Café scientifique sur le kichwa dans le discours politique

L’objectif de la conférence du 29 janvier dernier était de réfléchir sur les évolutions du Kichwa en Equateur et de comprendre son impact politique. L’anthropologue Sarah Dichy-Malherme de l’Université de la Rochelle était la conférencière invitée dans le cadre de ce Café scientifique organisé par l’IFEA et l’IRD. Lors de son exposé, elle a signalé comment, à partir de « La montée de l’Inti Raymi » (1990) jusqu’à la « Constitution de la Sumak kawsay » (2008), le Kichwa est venu à posséder un espace clé dans le discours politique équatorien. Ainsi, ces 30 dernières années, le recours au Kichwa symbolise un large éventail de postures liées, à la fois, à la rébellion contre l’ordre établi et à la recherche et la construction d’un nouvel ordre. Cela culmine avec l’arrivée du Kichwa sur la plus haute marche du système juridique d’Equateur, à travers le «Sumak Kawsay ».

Cet événement qui inaugurait « l’année internationale des langues autochtones » pour l’IFEA fut organisé avec le soutien de l’Alliance Française de Quito et de la Gallete.  

© . J-L. Le Pennec (Representante del IRD en Ecuador)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.