Colloque “Territoire indigène en transformation »

Par Raphaël Colliaux  (IFEA)

Les 20 et 21 août derniers, s’est déroulé le colloque international intitulé : « Territoire indigène en transformation. Autodétermination et nouvelles formes de gouvernance en Amazonie ». L’objectif était de questionner la territorialité et les mouvements indigènes dans l’Amazonie péruvienne contemporaine. L’événement a investi deux espaces académiques emblématiques de Lima: la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP) et l’Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM).

Il s’est agi, durant ce colloque, d’esquisser un bilan de la question territoriale en Amazonie péruvienne, en portant une attention particulière au rôle des populations indigènes dans la gouvernance locale. Le 20 août à la PUCP, après l’inauguration d’Alejandro Diez Hurtado (Directeur du Départament de Sciences Sociales) et d’Evelyne Mesclier (Directrice de l’IFEA), a débuté la première table-ronde thématique, intitulée « Groupe ethnique, peuples indigènes, Nation indigène. Les transformations de la politique indigène dans sa relation avec l’État ». Dans ce cadre, ont été présentées les interventions d’Oscar Espinosa (PUCP), de Ketty Marcelo (ONAMIAP), de Teresita Antazú (AIDESEP-UNAY), de Gil Inoach (GTAW), de Thomas Moore (CEIPR), et finalement les commentaires de Jean-Pierre Chaumeil (CNRS/IFEA). 

© R. Colliaux

La seconde table-ronde thématique, « Le territoire indigène et ses histoires. Perspectives critiques sur les stratégies de défense du territoire. Opportunités, limites et possibilités », a pu ensuite compter sur la participation d’Alberto Chirif, d’Alexandre Surrallés (CNRS/EHESS), de Beatriz Huertas Castillo (Rainforest Foundation Norway), de Patricia Urteaga (PUCP), de Richard Chase Smith (IBC), ainsi que sur les commentaires d’Oscar Espinosa (PUCP). Le débat a abordé les initiatives autochtones les plus récentes, comme celle du Gouvernement Territorial Autonome de la Nation Wampis (GTANW).

Le 21 août, la seconde journée de travail s’est déroulée à la UNMSM, après les mots de bienvenu de Pablo Sandoval (Directeur de l’École et Maîtrise d’Anthropologie). La troisième table-ronde de réflexion, « Les forêts et la conservation de l’environnement : quelle est la place des peuples indigènes ? », a ensuite débuté. Sont intervenus Zoila Aurora Cruz Burga (UNALM), Marco Arenas (SERNANP) et Ernesto Ráez Luna (UARM), qui furent commentés par Danny Pinedo (UNMSM).

Finalement, dans l’après-midi, un débat intitulé « Terres indigènes, développement des infrastructures et droits territoriaux. Inclusion, exclusion ou tout le contraire ? » a été ouvert. Dans le cadre de ce débat, ont participé Evelyne Mesclier (IFEA), Luis Hallazi Méndez (IBC), Roger Merino (U. del Pacífico), Diego Saavedra Celestino (DAR) et Mario Zuñiga Lossio (PUINAMUDT). Kathya Castillo Avenio (UNMSM) et Raphaël Colliaux (IFEA) ont assumé la modération des débats, en tentant en outre d’inclure le public à la discussion. Enfin, Danny Pinedo (UNMSM) a réalisé la conclusion générale des deux journées de travail. Il faut souligner la diversité des profils des intervenants, qui se distinguent par leurs trajectoires intellectuels et professionnelles propres – académiques, activistes, fonctionnaires, entre autres. Cette hétérogénéité a donné lieu à un échange de points de vue et de préoccupations qui a enrichi substantiellement les débats.  

L’événement s’est déroulé dans le cadre des activités du programme AMAZ « Configurations socio-spatiales, défis politique et débats ontologiques en Amazonie », projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR – France) et associé à l’Institut Français d’Études Andines (IFEA). Le comité d’organisation de l’événement était composé par Raphaël Colliaux (IFEA), Oscar Espinosa (PUCP), Danny Pinedo (UNMSM), Silvia Romio (PUCP/IFEA) et Alexandre Surrallés (EHESS/CNRS).

© K. Pacheco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.