Congrès international: Traditions républicaines : une singularité andine ?

Le congrès international “Traditions républicaines: une singularité andine?”, réalisé à l’occasion des 70 ans de l’IFEA, les 5 et 6 novembre 2018, à la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM), a été organisé par la Faculté en Sciences Sociales de la UNMSM, l’Ecole professionnelle d’Histoire de la UNMSM, le Centre Européen d’Etudes Républicaines, la Casa de Velázquez (programme “Républicanisme”), l’IFEA, l’Ambassade de France au Pérou et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Le comité scientifique était composé de Cristóbal Aljovín de Losada et de Georges Lomné. L’objectif était de penser, à la lumière des dernières avancées historiographiques, la singularité du républicanisme andin en comparaison avec la rupture moins forte qui s’est donnée dans les Caraïbes ou dans le Cône Sud, mais également avec les modèles républicains plus classiques de la zone atlantique.

Le premier jour a commencé avec les mots d’introduction du doyen de la UNMSM, de Monsieur l’Ambassadeur de France au Pérou, de la directrice de l’IFEA et des différents organisateurs du congrès. La première table intitulée « La république avant la République : avancées historiographiques » était constituée d’Olivier Christin (EPHE, CEDRE/PSL) et d’Arnault Skornicki (Paris-Ouest-Nanterre), modérée par José de la Puente Brunke (PUCP).

Inauguration du congrès: Doyen de la UNMSM, Antoine Grassin (Ambassadeur de France au Pérou), Évelyne Mesclier (directrice de l’IFEA), Cristóbal Aljovín de l’UNMSM et Georges Lomné de l’U. Paris-Est Marne-la-Vallée (organisateurs du congrès) / © R. Perdomo

L’objectif était de comprendre les antécédents du républicanisme, tant à travers les imaginaires politiques que les pratiques, dans l’Ancien Régime, étudiant, entre autres, les premières formes de vote sous la monarchie française.La deuxième table intitulée « Les origines différenciées du républicanisme dans les Andes » était l’occasion de penser la pluralité des manifestations du républicanisme dans les Andes. David Velázquez (UNMSM), Georges Lomné (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et Sergio Mejía (Bogotá, Colombie) se sont exprimés sous la modération de Claudia Rosas (PUCP).

La deuxième journée du congrès s’est ouverte avec la table « Indigènes et République » afin d’analyser la diffusion du républicanisme au sein des indigènes, imprégnés de leurs traditions corporatives et menacés par l’avancée des haciendas. Daniel Morán (UNMSM) a modéré cette table qui était composée de Marilú Soux (Universidad de San Andrés), Pilar Mendieta (Universidad de San Andrés) et Nelson Pereyra (Universidad Nacional San Cristóbal de Huamanga). La dernière table ronde intitulée « Un républicanisme catholique ? » s’est intéressée aux cas équatorien et colombien de républiques catholiques mises en place en réponse à un libéralisme catholique. L’objectif était d’étudier les caractéristiques du conservatisme catholique et sa relation historique avec l’espace atlantique. Cristóbal Aljovín (UNMSM), Carlos Espinosa (Universidad San Francisco de Quito), Juan Carlos Ponce Lupú (UNMSM) et Jordi Canal (EHESS-CRH) se sont exprimés à ce sujet avec la modération d’Armas Asín (Universidad del Pacífico). Noemí Goldman de l’Universidad Nacional de Buenos Aires a clôturé les activités du congrès.

© R.Perdomo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.