Séminaire : Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques

L’IFEA, l’École d’Histoire de l’Université National Mayor de San Marcos (UNMSM) et le département du Master en Anthropologie et Anthropologie Visuelle de l’Université Catholique Pontificale du Pérou ont organisé, avec la coordination scientifique de Silvia Romio, un séminaire intitulé “Mémoires de la violence et post-conflit en contextes périphériques”, les 24 et 25 octobre 2018.

La première journée s’est déroulée à la « Casona » de la San Marcos, dans le centre historique de Lima. La journée a démarré avec des mots d’accueil de la part de Cristóbal Aljovín, directeur du département d’Histoire de la UNMSM, d’Antoine Grassin, ambassadeur du France au Pérou et d’Évelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.  

Cristóbal Aljovín (UNMSM), Antoine Grassin ( Ambassadeur du France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA) et Silvia Romio (PUCP/IFEA) / © K. Pacheco

La première table, commentée par Guillermo Nugent (UNMSM), était intitulée « Mémoires, idéologies et lutte armée ». La première intervention concernant l’historicisation de la violence était celle de Pablo Sandoval (UNMSM). Celui-ci a analysé le rôle qu’ont eu les anthropologues de province dans l’émergence du projet intellectuel du Sentier Lumineux. Cette élite universitaire métisse a modifié progressivement ses cadres d’analyse de la réalité péruvienne entre les années 1950 et 1970, passant d’une étude indigéniste et culturaliste à des facteurs d’explication liés à la classe sociale et à la paysannerie, invisibilisant de manière croissante la question raciale. Ponciano Del Pino a proposé une étude du conflit dans son aspect quotidien, afin de comprendre comment les habitants ont pu construire leur vie au jour le jour dans des conditions si extrêmes et les liens contingents qu’ils ont tissé avec la guérilla et qui ont permis son extension, malgré une précarité institutionnelle et militaire que les FARC, par exemple, n’avaient pas. Carlos Camacho (Université Externado, Colombie) a exposé les différentes facettes attribuées au concept de “mémoire” dans le contexte colombien actuel, entre un Uribe usant le terme de “terrorisme” et un Santos parlant plutôt de “conflit armé interne”.

La deuxième table intitulée « Mémoires d’ex-combattants, entre hégémonie et subalternité ? » était commentée par David Velasquez (UNMSM). Camille Boutron (IRSEM-IFEA) a commencé la discussion en présentant une étude comparative du discours des femmes dans la construction de la mémoire au Pérou et en Colombie. Elle démontre à la fois leur instrumentalisation pour construire la mémoire hégémonique, à travers l’usage de la repentance, tout en analysant l’ambiguïté du discours de nouvelles formes de subjectivation. Dynnik Asencios (Institut d’Études Péruviens) a analysé les mémoires construites depuis la prison entre 1992 et 2017. Puis Carla Granados a étudié les discours d’ex-combattants de la guerre contre-terroriste, souvent de jeunes analphabètes pauvres provenant d’Amazonie et des Andes et recrutés de force. Imprégnés d’un fort nationalisme militaire, leur discours patriotique, qui s’exprime particulièrement au sein d’associations auxquelles ils appartiennent, soutient que la guerre a été gagnée grâce à eux.

Guillermo Nugent (UNMSM), Pablo Sandoval (UNMSM) et Ponciano del Pino / © K. Pacheco

La troisième table intitulée « Corps, mots et mémoire. Les mécanismes de transformation sociale en contextes de post-conflit » fut commentée par Anne-Marie Losonczy (EPHE-EHESS-ICANH). Les intervenants étaient Marco Tobón (U de Campinas), Natalí Durand (Université Iberoamericaine Ciudad de Mexico) et Silvia Romio (PUCP-EHESS-IFEA). La journée s’est conclue sur une intervention d’Anne-Marie Losonczy commentée par Pablo Sandoval.

Si cette première journée s’était penchée sur des thématiques historiques et de de mémoires de groupes sociaux, la deuxième journée, qui s’est déroulée dans la Sala de Grados de Sciences Sociales de la PUCP, s’est intéressée à la Commission de la Vérité et à la relation qui pouvait être établie entre Art et Mémoire. La première table « Commission de la Vérité et condition de victime. Héritage et défis pour le post conflit », commentée par Felix Reátegui (IDEHPUCP), était composée de Diana Gómez (Universidad de los Andes), Valérie Robin (IFEA-Paris V), Oscar Espinosa (PUCP) et María Eugenia Ulfe (PUCP).

Finalement la dernière table de l’évènement « Anthropologie, art et mémoire. Regards et réflexions sur le processus de construction d’une mémoire visuelle », commentée par María Eugenia Ulfe (PUCP) et Mauricio Godoy (PUCP), était composée de Vanessa Romo (PUCP), Sébastien Jallade (RIDAP-IFEA), Fernando Valdivia (École du Cinéma Amazonien), José Balado (Docuperú) et María Isabel Torres (PUCP).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.