Débat sur l’informalité urbaine

L’occupation des terres, la production de logements et, en général, le développement des villes latino-américaines continuent de remettre en question les cadres de planification officielle et sont donc classés comme informels. Cependant, la définition de l’informel n’est ni évidente ni neutre : elle implique de discuter des relations entre le formel et l’informel, entre l’État et le marché, entre le public et le privé. C’est avec l’objectif de dépasser la stigmatisation de la périphérie populaire comme espace d’informalité et d’avancer vers une compréhension globale des transformations urbaines, que l’IFEA, avec le CIAC- PUCP et l’UNI ont organisé le séminaire international « Repenser l’informalité urbaine », qui a eu lieu les 14, 15 et 16 mai 2019. Cet événement a été soutenu par plusieurs groupes de recherche : le Groupe de travail de l’IFEA « Informalités urbaines », l’INCITU (PUCP) et le Urbes Lab (UNI).   

Le séminaire a proposé  différents espaces de discussion et d’échange, en particulier deux conférences : Pedro Abramo, docteur en économie (EHESS, France), professeur et chercheur de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (Brésil) :  « Informalité et marché dans la ville néolibérale », Aurélie Quentin, docteure de l’EHESS, professeure de géographie et d’urbanisme à l’Université Paris Nanterre, chercheuse de l’IFEA et associée à l’Université Nationale de Colombie à Medellin : « Penser l’informalité urbaine depuis des ensembles périphériques de logements sociaux ».

© K. Pacheco

Un Café Scientifique a également été organisé, intitulé : « L’informalité urbaine. Est-il possible de planifier les villes au Pérou ? ». Des points de vue scientifiques sur le sujet ont été présentés dans le but de générer un échange d’idées et d’opinions avec les participants, dans une atmosphère conviviale et accueillante. Les défis de l’urbanisme ont été abordés dans un scénario où les processus d’urbanisation sont pour la plupart informels. Augusto Mendoza, directeur de l’Institut Métropolitain de Planification de Lima, a présenté son avis sur ce défi à Lima. Ses travaux ont été mis en perspective par les deux chercheurs invités qui travaillent dans autres contextes : Aurélie Quentin, à Quito, à Medellin et en Afrique et Pedro Abramo, au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine.

© K. Pacheco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.