Mémoires de violence et post-conflit dans des contextes périphériques

En avril dernier le séminaire “Mémoires de violence et post-conflit en contexte périphérique” a eu lieu en Colombie, initiative impulsée par l’IFEA, la Pontificia Universidad Católica del Perú et l’Universidad Nacional de Colombia, avec l’appui de l’Institut Français, la délégation régionale de Coopération pour l’Amérique du Sud et l’Agence Universitaire de la Francophonie.

L’évènement, qui s’est déroulé à la bibliothèque Luis Angel Arango (Banque de la République) et l’Alliance Française de Bogotá-Centre, a réuni de nombreux chercheurs colombiens, péruviens et français, pour aborder la problématique de la production de mémoires de la violence dans la période de post conflit au Pérou et en Colombie.

Le séminaire a duré deux jours et a eu comme principal objectif faire connaître les recherches anthropologiques relatives à la production de mémoires dans un contexte à la fois de post-conflit et d’interculturalité, dans les régions périphériques du Pérou et de la Colombie (Amazonie, zones rurales andines). De plus, une présentation de productions audiovisuelles relatives à cette thématique accompagnées d’un débat avec la participation du public et des réalisateurs a eu lieu.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première partie du séminaire a compté avec la participation de Juan Álvaro Echeverrí, Directeur de l’Institut Amazonien de Recherche (IMANI) de la UNAL ; Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA et Céline Valadeau, chercheuse à l’IFEA, qui ont eu la charge de l’inauguration de l’évènement.

Crédits photo: E. MESCLIER

La première table ronde « la mémoire et ses expressions matérielles et immatérielles : formes de représentation du passé, construction d’imaginaires pour le futur », a réuni de nombreuses interventions : María Eugenia Ulfe (PUCP), avec une conférence sur les controverses qui traversent actuellement le Pérou, au sujet de l’art symbolique entrant en jeu dans la représentation de la mémoire collective ; Sébastien Jallade (RIDAP), qui a proposé une lecture sur la patrimonialisation des chemins incas (Qhapaq Ñan), présentés comme le résultat d’une politique publique de post conflit péruvien et Anne-Marie Losonczy (Université Libre de Bruxelles), qui a exposé sa recherche « Les morts qui travaillent pour la paix, les formes d’action des morts sanctifiés dans les cimetières urbains colombiens ».

La seconde table ronde, « Mémoire orale, autoreprésentation et ses conséquences héroïques vs victimisation », a réuni les interventions de Valérie Robin (Université Paris V) sur le thème des mémoires et des histoires de vie des anciens membres du mouvement d’autodéfense d’Ayacucho (Pérou), Silvia Romio (PUCP), évoquant les mémoires du Baguazo au travers des souvenirs des manifestants amazoniens (Pérou) et Juan Álvaro Echeverri (UNAL), avec une intervention sur la mémoire des indigènes amazoniens sur l’époque du caucho.

Crédits photo: E. MESCLIER

Le troisième table ronde “Mémoire intime et mémoire institutionnelle. Débats et dynamiques de négociation dans les espaces institutionnels et familiers », a pu compter avec la participation d’Alejandro Castillejo Cuellar (Université UniAndes) avec un réflexion au sujet de l’obtention de témoignages avec l’aide de trois objets : la vérité, le silence et le passé comme scènes transitoires ; Diana Gómez (Universidad UniAndes), qui a évoqué la mémoire profonde et le paysage de souvenirs depuis l’intime jusqu’au public ; et Ángela Santamaría (Universidad Rosario), avec une conférence sur les mémoires subalternes des femmes amazoniennes en période de post conflit colombien.

La deuxième journée a commencé avec la table ronde « Mémoire et oubli. Les formes du silence », au cours de laquelle André Cancinance López (UNAL) a présenté une analyse sur les silences comme pratique de résistance dans les communautés de Putumayo (Colombie) ; Marco Tobón (Université Estadual de Campinas, Brésil) a proposé une réflexion sur les formes perçues de recrutement dans la guérilla des indigènes Murui-Muina en Amazonie ; Myriam Jimeno (UNAL) a donné une conférence sur les narrations émotionnelles post conflit et Vanessa Romo (PUCP), a fait état de son travail sur la théâtralisation de la mémoire du Baguazo chez les Wampis d’Amazonie.

La deuxième table ronde a été destinée à réfléchir sur les “Productions et autoproductions audiovisuelles qui traitent du thème de la mémoire de la violence”, et a réuni les interventions de réalisateurs, chercheurs et journalistes, entre autres: Carlos Duarte (UNAL), Sebastien Jallade (RIPAD), Natalia Orozco (journaliste et cinéaste), Vanessa Romo (PUCP), Maria Isabel Torres (PUCP) et Marta Rodriguez (anthropologue et cinéaste).

En conclusion de l’évènement, les documentaires de Natalia Orozco (El silencio de los fusiles), Sébastien Jallade (Nada queda sino nuestra ternura) et Carlos Duarte et Carlos Cárdenas (Fusiles de madera), ont été projetés dans la salle de Cinéma de l’Alliance française de Bogotá (centre).


1 réflexion sur « Mémoires de violence et post-conflit dans des contextes périphériques »

  1. Bonjour,
    Je suis très intéressée au sujet du post-conflit en Colombie. Je travail dans mon doctorat autour de cette question en France. Ce serait possible de suivre les rencontres à distance via Facebook ou autre? Existera-t-il une publication de l’événement?
    Merci.
    Johanna Carvajal G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.