particuliers avec des personnes dont les assassins ont fait disparaître les corps. Elles ont aussi mis l’accent sur diverses formes d’incorporation des disparus à la vie des familles et des communautés, à travers des pratiques rituelles spécifiques, comme l’adoption de restes humains anonymes par des individus qui les choisissent et attendent des bienfaits en retour. Toutes deux ont ainsi souligné les différences de perception de la disparition, entre des acteurs étatiques ou légistes qui minimisent parfois le deuil, et les familles, qui établissent des liens, par le biais des rêves notamment, avec leurs disparus. Elles ont enfin mis en lumière les conséquences de l’impunité des tortionnaires sur le vécu des victimes.

Un aspect sur lequel le panel réunissant des anthropologues légistes, faisant état de leurs expériences, a permis d’apporter quelques précisions. Ceux-ci ont souligné notamment l’importance de ne pas générer de faux espoirs dans les procédures de recherche et d’identification, mais aussi de ne pas déclarer trop vite les disparus « morts » ou de ne pas contraindre les familles à l’abandon de la recherche des disparus. Les associations de victimes doivent batailler pour faire reconnaître les préjudices subis et l’ampleur du phénomène. De même, les mères ou tantes de disparus ont témoigné sur l’aide psychologique reçue, mettant en évidence les décalages avec certains professionnels de l’écoute dans la perception et compréhension du deuil lié à la disparition et à l’incertitude qui en découle. Les hommes étaient absents du panel de témoins ; certains chercheurs ont souligné que ceux-ci ont une plus grande difficulté à témoigner par la parole. Diverses formes artistiques pratiquées dans des contextes collectifs s’avèrent alors un support pertinent, comme la broderie ou la danse.

Les journalistes ont quant à eux fait état de leur réflexion sur leur façon d’aborder la disparition, dans un effort collectif pour passer d’un traitement sensationnaliste à une approche solidaire des victimes.

La disparition forcée, bien que définie comme un délit sur le plan juridique depuis 2000 en Colombie, reste un phénomène mal connu et souvent volontairement occulté ou minimisé par les gouvernements, ce qui rend la rencontre entre les familles et les instances de recherche parfois difficile. L’apport des études anthropologiques et psychologiques se révèle crucial, de ce point de vue, pour mieux comprendre la relation tissée entre les familles ou les communautés et leurs disparus et pour adapter de façon plus adéquate les dispositifs d’écoute et de soutien psycho-social.

La rencontre s’inscrit dans le fil des recherches menées par l’IFEA sur la violence, ses formes, ses mémoires et les réparations faites aux victimes, dans une perspective comparative notamment entre la Colombie et le Pérou.

© E. Mesclier (IFEA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.