In memoriam – Edgardo Rivera Martínez

Par Pascal Riviale (Archives Nationales de France) 

Edgardo Rivera Martínez (Jauja, 28 septembre 1933 – Lima, 5 octobre 2018) était un écrivain péruvien reconnu et respecté, dont l’œuvre littéraire et poétique, initiée en 1963 avec le recueil de contes El unicornio. était fortement empreinte des traditions populaires de la Sierra, On lui doit plusieurs autres livres de contes, dont Ángel de Ocongate y otros cuentos (1986), Danzantes de la muerte y de la noche (2006) ou Cuentos del Ande y la neblina (2008), mais aussi des romans tels que País de Jauja (1993), Libro del amor y las profecías (1999), Diario de Santa María (2008), A la luz del amanecer (2012).

C’est probablement son goût pour les traditions orales qui l’amena à publier également une série d’anthologies relatives à Lima, Arequipa, Trujillo, Jauja, Huamanga, ainsi qu’à l’Amazonie péruvienne.

Les traditions, les légendes, les descriptions de personnages et de paysages, ce sont aussi des éléments que l’on rencontre fréquemment dans les récits publiés par tant de voyageurs étrangers ayant parcouru le Pérou depuis la Conquête : mélanges d’observations, de préjugés, de fantasmes, d’emprunts inavoués. Ce sont peut-être ces ressorts narratifs qui avaient poussé Edgardo Rivera Martínez à se pencher vers ce genre littéraire, en publiant très tôt (1963) un ouvrage consacré à la littérature de voyage. En 1974, il publiera un livre pionnier sur l’œuvre graphique du consul de France au Pérou et en Bolivie, Léonce Angrand, puis plus tard encore, il aura l’occasion de traduire pour l’IFEA les récits de quelques autres voyageurs fameux tels que Charles Wiener et Laurent de Saint-Cricq (alias Paul Marcoy).

Crédits photo: Diario La República

Ses liens avec la France étaient anciens : après ses études secondaires à Jauja, puis à la faculté des lettres de l’Université Nationale Mayor de San Marcos, il avait obtenu une bourse qui lui permit de suivre entre 1957 et 1959 les cours de l’Université de Paris. Nommé à l’Université de Huancayo en 1962, il eut encore l’opportunité de revenir en France entre 1964 et 1967 pour y compléter sa formation supérieure.

Sa parfaite maîtrise de la langue française lui a permis de réaliser de nombreux travaux de traduction, en particulier pour l’Institut Français d’Études Andines et sur des sujets très divers, en particulier le livre de Paul Marcoy Viaje a través de América del Sur. Del Océano Pacífico al Océano Atlántico ou celui de Pierre Morlon (coord.) Comprender la agricultura campesina en los Andes Centrales, Perú-Bolivia.

Grâce à ce grand auteur, affable avec toutes et tous, l’IFEA a pu mettre au service de ses lecteurs des textes très importants pour la compréhension de l’histoire et de la culture andine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.